Between Two Worlds - Acte 2 par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Continuation / Aventure / Fantasy

4 Un trio problématique

Catégorie: T , 3168 mots
0 commentaire(s)

Un peu plus loin, July continuait à poursuivre la souris voleuse jusque atteindre l’entrée du grand jardin de Gide. Le rongeur rejoignit un homme assis sur un banc juste devant une ribambelle de fleurs et monta alors jusqu’à son épaule, quant à la Sitkat elle s’arrêta à une certaine distance du nouvel individu en le fusillant du regard.

- Donc cette souris était à la botte d’un homme… Ça rend déjà les choses plus faciles, dit-elle en créant une petite flamme sur sa main.


L’individu en question ne fit même pas attention à July, au début concentré sur un livre, à l’arrivée de la souris sur son épaule sa tête se décala un peu vers cette dernière. Il hocha de la tête plusieurs comme s’il comprenait l’animal.

- T’es sûr de toi ?! Une telle carte existait et nous n’étions même pas au courant ! Heureusement que tu aies insisté pour aller te prendre une pomme en fin de compte.

- Hey ! Au lieu de parler à ton rat, tu ferais mieux de faire attention à ta propre pomme, non !? Râla July.


L’attention de la souris se porta directement sur July, malgré ses petits yeux, la sitkat pouvait sentir un regard noir posé sur elle. Après quelques secondes de regard intensif, la souris se posa à côté de l’homme au livre et commença à prendre parole d’une voix très aiguë dû à sa taille.

- Alors déjà, je ne suis pas un rat mais une souris, d’abord !

- Oh. Donc c’est une invocation et non un enchantement, décidément mon adversaire ne sera pas aussi coriace, soupira July.

- Qu’est-ce que tu racontes ?! Se mit à crier la souris. Tu as tout faux depuis le début ! Tout faux, tout faux, tout faux !

- Montre lui, Phila, au lieu de continuer à parler sous cette forme… Souffla son acolyte en tournant une page.

- Oh, oui ! Tu as raison !

- Mais sur quoi est-ce que je suis tombé… susurra July en soupirant.


Toute la souris devint tout à coup blanche, que ce soit son pelage et tout ce qu’elle porte. L’animal se mit à changer de forme pendant cette blancheur empêchant de comprendre ce qui se passe. La métamorphose se déroulant en seulement deux secondes, des formes de jambe et des bras devinrent perceptibles, ainsi qu’une tête. July conclut donc que ceci est le pouvoir de son utilisateur.

Une fois la métamorphose terminée, une fille au teint clair avec des cheveux marron ébouriffés et deux petites couettes en l’air fit son apparition, assise à côté du lecteur. Elle portait tout un ensemble de rose, une veste possédant plusieurs poches, des gants, un pantalon bouffant rappelant ceux des militaires mais d’une couleur rose également, excepté ses bottes qui étaient quant à elles en cuir marron. Et tout comme son camarade, elle possédait des lunettes d’aviateur autour du cou.

- Par contre, Philo, on n’était pas sensé utiliser nos noms de code durant nos opérations ? Demanda-t-elle. Car tu viens de lui dire que je m’appelais Phila.

- Alors déjà, je ne lui ai jamais dit que u t’appelais ainsi, tu aurais pu faire semblant que je me suis trompé !

- Imbécile d’idiot sans cervelle ! Tu aurais pu me faire un clin d’œil ou quelque chose comme ça !

- Je rêve ou ils m’ont oublié, ces deux abrutis… soupira July.


Après plusieurs secondes de dispute, le poing de July se referma sur la petite flamme qu’elle eût créée plus tôt, sa patience venait d’atteindre sa limite. D’un violent coup de pied au sol, elle récupéra enfin l’attention des deux complices, mais à leur grande surprise, July venait de finir un grand sceau de feu, prêt à jaillir à tout moment.

- Ce n’est pas un peu trop là… ? S’étonna Philo avec peur.

- Waaah ! Cette magie doit être super utile en hiver ! Quoique… Il fait un peu trop chaud… Se plaignit Phila tout en se cachant.

- Ne t’inquiètes pas, tu vas bien la sentir cette chaleur ! Rétorqua July en rogne.


Philo se leva alors du banc avec le livre qu’il lisait en main, affichant ensuite un regard confiant envers July malgré la goutte de sueur coulant sur le côté.

