Rebirth of the Dragon (After GOT / Daenerys Targaryen) par

5 vote(s) de lecteurs, moyenne=9/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Continuation / Fantasy / Drame

1 Rebirth of the Dragon Part 1

Catégorie: K+ , 3960 mots
1 commentaire(s)

Les évènements écrits ci-dessous ont lieu après la saison 8 de GOT.


Essos, vers Volantis

Une autre journée s'achevait et déjà, le voile sombre nimbé d'un rouge sombre du crépuscule recouvrait peu à peu le ciel. Un vent léger s'était levé, venant faire frémir et danser les herbes des grandes collines qui entouraient la cité de Volantis tandis qu'un groupe d'oiseaux prenaient son envol en direction du nord. 

Une violente tempête avait éclatée quelques jours auparavant, faisant gronder et danser le fleuve traversant Volantis d'une manière violente et anormale, et provoquant de nombreux dégâts. Des quartiers entiers avaient été innondés par les vagues monstrueuses du fleuve en furie et les averses torrentielles de pluie et les éclairs rugissantes aussi puisamment qu'un dragon ayant provoqués quelques incendies dans certaines batisses. Même les prêtres rouges de Volantis durent admettre que jamais de leur vie ils n'avaient vu pareil tempête. Pour les prêtres, il s'agissait là plus que d'un simple phénomène naturel. Quelque chose était arrivé. 

Au bord d'une petite rivière glissant au milieu des collines endormies non loin de la cité, deux hommes marchaient côte à côte, portant sur leur dos des réserves de bois qu'ils venaient de ramasser. Le premier avait dans la vingtaine, des cheveux noirs et courts et des yeux verts, et le deuxième, du même âge, avait une peau mate, le crâne chauve et des yeux bruns. Tous deux portaient les tenues caractéristiques des serviteurs du temple de R'hllor, de modestes tuniques d'un rouge-brun sombre et le tatouage en forme de flamme écarlate sous leur oeil droit. Lorsqu'ils deviendraient de véritables prêtres rouges, ce tatouage de servant leur serait enlevé et leurs tenues seraient échangés contre les grands manteaux des prêtres. Alors qu'ils marchaient tout deux en silence, s'en revenant vers Volantis pour retourner au temple après le ramassage du bois, les deux serviteurs pouvaient contempler autour d'eux les ravages provoqués par la tempête. L'eau de la rivière s'était emplie de débris naturels emportés par le lent courant. Quelques troncs d'arbres déracinés y flottait également, révélant la violence de la tempête. 

Mais alors qu'ils allaient s'éloigner, l'un d'eux arrêta sa marche, le regard s'étant tourné vers un coin plus caché de la rivière, à proximité d'un groupements de grands rochers. Quelque chose avait attiré son attention, ce que son camarade remarqua et s'arrêta lui aussi. Le serviteur plissa les yeux, afin de mieux voir. Au bord de la rivière, une forme bien particulière, immense, tout de noir avec des reflets rouges, se tenait allongée et immobile et n'avait pas la forme d'un tronc d'arbre. Mais ce qui frappa le serviteur fut de percevoir ce qui semblait être de très légers mouvements de cette silhouette géante. ça bougeait! 

Les deux serviteurs se jetèrent le même regard et plus que perplexe, décidèrent d'aller voir de quoi il retournait. Descendant la colline d'un pas assez pressé, les deux hommes mirent quelques minutes avant de finalement arriver à proximité de cette chose dont la couleur noire paraissait aussi sombre que la nuit. Les deux hommes se figèrent d'étonnement, les yeux ronds et sans voix. Des écailles noires, une crête rouge, d'immenses ailes membraneuses, une respiration faible mais néanmoins bestial et lourde, une tête massive.... Un dragon! Cette chose était un dragon, et paraissant vivant. L'énorme bête se trouvait sur la berge, à demi émergée dans la rivière, les yeux clos et émettant une respiration très faible. Comment avait-il fini dans cet état? Avait-il été pris dans la tempête? Que faisait-il ici? Il paraissait ne pas avoir mangé depuis des jours. 

