Victime par

8 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Policier / Romance

4 Intêret

Catégorie: T , 5363 mots
2 commentaire(s)

Merci pour vos commentaires, ça m'a fait très plaisir !


***


-Emi réveille-toi, m'indiqua Ryuk. Quelqu'un sonne à la porte depuis tout à l'heure..


Je fronçai les sourcils tout en plissant les yeux. Avec un peu de mal, je regardai l'heure sur mon téléphone. Il était à peine 9h du matin. Aujourd'hui était samedi. Qui venait sonner à une heure pareil ? Je me retournai du côté. J'avais besoin de sommeil, mes parents finiront par répondre. Quelques secondes plus tard, je grognai sous les coups incessants sur la sonnette. Irritée, je me levai du lit avant de relever mes volets. La lumière m'aveugla immédiatement. À mon plus grand étonnement, un garçon était devant ma maison. Light. Je clignai plusieurs fois des yeux pour vérifier que je ne rêvais pas. Qu'est ce qu'il faisait ici ? Avec le bruit du volet, il releva la tête vers ma fenêtre. Il me lança un chaleureux sourire. Je n'aimais pas particulièrement sa soudaine venue.


-À ton avis, qu'est ce qui l'amène jusqu'ici ? me demanda Ryuk en se grattant le menton.


C'était une question qui restait encore sans réponse. Mais j'avais quelque chose de plus important à régler, le cahier. Il n'allait peut être pas venir jusqu'à ma chambre mais je devais me montrer prudente. Maintenant je n'avais plus cas trouver une cachette. Laquelle ? J'essayai de prévoir ses mouvements dans ma tête. Il s'assiérait certainement sur mon lit et regarderait peut être les alentours de mon bureau. Light sonna une nouvelle fois. Je n'avais pas le temps de trouver une solution. En dernier recours, je cachai le cahier dans mon short. Au moins, j'étais sûre qu'il n'irait jamais chercher à cet endroit.



J'ouvris lentement la porte. Il arborait toujours ce même sourire qui me rendait nerveuse. Il sonnait faux et forcé. Je notai qu'il tenait un sac. J'ignorais ce qu'il y avait à l'intérieur. Son regard me jaugea de haut en bas. Il pouvait penser ce qu'il voulait, son avis ne m'intéressait pas. À la place d'être gênée, je lui demandai froidement la raison de sa venue. Il m'expliqua simplement qu'il voulait s'assurer de mon bien-être. Depuis le suicide de Lola, il était inquiet pour ma santé et mon moral. Je manquai de pouffer de rire. Son attention était trop soudaine pour être sincère. Il cachait quelque chose.


-D'ailleurs, tu as mis du temps pour venir m'ouvrir.


-J'avais des choses à faire avant de me présenter, grognais-je. Ce n'est pas comme si tu m'avais prévenu de ta visite.


-Des choses plus importante que de t'habiller ? demanda t-il en souriant.


Je fronçai légèrement les sourcils. Quelque chose me disait qu'il réfléchissait tout autant que moi en ce moment même. J'étais encore en pyjama. Je portais simplement un débardeur avec un short. Je n'étais pas gênée qu'il me voit dans cette tenue. Si je devais l'être c'était seulement devant Ryuzaki. Il me donna le sac qu'il portait depuis tout à l'heure. À l'intérieur, il y avait des sucreries et tout un tas de remontant.


-Tu ne me laisses même pas entrer ? ricana t-il.


-Je ne pense pas que ce soit une bonne idée, rétorquais-je.


Son geste me touchait mais pas au point de le laisser entrer. Au même moment, une voiture se gara devant la maison. C'était ma mère qui revenait des courses. Light s'empressa d'aller l'aider pour porter les sacs. Pourquoi est ce que j'avais l'impression qu'il faisait tout pour bien se faire voir ? Étonnée, ma mère le remercia. Elle me salua ensuite de sa main tout en souriant. Bien évidemment après ça, elle laissa Light entrer dans notre maison.


