Deadly Beauty par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Préquelle / Romance / Drame

11 Désillusion

Catégorie: T , 1630 mots
0 commentaire(s)


  – Tom ! Tu es enfin de retour… Tu es sûr que tout va bien ?

  Tom s’installa sur le canapé de la salle commune, les futurs Mangemorts se trouvant auprès de lui, et dévisagea Orion avec un regard interrogateur.

  – Qu’est-ce qu’il te fait dire cela ?

  – Tu as juste… une mine étrange.

  Tom fronça les sourcils et attrapa un miroir posé sur un guéridon à côté de lui, puis il contempla son reflet. Des cernes sombres, presque rougeâtres, s’étaient creusés sous ses yeux, ses joues paraissait terriblement creuses, son teint davantage pâle si cela était possible, et ses pupilles avait étrangement foncées, elles n’étaient plus de l’élégant vert clair d’autrefois.

  Tom resta un instant figé face à ce visage qui avait tant changé… il ne pensait pas qu’en créer un deuxième aurait tant de conséquences visibles… Tom restait toujours aussi séduisant, mais était devenu plus… inquiétant…

  Il était grand temps qu’il parle enfin à Slugorn…

  – Qu’est-ce que tu as fais pendant ces deux jours, Tom ? demanda Filius d’un air préoccupé.

  Tom reposa le miroir d’un geste ferme et se leva face aux futurs Mangemorts.

  – Je suis simplement fatigué. J’ai fait des choses épuisantes dont vous n’avez pas besoin de connaitre la nature. Maintenant, passons à ce que vous avez fait durant mon absence.

  – Tu as une magnifique bague, releva Samantha en fronçant les sourcils.

  Tom cacha presque machinalement sa main droite avec son autre, puis acquiesça d’un air détaché.

  – Orion, fais-moi un compte-rendu, ordonna-t-il ensuite d’une voix forte.


  Plus tard, Tom trouva Helena assise seule à l’orée du parc. Il s’avança vers elle, s’accroupit puis la prit aussitôt dans ses bras. Elle lui rendit son étreinte avec force.

  – Tom ! Tu m’as tellement manqué, fit-elle en se reculant doucement. Je… Tom ? Tout va bien ?

  – Bien sûr, pourquoi cela n’irait pas ?

  – C’est juste… ton visage…

  – Je suis simplement épuisé, ne t’en fait pas pour cela.

  Il lui prit la main et la caressa doucement, réellement heureux d’être à nouveau près d’elle.

  – Et tu portes une bague, maintenant ? s’étonna Helena en scrutant le bijoux d’un air incrédule.

  – Un cadeau de mon oncle, répondit Tom en toute sincérité.

  Helena eut un léger froncement de sourcil, mais parut convaincue.

  – Il faut que j’aille voir Slugorn plus tard, pour quelque chose de très important. Mais je veux passer tout le temps qui m’en sépare avec toi.

  – Qu’est-ce que tu veux lui demander ? s’enquit Helena d’un ton vague.

  – Rien que ne soit de nature à te préoccuper, répondit tranquillement Tom. Sinon, que s’est-il passé en mon absence ?

  – Encore des agressions sur des Nés-Moldus, répondit Helena d’un ton sombre. Mais rien d’aussi grave que ce qui est arrivé à Mimi.

  – Tu sais que tant que je suis là, tu ne risques strictement rien.

  – Je n’ai pas peur pour moi, mais c’est tout de même inquiétant…

  Tom fronça les sourcils et la fixa longuement.

  – Lorsque nous aurons fini les cours, je t’emmènerais vivre avec moi.

  – Où cela ? s’enquit-elle avec un rire. Aurais-tu un palais caché ?

  Il s’assit contre l’arbre et l’entraina à se poser sur ses jambes. Puis il attrapa son visage et le plaqua fortement contre le sien, leurs lèvres se trouvant avec une facilité déconcertante. Ils s’embrassèrent comme toujours, mais ce baiser eut un arrière-goût amer que Tom ne comprit pas. Son cœur s’accéléra, ressentant une appréhension inhabituelle.

  – Non, répondit-il en se retirant lentement. Mais je quitterais enfin cet orphelinat, et nous vivrons où tu désires aller. Le monde nous appartiendra…

  Il caressa doucement la joue rougie d’Helena.

  – … bien plus que tu ne peux l’imaginer.

  Samantha apparut alors dans le parc en courant, et les interrompit en se stoppant face à eux, visiblement essoufflée.

  – Tom…, déclara-t-elle entre deux respirations saccadées, Orion a… enfin, tu devrais venir voir toi-même…

  Tom fronça les sourcils, mais se leva néanmoins en laissant Helena se repositionner sans lui.

