Les descendants par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Action / Romance

59 Un nouveau venu dans la famille

Catégorie: G , 2118 mots
0 commentaire(s)

Chapitre 59 : Un nouveau venu dans la famille




  Cela faisait maintenant plusieurs semaines que le père de Haru et Natsu avait refait surface. Si les liens familiaux sont encore un peu fragiles, ils ne faisaient que se renforcer au fil du temps.

  Rock avait enfin pu rencontrer ses petits-enfants. Il avait encore versé des larmes en découvrant que ses enfants étaient devenus parents à leur tour. Bien sûr, il s’était douté qu’ils avaient construit leur propre vie de famille, mais c’était quand même incroyable.

  Les enfants avaient été un peu timide au début mais, encouragés par leurs parents, ils avaient fini par s’habituer à la présence de Rock et à l’apprécier. Ils avaient même commencé à l’appeler « papy ».

  Il avait également appris à connaître les conjoins de ses enfants, Luxus et Lucy. De même qu’il avait commencé à se faire une place à la guilde. Les gens voulaient mieux le connaître. Tout allait pour le mieux.

  Cependant, même si toute cette histoire était fantastique, il ne fallait pas pour autant négliger le reste. Les membres de la guilde enchaînaient les missions comme à leur habitude. Luxus s’occupait de gérer les affaires de Fairy Tail et Haru préparait la fête du royaume dragonien.

  Quand son père avait appris qu’elle avait été couronnée reine, il n’arrivait pas à le croire. Cela n’avait fait que lui prouver une fois de plus que ses enfants avaient bien grandis.

  Un jour que sa fille travaillait seule dans le bureau de la guilde, il alla lui rendre une petite visite. Il frappa doucement à la porte et elle se retourna.

 

-Je te dérange ? demanda-t-il.

 

-Non, je t’en prie, entre.

 

  Il entra et vint s’asseoir sur la chaise à côté d’elle.

 

-Encore dans les préparatifs de la fête ? dit-il.

 

-Je règle les derniers détails. C’est bientôt, il faut que tout soit bouclé d’ici la fin de la semaine.

 

  Rock sourit en regardant sa fille.

 

-Qu’est-ce qu’il y a ? demanda-t-elle. Pourquoi tu me regardes comme ça ?

 

-Parce que j’ai vraiment l’impression de voir ta mère quand je te regarde. C’est assez troublant de voir à quel point tu lui ressembles mais, en même temps, ça me rends fier.

 

  Haru se renfonça un peu dans son siège et le regarda.

 

-Je me demandais, dit-elle. Comment tu as réagi quand tu as appris que maman était un dragon ? Je veux dire, c’est quand même pas une nouvelle qui vous laisse indifférent.

 

-Non, ça c’est certain. Je dois dire que ça m’a fait un choc quand je l’ai su. Même si j’ai eu un peu de mal à le croire au début. Ta mère avait une apparence humaine, difficile de croire qu’à l’origine elle ressemblait à une espèce d’énorme lézard avec des ailes et qu’elle crachait du feu.

 

  Haru gloussa.

 

-Qu’est-ce qui t’a convaincu ? demanda-t-elle.

 

-Eh bien, ta mère n’était pas seulement capable de manipuler le feu. Elle avait aussi d’autres pouvoirs. Par exemple, il lui arrivait de pouvoir communiquer par la pensée, seulement grâce à un simple contact.

 

-C’est vrai ? Elle pouvait vraiment faire ça ?

 

-C’est comme ça qu’elle m’a convaincu. Elle m’a montré sa vie d’avant comme ça.

 

-Je me demande si je suis aussi capable de le faire. Il faudra que j’en parle à Natsu, peut-être qu’on a hérité de ce don nous aussi.

 

-Peut-être.

 

-Mais tu n’as toujours pas répondu à ma question. Ça ne t’a pas fait peur de savoir que maman était un dragon ?