Les deux serviteurs se risquèrent à s'approcher, très prudemment, jusqu'à quelques mètres. Le dragon ouvrit à peine une paupière, rélévant un oeil reptilien de couleur braise, mais n'émettant qu'un bref grondement sans pouvoir se mouvoir. Il était bien trop affaibli pour seulement pouvoir bouger sa tête. 

Mais un autre détail attira aussitôt l'attention des deux serviteurs du temple. Sous l'une de ses ailes, le dragon semblait avoir couvert quelque chose, comme pour le protéger. L'un des deux serviteurs se risqua à venir plus près, et regarda sous l'aile, tandis que l'autre, moins rassuré, gardait un oeil sur le dragon, qui ne réagit même pas. Le serviteur regardant se penchant pour regarder sous la membrane de l'aile, aperçut alors une autre silhouette, beaucoup plus petite et allongée aussi sur le sol sans bouger. Une forme humaine. Parvenant à saisir le corps, le jeune serviteur parvint à la tirer vers lui et la sortit à la lueur du crépuscule. Son camarade vint à lui pour mieux voir et tous deux purent contempler le corps.

C'était une jeune femme blanche, d'environ 23 ans, très belle, au visage fin. Ses longs cheveux défaits avaient une couleur argentée et elle était vêtue d'une tenue noire, usée et trempée par le mauvais temps, ornée d'une chaine en argent représentant un dragon. Au niveau de sa poitrine, des traces de sang séché ainsi qu'une entaille dans le tissu de la robe. Elle avait été poignardée dans le coeur. 

Voyant cette jeune femme aux cheveux argentés, et ce grand dragon qui malgré l'épuisement, avait visiblement tenté de protéger son corps sans vie contre la fureur de la tempête.... Face à cela, les deux serviteurs se regardèrent encore une fois, à la fois intrigués, mais laissant entrevoir une certaine lueur de compréhension....Etait-ce possible que cette femme soit....? Le serviteur aux cheveux noirs se leva immédiatement et commence à s'éloigner en direction de Volantis en courant.

_"Reste ici et veille sur eux. Je vais revenir avec du renforts!" intima le serviteur, tandis que son camarade à la peau mate, obéit, venant s'agenouiller à son tour auprès du corps sans vie de la jeune femme aux cheveux d'argent. Délicatement, il ouvrit l'une des paupières, pour y voir un oeil vert vidé de toute étincelle de vie. Voyant cet inconnu touchant la jeune femme, le dragon émit un profond grondement de colère, mais encore une fois, put à peine bouger sa tête du sol. 

_"Du calme, mon grand....du calme....je ne vais rien vous faire..." lui dit le serviteur de R'hllor pour l'apaiser. Le dragon, dans un effort, essaya d'approcher sa gueule béante près de l'homme, mais se laissa retomber très vite lourdement sur le sable. L'homme, intimidé par le caractère furieux de la créature, crut cependant déceler quelque chose dans son regard fixé sur le corps sans vie de la femme....le grand dragon laissait entendre de faibles gémissements, comme du chagrin, et de son oeil coula ce qui semblait être.....une larme....

*********** 

Le serviteur aux cheveux noirs courut aussi vite qu'il le put, ayant même abandonner son tas de bois sur le chemin. Il traversa les rues, places et ruelles de Volantis, sous les regards quelque peu circonspect de quelques passants et écartant d'autres de son chemin. Il gravit les marches du temple de R'hllor au pas de course, traversant les nombreux couloirs et salles qui constituaient le temple, provoquant aussi la curiosité des autres serviteurs qui croisaient son chemin. Arrivant enfin devant de grandes portes fermés décorées de flammes ardentes, le serviteur prit quelques secondes pour reprendre son souffle, sous les yeux des deux soldats de la Main Ardente, les guerriers chargés de la protection du temple, qui montaient la garde devant ces portes.