Nous l'aidions ensemble à ranger les courses. Ma mère était plus que ravie de voir que j'avais un ami. Je pouvais au moins le remercier pour ça. Il m'aidait à faire croire à ma mère que tout allait bien. Les sacs à présent vides, elle lui demanda si il voulait quelque chose à boire ou à manger. Il refusa poliment son offre.


-Pourquoi est ce que vous ne montriez pas dans ta chambre, hein Emi ?


Elle nous poussa tous les deux vers les escaliers. Elle avait l'air tellement réjouie que je n'arrivai pas à refuser. Je soupirai avant d'entamer les marches. Light était derrière moi. Je me demandais bien quelle expression il arborait. Heureusement que je n'avais pas caché le cahier dans ma chambre. J'ouvris la porte nonchalante. Je confiai à Light de ne pas faire attention au bazar. Il ricana avant de s'asseoir sur mon lit et de poser sa main sur mon oreiller. J'observais tous ses faits et gestes.


-Alors, qu'est ce que tu essayais de me cacher ? rigola t-il avant de se lever.


Il se dirigea vers mon bureau. Il commença à ouvrir tous mes tiroirs. Il utilisait l'excuse que je pouvais cacher un journal intime pour fouiner un peu partout. Je restai immobile au milieu de la pièce. Il avait insisté pour entrer et le voilà maintenant entrain de chercher quelque chose. Se pourrait-il qu'il soit au courant ? Non, ça serait vraiment plus qu'une coïncidence. Après avoir fouillé dans tous mes meubles, il se retourna soudainement vers moi.


-Emi, pourquoi est ce que tu ne te changes pas ? me demanda t-il.


-Tu pourrais très bien en profiter pour regarder à travers la serrure.


C'était la seule excuse que j'avais trouvé. Si je mettais trop de temps à réfléchir, il se douterait de quelque chose. Il quitta son air sérieux pour ricaner à nouveau. Lentement, il s'avança vers moi. Son visage n'était plus très loin du mien, ça ne me déstabilisa pas. Il se pencha vers moi avant de toucher mon bas ventre avec son doigt.


-Tu as raison, tu devrais te méfier. Je ne suis pas aussi sage que je ne le prétend..


Il retira son doigt puis se dirigea vers ma porte. Il me salua avant de partir. Je restai paralysée, je ne m'attendais pas du tout à ce qu'il fasse ça.


-Quelle tension, affirma Ryuk, j'en ai des frissons.


Si par malheur je n'avais pas placé le cahier horizontalement dans mon short, Light l'aurait touché. Il aurait tout découvert ou plutôt peut être trouvé ce qu'il cherchait. Il était tout de suite partis après ça. Il me montrait clairement qu'il était venu pour une raison précise. Il voulait que je le sache, il voulait que j'ai peur. Et si il était au courant pour la Death Note et qu'il comptait la récupérer ? Il ne pouvait pas être au courant. J'avais récupéré ce cahier avant lui. Je serrai le poing. J'avais terriblement l'impression d'avoir perdu.


Les jours suivants, Light n'arrêta pas de me coller. En classe, à la cantine ou encore jusqu'au portail, il me suivait partout. Je n'avais même plus un moment pour discuter avec Ryuzaki. Concernant Jenny, il n'y avait plus aucun écho de sa mort. Son dossier était clos, elle s'était suicidée aux yeux de tous. Misa restait toujours Misa. Elle me harcelait à distance avec des messes basses ou des insultes. Je lui riais pour la plus part du temps au nez. Je devais attendre avant de faire mon prochain mouvement. Je voulais tuer Misa mais le moment n'était pas encore venu. Le choix de sa mort restait la chose la plus compliqué à trouver. Je ne pouvais pas l'éradiquer d'un simple suicide, c'était trop peu crédible.


J'étais à présent en classe. Comme à son habitude, Light était assis sur la table de devant en attendant la venue de notre professeur. Il essayait de discuter avec moi. Je lui répondais à chaque fois que brièvement. Je jetai de temps à autre quelques coups d'œil à Ryuzaki. Toujours concentré, il regardait fixement le tableau. J'avais envie de lui parler.


