Mutations contrôlées par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Continuation / Aventure

6 Branle-bas de combat

Catégorie: T , 1241 mots
0 commentaire(s)

6 - Branle-bas de combat



Le soleil caressait doucement mon visage quand 3 coups à ma porte me tirèrent du sommeil profond dans lequel j'avais sombré. Premier réflexe, vérifier l'état de mon genoux. Je fut agréablement surpris de constater qu'aucune cicatrice n'était visible. Je m'étirai, baillai à m'en décrocher la mâchoire puis allai ouvrir la porte de ma chambre. Derrière, un garde en uniforme patientait, la main posée sur la crosse de son fusil.


  • Hancock souhaite te voir, Borg. Il est au "Troisième Rail" avec McDonough et Deegan.


Quoi?! J'avais bien entendu? McDonough, le "faux-frère" d'Hancock, maire de Diamond City depuis des années et le plus gros poltrons que le Comonwealth ai vu naître. Quant à Deegan, je ne le connaissais que de nom. Je crois qu'il s'agit d'un mercenaire allié à un riche scientifique ou quelque chose comme ça. Par quel miracle, notre bien aimé leader avait-il pu réunir des goules et des anti-goules sous le même toit.


Sans plus attendre, j'enfilais mon nouveau blouson par dessus mon débardeur et attrapais mon revolver avant de claquer la porte derrière moi. La tempête semblait s'être calmée et cette matinée était agréablement fraîche. Je me dirigeai rapidement vers la bouche de métro, entrée du bar le plus fréquenté des alentours. Au dessus de la porte, une vielle pancarte en bois et néons annonçait " Le Troisième Rail". Je fit signe au videur qui me répondit d'un hochement de tête, et entrai dans l'établissement. Après une volée de marche, l'odeur de friture et les vapeurs d'alcool me montèrent immédiatement au nez. J'aime encore beaucoup ces odeurs et cette ambiance chaude qui règnent toujours dans ce lieu. J'entrai donc dans la salle où McDonough, qui me tournait le dos, semblait se plaindre auprès de son frère, que je saluai de la main.


  • Tu es conscient de ce que tu me demande? Déjà que j'ai quitté mon poste pour te voir, tu me demandes de débaucher mes gardes?
  • Pas de les débaucher. Mais de les employer à meilleur escient.
  • Je ne vois pas la différence, grogna le petit homme. Si ils ne surveillent plus ma ville, non seulement mes administrés ne me feront plus confiance mais à la moindre incartade ce sera le massacre assuré.
  • Est-ce que vous avez pris la peine d'écouter ce qu'a dit Hancock? demanda Edward Deegan. Si nous ne faisons rien c'est peut être une armée qui s'occupera de ce massacre et pas un groupe de pillards isolé. Il ne restera plus rien du "Beau Diamant Vert"!


Hancock, posa les yeux, tour à tour, sur son frère, la goule, pour finir par moi. Il soupira et, sans prendre la peine de me présenter, m’entraîna avec lui dans une arrière salle.


  • J'ai pas dormis de la nuit gamin... commença le maire. J'ai fait chercher Deegan que je connais bien et qui sera un atout indéniable. Quant à ce gros lâche, sa ville est bien défendue et sa collaboration changera nettement la donne.
  • Si toute fois il accepte.
  • En effet c'est pas gagné. Et c'est pour ça que j'ai besoin de toi.
  • Moi? Comment?
  • Tu n'es pas, à proprement parler, une goule. Et McDonough n'a pas connaissance de ta mère. Avec ce raciste, tu es le seul dans cette ville qui a une chance de lui faire comprendre le danger que l'on court.
  • Mais c'est quoi ce danger? Des pillards vont venir d'accord. Mais ce n'est pas la première fois même si ils sont nombreux.


Hancock avait son air grave des mauvais jours. Sans doute avait il chercher et trouver des informations que je n'avais pas. Mais sans elles, je ne pourrait rien faire. J'attendais donc qu'il accepte de m'en faire part.


  • J'ai fait de recherche sur la radio de la tour. Elle a passé cinq appel ces dernières semaines et en a reçu plus d'une dizaine. Toutes proviennent de directions et de distances différentes. Deegan, qui est arrivé hier soir est passé par la tour et a récupéré une hollobande dans la radio. Après analyse, il semblerait qu'une armée de plusieurs centaines de pillards se dirigent sur nous. Tous ont été recrutés par un homme, Max, un ancien Capitaine de la Confrérie de l'Acier.


La Confrérie de l'Acier est une armée, puissante et fortement équipée. Avec une technologie particulièrement avancée, ils ont mis au point une armure défensive quasi-imparable. Savoir qu'un de leur renégat, doué en stratégie militaire, se rapprochait avec une armée de tarés sanguinaires à ces trousses ne me rassurait pas.


  • Je comprends déjà mieux l'urgence... Si McDonough nous apporte son aide, nous aurons une maigre chance de nous en sortir. Sinon...
  • Sinon, repris Hancock, Nos villes respectives tomberont aussi vite que les bombes durant de la grande guerre.


Je n'avais que rarement aperçu autant d'incertitude et de crainte dans les yeux habituellement perçant de mon mentor. La situation était telle qu'il me demandait de rallier ce boulet de McDo... Je ne voyais pas vraiment ce que je pourrais lui dire de plus que son frère n'ai pas déjà évoqué. Cette tête de mule ne se souciait seulement de sa réélection. Après tout...


  • Bon! Puisque vous ne souhaitez pas en entendre plus, je me propose de vous raccompagner jusqu'à "Diamond City". Comme ça, vous pourrez rassurer vos administrés sur votre départ.
  • Que voulez vous dire, me questionna le gros chauve?
  • Nous n'avons pas su vous convaincre de la gravité de la situation. Vous devez donc retourner au plus vite chez vous faire votre travail. Ainsi votre réélection ne fera aucun doute. Enfin... si vous êtes encore en vie d'ici là.


Le maire était lâche mais pas idiot. Savoir que sa vie était en danger l'importait bien sûr. Mais laisser entendre que sa réélection pourrait ne pas avoir lieux avait piqué son ego. J'avais désormais toute son attention. Hancock, lui, m'avait fixé avec de grands yeux quand j'avais évoqué mon départ avec son frère. Quant à Deegan, il me fixait comme si je venais de tomber du plafond et que je venais de cracher sur ses pompes. Impossible de dire si c'était du à sa peau fripée et irradiée mais son expression n'engageais rien de bon.


  • Hum... écoutez, en admettant que je vous crois, je ne peux tout de même rien faire. Si réellement une armée nous fonce dessus, ce ne sont pas 10 gardes qui feront la différence.
  • Mais qui te parle de 10 gars? lança Hancock qui commençait à s'impatienter. Jusqu'à maintenant, la seule que j'ai demandé c'est ta collaboration. En tant que frère mais surtout en tant que maire de nos villes respectives!
  • Soit! Mais alors, que veux-tu de moi?
  • Que tu me prête Valentine et la station de radio.
  • Valentine? Tu pense que son talent sera utile? Après tout pourquoi pas. Cela plaira d'ailleurs à mes concitoyens de ne plus le croiser dans les ruelles sombres. Et ton gaillard aura accès à la cabane de Travis quand il m'aura raccompagner.


Travis? J'avais déjà entendu ce nom récemment...



0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?