0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Univers Parallèle / Science-fiction / Romance

7 Chapitre 6

Catégorie: M , 1495 mots
0 commentaire(s)

Chapitre 6


Je viens de terminer l’écriture de ce livre, je voulais attendre la dernière page pour cumuler assez de courage afin d’écrire cette préface. Nous vivons une bien triste époque, et si ma chère et tendre épouse était encore en vie, je suis persuadé qu’elle pleurerait face au sort de l’humanité. Chaque jour, le gouvernement interdit de nouveaux livres et leurs agents en brûlent plus. La propagande prend une place croissante et la doctrine s’installe dans les esprits des habitants de ce monde. Je n’ai pas écrit ces milliers de lignes par envie, mais parce que je n’avais pas le choix. Nous devons garder des souvenirs, nous ne devons pas oublier notre histoire. Nos ancêtres ont créé, modifiés, aimés ou encore détruit : les éléments passés forment notre identité. Nous souvenir, c’est ce qui différencie un être humain, de n’importe quel être vivant présent sur terre. Pour la mémoire de nos ancêtres, pour le futur des générations à venir, nous devons nous souvenir.


À toi ma descendance, je vais te raconter la véritable histoire de l’humanité.


Du sang coulait le long de son menton alors qu’elle se mordait les lèvres pour éviter de crier de douleur. Seuls les gémissements de son époux brisaient le silence qui régnait dans la chambre à coucher. Les va-et-vient du fonctionnaire se faisaient de plus en plus violent alors qu’il semblait se rapprocher de son orgasme. Il termina finalement dans un grognement de plaisir alors que son intimité fécondait la jeune femme. Après son travail fait, il se laissa tomber à côté d’elle pour reprendre son souffle avant de sortir de la chambre sans dire un mot.


Le matricule 51 233 A resta seule, dans le noir de la pièce, meurtrit par la violence de son époux. Elle laissa échapper un râle de douleur alors que ses mains se posèrent délicatement sur son intimité. Au cours de ses années à l’orphelinat elle avait connu les coups de règles, les nuits dans le cachot, les privations de nourriture et autres punitions humiliantes qu’on lui avait fait subir pour lui apprendre sa juste place. Mais aucune douleur ne pouvait être comparée à ce qu’elle vivait depuis plusieurs mois.


Tous les matins, un véhicule venait chercher son époux pour le ramener à la nuit tombée, laissant la jeune femme dans la solitude. Elle ne pouvait se plaindre de l’absence du fonctionnaire, mais ses journées se passaient dans la crainte de la nuit à venir. Et comme un disque rayé qui répétait sans cesse le même son, son époux revenait chaque nuit dans sa chambre pour la pénétrer comme une simple poupée de chiffon.


Avant tout, je tiens à m’excuser si mes propos ne sont pas exacts. Je ne saurais pas me qualifier d’historien, car j’ai écrit ces lignes d’après les livres que j’ai lu. Le passé humain est tellement riche et complexe que certaines dates ou certains faits, on put être modifié à cause de ma mauvaise mémoire. Je ne saurais que te conseiller de te documenter, mais j’ai peur que tu ne puisses que t’appuyer sur mes maigres connaissances. Lis, délecte-toi de ces quelques lignes de vérité et lorsque tu termineras ce livre, transmets le à ton enfant afin que jamais la véritable histoire de l’humanité ne puisse être oubliée.


Les jours passaient et se ressemblaient. Seule la citoyenne aux mèches blanches vivait aussi dans l’ancienne bâtisse. Elle s’occupait de nettoyer la maison, de se rendre en ville pour faire les courses et de préparer les repas, dans le plus grand silence. Fidèle à son maître, elle surveillait sa jeune épouse comme s’il s’agissait du Suprême Leader lui-même. Le matricule 51 233 A n’avait pas le droit de quitter l’ancienne bâtisse. Elle était enfermée dans cette immense demeure, où ses loisirs se résumaient à lire le Saint Livre et à prier, dans la plus grande solitude.


Cependant le soir, entre le retour de son époux et son arrivée dans sa chambre, le matricule 51 233 A s’autorisait son unique moment d’espoir : elle lisait le livre interdit, oubliant la peur qu’elle avait ressenti des mois auparavant, à l’idée d’être condamné par le Gouvernement. Aujourd’hui, elle préférait la mort au destin voulu par le Gouvernement.