_"Je....Je dois parler à Lady Kinvara, maintenant!" dit le serviteur avec empressement. Les deux gardes ne dirent rien, se jetant juste un regard l'un à l'autre. Après une très lourde insistance, le serviteur fut enfin autorisé à pénétrer par delà les portes. De l'autre côté, se situait une vaste salle silencieuse soutenue par d'épais pilliers de marbre décorés de flammes ondulantes autour d'eux tels des serpents et éclairée par deux grands flambeaux disposés de chaque côté. Au sommet de marches se trouvait un autel géant de pierre ayant la forme d'un coeur ardent autour duquel brûle des braseros en permanence allumés. Devant ces braseros, à genoux, une femme aux cheveux longs et noirs, en robe rouge, se tenait, à genoux et paraissaient en pleine concentration. A sa droite et à sa gauche, avaient été disposés des récipients en fer, contenant un encens laissant émaner une forte odeur dans la pièce. Le serviteur s'arrêta au bas des marches, s'agenouillant, tête baissé, et s'apprêta à parler, mais la prêtresse rouge le devança. 

_"Athias....J'espère que tu as une bonne raison de venir ainsi interrompre ma prière envers notre seigneur." avertit Kinvara d'une voix sombre, sans se retourner, les yeux toujours clos. Autour de son cou, la pierre précieuse incrsutrée dans son collier luisait d'une faible lueur écarlate tel une minuscule flamme rouge dansante à l'intérieur de la pierre. 

_"Pardonnez mon intrusion, grande prêtresse, mais c'est une urgence capitale. Jarad et moi les avons trouvés au bord de la rivière." 

_"Quoi donc?" demanda Kinvara en ouvrant les yeux et en se tournant finalement vers le jeune serviteur. 

_"Une jeune femme aux cheveux argentés, et un dragon aux écailles noires et aux ailes d'un rouge ténébreux....Exactement comme vous nous l'aviez décrit dans votre vision...."

La description d'Athias piqua la curiosité de Kinvara, qui immédiatement, descendit les marches pour rejoindre le serviteur. Etait-ce possible que ce soit elle?

_"Conduis moi à eux, sans perdre un instant. Et faites atteler une charette." ordonna t-elle. Athias s'éxécuta sur le champ et après une rapide révérence envers la grande prêtresse, quitta la salle. Kinvara, elle, resta quelques secondes de plus, se tournant à nouveau vers le grand autel dédié à R'hllor, et montrant une étincelle de satisfaction dans ses yeux.

_"Maitre de la lumière..." prononce Kinvara comme une nouvelle prière à son dieu "...elle vous est revenue, comme vous me l'aviez dit."

********

Par cette nuit particulièrement sombre et en proie à un fort vent venu de l'Est, Athias conduisit Kinvara ainsi que de nombreux autres serviteurs sur les lieux de la découverte, ou Jarad les attendait, toujours agenouillé auprès du corps de la jeune femme argenté. Le dragon, lui, respirait encore mais semblait toujours à moitié conscient. En apercevant le grand reptile cracheur de feu, Kinvara ne put s'empêcher de sourire, tandis que les quelques soldats de la Main Ardente chargés de l'escorter, tenant leurs lances à lames ondulées en mains, se tenaient prêts au cas ou le dragon se montrerait trop agressif. Une charette tirée par deux chevaux fut également amenée. Avec la plus grande précaution, sur ordre de la grande prêtresse, le corps de la jeune femme aux cheveux d'argent fut transporté et placé dans la charette pour etre emmener au temple de Volantis. Mais avant de partir, Kinvara approcha, enveloppée dans un grand et léger manteau rouge, dont elle ôta la capuche et contempla le visage et le corps de la femme, qu'elle reconnut immédiatement. La prêtresse sourit de nouveau, d'une satisfaction sans limite. 

