La lettre maudite par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Romance / Drame

10 Un peu plus de romance

Catégorie: G , 2005 mots
0 commentaire(s)

Le lendemain, Adrien téléphone à Marinette…


-       Ma Lady ?

-       Cha-a-Adrien ?

-       Je me disais que maintenant que la glace est brisée, on pourrait passer un peu de temps tous les deux ? Pour m’excuser de l’autre soir, ça te dirais de manger notre première glace ensemble chez André ?

-       On peut commencer par ça, et après, juste se poser toi et moi sur un banc à parler de tout et de rien

-       Je pourrais même t’inviter chez moi ce soir et te présenter officiellement à mon père ?

-       Tu crois qu’il est prêt ?

-       Noroo est dans la miracle box, tu ne risques plus rien désormais !

-       Et je me demandais…. Tu crois qu’il prend les stagiaires ?

-       Je pense que ton talent ne lui est pas passé inaperçu, ça peut être une occasion de lui demander !

-       On se voit à quelle heure ?

-       A vrai dire, je suis sur ta terrasse !


La brune se dépêcha de lever la trappe de sa chambre pour accueillir son amoureux chez elle. Alya, toujours présente salua gaiement le garçon dans son costume noir :


-       Salut Adrien !


Le héros ouvrit grand des yeux interrogateurs face à la métisse, puis regarda Marinette inquiet.


-       Pas de panique chaton, Alya, c’est Rena, elle a tout vu hier soir.

-        Et…nos identités secrètes ?

-       Tu m’avouera que hier ce fut un loupé pour tout le monde, il n’y a que Carapace qui s’en sort bien à l’heure qu’il est.

-       Et encore… même moi je sais qui c’est, ce n’est peut-être même pas la peine de le cacher ? Soupira Alya.

-       C’est Nino. Je me disais que si des nouveaux super vilains faisaient leur apparition, ça pourrait être une force que nous quatre nous connaissions vraiment, tu ne crois pas finalement ?

-       Pour anticiper comme la dernière fois ça peut être bien, en effet, mais comme il n’y aura plus de vilains…

-       Je l’espère ! Il faudrait qu’on trouve un moyen de camoufler mieux que ça la miracle box parce que ce vieux magnétophone fait un peu tâche dans ce décor.


Tiki se montra très fière et demanda de sa petite voix :


-       Tu peux te détransformer Chat Noir ? Plagg et moi nous pouvons remédier à ce problème.

-       Vraiment ? Mais t’es juste trop mignonne toi ! Détransformation !

-       Du camembert vite !!

-       Tiens Plagg régale toi.

-       Vous ne trouvez pas que sans fromage, la vie serait sans saveur ?

-       Dépêche-toi, Plagg, Il faut qu’on montre aux autres comment camoufler la miracle box.

-       Toujours aussi sérieuse Sucrette…

-       Ne m’appelle pas sucrette !

-       Bon, si tu le dis. Vous voulez qu’elle ressemble à quoi cette boite ?

-       A quelque chose qu’on peut retrouver dans cette chambre, comme une boite à coudre, ou un mannequin ?

-       La boite à coudre c’est trop dangereux car n’importe qui peut être tenté de l’ouvrir, le mannequin c’est plus gros mais personne ne devrait y toucher. Soupira lacement le petit chat en touchant la boite.


Tiki fit de même que Plagg et en cœur, Tiki s’écria « Luckycharm » tandis que Plagg chantonna « Cataclysme ». Une puissante lumière éblouis la pièce et la boite à musique se transforma en un mannequin en tissu recouvert de petits boutons camouflés sur le cou en bois. Tiki montra fièrement à sa porteuse la nouvelle boite :


-       Voilà Marinette, à toi de taper un code, et ce premier code sera le dernier pour ce modèle, garde le secret, et ne le partage avec personne tant que tu seras la gardienne.

La jeune fille en essaya un qui ouvrit des petits tiroirs camouflés dans le torse du mannequin. Chacun de ces tiroirs cachaient un miraculous. Marinette retapa ce même code et la boite se camoufla à nouveau.

-       Voilà qui est parfait !

-       Je ne voudrais pas vous déranger plus longtemps, je dois retrouver Nino aujourd’hui de toute façon, bonne journée les amoureux, salua Alya.

-       A bientôt !


