The Rescue's Hope par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Side Story / Drame / Romance

19 Chapitre 19

Catégorie: T , 2625 mots
0 commentaire(s)

En attendant que la tempête prenne fin dans le désert argenté du Hueco Mundo, Shûhei et Tsunata continuèrent de discuter autour du feu préparé par le ténébreux pour réchauffer la Kurotama blessée. Il profita de l’instant pour connaître les circonstances de l’arrivée de la jeune femme et de son « âme sœur » au sein de l’Armée Noire ; Tsunata, plus coopérative que prévu, lui narra qu’un jour, il y avait de cela quelques mois, Tetsu et elle avaient été laissés pour morts dans le sable du monde des Hollow. Des Menos Grande, s’étant aperçus de leur présence, les avaient chargés pour les dévorer, lorsque le Maître et ses subalternes avaient fait leur apparition pour leur venir en aide. Shûhei l’interrogea sur l’identité dudit Maître qui semblait si important dans la vie des Kurotama, mais la jeune femme parut perplexe ; elle lui expliqua que personne parmi la garde inter-dimensionnelle n’avait vu son visage, et que son nom lui-même était un mystère. D’ailleurs, aucun des gardiens n’avait le droit de se préoccuper de leur hiérarchie : leur seul et unique devoir était de suivre les ordres, le reste n’avait aucune importance.

Tsunata poursuivit son histoire et avoua à Shûhei que les coups dont Tetsu et elle avaient été victimes résultaient d’un combat contre des Shinigami, levant ainsi le voile sur les raisons de sa haine profonde envers les soldats du Gotei 13. Leurs blessures avaient été si graves qu’à leur réveil, tous deux étaient souffrants d’amnésie ; le Maître les avait recueillis et soignés, puis leur avait confié un poste au sein de la garde, un emploi qui, du fait de sa distance avec le gouvernement pour éviter toute fuite en cas de capture, rassurait les Kurotama les plus inquiets de leur intégration. Shûhei comprit que la dévotion dont faisait preuve Tsunata n’était en réalité que le fruit de son désir de prouver sa véritable valeur aux yeux des autres, et d’assouvir sa vengeance. Cela n’avait rien d’étonnant lorsqu’on connaissait son tempérament. Toutefois, il releva une grande incohérence dans son récit : comment pouvaient-ils faire partie de l’Ordre Kurotama depuis des mois, alors que l’incident ayant entraîné la disparition de sa coéquipière remontait à un peu moins de quarante-huit heures ? Il se dit que venant de la part de leurs nouveaux ennemis, une manipulation mentale de cette envergure n’était pas improbable.

Lorsque la jolie blonde encore blessée lui demanda les détails de leur hypothétique séparation – dans la mesure où elle serait la Tsunata dont il ne cessait de lui faire l’éloge –, Shûhei resta très évasif pour ne pas semer le trouble dans son esprit adroit qui n’attendait probablement qu’une erreur de sa part pour le discréditer. Il préféra lui conter dans un premier temps le souvenir de leur rencontre, avec un sourire nostalgique auquel Tsunata répondit par une expression compatissante. Il lui fit ensuite étale de quelques-unes de leurs péripéties, en prenant cependant soin de ne pas aborder le sujet Miya Tanabe et de leur séparation d’un mois qui, à son sens, n’étaient pas le genre de chose à rappeler à quelqu’un qui tente de retrouver la mémoire. Il lui expliqua enfin qu’un jour, le Commandant avait fait appel au Shûnata, ainsi qu’à Izuru et Sotaro – le blond à l’air blasé et le petit brun au sang chaud – pour effectuer une mission dans le monde des humains. Tsunata, un sourcil arqué, releva le sobriquet désignant leur potentiel duo et dit :

–  Le Shûnata ? C’est ridicule comme nom.

Shûhei éclata de rire en lui assurant qu’elle le trouvait pourtant très recherché lors de sa création, avant de poursuivre d’un ton plus sérieux et d’en venir au drame qui les avait séparés l’un de l’autre. C’est en percevant le trouble dans sa voix que la jeune femme fut convaincue de sa sincérité, et qu’elle comprit à quel point cette perte l’avait touché. Il aborda ensuite le sujet épineux de l’amnésie du Gotei 13, changeant l’expression de son visage en une moue révoltée, mettant l’accent sur l’importance que sa coéquipière avait à ses yeux.

Tsunata l’observa avec beaucoup de tendresse et posa sa main sur l’un de ses genoux entremêlés. Lorsqu’elle lui assura que tout finirait par rentrer dans l’ordre, Shûhei fut persuadé de ne pas avoir affaire à la Kurotama sanguinaire qui l’avait provoqué en duel, mais bel et bien à la seule personne auprès de qui il se sentait à sa place.

