Falling Skies : Survivre à l'invasion par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Science-fiction / Self-inserted

0 Prologue

Catégorie: G , 1223 mots
0 commentaire(s)

Nous sommes dans une belle journée d'hiver, quelques jours avant Noël plus précisément, quelques flocons tombent au sol en formant une minuscule couche de neige, les illuminations de Noël sont magnifiques, j'observe cette scène par la fenêtre avec ma petite amie Ophélie, 20 ans que je sers dans mes bras quand soudainement, des vaisseaux traversent le ciel à une vitesse plus vite que les avions, en projetant des bombes sur les réseaux électriques, coupant l'électricité en ville, les illuminations de Noël cessent de fonctionner, le chauffage se coupe également, le froid de l'hiver se faisait davantage ressentir dans la maison. Des gigantesques vaisseaux atterrissent ensuite dans les rues, les choses sortant des vaisseaux sont hideux, 6 pattes, 2 bras une tête énorme, eux aussi ont une grande vitesse de déplacement, ils sont suivis par des robots immenses qui émettent comme un sifflement "hummmm". La panique se fait entendre dans la rue, des cris, des explosions, de la peur, un vrai désastre, les adultes se font tuer par les robots, quant aux jeunes et adolescents non, les robots envoient une sorte de faisceau sur eux puis ils s'évanouissent, les aliens les emmènent avec eux, pourquoi ? Ma petite amie pleure devant cette atrocité et c'est compréhensible, je la réconforte autant que je le peux, nous sommes seul dans la maison, mes parents sont au magasin pour les préparatifs du repas de Noël, j'espère qu'ils s'en sortiront. Les aliens se rapprochent de plus en plus des habitations.


Mon regard se tourne alors vers elle :

Surtout ne fait pas de bruit et suis moi, à la cave nous serons à l'abri du danger.

— Kévin, j'ai peur, me dit-elle apeurée.

— Ne t'inquiètes pas Ophélie, je suis là.

Je prends sa main et nous nous dirigeons vers la salle à manger.

Dans la précipitation, nous brisons un vase.

Je regarde par la fenêtre et l'un de ces monstres saute par dessus le portail, le jardin est grand ce qui nous laisse un petit peu de temps, je lui montre rapidement l'entrée de la cave avec précipitation et anxiété :

Dépêche toi ! L'entrée est juste ici, passe par cette trappe et cache toi bien quelque part !

— Et toi ? Viens ! Me dit-elle avec incompréhensibilité.

Nos regards se croisent et je sais qu'à ce moment là, je n'ai pas le temps de la suivre.

Je t'aime. Chut je le sais aussi, cache toi s'il te plait, ne fait pas de bruit.


Quelques secondes après avoir cacher la trappe, une fenêtre se brise en éclat, des morceaux de verres atterrissent à mes pieds, je relève ma tête lentement et il est présent, là devant moi, il me fixe avec ses grands yeux noires, une tête semblable à un poulpe, l'allure d'une araignée se servant de ses six pattes pour avancer, un torse semblable à un humain, une taille d'environ 1,20m recouvert d'une peau verdâtre, ses deux bras sont très grands ne possédant que trois longs doigts par main. Il semble s'exprimer par une sorte de grognements/cris aigus incompréhensibles, sa bouche est coupée en quatre parties qu'il bouge constamment, un grand barbilllon est suspendu de chaque côté de sa bouche semblable à une carpe.

Bonjour, moi c'est Kévin, 21 ans et toi ?

Il me répond avec un son aigu et fort.

Tout à coup, il m'attrape le bras avec une force inouïe pour m'attirer à l'extérieur, j'essaye tant bien que mal de rester sur place mais il fini par me porter et sortir par la fenêtre où il est entrer, mes 1,90m ainsi que mes 70 kilos n'est apparemment pas un problème pour lui, une fois dehors, il continue de me maintenir fermement, un de ces robots arrive, contrairement aux aliens, il a l'apparence d'un humain et la forme métalique, deux jambes avec trois doigts sur les pieds ainsi que deux bras, le gauche formant également trois doigts quand au droit, il n'a pas de doigts, un engin recouvre son bras, il s'en sert comme pistolet, de faisceau pour les jeunes et de lance rocket et quoi d'autres ? Il possède également une lumière ventrale, deux lumières forment ses yeux illuminées en bleu, quelque chose comme des ailes semble être fixé derrière lui ce qui lui donne des sortes d'oreilles pointues. Il me vise ensuite avec son bras droit, veut-il me tuer, me capturer ? Une charge lumineuse en sort, je m'évanouis au sol.


Plus tard


Je me réveille dans une salle qui ressemble plus à une usine, une grande machine comme une cuve est au fond de la salle, il y a une vitre transparente sur le devant et je peux en apercevoir le contenu, des choses semblent nager dans un liquide, ils sont rapides, qu'est-ce que c'est ? En regardant plus attentivement, la machine est relié avec énormément de tuyaux et de fils qui partent dans tous les sens. Je souhaite me lever mais je suis allongé sur le ventre, mes mains et mes jambes sont solidement attachées, je ne peux pas bouger, pourquoi ce monstre m'a t-il emmener ici ? Je regarde autour de moi et je vois d'autres personnes dans la même position que moi mais ils sont inconscients, quelque chose sur le dos de la même taille que les poissons qui se trouvent dans la cuve, qu'est-ce que c'est ? Les tuyaux de la machine semblent se terminés au dessus des autres personnes inconscientes et certainement de moi aussi, mais pourquoi font-ils cela? A terme, vont-ils se transformés en ces monstres ? Quelque chose me traverse soudainement l'esprit, sans réfléchir, je crie :

Ophélie !?

J'observe les personnes une par une autour de moi, elle n'est pas ici, aucune personne n'y ressemble, c'est un soulagement, j'espère qu'elle est encore caché en sécurité. Avec mon appel, j'ai alerté un de ces aliens, il s'approche de moi et me fixe de nouveau en penchant sa tête à droite puis à gauche tel un petit chien en émettant toujours des sons aigus mais faible cette fois-ci. Un son retenti dans la pièce, semblable à un pssstt qui est émit depuis la machine, quelques secondes plus tard un liquide gluant arrive en bas de mon dos, transperçant mon t-shirt puis, quelque chose de vivant tombe à son tour, je le sens se déplacer sur mon dos, il se déplace de plus en plus haut pour finir jusqu'à ma nuque, il s'arrête, il m'arrive certainement la même chose que les autres personnes.

Adieu Ophélie, je t'aime...

Je ressens à nouveau le mouvement sur ma nuque, il semble se redresser, tout à coup, il retombe fortement avec quelques choses de pointues qu'il enfonce dans toute la moitié supérieur de mon dos, je me sens partir, je n'ai pratiquement plus le contrôle de mon corps, j'ai beaucoup de difficulté à bouger un doigts, sur le bas de mon dos, la partie basse de l'objet effectue à nouveau le même processus, il m'enfonce à nouveau des choses pointues sur le reste de mon dos, je n'ai absolument plus le contrôle de moi-même, je perds ensuite la pensée petit à petit jusqu'au néant le plus total...


0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?