_"Remercions notre maitre de la lumière, car en cette nuit, nous venons de retrouver celle qui fut promise.....Daenerys du typhon, de la maison Targaryen."

********** 

Le corps de Daenerys fut ramené au temple de Volantis et placé dans la salle de l'autel, sur une grande table de pierre parsemée de symboles valyrien. Par d'énormes moyens et la participation de nombreux soldats du temple, Drogon, à moitié mort, put être déplacé, placé sur un énorme radeau de bois bâti exprès, et trainé jusqu'à Volantis avec des chaines par des centaines d'hommes. Une opération qui prit près de deux journées entières, mais finalement, le dragon put être amené dans la cour du temple, ou sous les ordres de Kinvara, il fut pris en charge par des serviteurs qui devraient se charger de le nourrir et lui faire retrouver des forces. 

Accompagnée par Athias et Jarad, Kinvara revint dans la grande salle de l'autel, ou le corps de Daenerys était conservé, bien protégé par quatre soldats de la Main Ardente. La jeune reine Targaryen avait été dénudée, ses anciens vêtements trop abimés ayant été jetés, et était simplement vêtue d'un pagne de soie légère afin de couvrir ses seins et un autre pour son entrejambe. Kinvara s'avance jusqu'à la table de pierre, et put constater de ses yeux la blessure infligée par une lame au niveau de la poitrine de Daenerys, ayant causer sa mort. La plaie ne saignait plus depuis un moment. Kinvara resta de longues secondes à contempler le corps de la jeune reine Targaryen, dans la lueur des grands flambeaux, sous les regards silencieux des deux serviteurs. Jarad se prit à prendre la parole pour briser le silence. 

_"Grande prêtresse....Si comme vous l'aviez dit, Daenerys Targaryen est celle qui fut promise par notre maitre et seigneur.... pardonnez moi, mais, étant morte, elle n'est peut-être pas celle qui...."

Kinvara lui jeta un regard noir. 

_"Ose tu mettre en doute la parole de ta grande prêtresse, ou celle de notre maitre?" dit-elle comme un avertissement non dissimulé, ce qui fit frémir Jarad qui se recula immédiatement. En tant que serviteur et disciple, remettre en cause un grand prêtre de R'hllor ne lui était en aucun cas permis. 

_"Si Daenerys perdit la vie..." reprit Kinvara en marchant lentement autour de la table de pierre "...c'est qu'il en avait été décidé ainsi....tout comme notre maitre décida de guider ce dragon jusqu'à Volantis, afin qu'elle nous soit ramenée....Il est temps pour nous d'accomplir la volonté du seigneur."

Quelques jours avant que la tempête ne vienne dévaster la région, Kinvara avait reçu une réponse du maitre de la lumière lors de sa prière. Elle l'avait vu, dans les flammes de l'autel...une tempête monstrueuse, des nuages aussi sombres que la nuit, et volant parmi ce déluge, une gigantesque ombre ailée, aussi volute que de la fumée, mais également les éclairs, venant cracher leur feu céleste sur la terre....ainsi qu'une voix, à la fois proche mais très éloignée, une voix éthérée, presque indigne d'être entendue par l'oreille de simples mortels, et indiquant une chose précise à la grande prêtresse... 

Sur ordre de la grande prêtresse, le corps de Daenerys fut lavé par des serviteurs et préparé. Dans le temple, tous furent rassemblés dans la grande cour. 