***

Dans le palais lugubre des Kurotama se tenait au même moment une réunion d’urgence, organisée par le jumeau survivant des frères Nagl. Les soldats réunis par le Kurotama aux longs cheveux bleus ne cachaient plus leur impatience de connaître le motif de ce rassemblement soudain, et l’un d’entre eux s’enquit d’un ton acerbe en croisant les bras :

–  Qu’est-ce que tu nous veux, Amon ? Qu’y avait-il de si pressant pour que tu quittes ton poste dans l’entre-deux ?

–  Un acte de haute trahison a eu lieu : Tsunata Nara s’est alliée à un groupe d’intrus essentiellement composé de Shinigami.

Les plaintes offusquées des Kurotama formèrent un véritable vacarme alors que seule une dizaine de soldats étaient présents sur les lieux.

–  Je le savais ! On ne peut pas faire confiance à des impurs comme elle !

–  Qu’en est-il de Tetsu Ribon ?

–  Nous ne savons pas quelle est sa position dans cette histoire, confia Wolf. Cependant, tout porte à croire qu’il a lui aussi changé de camp.

Le brouhaha prit davantage d’ampleur.

–  C’est pas vrai ! s’insurgea une autre âme noire. Qu’est-ce qui a pris au Maître de les intégrer dans l’Ordre !

–  Est-il au courant des agissement de sa précieuse protégée ?

–  Apparemment oui, affirma Amon, puisque l’information nous vient de notre Seigneur lui-même. Nous l’avons trouvée et étions sur le point d’en finir avec elle, quand un Shinigami est venu à son secours.

–  C’est un blasphème à l’encontre des Kurotama !

–  On ne peut pas laisser passer un tel affront !

Amon sourit de manière entendue en entrelaçant ses bras.

–  Tout justement, déclara-t-il. Nous devons régler le problème « Tsunata Nara » au plus vite, pour l’honneur des Kurotama.

–  Et tu as un plan, Amon ?

Son rictus fut suffisant pour comprendre, mais il ajouta tout de même :

–  Je ne vous aurai pas demandé de venir s’il en avait été autrement.

***

Le calme revint dans le Hueco Mundo. Shûhei se leva et vint en aide à la jeune femme blessée pour en faire de même. Tsunata sentit son cœur s’affoler lorsqu’elle rencontra le torse de son sauveur et découvrit le léger parfum boisé qui s’en dégageait. Comme pour accentuer sa gêne, il noya ses iris argentés dans ses yeux brillants d’une lueur que le jeune homme attribua à une poussée de fièvre et s’inquiéta :

–  Tu es sûre que ça va aller ?

Un sourire rayonnant prit possession de sa figure.

–  Certaine !

Shûhei releva ce ton enjoué auquel elle ne semblait pas avoir prêté la moindre attention et se sentit baigné de chaleur : quoi que les Kurotama aient pu lui faire, quoi qu’ils aient pu lui dire, celle qui lui faisait face était sa Tsunata. Sans plus attendre, ils se mirent en route pour rejoindre leurs alliés respectifs.

Durant toute la traversée, Shûhei et Tsunata se tenaient côte à côte, étonnamment proches pour deux personnes dont l’une d’entre elles aurait bien arraché le dernier soupir de l’autre quelques heures auparavant. La blonde ne prêtait plus aucun intérêt aux rires que le ténébreux provoquait avec ses diverses anecdotes sur les relations que sa version Shinigami entretenait avec les autres membres de l’expédition. Contrairement à elle, Shûhei notifiait chacune de ses réactions qui le confortaient dans l’idée que, d’ici peu, le véritable visage de Tsunata referait surface.

La jolie blonde l’avait également interrogé sur l’histoire des trois cicatrices qui ornaient le côté droit de sa figure ; interdit dans un premier temps, le Shinigami l’avait exaucé avec un certain malaise, mais Tsunata parut admirative de ses exploits passés et lui avoua timidement que cela lui donnait un charme. Shûhei, sous le choc, trébucha dans le sable et manqua de peu d’y plonger la tête la première, provoquant un fou-rire incontrôlable chez la jeune femme ; mais, qu’à cela ne tienne, il faisait bon de la voir s’esclaffer aussi gaiement, d’être le témoin de son retour à celle qu’elle était vraiment, celle qu’il était convaincu d’aduler jusqu’à la fin de ses jours.

Près d’une heure après leur départ de la grotte, ils virent se profiler au loin six silhouettes qu’ils ne mirent pas longtemps à identifier ; celles-ci, lorsqu’elles s’aperçurent de la présence de leurs amis, accoururent à leur rencontre. A la grande surprise de Tsunata, les premiers arrivés – Sotaro, Orihime et Rangiku – lui sautèrent directement dessus : ils l’enlaçaient elle, et non le jeune homme qui l’accompagnait. Interloquée, elle l’interrogea du regard et obtint pour seule réponse un sourire lourd de sens.

–  Tsuna-chan ! Tu vas bien ?

