Soif de Vengeance par

360 point(s) avec 1 review(s) sur 1 chapitre(s), moyenne=7.2/10
Side Story / Drame / Angoisse

6 Chapitre 6

Catégorie: M
1 commentaire(s)
8
Style/Orthographe
7
Scenario
7
Note globale

360 point(s)

Voici la seconde review consacrée à la trilogie sur Spencer Reid écrite par angedelanuit.

Voyons ce que nous réserve ce second volet.

Style/orthographe :

L'orthographe est très bonne. Le style est meilleur que le premier volet de la trilogie. L'auteur a trouvé sa marque. Les pensées des personnages sont bien retranscrites, on plonge dans leur psychologie complexe. C'est profond, recherché. La lecture est plaisante même si le fond ne l'est pas vraiment.

Il y a un bon équilibrage dans les dialogues même si leur présentation n'est pas standard. Toujours l'italique qui casse l'effet des italiques de description.

On peut juste reprocher la trop grande utilisation de "il". Peut-être varier les inférences concernant les personnages aurait été pas mal.

Les détails sont nombreux. Peut-être un peu trop glauques par moment. L'auteur s'attarde bien sur la souffrance des personnages. On se surprend à compatir avec celui qui souffre tant les mots sont lourds. Parfois, c'est assez malsain.

Scénario/personnages :

Ces six chapitres couvrent une soirée. Et quelle soirée ! Il s'agit, comme le titre l'indique, de la vengeance de Spencer, des années après la fin d'Humiliations. Malgré la courte temporalité, le récit ne souffre pas de longueurs. La descente aux enfers de Spencer, sa chute dans la folie au fil des heures est bien amenée. On comprend ses motivations. Toutefois, ça peut paraître trop. Pendant plusieurs chapitres, Spencer multiplie les tortures. C'est assez difficile à supporter. Mais angedelanuit sait manier la psychologie des ses personnages pour justifier une telle violence.

Rudy est toujours aussi stéréotypé. Riche, orgueilleux, macho... On tombe encore dans le cliché pour le rendre détestable. Toutefois, ses réactions face à Spencer le rendent pathétique, on peut même avoir de l'empathie.

Spencer montre de la profondeur. On suit sa descente, comment il se sent grisé par ce qu'il fait et pourquoi, il n'en a jamais assez. Cela rend le personnage plus complexe. Il est assez loin du naïf jeune agent dans la série. Il est toutefois assez raccord avec le fandom quand on tient compte des petits détails qui sont distillés dans la série comme sa peur d'être schizophrène comme sa mère. Angedelanuit part de cette hypothèse pour développer le personnage. Et elle y arrive plutôt bien même si c'est assez rapide quand on tient compte de la durée de l'histoire. 

En résumé :

Un second volet qui tient bien son rôle de pivot dans la trilogie. On a bien là l'illustration de l'élément déclencheur de la suite de l'histoire. Si on aime le glauque, on est servi avec ces six chapitres. On est tenté de lire la suite même si on imagine bien qu'elle ne sera pas joyeuse. Espérons juste que l'auteur mette un peu de côté certains raccourcis.



Réagir à cette review sur le forum