Quelques instants plus tard, en une nuit lourde et vierge d'étoiles, une cérémonie se prépara dans la grande cour du temple, ou furent réunis tous les serviteurs, ainsi que les prêtres et prêtresses et les soldats de la Main Ardente. Au milieu de cette cour pavée, fut érigé un immense bûcher, sur lequel fut allongé le corps de Daenerys, vêtue d'une longue et fine robe de soie cérémonial. Drogon, qui avait réussi à reprendre quelques forces, s'était montrer curieusement docile envers les prêtres et prêtresses de R'hllor. Peut-être une façon de les remercier de lui avoir sauvé la vie et d'avoir pris soin du corps de sa mère. Le grand dragon se tenait maintenant près du bûcher, émettant de profonds gémissements de tristesse et touchant du bout du museau, le corps de Daenerys, comme pour espérer obtenir une réaction de sa part. Au dessus du temple, dans le ciel d'un noir d'encre, flottait la lune venant réfléter sa lueur sur les eaux de Volantis. Une étoile filante, d'une teinte légèrement rouge comme le sang, apparut quelques instants dans la pénombre lointaine avant de disparaître. Kinvara s'approcha du corps, et vint, délicatement, couper une mèche de cheveux argentée de la chevelure, pour ensuite la jeter dans un petit brasier, ou elle regarda la mèche se consumer dans le feu, avec satisfaction. La première étape était donc franchie. Plus de temps à perdre désormais. 

Venant se placer au milieu de ses prêtres et prêtresses rouges, Kinvara entama alors le début de la cérémonie, écoutée par tous dans le plus grand silence. Sans qu'elle n'ai besoin de donner l'ordre, tous les prêtres écartèrent les bras, les yeux fermés, et elle en fit de même. Les serviteurs et les soldats, eux, posèrent un genou à terre et têtes baissées, clorent aussi leurs paupières. Kinvara commença alors la première, à prononcer des mots, en ancien valyrien:

-"Zȳhys ōñoso jehikagon Āeksiot epi, se gīs hen sȳndrorro jemagon.... Zȳhys perzys stepagon Āeksio Ōño jorepi, se morghūltas lȳs qēlītsos sikagon.... Hen sȳndrorro, ōños. Hen ñuqīr, perzys. Hen morghot, glaeson."

Avec elle, ce fut au tour des prêtres et prêtresses de prononcer l'incantation, suivis ensuite par les serviteurs. Tous dans cette immense cour, scandaient et répétaient encore et encore, cette même incantation. Drogon commençait à réagir, regardant frénétiquement autour de lui, comme s'il sentait quelque chose, une énergie très particulière à travers ces paroles en langue valyrienne. Son oeil reptilien se posa alors sur la lune, qui paraissait avoir pris la teinte rougeâtre. Kinvara et ses fidèles poursuivirent sans relâche, scandant de plus en plus fort les mots adressés à leur seigneur et maitre tout puissant. Jarad et Athias, parmi tous leurs camarades servants de l'ordre, ressentaient eux aussi, partout dans leur corps et dans leur sang, ce frémissement, cette magie si particulière venant imposer sur le temple tout entier cette lourdeur palpable. 

Après de longues minutes d'incessantes incantations, Kinvara ouvrit brusquement les yeux et son regard croisa celui de Drogon. Sans qu'elle ne dise un mot, le dragon parut comprendre, dans son iris, ce qu'elle attendait de lui et de ce que cela entrainerait. Sans hésitation, Drogon se pencha de toute sa stature majestueuse et immense au dessus du bucher, et déchaina son puissant souffle de feu qui enflamma ce dernier en un rien de temps, le recouvrant entièrement ainsi que le corps de Daenerys dans un voile de feu ardent. Alors que Drogon déversait son souffle continu de flammes, Kinvara et les prêtres de R'hllor poursuivirent l'incantation sans s'arrêter. Trois fois, Drogon cracha un véritable enfer, de toutes ses forces et dans un grondement aussi féroce que celui du tonnerre. 

Le temps passa, et le rituel ne prit fin que lorsque les premières lueurs du nouvel aube grisâtre firent leur apparition. Dans la cour, personne n'avait bouger et tout le monde avait cessé de parler. Du bûcher il ne restait plus qu'un immense tas de cendres dont la fumée épaisse et grise s'élevait jusque dans le ciel. Kinvara s'est approchée des restes du bûcher, alors que Drogon, lui, semble renifler et regarder avec intérêt. Son iris reptilien brilla alors, comme s'il avait senti quelque chose. A moitié recouverte par les cendres, Daenerys, complètement nue, sa robe cérémonial ayant brûlée, était intacte, mais ne bougeait toujours pas. 