 

-Peur, non. J’étais surpris, un peu perplexe, mais pas effrayé. Je l’aimais déjà éperdument. Je suis tombé amoureux d’elle à la seconde où je l’ai vue. Le fait qu’elle soit un dragon n’a rien changé à mes sentiments pour elle.

 

  Haru sourit face à cette déclaration d’amour pour sa mère. Elle se dit aussi que, si elle avait bien hérité de ses dons de cette dernière, elle avait en revanche pris du côté de son père pour tout ce qui est sentimental. Comme lui, elle aimait d’un amour sans borne les personnes qui lui étaient proches. L’amour que son père éprouvait pour sa mère était le même que Haru ressentait pour Luxus. C’est d’ailleurs sans doute pour ça qu’elle n’a jamais cessé de le défendre, même quand il lui était arrivé d’emprunter les mauvaises routes.

 

-C’est dur, parfois, dit Rock. Il m’arrive encore de rêver d’elle. Je n’ai jamais oublié son visage. Mais, quand je me réveil et que je vois qu’elle n’est pas là, ça me fait mal.

 

-Je comprends. Perdre des gens qu’on aime, surtout des personnes comme toi tu l’as aimé, c’est un déchirement. Mais j’aime à penser que ceux qu’on a perdu veille toujours sur nous. On ne peut pas les voir, mais ils sont là.

 

-C’est ce que je me dis aussi.

 

  Soudain, quelqu’un frappa à la porte. Kai passa la tête par la porte, l’air pâle.

 

-Qu’est-ce qui se passe, mon chéri ? demanda Haru en allant vers lui.

 

-C’est tante Lucy. Elle se sent pas bien. Y a plein d’eau partout.

 

  Haru comprit tout de suite ce qui se passait.

 

-Reste avec ton grand-père, d’accord, lui dit-elle. Je vais voir tante Lucy.

 

-C’est grave ? demanda le petit garçon d’un air apeuré.

 

-Non, ne t’inquiète pas. Tante Lucy va seulement avoir son bébé.

 

  Elle se tourna ensuite vers son père.

 

-Tu veux bien rester avec lui.

 

-Bien sûr, dit Rock. Tu es sûre que tu n’as pas besoin d’aide.

 

-Non, ça ira. Reste à la guilde avec les enfants.

 

  Haru se précipita vers la garderie. Reby était avec Lucy et les autres enfants qui se tenaient un peu à l’écart. Lucy était assise par terre et se tenait le ventre en faisant la grimace.

 

-Lucy, tout va bien ? demanda Haru en s’agenouillant près d’elle.

 

-Je crois que c’est le moment.

 

-Oui, ça m’en a tout l’air. Tu peux te lever ? Il faut t’emmener à l’hôpital.

 

-Je vais essayer.

 

-Natsu est parti en mission avec Grey, dit Reby. Je vais l’appeler pour le prévenir.

 

-D’accord. J’emmène Lucy en attendant.

 

-Maman ! s’exclama Mia en se précipitant vers sa mère.

 

-Tout va bien, ma chérie, lui dit Lucy d’une voix douce. Ecoute, maman doit aller à l’hôpital pour mettre ton petit frère ou ta petite sœur au monde. Papa ne va pas tarder à rentrer et, quand il sera là, vous viendrez tous les deux me rejoindre, d’accord ? Tout se passera bien, c’est promis.

 

  Mia acquiesça et Lucy déposa un baiser sur son front. Elle fut ensuite conduite par Haru qui la soutenait vers la sortie. Pour gagner du temps jusqu’à l’hôpital, Haru déploya ses ailes pour y aller par les airs. Elle évita quand même de voler trop haut et trop vite pour ne pas brusquer Lucy. Une fois là-bas, les infirmières prirent Lucy en charge et la conduisirent jusqu’à une chambre. Haru fut autorisée à rester avec elle le temps que Natsu arrive.

 

-J’ai l’impression de revenir cinq ans en arrière, dit Lucy. Sauf que, cette fois, c’est toi qui me tiens la main pour me soutenir.