-Tu as réussi les examens au fait ? me demanda Light.


Je hochai la tête. Les examens, je les avais réussi oui. Je ne doutais pas de mes résultats. Malgré mes préoccupations du moment, je m'étais suffisamment concentrée pour les oublier. Seulement, une chose était sûre. Je connaissais déjà le classement en avance.


-Tu penses m'avoir battu ? ricana t-il.


-Aucune idée, grognais-je.


-Je peux voir la déception sur ton visage !


-Ne sois pas si confiant, rétorquais-je. Ryuzaki est plus intelligent que toi.


Un étrange sourire se dessina sur ses lèvres. Je repensai aux mots que je venais de lui dire. Je pensais vraiment que Ryuzaki était plus intelligent que lui. Si un jour je venais à me retrouver en difficulté face à Light, est ce que je pourrai me reposer sur lui ? Non, ça voudrait dire tout lui avouer sur le cahier de la mort. Je ne souhaitais pas l'embarquer là-dedans. En fait, ce que je voulais le moins c'était qu'il pense du mal de moi.

-Je reviens, indiquais-je à Light en soupirant.


Je me levai pour me diriger vers la table de Ryuzaki. J'en avais marre de Light. Je saluai timidement le brun. Mon changement de comportement était impressionnant. J'étais gênée pour un rien avec lui. Alors qu'avec Light, je me fichais de tout.


-Salut, me dit-il simplement.


-Tu vas bien ? demandais-je en me grattant la nuque.


Notre conversation commença. Elle était simple mais pourtant très intéressante. Étonnement, il ne me parla pas de Jenny ni des doutes qu'il avait sur sa mort. Ça m'arrangeait. Me mettre Light à dos ne me dérangeait pas. Par contre, je refusais de m'éloigner de Ryuzaki. En tournant la tête, je remarquai le regard pesant de Light. Je grognai mentalement. Ne pouvait-il pas me lâcher ? Au bout d'un moment, les réponses de Ryuzaki se firent plus brèves et rapides. C'était comme si il ne souhaitait soudainement plus me parler.


-Il y a un problème ? demandais-je nerveuse.


-Depuis quand tu es aussi proche de Light ?


Je ne savais pas comment réagir. D'un côté, je rougissais car je m'imaginais n'importe quoi. D'un autre, j'étais énervée de devoir encore parler de Light. Nous n'étions pas proches, c'était lui qui voulait le faire croire. Et si son but c'était ça ? Faire croire aux autres que nous étions plus que des amis. Mais à qui ? La classe ? Misa ? Ma mère ? Ryuzaki ? Je ne voyais pas de raisons pour lesquelles il agirait ainsi. Je soupirai avant de répondre au garçon devant moi.


-Ôtes-toi cette idée de la tête, je ne suis pas proche de lui. C'est juste qu'en ce moment il s'intéresse beaucoup trop à moi.


-Pour quelle raison ? me demanda t-il.


-Je n'en sais rien, je me pose la même question.


À la cantine, je déjeunai avec moi-même. Parfois j'imaginais Lola en face de moi, je me sentais moins seule. Bien évidemment, Lola ne reviendra jamais. Elle avait été tué par les actions d'une garce. Et cette garce avait ensuite payé en donnant sa vie. J'essayai de cacher mon sourire. À chaque fois que je me rappelais la façon dont Jenny était morte, ça me remontait le moral. Je me levai avant de nettoyer mon plateau. Je me baladai dans les couloirs sans vraiment savoir où j'allais. Après avoir fait le tour de l'école, je m'installai sur un banc dans le hall. Misa et ses pestes d'amies étaient juste derrière moi.


-Regardez qui voilà, ricana t-elle, la fille la plus inintéressante du monde.


Je ne relevai pas sa moquerie. Si je lui donnais de l'importance, elle en serait satisfaite. L'ignorance était le meilleur des mépris. Elle continua cependant à parler dans mon dos. Elle exclamait haut et fort sa haine envers moi tout en m'insultant. Elle me rabaissait en me critiquant sur mon physique et sur mes fréquentations. Ses paroles me faisaient mal mais j'essayais de ne pas flancher. Tant qu'elle ne s'en prenait pas à Lola, je pouvais rester calme.