- Ne t’en fais pas, rassura Philo, jamais elle lancera son lance-flammes vers nous car nous avons la carte qu’elle convoite !

- Oh… Tu crois ? Fit July avec un sourire au coin. On dirait que vous ne connaissez pas l’étendue des capacités d’une prêtresse des flammes, venant du pays des Han.

- Une prêtresse des flammes ? S’interrogea Philo en reculant de quelques pas. Mais oui ! Ce kimono, je me disais bien que-

- Raaaah, ferme la et prends ça ! Bourrasque enflammé ! Hurla July en faisant un geste de jet en direction de son sceau.


Un souffle d’une grande chaleur fit son apparition hors du sceau avant que plusieurs étincelles de flamme dansèrent en direction des deux acolytes. Philo avait compris comment cette attaque fonctionnait, ceci permettait au moins de le brûler à un certain degré sans le tuer.

- Philo fait quelque chose ! Elle va nous calciner sur place ! Hurla Phila en essayant de tirer Philo de toutes ses forces.

- Ne panique pas, nous ne sommes pas ses cibles, répondit-il calmement.

- Hein ?! Mais si regarde, son sceau est dans notre direction et je commence à avoir mal à la tête à cause de cette chaleur…


D’un simplement mouvement de main, Philo ouvrit le livre à une page précise, la présentant juste en face de l’attaque de July. Phila avait fermé les yeux par peur mais elle décida de les ouvrir quelques secondes après, voyant que les étincelles de flammes la traversaient et se propageaient sur le jardin juste derrière eux.

Les plantations commençant à prendre feu, July s’arrêta le plus vite possible pour éviter d’aggraver la situation. Cependant, les flammes ont déjà bien pris ce qui créa un incendie sur une partie des plantations du village. Reculant d’un pas, la sitkat n’avait pas les mots sur ce qu’elle venait de faire.

- Comme c’est dommage, reprit Philo en fermant son livre, tu n’avais même pas vu qu’il y avait le jardin du village juste derrière moi. Pauvres plantes.

- Surtout merci à ton livre… souffla Phila en essuyant la sueur de son front.

- Mais quelle bourde, pensa July, en plus de ne pas savoir ce qu’il a fait, il a fallu qu’il profite de l’environnement pour me piéger…


Plusieurs habitants sortirent des coins de rue pour ce qu’il se passait, certains réagissant plus rapidement que d’autres, ils allèrent tous au niveau du point qui n’était pas loin pour sortir de l’eau. Mais dans toute cette agitation, un type à la capuche portant quelque chose de lourd s’approcha de Phila et Philo, ces derniers le regardant simplement.

- Je vous laisse et voilà que vous faîtes un incendie… Il jeta ensuite aux pieds de Phila et Philo ce qu’il portait. Phila, ce type te poursuivait en plus du chat.

- Mais c’est Ruka ! Tu pensais jouer au cocon avec tous ces câbles autour de toi !? S’énerva July en levant du poing.

- Pas comme si ça m’amusait… susurra Ruka avec un air dépité.

- Tu ne m’as pas dit que deux personnes étaient à tes trousses, Phila, soupira Philo. Bon, nous ferions mieux de déguerpir, on va profiter de l’incendie pour s’envoler !

- Oh, tu vas t’en servir ! S’exclama Phila avec les yeux remplies d’étoiles. Viens près de nous Phil, sinon tu seras en dehors !

- « S’envoler »… Rendez-nous cette carte tout de suite, vous n’irez nulle part ! Hurla July en courant vers eux.


A ce même instant, Phil, l’homme à la capuche, donna un coup de pied à Ruka ce qui le fit rouler jusqu’à July. Profitant de l’inattention de la sitkat qui s’était porté sur son ami, Philo tourna une nouvelle fois les pages de son livre et le jeta au sol, ce qui fit apparaître une grande fumée avant que quelque chose d’imposant en sort tout en prenant de l’altitude.


Finalement arrêté par July, Ruka eut le tournis quelques instants avant de remarquer ce qui venait de sortir de la fumée. Les deux ainsi que certaines personnes essayant d’éteindre l’incendie se mirent à regarder dans le ciel, c’était une montgolfière marquée d’un « 3P » sur le ballon et dans sa nacelle les trois complices.

- Merci pour l’air chaud, la petite chatte ! S’exprima Phila en se tenant au bord de la nacelle. Ainsi que cette carte qui nous sera fort utile, hihihi.

