Prince Noir: Une petite sœur bien courageuse par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Side Story / Famille / Aventure

1 Je viens de naître

Catégorie: G , 528 mots
0 commentaire(s)

Six semaines auparavant, j’étais sortie du ventre de ma mère. J’ai eu très froid et, sur mes jambes très raides, j’avais essayé à tout prix de me lever et de faire face à la vie.

Ma mère m’avait léché le corps pour me nettoyer. Les palefreniers qui étaient venus s’occuper d’elle s’étaient assurés qu’elle allait bien… et moi aussi d’ailleurs ! Je me trouvais alors dans un grand box fermé, pour que ma maman se sente en sécurité.


L’un des palefreniers avait fait remarquer : « C'est une jolie pouliche ça ! Mais elle n'a pas la même robe que son grand frère Prince Noir... étrange... »

L’autre avait dit : « C'est normal, ses grands-parents ne sont pas de la même couleur que la mère. »

En effet, j’étais plutôt couleur alezan brûlé, à peu près « café torréfié » pour les non-connaisseurs. De tempérament plutôt calme, j’avais fini par me tenir debout sur mes sabots, enfin ! Et j’avais réussi à m’alimenter toute seule sans l’aide des humains.

Quelques jours plus tard, ma mère et moi avions été menées dans une grande prairie où nous pouvions galoper à perte de vue et manger de l’herbe à s’en crever l’estomac ! Mais à mon âge, je ne pouvais me nourrir que du lait de ma mère, c’était vital pour moi.


Un peu plus tard, quand mes dents avaient été suffisamment formées, j’avais commencé à manger de l’herbe, mais je continuais à suivre ma mère. J’avais bien grandi et ma robe avait perdu sa fourrure. Un humain s’était un jour approché de moi et m’avait mis un truc qui me tenait la tête de toutes parts pour que j’évite de bouger dans tous les sens. Il avait tiré dessus dans l’espoir que je le suive mais je n’avais pas compris ce que je devais faire tandis qu’il était arcbouté de toutes ses forces et que mes sabots glissaient sur le sol… J’avais fini par saisir et le suivre. A partir de là j’avais été en semi-liberté avec d’autres poulains pendant trois ans !


Le moment du dressage est venu. Les techniques avaient bien évolué pour monter ou nous débourrer à l’attelage. On ne nous mettait plus directement la selle ni même un mors tout de suite. On nous faisait sentir, toucher, voire même écouter ! Mais je vais vous passer les détails du débourrage


Ce jour-là, j’étais fin prête à la monte et à l’attelage. Il était temps pour moi de trouver une nouvelle famille. Un homme m’acheta et m’emmena à Bristol où j’allais vivre dans une famille assez pauvre mais où je serais bien traitée !


(bonsoir à tous et à toutes chers lecteurs/trice première fanfic sur mon film préféré! Aidée sur le texte car pour ceux qui ont lus mes autres fanfic, j'ai beaucoup de mal avec les temps et tout donc euuuuuh... j'espère que ça vous a plu! Bonne soirée!)

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?