-Franchement, levez la main ceux qui la trouve hideuse.


Tous ses amis levèrent la main tout en faisant des commentaires les plus désagréables. Ils me critiquaient sans mâcher leur mots. Un garçon cria même que même si quelqu'un le payer, il ne sortirait jamais avec moi. Parfois, je me demandais ce que j'avais bien pu leur faire pour qu'ils me détestent. Mon existence même les ennuyait. Lorsque je relevai les yeux, j'aperçus Ryuzaki au loin. Il était entrain de se servir quelque chose dans une machine. Je posai ma tête contre ma main. Il m'avait paru froid ce matin. Tandis que j'étais dans mes pensées, la voix de Misa parvint de nouveau à mes oreilles.


-Tu es tellement pathétique que même le mec le moins attirant te rejette !


Je me levai subitement pour me retourner vers elle. Je ne savais pas ce qui m'énervait le plus dans sa phrase. Le fait qu'elle avait insulté Ryuzaki ou qu'elle avait totalement raison. La dernière fois lorsque lui et moi avions mangé ensemble à la cantine, il m'avait clairement fais comprendre qu'une copine ne l'intéressait pas. Si en plus il savait mes sentiments pour lui, il m'avait dis ça pour me faire passer un message. Je chassai ses pensées avant de me concentrer sur Misa. Je l'attrapai violemment par le col. Ma seule envie était de la tuer. Malheureusement, je n'avais pas mon cahier sur moi. J'avais pour habitude de le cacher dans ma chambre. J'avais fait un trou dans mon matelas pour le mettre à l'intérieur. Soudain, quelqu'un nous sépara. C'était Light.


-Tu as tort Misa, lui indiqua t-il, parce que..


Il se retourna vers moi. Il me fixa intensément avant de se rapprocher de mon visage. Il plaqua ses lèvres contre les miennes. Tandis que lui fermait les yeux, les miens étaient grands ouverts. Qu'est ce qu'il lui prenait ? Quand il se retira, j'observai la réaction de Misa malgré mon étonnement. Elle en était horrifiée au point de partir en pleurant. Je restai plantée comme une idiote. Je ne réalisais toujours pas ce qu'il venait de se passer.


Je me dirigeai vers les toilettes. Devant le lavabo, je m'essuyai la bouche puis crachai plusieurs fois. Je n'avais même pas prit goût à son baiser. Et il n'avait pas besoin d'aller aussi loin pour remettre Misa à sa place. En parlant d'elle, sa réaction m'avait intrigué. Elle était plus réelle et complètement différente de celle lors de leur séparation. Je cachai ma tête entre mes mains. Mon premier baiser n'était même pas avec Ryuzaki.

Je retournai en classe plus que gênée. Ils avaient pratiquement tous vu la scène. Qu'est ce qu'ils allaient croire à présent ? Que j'étais en couple avec Light ? Que j'en profitais pour me venger de Misa ? Ils me dévisagèrent jusqu'à ce que je m'assois à ma table. Je n'osais même pas me retourner pour voir le brun. Je le détestais d'avoir fait ça. Il avait profité, comme à son habitude. Quelques minutes plus tard, notre professeur nous indiqua qu'il allait nous donner un devoir maison. Il nous proposa de le commencer maintenant avec la personne que nous voulions. Je jetai un coup d'œil à Ryuzaki. Il ne regardait même pas dans ma direction.


-Emi, m'interpella Light, est ce que tu veux..


-Comment oses-tu me parler ? rétorquais-je sur les nerfs.


Il paraissait étonnée de ma réplique. Pour lui, un baiser ne devait certainement rien dire. Je n'avais pas besoin de lui pour me défendre ou pour prouver des choses. Je ne comptais pas le pardonner pour l'instant. Il me demanda alors ce qu'il avait fais de mal. Soupirante, je ne pris même pas la peine de lui répondre. Je lui indiquai à la place qu'il ne devait plus m'approcher ni jouer avec moi. Light me décevait de plus en plus.