- Utilise un de tes sorts, July, on ne va pas les laisser s’échapper comme ça… ! Marmonna Ruka tout en essayant de son cocon.

- Je ne peux pas… Si je m’en sers, les villageois sauront que c’est moi qui ait crée l’incendie, souffla July avec colère, ils m’ont bien eu.

- Pour vous remercier, voici notre carte de visite ! A la revoyure !


Phila laissa tomber un bout de carton que July attrapa une fois à sa hauteur, regardant d’abord la montgolfière voler de plus en plus haut et s’éloignant du village, elle posa ensuite ses yeux sur le contenu de cette « carte de visite ».

- « Vous n’avez pas été plus filou que les 3 Philous ! »… Mais ils se moquent de nous.

- Est-ce possible que tu me détaches, un moment donné ! S’affola Ruka en gigotant.

- Vous là ! Au lieu de rester planter là, venez nous aider, hurla l’un des villageois.

- Non justement, c’est cette sitkat qui a fait ce feu ! Nous devons l’enfermer, s’écria une femme par la fenêtre d’une maison.

- Il va falloir fuir, nous n’avons pas le temps… Fit remarquer July en créant une petite flamme pour faire lâcher un des liens autour de Ruka. Tu devrais pouvoir te libérer maintenant.


Le jeune homme continua à gigoter jusqu’à ce que le reste des câbles se lâche grâce au lien manquant brûler par July. Des personnes en colère commençaient à les pointer du doigt jusqu’à ce que trois d’entre eux décident d’attraper le duo, mais les voyant venir, Ruka et July se mirent à courir en direction du marché sous les injures de leurs poursuivants.

- Ah non ! Tant que vous ne me ramenez pas ma carte magique, je ne te rendrai pas ton pendentif ! N’oublie pas que c’était une garantie, se mit à hurler Ishmar derrière son comptoir, sabre en main.

- Mes amis vont revenir d’une minute à l’autre, ne m’obligez pas à user de ma force, rétorqua Alicia, avec toute cette agitation et l’incendie qui s’est déclaré, je préfère le récupérer !

- Hors de question ! Et même si ton bordel je n’arrive pas à le toucher, ça reste ici !


Depuis tout ce temps, le pendentif était toujours déposer sur le comptoir, n’ayant pas trouvé July et Ruka, Alicia eut décidé de faire demi-tour pour les attendre auprès d’Ishmar. Mais la déclaration de l’incendie lui a fait comprendre que quelque chose n’allait pas, et qu’il était temps de fuir.


La châtaine posa alors sa main sur son fourreau, hésitant à s’en servir pour garantir la récupération du bien au cas où le marchand l’attaque. Alors qu’elle réfléchissait, elle entendit deux voix appelant son nom au milieu de la foule qui s’agitait pour fuir le village ou voir l’incendie, elles appartenaient à ses deux compagnons et qui visiblement sont poursuivis.

- On décampe, Alicia ! July a mis le f- Aïe !

- Pas la peine de le dire à voix haute, grogna July après lui avoir asséné un coup sur la tête, Alicia on se tire !

- Alors là, pas question, s’écria Ishmar en sautant pour attaquer Alicia, en découpant ta tête, l’enchantement de ton pendentif disparaîtra sûrement !


Le sabre à l’avant pour s’occuper de la gorge d’Alicia, Ishmar perdit quelque peu l’équilibre en se cognant le pied sur le bord de son comptoir, ainsi la demoiselle n’eût aucun mal pour esquiver le coup en faisant un simple pas latéral. Laissant donc Ishmar tomber et rouler jusqu’au stand d’en face, mais heureusement pour lui, plus rien n'y était installé.

- J’ai vraiment cru que vous étiez sérieux, j’allais sortir ma lame, soupira Alicia tout en récupérant son pendentif sur le comptoir d’Ishmar. Merci d’avoir gardé ceci, je vous vous revaudrai ça !

- Espèce de … ! Ne bouge pas, le temps que je me relève, urgh...

- Qu’est-ce que tu fais à fixer le marchand ! Nous avons des personnes à nos trousses, dit July en dépassant Alicia avec Ruka.

- Et la carte ?! Vous n’avez pas réussi à attraper cette souris ?

- On t’expliquera sur la route ! Hurla Ruka déjà bien éloigné avec la sitkat.