  – Je te suis.

  – Tes paroles ne valent-elles donc rien ? s’enquit Helena dans son dos.

  Tom se tourna vers elle d’un air navré.

  – Certaines choses primordiales passeront toujours avant nous, Helena.

  Elle aurait eu la même expression si Tom l’avait giflé, mais se contenta d’hausser les épaules d’un air nonchalant.

  Tom serra les dents, et suivit malgré tout Samantha à l’intérieur du château. Il s’avéra qu’Orion avait exagéré en jetant un sort à un Né-Moldu, qui s’était retrouvé coincé, le corps à moitié transformé en une gigantesque larve. Tom dû ainsi effacer la mémoire de la victime, et le retransformer en le Sang-de-Bourbe qu’il était.

  – On en reparlera ce soir, déclara Tom d’un ton furieux alors qu’il traversait le couloir désert avec Samantha et Orion. Qu’est-ce qu’on avait dit ? Des attaques douloureuses ou horribles, je m’en fiche, mais silencieuses ! Invisibles ! Cette erreur est inadmissible et méritera une exclusion provisoire, Orion. Tu as failli nous faire démasquer ce soir. Et je…

  Tom s’interrompit brutalement et se stoppa. L’horreur s’immisçant en lui avec force, tandis qu’il observa le visage décomposé d’Helena qui le fixait de l’autre bout du couloir.

  – Oubliette-la ! intima aussitôt Samantha.

  Mais Tom n’esquissa pas le moindre geste, et murmura simplement :

  – Déguerpissez.

  Samantha et Orion se jetèrent un regard anxieux, mais s’exécutèrent et disparurent par l’immense escalier de marbre.

  Tom avança lentement vers Helena qui ne bougea pas d’un millimètre.

  – Qu’est-ce que tu as entendu ? demanda-t-il alors.

  – Tout, lâcha-t-elle simplement d’une voix brisée.

  Tom déglutit.

  – Tu sais que… je devrais tout te faire oublier. Mais la simple idée de te jeter ce sort me répugne.

  – Pourtant ces choses-là sont bien plus importantes que moi, pas vrai ? demanda Helena tandis que des larmes descendaient lentement sur ses joues.

  Tom ne répondit pas, et se contenta de la dévisager profondément.

  – C’est cela que vous faites avec tes amis ? s’écria Helena au milieu de ses sanglots. Vous vous en prenez aux personnes comme moi !

  – Crois moi, tu n’es pas comme eux.

  – EN QUOI ? hurla soudainement Helena. EN QUOI SUIS-JE DIFFÉRENTE ?

  Tom se tut à nouveau, mais sentit son cœur se serrer douloureusement dans sa poitrine.

  – Tu sais ce que c’est, le pire ? demanda Helena avec un rire sans joie. Je crois que… au fond de moi, je le savais. Je savais ce que tu étais derrière tout cela. J’ai refusé de le voir car j’étais complètement aveuglé… Eh oui, Tom. Je t’aime. J’ignore néanmoins si tu es toi-même capable d’éprouver la moindre once de sentiment humain !

  – Je…

  Mais Tom fut incapable de répondre. L’amour lui paraissait une notion bien abstraite… et il ne savait absolument pas si c’était là ce qu’il ressentait pour Helena.

  – Rejoins-nous, proposa-t-il néanmoins d’un ton sérieux. Je te protégerais, et tu auras la meilleure place dans le monde que nous allons instaurer.

  Helena eut un regard profondément dégouté et recula de quelques pas.

  – Comment ai-je pu être aussi aveugle ? Comment ai-je pu ne pas voir le monstre que tu es ?

  Tom sentit sa mâchoire se contracter.

  – Un monstre ? demanda-t-il en haussant les sourcils. Parce que je veux que les sorciers n’aient plus à se cacher ? Parce que je nous considère à juste titre bien plus importants que les Moldus ?

  – Et combien de Moldus mourront sous ton règle, ô Tom Jedusor ? Combien subiront le même sort que Mimi ?

  – Si tu ne nous rejoins pas maintenant, prévint Tom en serrant les dents, tu n’auras aucune chance lorsque la guerre éclatera.

  – Tu m’emmerdes avec ta guerre qui n’arrivera jamais, cracha Helena avec violence tout en essuyant ses larmes d’un geste brusque. Je préfère retourner immédiatement en France, que rester près de toi une minute de plus.

  Et elle s’éloigna d’un pas furieux, instaurant un vide inexorable dans la poitrine de Tom qui ne put détourner le regard de son incroyable chevelure blonde voletant gracieusement dans son dos.

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?