-Pourquoi est ce que tu me rejettes ? ricana t-il. Aurais-tu peur ?


-Tu ne m'intéresses pas.


-Ou plutôt que tu es intéressée par quelqu'un d'autre ? sourit-il arrogant.


-Laisse moi tranquille Light, c'est tout.


-Sinon quoi ? me provoqua t-il. Tu vas me tuer ?


Je plissai les yeux avant de le dévisager. Son comportement me laissait souvent croire qu'il en savait quelque chose sur la Death Note. Mais comment ? Si il en avait une, il ne chercherait peut être pas à se rapprocher de moi. Et si il voulait me tuer, il l'aurait déjà fais depuis longtemps. Ce que je ne comprenais pas c'était qu'il tournait autour du pot. Si il voulait vraiment ma Death Note, il m'en aurait parlé pour aller droit au but. Ou peut être qu'il n'était pas sûr que j'en possède une ? Au même moment, Misa se leva avant de se diriger vers Ryuzaki. Elle lui demanda si il voulait bien faire le devoir avec elle. Quel était son but ? Me rendre jalouse ? Si c'était le cas, elle avait réussi. À mon plus grand soulagement, il refusa de l'aider. Irritée, elle repartit à sa table tout en l'insultant. Je me levai à mon tour pour le rejoindre.


-Ryuzaki, est ce que tu veux bien..


-Non merci, me répondit-il, je préfère travailler seul.


Il n'avait même pas relever la tête en me disant ça. J'en avais reçu un petit pincement au cœur. Sans rien ajouter, il continua son travail. Pourquoi est ce qu'il me rejetait subitement ? Honteuse, je me dirigeai vers ma place. Les autres élèves, ainsi que Misa, ne manquèrent pas de se moquer de moi. Light me demanda, quant à lui, si j'étais réellement sûre de ne pas vouloir faire ce devoir avec lui. Je secouai ma tête de droite à gauche. Moi aussi je préférais travailler seule.


À la fin de l'heure, notre professeur nous indiqua que le devoir sera à rendre demain. Je n'avais même pas terminé la moitié. J'avais plus passé mon temps à penser à Ryuzaki et aux intentions de Light qu'autre chose. Je soupirai avant d'attraper mon sac. Je prenais mon temps à descendre les escaliers. J'étais la dernière à sortir par le portail. Je marchai nonchalante sur le trottoir. J'avais passé une mauvaise journée. Misa qui se doutait de mon intérêt pour Ryuzaki, le baiser de Light et Ryuzaki qui me rejetait. Aujourd'hui, je me sentais seule. Lola me manquait. J'aimerai me confier à quelqu'un sur tout ce qui m'arrivait mais je ne pouvais pas. J'étais coincée.


-Emi, m'interpella quelqu'un.


Je relevai la tête. Près du portail, Ryuzaki était assis comme à son habitude sur un banc. Qu'est ce qu'il faisait là ? Je ne savais pas trop comment réagir ni quoi dire. Ryuk à mes côtés soupira. Il devait en avoir marre de mes histoires. Il avait raison, elles étaient ennuyantes. Je me concentrai à nouveau sur Ryuzaki. Il regardait toujours le sol. Étant donné son long silence, je commençai à lentement avancer. Il n'avait certainement rien à me dire.


-Désolé pour tout à l'heure, chuchota t-il, ça ne me ressemblait pas.


Je le regardai tristement. Il était pardonné. Savoir qu'il m'avait attendu juste pour s'excuser me faisait rougir. Reprenant la parole, il m'indiqua qu'il n'avait pas terminé son devoir. Il me demanda ensuite si je voulais le terminer avec lui. J'acceptai immédiatement sa proposition. Ma précipitation lui donna le sourire. Je me grattai le front, essayant de cacher la gêne sur mon visage.


-Allons chez moi, m'affirma t-il.


-Q-quoi ? bégayais-je. C-chez toi ?