- Attrapez-les ! Ne les laissez pas partir du village !


Les poursuivants presque au niveau d’Alicia, elle décida de courir à son tour pour rejoindre ses camarades après avoir adressé un léger sourire au marchand suivit d’un « Désolé ». Ce dernier grogna, tentant tout de même de se relever pour les suivre mais lorsqu’il réussit enfin après deux trébuchements se fut trop tard.

Il s’arrêta aux portes du village en traversant la foule qui s’était entassé là, hurlant plusieurs injures auprès du trio qui venait de prendre la fuite. Face à cela, Ishram abandonna l’idée de les pourchasser tout comme les villageois, et se contenta de faire un sourire au coin.

- Ne croyez pas pouvoir rouler Ishram, bande de voleurs… Je vais vous mettre à dos son ancien propriétaire et vous allez le regretter, dit-il dans ses pensées en riant doucement, mais avant ça… Rangeons le reste avant que d’autres viennent voler ce qu’il me reste.


Le marchand retourna ensuite tranquillement vers son stand, les mains dans les poches en gardant cette confiance sur sa vengeance. Pendant ce temps, l’incendie s’éteignit peu à peu, et une petite famille de trois, tous habillés d’une haute couture, s’approchèrent de ce qu’il restait du jardin.

- Nooooon ! Je voulais voir le jardin, se mit à geindre la petite fille, papa ! Ils ont tout cramé, c’est sûrement ce monsieur !

- Quoi ?! Mais non pas du tout, je vis ici depuis ma naissance, s’affola l’homme visé par la fillette.

- Qui a donc osé faire cela ?! C’était sûrement dans le but de la rendre triste ! Haussa la voix le père de la fillette.


Le villageois retomba sur ses fesses en voyant que ce sont des fortunés venants du grand Ouest, reconnaissable avec leurs vêtements très atypiques et quelques gardes du corps en civil aux alentours pas très discrets.

- J-je ne sais pas ! Une femme les a vus par la fenêtre, elle pourra mieux vous dire qui a déclaré cet incendie ! Apparemment c’était une sitkat mais elle a des complices !

- Une sitkat, répéta avec dégoût la mère de la fillette, ces chats de gouttière arrivent toujours à traverser la grande falaise séparant le continent principal et leur pittoresque « pays » ? Le roi Aaron n’avait-il donc pas promis l’exil total du pays des Han, mon cher Roberto ?

- C’est un projet bien compliqué mais sa majesté y travaille, Pénélope, répondit-il, roturier, amenez-moi donc cette femme et les personnes qui ont vu les complices de cette sitkat. Je compte bien rapporter cet incident au roi en personne pour qu’on s’occupe de ces crétins qui ont cherché à faire pleurer ma fille !


L’homme se releva en hochant plusieurs fois de la tête puis s’en alla rapidement chercher les personnes que Roberto souhaite voir. Une fois assez éloigné et dans une des ruelles, il reprit son souffle en s’accoudant à un mur, susurrant ensuite doucement des paroles.

- Ils veulent rapporter ça au « roi » et chef des Conquérors juste pour s’occuper d’une petite bande de voyou… A quel point ces monstres avides d’argent peuvent être aussi perchés, ils viennent pour la grande floraison du pays des Han et pourtant l’autre folle crach- !


Sans même comprendre ce qu’il s’est passé, l’homme cracha du sang et sentit quelque chose de glaciale au niveau de sa gorge. Baissant alors doucement ses yeux, il remarqua une lame remplie de givre sortant de là, si froide qu’elle empêchait même le sang de couler. La vie de ce dernier s’envola au moment où son assassin lui retira la lame de sa gorge, cette dernière se rangea ensuite dans la manche de l’individu.

- Dans l’autre monde, apprends à retenir ta langue, lâcha son assassin en regardant son corps se geler puis se liquéfier lentement, allons trouver ces témoins nous-mêmes…


Vêtu d’un long manteau noir, d’un chapeau tricorne déchiré à l’arrière et un cache-col de la même couleur, l’assassin du villageois mais aussi garde du corps de la famille riche se dirigea vers l’allée principale. Malgré le visage caché par le cache-col et ses cheveux blancs mi- long, les habitants percevaient tout de même son regard vert pesant.

Les informations sur July, Ruka et Alicia, se récolteront vite avec lui dans ce village et parviendront aussi rapidement auprès des Conquérors…

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?