Adrien regarda Marinette droit dans les yeux et sortit de sa poche une carte rouge en forme de cœur.


-       Dis-moi, c’est toi qui as écrit cette carte ?

-       Tu l’as gardé ?! Si tu savais à quel point je me suis sentie bête d’avoir oublié de la signer !

-       Mais depuis combien de temps tu essaies de me le dire ? Ca fait juste tellement longtemps !

-       Tu te souviens de notre rencontre ?

-       Quand tu croyais que j’avais collé un chewing-gum sur ta place au collège ?

-       Oui. Le soir, à la sortie, il pleuvait et tu m’as donné ton parapluie en m’expliquant que tu l’avais en fait décollé et que tu n’avais encore jamais eu d’amis. J’ai eu une telle désillusion, et j’ai ressenti une telle bonté en toi… sans parler de ta tête d’ange ! Tu es devenue une idole pour moi !

-       C’est drôle, moi j’ai craqué sur Ladybug lors de notre première mission. Je t’ai trouvé si souple, si intelligente, si…parfaite !

-       Et Kagami ?

-       Oh ! C’est vrai que tu en es resté à quand je m’intéressais à elle. C’était suite à un de tes si nombreux refus que je lui ai demandé des conseils, et elle m’a dit de changer de cible. J’ai essayé de l’écouter et je lui ai tendu la rose que j’avais gardé pour toi. Mais j’ai fini par réalisé que à mes yeux elle n’était qu’une amie, et que rien ne pourrait jamais te remplacer !

-       Et pourtant ! Dieu sait à quelle point elle a dût rester sur cette idée…

-        Tu parles d’Oni Chan ?

-       Entre autre… Tu sais, tu es probablement le garçon le plus convoité du collège !

-       Mais est-ce que c’est moi qu’ils veulent, ou cette photo de magasine ?

-       Je ne sais pas… Mais ce qui est sûre c’est que je suis plus qu’heureuse d’avoir découvert que c’était toi qui se cachais derrière chat noir.

-       Pourquoi l’as-tu si souvent repoussé ?

-       A cause de toi… Comment aurais-je pu renoncer à toi ? Et pourtant si je ne t’avais jamais rencontré au collège, j’aurais vu chat noir d’un œil différent.

-       Et Luka ?

-       Oh mon dieu ! Que des problèmes ! Je lui ai brisé le cœur et ça l’a akumatisé en Vérité…

-       Mais que voulais-t-il savoir ?

-       Comment une lettre qui t’était destinée s’était retrouvée dans sa chambre.

-       Une lettre qui m’était destinée ?

-       En fait, quand on partait voir André, je ne retrouvais pas une lettre que j’avais écrite pour toi, et cette lettre je l’ai égaré chez Luka quand on combattait Végéplanta. Lui dire comment la lettre s’était retrouvée là, impliquait que je lui révèle mon identité secrète.

-       Tu pourrais me montrer cette lettre ?

-       Je crois que cette lettre est maudite tu sais. C’est déjà à cause d’elle qu’on a dût combattre Rebrousse temps.

-       Je me disais bien que ce n’était pas une ordonnance contre les flatulences que tu voulais me donner ! Hahaha !

-       Non en effet, je crois que je ne serais jamais factrice.

-       Il n’empêche que cette lettre anonyme que j’ai reçue m’a souvent consolé après tes rejets. Tu écris tellement bien !

-       T’es trop mignon ! Si tu veux je t’en écrirais plein quand tu partiras au Japon.

-       Je ne crois pas que je vais partir, je vais plutôt essayer de rester avec toi. Tu es la femme de ma vie tu sais !

Leurs regards se perdirent, leurs lèvres se frôlèrent avant de se plaquer intensément. Leurs langues s’entrelacèrent fougueusement, leur rythme cardiaque s’emballa et leur respiration se faisait de plus en plus inconstante. Les adolescents s’allongèrent dans le lit en se caressant, sans se quitter des yeux.

-       C’est la première fois que je ressens quelque chose d’aussi fort… Je n’ai envie que d’une seule chose, rester des heures durant dans tes bras protecteurs et d’oublier tout le reste. Souffla Marinette sur un petit nuage.

Et c’est ainsi qu’Adrien se senti pour la première fois de sa vie aimé avec la certitude de ne plus jamais être seul.

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?