Une brûlure glacée par

4 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 -190 point(s) avec 1 review(s) sur 1 chapitre(s), moyenne=-3.8/10
Deviation / Romance / Slash

1 Pluie, ô ma pluie.

Catégorie: G
6 commentaire(s)

Tous les personnages de HP sont à JKR

Note : Un petit one-shot écrit en passant, j'espère qu'il vous plaira ^^

--


Il fait froid.
Il fait nuit.
Depuis combien de temps suis-je ici ? Je lève les yeux vers le ciel. Sans étoile. Je fixe les nuages. Gris.
Et je pense à tes yeux. Tes yeux qui ne me regarderont plus jamais comme avant.
J'ai mal.
J'ai peur.
Pourquoi faut-il que je ressente toutes ces choses ? Et je suis assis là, misérablement recroquevillé sur moi-même. Et je suis assis là, sur le toit de mon immeuble. Et je scrute désespérément la rue, espérant que tu y passes.
Suis-je bête. A cette heure ? Plus personne ne passe. Et tu ferais sûrement un détour.
Sûrement.
Tu ne passerais pas devant chez moi.
Le vent se lève. Mes cheveux volent. Les pins dans la rue ondulent à un rythme régulier.
Et moi, je suis là.
J'ai gardé tout ce mal en moi, au creux de mon ventre. Un peu plus haut : dans mon cœur. Et il ne demande plus qu'une chose maintenant, mon pauvre petit coeur : se briser en mille morceau, comme du verre.
Je t'aime. Aucun doute là-dessus : je t'aime. Mon ange... Que le monde était beau à tes côtés...
Je sors une photo de mon sac.
Toi.
C'est une photo de toi. Le regard pétillant, tourné vers l'objectif. j'ai l'impression que tu me regardes.
Impossible.
Tu détournerais les yeux. Ton regard ne serait pas pétillant : il serait méprisant. Je le sais.
Car c'est vrai : tu me méprises.
Et moi je t'admire.
Tes lèvres roses, parfaites. Les deux coins de ta bouche sont relevés par ton sourire.
Je suis jaloux. Jaloux du photographe. Car moi, tu ne me souriras plus. Jamais. Ton visage restera de marbre, ou parfois, il s'ornera juste d'une moue de dégoût.
Assurément.
Il ne peut pas en être autrement.
Tu me détestes.
Oui.
Tu me détestes.
Je ne peux plus rien y faire maintenant.
Tu me détestes.
Et moi je t'aime.
Et c'est pour cela. C'est pour cela que tu me détestes. Je te fais peur.
Je le sais.
Je le sens.
Tu me fuis.
Depuis que tu sais que je t'aime, tu me fuis.
Je me sens mélancolique comme la nuit.
Une goutte d'eau vient s'écraser à côté de ton visage. Le papier photo imperméable ne l'absorbe pas. Tu ne risques rien mais je la range quand même.
La pluie tombe doucement, recouvrant peu à peu le toit de ma maison, comme une nouvelle couche de peinture plus foncée. Il faudrait que je rentre.
Je ramène mes jambes contre mon ventre et enroule mes bras autour. Je vais tomber malade.
Tu fais mon malheur.
Et moi je t'aime.
Tu me poignardes sauvagement et sans pitié. Sans scrupule. Après tout, je te fais peur, n'est-ce pas ? Peut-être considères tu cela comme de la légitime défense...?
Mais je t'aime.
La coupe est pleine, et elle va bientôt déborder. Mon cœur est sur le point d'imploser.
Je ne pleurerai pas pour toi. Bon sang ! Je n'ai jamais pleuré pour toi et ce n'est pas maintenant que ça va commencer ! Je suis bien trop fier pour ça !
Et je pense à toi...
A ta grâce... à toi.
Tu es magnifique. Personne ne peux dire le contraire. Personne. Il mentirait.
Je ne suis pas digne de toi. Et je ne le serai jamais.
Tu es mon diamant. Non. Tu es un diamant : brillant mais froid. Non. Glacial.
Quelle heure est-il ? Je regarde ma montre : vingt-deux heure vingt-deux. Vas-y Drago, fais un vœu.
Je souhaite... Je souhaite... que tu m'aimes.
Non.
Je n'ai pas le droit.
Je n'ai même pas le droit de penser à toi.
Je prends à nouveau ta photo. Je sors des ciseaux de mon sac et commence à découper les bordures pour qu'il n'y reste plus que toi.
C'est beau.
Beau ?
Mais que m'as-tu fais, mon ange...? Voilà que je deviens romantique à en vomir. Romantique comme un poufsouffle.
C'est la nuit noire.
Comme tes cheveux.
Je pense à toi.
Et je t'aime.
J'entends les gouttes tomber distinctement. De plus en plus vite.
J'ai froid.
Un éclair zèbre le ciel. Sa lumière blafarde éclaire les alentours.
J'ai peur.
Le tonnerre retentit.
J'ai mal dans mon cœur.
La pluie est glaciale. Une seule de ses gouttes est chaude.
Une seule.
Et c'est une larme.

C'est la première fois que je pleure pour toi... Harry.

 

--

 

Voili voilou c'est pas terrib' terrib' mais j'ai fait ce que j'ai pu ^^

Merci d'avoir lu.

Kisu.

Harmony

6 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?