Il hocha la tête avant de me demander si ça posait un problème. Je lui indiquai que non tout en sautant de joie mentalement. J'attrapai mon téléphone pour prévenir mes parents que je ne rentrerai pas tout de suite. Ryuzaki se leva tout en mettant ses mains dans ses poches. Je commençai à marcher à ses côtés. Ça me faisait bizarre mais en même temps j'en étais comblée. La seule chose qui m'inquiétait était la Death Note. Et si Ryuzaki m'éloignait de chez moi pour que Light en profite pour entrer dans ma maison ? Après tout, ils étaient amis et ma mère lui faisait maintenant confiance. Non, je pensais trop loin. J'étais trop méfiante. Ryuzaki ne me ferait jamais une telle chose.


Nous marchions en silence jusqu'à la maison du brun. Elle était petite mais très accueillante de l'extérieur. J'espérais juste que ma venue ne dérangeait pas trop ses parents. Il introduit sa clé dans la serrure. J'étais nerveuse. La porte s'ouvrit, il entra. Lorsque je posai mon pied dans la maison, un objet volant arriva à toute vitesse près de mon visage. Je l'esquivai au dernier moment mais il me coupa tout de même la joue. L'objet était un jouet, un avion plus précisément. Je fis un pas en arrière. Quelque chose d'autre se posa derrière ma tête. Je la tournai légèrement, c'était un pistolet.


-Une intrus a été localisée, indiqua quelqu'un dans son talkie-walkie.


-Déshabille-toi avant d'entrer, m'ordonna l'autre, tu pourrais avoir un micro sur toi.


Un garçon dans l'entrée était assis par terre. Il était entouré de jouets. Il avait les cheveux blancs et paraissait beaucoup plus jeune. Derrière moi, l'autre garçon devait presque avoir le même âge que nous. Il avait des cheveux châtain mi-long. La moitié de son visage était brûlée. Est ce qu'il pointait réellement une arme sur moi ? Il croqua dans sa tablette de chocolat avant de me menacer à nouveau.


-Rangez ça, soupira Ryuzaki. C'est une amie.


Ils s'étonnèrent tout en me regardant avec de petits yeux. Le brun baissa son arme tandis que l'autre ramena son avion près de lui. Ryuzaki m'incita à entrer avant de me présenter les deux garçons. Celui qui s'amusait avec ses jouets s'appelait Near, le brun Mello. Il ne me précisa ça si c'était ses frères ou quelqu'un de sa famille. J'en doutais fort, il n'y avait aucune ressemblance entre ces trois là. Mais est ce que c'était leur vrai nom ? C'était une question qui restait sans réponse pour le moment. Je touchai ma joue tout en enlevant mes chaussures. Ça me faisait mal et je saignais. 


-Ramène moi la trousse de soin Near, lui pria Ryuzaki.


Il attacha mon manteau puis me dirigea jusqu'à sa cuisine. Je m'assis sur une des chaises. Il me demanda ensuite si je voulais quelque chose à boire. Je hochai la tête. En face de moi, Mello posa ses fesses à son tour. Avachi sur sa chaise, il me dévisagea intensément tout en grignotant son chocolat. Il me faisait peur, je me sentais mal à l'aise avec lui.


-Tu aurais pu ramener une fille un peu plus féminine, cracha t-il.


Je fronçai les sourcils. Je ne l'aimais déjà pas. Il me faisait penser à Misa mais au masculin. De toute façon, je n'étais pas là pour lui plaire. Au même moment, Near apporta la trousse de soin puis la posa sur la table. Il s'assit ensuite à côté de Mello. Ryuzaki me déposa un verre d'eau avant de prendre une chaise et de la mettre devant moi. Il commença à prendre du coton et une bouteille de désinfectant. Il tapota délicatement ce coton sur ma joue. C'était la première fois qu'il me touchait. Sa main était tellement grande et ses doigts tellement fins. Je priai mentalement pour ne pas rougir. Les deux garçons à côté de nous le regardèrent avec de petits yeux. Ils ne devaient pas avoir l'habitude de le voir agir ainsi.