Les plus lointains ancêtres de l'homme sont apparus, il y a 4 millions d'années. Il y a 750.000 ans, ils ont maîtrisé le feu. L'homme actuel est apparu il y a 200.000 ans. Sur ces 200.000 ans, 194.000 ans correspondent à ce que l'on appelle la "préhistoire". Les hommes de cette époque vivaient en groupes nomades, se nourrissant grâce à la cueillette, la chasse et pêche. Ils sculptaient des objets et créaient des représentations artistiques qu'ils peignaient sur des rochers.


Les dernières 10.000 années de cette période ont été marquées par une évolution majeure au Proche-Orient, ainsi qu'en Inde et en Chine : l'invention de l'agriculture, dont la conséquence a été la sédentarisation. Et donc la création de villages. Puis de villes. C'est là que s'achève la préhistoire et que commence l'histoire. À partir de cet instant, le destin de l'homme ne sera plus déterminé principalement par l'évolution biologique, mais par les idées et la culture.


Elle se laissa tomber dans son lit, un grand sourire était dessiné sur son visage. L’histoire de l’homme était tellement passionnante et semblait encore receler tellement de secrets. Elle soupira de bonheur avant de se replonger dans l’ouvrage. La porte s’ouvrit à grand fracas sur son époux, il avait une bouteille à la main et s’avançait en claudiquant jusqu’à elle. La jeune femme posa rapidement le livre interdit sous son lit conjugal avant de retirer rapidement sa chemise de nuit pour ne pas que le fonctionnaire se mette en colère. Il se laissa tomber lourdement sur le lit avant d’empoigner les seins de sa femme pour se hisser au-dessus d’elle. Elle étouffa un râle de douleur et écarta les cuisses pour que la torture cesse au plus vite.


Les premières villes, mais aussi l'écriture, l'agriculture intensive, les administrations, l'argent, le commerce, tout cela été créé par les Sumériens, qui vivaient dans la vallée de Sumer, le sud de l'actuel Irak. Un siècle après les Sumériens, une autre grande civilisation s'est développée en Egypte. La civilisation égyptienne est fascinante par la richesse et la complexité de sa culture, par son architecture, ses connaissances astronomiques, médicales ou techniques, et aussi, par son extraordinaire longévité.


- Ton rôle est de me donner un héritier. » La voix rauque de son époux brisa les pensées de la jeune femme. C’était la première fois qu’elle l’entendait et sa voix lui glaçait le sang. Il posa une main sur le cou du matricule 51 233 A et commença à serrer. « Tant que tu ne tombes pas enceinte, tu es inutile. Alors pourquoi te garderais-je en vie ? »

La citoyenne commença à suffoquer, elle s’agrippa aux bras de son mari, chercha à planter ses ongles mais sans succès. L’emprise du fonctionnaire se faisait de plus en plus forte, ses yeux ne quittaient pas le regard de son épouse. Alors que son visage était devenu aussi rouge que du sang, ses yeux étaient exorbités et elle cherchait à tout prix à prendre la moindre bouffée d’air. Elle sentait la vie la quittait peu à peu.


Les murs blancs de la chambre conjugale laissèrent place à la peinture rose de sa maison d’enfance. Une odeur de gâteau régnait dans la maison et venait remplir ses narines d’une douce odeur. Le visage souriant de sa mère apparut au bord de la porte, de fines rides naissaient à la commissure de ses lèvres. Une chaleur naquit au sein du matricule 51 233 A qu’elle n’avait plus ressentit depuis son mariage. Elle voulait continuer à ressentir cet amour, elle voulait retrouver ces moments de bonheur.


Elle laissa ses bras tomber le long de son corps, elle en avait assez de se battre pour une vie qui n’avait été que mensonge. Ses croyances étaient effondrées, sa vie n’était plus que souffrance. Le matricule 51 233 A ferma les yeux, prête à laisser sa vie s’échapper de son corps.





* Pour les références historiques, j'ai trouvé diverses sources sur internet. Bien entendu, on retrouve ce bon vieux wikipedia mais aussi sur le site syti.net. J'en profite pour vous remercier d'avoir lu ce nouveau chapitre, ça compte beaucoup pour moi ! Merci ! :)

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?