–  On s’est rongé les sangs ! Ne pars plus jamais comme ça !

La jeune femme, comblée d’embarras, ne sut quoi leur répondre ; Izuru profita de la confusion pour s’approcher de Shûhei et poser sa main contre sa clavicule.

–  Qu’est-ce qui t’a pris de te barrer sans rien dire ?

Il dirigea son regard empreint de douceur sur sa partenaire et dit :

–  Je ne pouvais pas la laisser seule : quoi qu’il advienne, Tsunata restera toujours Tsunata.

Izuru acquiesça, soulagé de constater que son meilleur ami avait enfin retrouvé ses esprits, et que l’attitude glaciale de son Capitaine ne l’avait pas aveuglé. Au même moment, Ichigo, qui, jusque-là, était resté en retrait, vint auprès de la blonde encerclée et incita les autres à s’écarter d’elle en un seul regard. Tsunata lui lança un regard suspicieux, rivalisant avec ses sourcils roux froncés. Le remplaçant se mit devant elle et la considéra silencieusement de son air impassible. Les secondes s’écoulèrent avec lenteur, jusqu’à ce qu’il brise son mutisme de sa voix bougonne :

–  Hé, blondie.

Une veine se mit à palpiter sur le front de la désignée, visiblement piquée au vif.

–  Comment tu m’as appelée, le rouquin ?

Il s’approcha encore dans un silence de plomb, avant d’apposer sa main droite contre la chevelure dorée de son ancienne partenaire et de descendre son visage à son niveau, plongeant ses yeux ambrés dans les siens.

–  Que tu te prennes pour une Kurotama ou pour Miss Monde, j’en ai rien à foutre, mais t’as pas le droit de disparaître. On t’a perdue une fois, je ne laisserai pas ça se reproduire. J’ai été assez clair ?

Même si sa vue se limitait au visage du Shinigami, Tsunata sentit distinctement les sourires des autres peser sur elle, si bien qu’elle crut même percevoir celui de Tetsu. Pourquoi s’étaient-ils tant inquiétés pour elle, elle qui n’avait jamais cessé de les mépriser depuis leur rencontre et se serait allègrement contenté de les laisser périr sans même bouger le petit doigt pour leur venir en aide ? La réponse était évidente, et elle en était parfaitement consciente. C’est pour cette simple raison qu’elle n’opposa aucune forme de résistance et qu’elle répondit à Ichigo par de grands yeux écarquillés, ce qui, dans une situation toute autre, l’aurait fait jubiler.

Tetsu, lui, s’était déjà résolu à ne pas appartenir à la race des Kurotama, et le comportement des intrus à l’égard de sa coéquipière suffisait à répondre à bon nombre des questions qui ne cessaient de le tourmenter depuis leur réveil dans le sable du Hueco Mundo. Il laissa son visage se détendre dans une expression débordante de tendresse. En croisant les bras, il soupira et susurra pour lui-même :

–  Quelle tête de mule !

Malgré ses précautions, une personne parvint à l’entendre prononcer ces quatre mots ; Shûhei se tourna vers lui et le gratifia d’un remerciement aussi inaudible que sincère. Tetsu s’en étonna, car ami ou non de Tsunata, cet homme lui inspirait peu confiance, notamment à cause des sentiments qu’il semblait nourrir pour la blonde. Il lui signifia d’un signe de tête que ce n’était rien, et s’empressa de se reconcentrer sur son acolyte.

Tsunata s’écarta du groupe et se racla la gorge pour se redonner contenance. Dans une sévérité de façade, elle gronda :

–  Nous devrions nous hâter de rejoindre le Garganta au plus vite. Les autres gardiens ne vont pas tarder à nous tomber dessus, d’autant plus si on reste plantés ici à se détailler les uns les autres.

Contre toute attente, ils lui sourirent d’un commun accord, et Tsunata sentit ses joues prendre feu.

–  A vos ordres, sensei !

–  C’est fou ce que tu peux être directive, soupira Ichigo.

–  La ferme.

Ainsi, ils entreprirent la route vers leur destination finale. Tetsu avait l’agréable impression d’avoir été soulagé d’un lourd fardeau, tandis que Tsunata, elle, essayait de mettre un nom sur la chaleur nouvelle qui s’emparait de son âme, et ce depuis que les mots de son sauveur avaient mis fin à la rage inassouvie que les Kurotama n’avaient eu de cesse d’alimenter en elle.

L’équipe dépêchée pour le sauvetage de Tsunata ne souffla pas un mot au sujet de son retour imminent au Seireitei, trop heureuse de la savoir à nouveau parmi eux, en sécurité, et en mesure d’apporter les réponses nécessaires à la conclusion de cette histoire sans queue ni tête. Rangiku, pour sa part, ne put s’empêcher de sourire en songeant qu’il n’y avait guère que Shûhei pour raviver les souvenirs et les sentiments de leur amie en si peu de temps.




0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?