Nous étions à présent devant sa chambre. Lorsqu'il ouvrit la porte, la tension monta subitement. Elle était plutôt normale pour un garçon comme lui. Tout n'était pas très bien rangé mais elle était un minimum propre. Il déposa son sac près de son lit avant de sortir les cahiers sur sa petite table. Il s'assit près de celle-ci dans la même position que d'habitude.


-Dis, tu n'as pas froid aux pieds ? lui demandais-je étonnée. Et puis, comment tu fais pour tenir sans avoir mal entre les.. aux jambes je veux dire ?


-Tu dois me trouver bizarre, pas vrai ?


J'arquai un sourcil. Il avait l'air déçu ou vexé. Je ne le trouvais pas du tout bizarre, je me posais juste des questions. Comme pour lui prouver le contraire, j'enlevai mes chaussettes avant de m'asseoir comme lui. Je grimaçai, j'avais déjà mal aux jambes. Il ricana. Son rire était tellement mignon. Après ça, nous entamions notre devoir. Dans la bonne humeur, il m'aidait à chaque fois que je n'arrivais pas un exercice. J'appréciais le moment que je passais avec lui. Quelque chose me disait que lui aussi. Au bout d'une heure, je tombai en arrière avant de détendre mes jambes. Je n'arriverai même plus à tenir debout pour sortir d'ici. Ryuzaki me regarda amusé. Il attrapa un stylo avant de toucher mon pied avec.


-Tes pieds sont tellement petits, se moqua t-il.


-Hé ! grognais-je gentiment.


-C'est mignon.


Une étape était franchie. Il trouvait mes pieds mignons. À cette pensée, je ricanai. Je rapprochai mon pied du sien. Il avait raison. Le mien paraissait ridicule à côté. Pour rigoler, je poussai son pied. Il rétorqua avec un autre coup. Une petite bataille commença. Nous nous chamaillions comme des enfants. Soudain, je sursautai à cause d'un bruit. Ryuzaki soupira avant de se lever nonchalant. Derrière la porte, Near faisait semblait de jouer entre les barreaux des escaliers. Mello se contentait de nous faire croire qu'il mangeait son chocolat derrière la porte. Est ce que ces deux-là nous avaient observé à travers la serrure ? Maintenant que j'y pensais, ça me paraissait plus qu'évident.


Une fois le devoir complètement terminé, je soupirai de soulagement. Je regardai l'heure sur mon téléphone. Il était plutôt tard. J'osais imaginer que Ryuzaki m'invite à rester dormir. Je me donnai une gifle mentalement. Qu'est ce qui ne tournait pas rond chez moi ? J'observai le brun en essayant de penser à autre chose. Il ne m'avait même pas expliqué pourquoi il avait réagi de cette façon en classe. Peut être qu'il n'était pas de bonne humeur à ce moment.


-Emi, est ce que tu sors avec Light ?


-Je t'ai déjà dis que non, affirmais-je un peu irritée.


Il me fixa en silence. Il me demanda ensuite si j'avais trouvé la raison pour laquelle il me collait souvent en ce moment. Je secouai ma tête de droite à gauche. Pouce au coin de la bouche, il observa le sol tout en réfléchissant. Pourquoi est ce que ça l'intéressait autant ? Je n'aimais pas forcément qu'il me parle de Light, ça gâchait le moment.


-Pourquoi est ce que tu ne rentrerais pas dans son jeu pour le savoir ?


-Quoi ? grognais-je. Parce que je n'ai pas envie, peut être ?


-Dommage.


-Comment ça dommage ? m'énervais-je. Pourquoi est ce que tu me parles tout le temps de Light ? Tu veux à ce point que je me rapproche de lui ?


-Je n'ai jamais dit ça, me dit-il calmement. Je pense juste que sa raison a un rapport avec la mort de Jenny et ça m'intrigue.