Soudain, après quelques vifs tremblements, les paupières de la khaleesi s'ouvrirent en grand, ronds, et elle se redressa furtivement, haletante, tremblante et en proie à un début de crise de panique. Regardant ses mains couvertes de cendres, puis touchant ses bras, son corps nu, son visage, cette odeur de brûlé qui agressait ses narines, elle put voir la blessure au niveau de sa poitrine. Puis, elle vit Drogon, poussant des grondements heureux, et cette prêtresse rouge aux cheveux noirs, lui adressant un sourire. Daenerys, complètement perdue, voulut se redresser, mais avec ses jambes tremblantes et ses forces diminuées, elle manqua de retomber par terre, mais fut soutenue par le serviteur Athias, qui immédiatement, lui mit une couverture sur les épaules afin de la couvrir et la réchauffer un peu. Daenerys regardait frénétiquement autour d'elle, apeurée, voyant partout ces prêtres rouges, et cet endroit aux allures mystique qu'elle ne connaissait pas. Son regard haletant se posa alors sur Drogon, qui approcha son grand museau de sa mère, ravi de la voir vivante. 

_"D....Drogon?...." Daenerys balbutia, sa voix étant elle aussi affaiblie et sa gorge sèche. Usant d'un lourd effort, elle parvint à tendre son bras et à venir toucher de sa main fine le bout du museau de son dragon. 

_"Soyez la bienvenue, Daenerys du typhon." dit Kinvara avec un visage satisfait, avant de se tourner vers les autres prêtres et serviteurs. "...Saluons tous comme il se doit, née du feu, celle qui fut promise...." prononça Kinvara de vive voix. Les prêtres et serviteurs s'agenouillèrent simultanément autour de la jeune reine Targaryen, sans que celle-ci ne comprenne ce qui se passait, recroquevillée sous sa couverture et toute tremblante. Kinvara elle même s'agenouilla devant la jeune reine dragon. Drogon, lui, se dressa fièrement sur ses pattes arrière, déployant ses ailes sur toute leur longueur et laissa échapper un rugissement de triomphe vers le ciel, qui résonna à travers toute la cité et même au delà afin de célébrer la renaissance de sa mère. Daenerys, elle, ne savait comment réagir. Son regard se posa à nouveau sur la blessure qu'elle portait à la poitrine, et qui semblait s'être refermée. Des images, comme d'horribles flashs, lui revinrent en mémoire....Elle se souvint comment s'était arrivé.... de qui avait commis cet acte...

_"Je....je...." bégaya t-elle, le visage figé dans une panique réelle, sa respiration s'accélérant, avant de rouler des yeux et de s'effondrée dans les bras d'Athias, qui la soutint. Drogon grogna d'inquiétude face à cela. 

_"Grande prêtresse!" s'inquiéta aussi Athias en soutenant la pauvre jeune femme à peine revenue à la vie. 

_"Elle est simplement évanouie...le choc...." rassura Kinvara, sûre d'elle. En effet, Athias put le sentir, elle respirait encore. "...veuillez la conduire à une chambre afin qu'elle puisse reprendre des forces. Lorsqu'elle sera réveillée, faites lui porter de la nourriture et des vêtements."

_"Oui, grande prêtresse." obéit immédiatement Athias, qui avec précaution, souleva Daenerys pour la porter contre lui et la conduire vers l'intérieur du temple. Drogon semblait vouloir insister pour rester avec sa mère, mais dut laisser les prêtres de R'hllor se charger de s'occuper d'elle. 

Restée auprès du monticule de cendres fumantes qui restaient du bûcher, Kinvara était pensive, silencieuse, contemplant les cendres qui peu à peu s'envolaient, dispersées par le vent matinal et s'évanouissant dans les airs. 


1 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?