La force d'un libero par

6 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Univers Parallèle / Romance / Action

4 Après l'effort, le réconfort

Catégorie: T , 1493 mots
1 commentaire(s)

Il fallait à tout prix remonter le moral de l'équipe juste avant les éliminatoires. Et quoi de mieux que de leur changer les idées ? Nishinoya allait avoir son anniversaire pendant les championnats, mais j'avais cependant très envie de lui organiser quelque chose pour le remercier de son accueil. J'en ai donc parlé au reste de l'équipe et du staff pendant que Nishinoya et Tanaka n'étaient pas encore arrivés.



Aiza: Et voilà pourquoi j'aimerais que l'on fête son anniversaire dans les jours qui viennent.

Daichi: C'est une bonne idée, ça pourrait faire du bien au moral de toute l'équipe.

Kiyoko: As-tu déjà un endroit pour le faire ?

Aiza: On peut faire ça chez moi...samedi soir, ça vous va ?

Asahi: C'est bon pour moi.

Hinata: Pareil.

Kageyama: On lui fait un cadeau commun ?

Sugawara: Il m'avait dit un jour que ses genouillères devenaient usées.

Aiza: Je vais lui acheter alors. On dit 500 Yens chacun ? (1€ est plus ou moins égale à 100 Yens)

Hinata: C'est parfait.

Tanaka: Qu'est-ce qui est nickel ?

Sugawara: Tanaka ?!

Nishinoya: Hein ? De quoi vous parlez ?

Asahi: De Tanaka, on le trouve parfait !

Tanaka: Merci mais il ne fallait pas le dire, je le sais déjà !



L’entraînement du vendredi soir se termina sans encombre. A la fin de celui-ci, j'ai vite été achetée le cadeau de Nishinoya. Le samedi soir, ce fut courses et préparation de l'appartement pour l'anniversaire. Les terminales ainsi que Yamaguchi et Tsukkishima sont venus m'aider. Une équipe entière de volley allait quand même venir passer la soirée dans mon petit appartement. C'était bientôt l'heure et tout le monde était arrivé entre temps.



Aiza: J'ai reçu un message de Tanaka, il est en bas avec Nishinoya !

Sugawara: Éteignez les lumières, que tout le monde se cache !



Nous nous sommes exécutés. La porte s’ouvrit dans un long silence. Des pas résonnèrent dans le hall, puis dans le salon. En un coup, les lumières s’allumèrent et tout le monde sorti de sa cachette en criant "Joyeux anniversaire Nishinoya !!!". Le petit n'en revenait pas. Il avait l'air super étonné et hyper content.



Nishinoya: Oh ! Merci les gars !

Yamaguchi: C'est Aiza que tu devrais remercier.

Hinata: Elle a eu l'idée de base et on a suivi.

Aiza: Mais vous m'avez tous aidés.

Daichi: Et on tenait à t’offrir ceci, de la part de toute l'équipe !



Nishinoya déballa son cadeau. En une seconde, ses yeux s'illuminèrent. Il avait l'air tellement heureux en voyant son cadeau.



Tanaka: Bon, on va pas admirer ces genouillères toute la soirée !



Pour une fois, tout le monde était d'accord avec lui. La soirée se passa super bien. Tout le monde s'amusait et je ne pense pas qu'ils aient pensé aux éliminatoires de la semaine prochaine. L'ambiance battait son plein. Les boissons se vidaient et les fêtards commençaient à vouloir bouger au lieu de rester assit et parler de volley.



Asahi: On pourrait faire un petit jeu tranquille.

Sugawara: Je propose que Nishinoya décide vu que c'est son anniversaire.

Nishinoya: Très bien, j'ai un jeu nickel ! Le but est le même que le jeu de la bouteille mais celui qui fait tourner la bouteille pioche un gage ou une vérité qu'on aura écrit et mis dans un bol !

Aiza: ça me semble correct.



Tout le monde partit dans son coin pour écrire son gage ou sa vérité. Il ne fallait pas être trop dur, mais être soft n'allait pas être drôle. J'avais donc écrit "recommencer le gage précédent". Nous nous repositionnons dans le salon. Toute l'équipe déposa son bout de papier dans un bol vide et Nishinoya tourna la bouteille en premier. La bouteille s'arrêta sur Yamaguchi.



Yamaguchi: Nooooon...

Nishinoya: Attends que je pioche...alors, tu dois donner le plus grand défaut de la personne à ta droite.

Yamaguchi: hein ?



Et justement, qui s'était installé à côté de Yamaguchi ? Ce très cher Tanaka... Il le regardait avec insistance et de manière agressive.



Yamaguchi: Je vais me faire tuer !!!

Tanaka: Vas-y, exprime le fond de ta pensée

Yamaguchi: Jamais je n'oserai !