J'essayai de cacher ma déstabilisation. Comment pouvait-il arriver aussi facilement à cette conclusion ? Tout en serrant les dents, je lui demandai pourquoi il pensait ça. Il m'expliqua que c'était à partir de la mort de Jenny que Light avait décidé de s'intéresser à moi. Il avait quitté Misa devant tout le monde pour montrer qu'il voulait passer à autre chose. D'après lui, il essayait sans cesse de montrer qu'il était de mon côté pour gagner ma confiance. Je restai sous le choc. Maintenant que j'y repensais, il avait totalement raison. Cependant, si je me rapprochais de Light je pourrai me mettre encore plus en danger. D'un autre côté, ça me permettrait de mettre fin à tous mes doutes.


-Je ne sais pas si je suis prête à aller aussi loin, marmonnais-je. C'est compliqué de se rapprocher de quelqu'un pour qui on n'a aucun sentiment.


-Je ne pense pas que ça soit ton vrai problème, rétorqua t-il. Je pense plutôt que tu as peur de Light.


-Light ne me fait pas peur, grognais-je du tac au tac en fronçant les sourcils.


Ryuzaki soupira. Il ne devait pas me croire et il avait raison encore fois. Light ne me faisait pas peur mais ce qu'il voulait me procurait ce sentiment. Et si je lui donnais tout simplement la Death Note ? Je n'en avais plus besoin, je ne comptais plus tuer personne mise à part Misa. Mais il essayerait alors peut être de me tuer à son tour.


-Tu peux me faire confiance, m'indiqua Ryuzaki. Je t'aiderai.


-Faire confiance à quelqu'un dont je ne connais même pas le vrai nom ?


J'avais parlé sans réfléchir mais c'était la vérité. Ryuzaki était intelligent. J'étais persuadée qu'il savait que je l'aimais et il en profitait pour me manipuler. Il était curieux d'en savoir plus sur Light. Grâce à moi, il pouvait enfin découvrir ce qu'il tramait. Même si je réussissais, je ne pense pas que je pourrai lui dire. Il soupira avant de me promettre qu'il me révélera son vrai nom lorsque nous serons plus proches. Autant dire qu'il me le dira quand j'aurai trouvé la raison de Light. J'étais peut être amoureuse mais pas stupide. Il n'aura pas ses informations si facilement.


-Tu dois certainement te douter qu'une fois que je serai avec Light, il essayera de m'éloigner de toi ?


-J'y avais pensé.


-Et ça ne te dérange pas ?


-Est ce que ça change quelque chose si je te dis que oui ? me répondit-il en me fixant droit dans les yeux.


Je soupirai. Ryuzaki n'était pas le genre de garçon à révéler ce qu'il ressentait vraiment. Je me contentai de son sous-entendu, ça me touchait tout de même. Après cette conversation, ma mère m'envoya un message pour me demander ou est ce qu'elle devait venir me chercher. Quelques minutes plus tard, elle m'attendait déjà devant sa maison. En bas des escaliers, je saluai Ryuzaki. Avec un peu de chance, la prochaine fois ça sera lui qui viendra chez moi. Tandis que je me déplaçais vers la sortie, Near me poursuivait avec son train pour me faire avancer plus vite. Quant à Mello, il pointait toujours son pistolet vers moi tout en me menaçant. Je me retournai vers Ryuzaki. Pour la première fois, j'aperçus un micro sourire sur ses lèvres.


Le lendemain, je me dirigeai vers les résultats d'examen. Il y avait un nombre incalculable d'élèves devant le tableau. À la première place, avec la note maximale, se trouvait Ryuzaki. Je serrai le poing en apercevant qui était à la seconde place. Light, avec quelques points de moins. Et enfin à la troisième place, moi. Ce classement reflétait bien la réalité. Light était plus intelligent que moi. Il m'était donc supérieur. Mais Ryuzaki l'était par rapport à lui. Si je m'aidais de l'intelligence de Ryuzaki, je pourrai surpasser Light et prendre la seconde place. Mais le plus dangereux entre les deux, c'était celui qui semblait être au courant de la Death Note et qui la voulait ou celui qui ne connaissait rien à son existence et qui pourrait me percer à jour à n'importe quel moment ?


2 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?