 

-Eh, c’est normal. Je te rappelle qu’en épousant mon frère, tu es officiellement devenue ma sœur. Et entre sœurs, on se soutient.

 

-J’espère que je n’ai pas fait trop peur aux enfants. Je ne pensais pas que ça arriverait aujourd’hui.

 

-C’est le problème avec les bébés. On ne sait jamais quand ils vont se décider à sortir.

 

  Les deux femmes se mirent à rire.

 

-T’en fais pas, ça va aller, lui dit Haru. Tu l’as déjà fait, ce sera encore plus facile que la première fois. Dans quelques heures, Mia aurait un nouveau petit frère ou une nouvelle petite sœur et moi je pourrai jouer les tatas gâteux deux fois plus.

 

  Lucy sourit.

  Natsu arriva quelques minutes plus tard, essoufflé d’avoir couru jusqu’à l’hôpital. Haru s’éclipsa pour les laisser tous les deux et alla attendre dans la salle des visiteurs. Le bébé ne tarda pas à montrer le bout de son nez et, à peine une heure après son arrivée, Lucy mit au monde une petite fille. Quand Natsu vint annoncer la bonne nouvelle à sa sœur, il avait les larmes aux yeux.

 

-Félicitation, petit frère, lui dit Haru en le prenant dans ses bras.

 

-Une fille, dit-il. Elle est magnifique, Haru.

 

-Je n’en doute pas.

 

-Il faut que je retourne voir Lucy. Oh, et il fait aussi que j’aille chercher Mia. J’étais tellement pressé de venir ici que je n’ai plus pensé à rien d’autre.

 

-Je peux aller la chercher, si tu veux, comme ça toi tu resteras avec Lucy.

 

-Ça ne te dérange pas ?

 

-Mais non, pas du tout. Je vais la chercher et on attendra toutes les deux dans la salle d’attente pour aller voir, Lucy.

 

-Merci, grande sœur.

 

  Haru retourna donc à la guilde. Elle avait à peine passé les portes que tout le monde lui demanda des nouvelles de Lucy. Elle ne savait pas grand-chose mais elle leur annonça qu’elle avait eu une petite fille. Mia se précipita dans ses bras, heureuse d’apprendre qu’elle avait maintenant une petite sœur. Ensuite, elle et Haru retournèrent à l’hôpital pour aller voir Lucy. Natsu vint les chercher et prit sa fille dans ses bras pour les conduire jusqu’à la chambre.

  Lucy avait l’air un peu fatigué mais elle avait le sourire jusqu’aux oreilles tandis qu’elle regardait le petite être qu’elle tenait au creux de ses bras. Natsu déposa Mia à côté de sa mère pour qu’elle puisse voir sa petite sœur.

 

-Elle est toute petite, dit-elle.

 

-C’est normal, lui dit sa mère. Comment tu la trouves ?

 

-Elle est trop belle. Comment elle s’appelle ?

 

-Aurore.

 

-Ça lui va comme un gant, dit Haru.

 

  Natsu essuya une petite larme qui lui avait échappé et Haru le prit par les épaules.

 

-Mon pauvre petit frère, dit-elle. Trois femmes à la maison, tu vas avoir du fil à retordre.

 

  Il se mit à rire.

 

-C’est pas grave, dit-il. Je les aime même si elles me mènent par le bout du nez.

 

  Il fit un clin d’œil à Lucy et celle-ci lui répondit par un sourire tendre.

  Haru décida de les laisser en famille. Il se faisait tard et il fallait qu’elle aille chercher ses enfants avant de rentrer chez elle. Cette journée avait été riche en émotions mais elle s’était terminée sur une bonne note.

  La nuit commençait à tomber. Haru était perdue dans ses pensées, sur un petit nuage. Elle était tellement dans la lune qu’elle ne prêta pas attention à la silhouette qui se tapissait dans l’ombre au détour d’une rue, et qui la suivait du regard.

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?