Ces deux là avaient fait l'ambiance de la soirée. Il fallait vraiment que cela tombe sur eux...Yamaguchi le petit timide qui évite tout conflit et Tanaka la tornade qui explose à tout va ! Yamaguchi relança la bouteille. Celle-ci tomba sur Daichi. Yamaguchi piocha un papier dans le bol. Il le lit et redressa la tête, complètement rouge.



Tsukkishima: Yama ? Pourquoi tu fais cette tête...?

Yamaguchi: Daichi...tu as une minute pour...faire ta déclaration à celui ou celle de droite...

Daichi: celui à ma droite ?

Asahi: noooon pas moi !

Nishinoya: Hahahahaha les deux seniors vont se déclarer !

Hinata: Ah, j'aurais trop voulu avoir ce papier !

Aiza: C'est mon papier celui-là !

Daichi: Et tu es fière de toi ?



Daichi se retourna, face à Asahi, sûr de ce qu'il allait lui dire. On ne pouvait pas dire que c'est le cas de notre champion Asahi. Il tremblait presque comme une feuille et ne savait pas où se mettre. Il avait beau faire partie des plus âgés, il n'était jamais assuré et encore moins avec le capitaine à qui il vouait un grand respect (un peu comme le reste de l'équipe). Après quelques secondes de réflexion, Diachi commença sous le regard averti des autres.



Daichi: Mon petit Asahi ! Depuis la première fois où je t'ai vu toucher une balle, mon coeur s'enfflame !

Tanaka: Hahaha, Daichi, si tu te déclare comme ça un jour, j'aimerais vraiment être là pour regarder comment tu vas te faire remballer !

Nishinoya: Regardez Asahi, il devient tout rouge !

Kageyama: C'était pas très bien ta déclaration...

Daichi: Si vous avez un problème avec ma déclaration, je vous appellerais le jour où je me déclarai à...

Aiza: A...

Nishinoya: A qui ????

Asahi: Stop stop, on va pas s'énerver pour un jeu...



Tout le monde explosa de rire. Cette soirée était vraiment très réussie et le moral de chacun était revenu. A la fin, j'ai raccompagné ceux qui partaient jusqu’à l'entrée. Nishinoya et Tanaka étaient les derniers à partir. Il commençait à faire froid dehors. Le mois de septembre touchait à sa fin et les températures commençaient à chuter.



Tanaka: Nishinoya, tu viens ?

Nishinoya: J'arrive, attends moi au coin de la rue.



Le petit libero se tourna vers moi.



Nishinoya: Merci beaucoup pour cette soirée. C'était super sympa de ta part de de celle de l'équipe.

Aiza: Mais de rien.

Nishinoya: On se voit lundi ! Salut !



Je les ai regardé s'éloigner. Décidément, Nishinoya avait le don de me faire tourner la tête. Je pense avoir réussi à les détendre un peu avant les éliminatoires de la semaine prochaine. Et justement, nous y étions. Toute l'équipe de Karasuno arriva devant le grand gymnase de Miyagi. Leur premier match commençait dans 1h. Le temps pour eux de s’échauffer et ils pouvaient débuter. N'étant qu'une manager de 1e, je pouvais assister à l'échauffement mais je devais retourner dans les gradins pour le match. Pendant cette courte période avec l'équipe, j'ai remarqué quelque chose chez Tsukkishima.



Aiza: Tsukkishima !

Tsukkishima: ?

Aiza: Dis moi, au moment où tu bloques, tu ne mets pas tes bras vers l'avant ?

Tsukkishima: Nan...

Aiza: Je pense que tu devrais essayer, tu renversais la balle directement contre le filet du côté adverse.

Tsukkishima: Et si je ne veux pas ?

Aiza: Libre à toi de vouloir jouer sérieusement ou pas.

Tsukkishima: Quoi ?



Yamaguchi, qui avait tout entendu d'une oreille, s'empressa d'essayer de les calmer.



Yamaguchi: allons allons, Aiza, Tsukki...

Aiza: Au final, c'est ton problème si tu ne veux pas de mon conseil...

Tsukkishima: Tu commence à me gaver...



Tsukkishima me prit par le colle et me souleva sur la pointe des pieds. Yamaguchi commença à paniquer et demanda de l'aide aux autres qui rappliquèrent instantanément.



Daichi: Tsukki, Aiza ! Ça suffit !

Suggawara: Tsukki, lâche là

Aiza: Je pense que ton entraînement est fini, je vais partir.

Tsukkishima: Ça vaut mieux pour toi...de toute façon je ne pense pas que tu serves à grand chose ici...



En une fraction de seconde, mon poing parti tout seul. Un geste rapide, incontrôlé mais non regretté. Quand j'ai repris mes esprits, Tsukkishima était assit par terre, Ukaï et Kiyoko était venu près de nous et le reste de l'équipe me regardais d'un air ébahi, comme s'ils ne comprenaient pas ma réaction. Ukaï s'approcha de moi d'un pas décisif. Je pense que c'est ma fin en tant que manager de l'équipe de Karasuno


1 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?