Lights in the Darkness I : The Witch par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Continuation / Fantasy / Aventure

20 Le héros corrompu (Sora)

Catégorie: G , 5133 mots
1 commentaire(s)

Thomas s'est écroulé, inerte, sur le sol. Il n’était pas le seul. Yuki aussi s’était évanouie après son combat contre le Phénix. Deux de mes amis avaient été vaincus à cause de Maléfique et de Hadès. J'ai resserré ma prise sur Chaîne Royale. Lydia et Maxwell se sont précipités vers Thomas. Lea, lui, est resté avec Araen qui tenait Yuki dans ses bras, l'air désespéré. Quelques minutes plus tard, nous nous sommes rejoints. Maxwell a posé Thomas sur le sol, à côté de Yuki. Araen, à genoux auprès de cette dernière, lui envoyait des petites décharges électriques bleues du bout des doigts en comprimant sa poitrine.

« C’est pas normal, a-t-il dit d’une voix paniquée. C’est pas normal du tout.

En voyant nos regards, il a expliqué : 

- Ce genre de chose lui est déjà arrivé. Plusieurs fois, lorsqu’elle abuse de son Essence, elle se retrouve dans un état du même genre. D’habitude, quelques décharges inoffensives la remettent sur pieds mais là, non. Je ne veux pas qu’elle… 

Sa voix s’est brisée. Je ne savais pas quelle genre de relation liait Araen et Yuki, mais il s’agissait sans doute de quelque chose de très profond. Je me suis accroupi auprès de lui. 

- Ne t’inquiète pas, lui ai-je dit en souriant. Je ne la connais pas depuis longtemps mais c’est une battante. Elle va s’en sortir ! 

Ce n’était pas des paroles en l’air. Je le pensais vraiment. Nous avions tous vu Yuki à l’œuvre et on savait à présent qu’elle n’était pas à prendre à la légère. 

- C’est peut-être à cause de la malédiction des Enfers, a suggéré Riku. 

J’ai tendu la pierre de l’Olympe à Araen. 

- Fais lui tenir ça. Cette pierre protège de la malédiction. 

Dès l’instant où la Pierre de l’Olympe a quitté ma paume. J’ai de nouveau senti mes forces me quitter peu à peu. J’ai dû faire un gros effort pour rester stoïque. Araen a saisi la pierre et la placée dans les paumes de Yuki. 

- Allez, Yu… S’il te plaît. 

Il regardait Yuki avec des yeux embués, comme s’il était à deux doigts de pleurer. Je me suis tourné vers Thomas, qui reposait juste à côté. Lydia a mis une main sur la poitrine de Thomas et à attendu quelques instants. Puis, elle a poussé un soupir de soulagement. 

- Il va bien, a-t-elle dit en prenant la main de Thomas dans la sienne. Son pouls est lent… mais régulier.

Je me suis senti horriblement impuissant. Deux de mes amis étaient tombés inconscient et les autres n’allaient pas mieux. Araen lui-même avait du mal à tenir debout. Nous étions tous couverts d’égratignures et certains d’entre nous tremblaient. De peur, peut-être. Je les comprenais. Maléfique était d’un tout autre niveau à présent. Elle avait été capable d’invoquer des monstres si puissants facilement. Nous les avons vaincus, mais ça n’avait pas été facile. Nous étions affaiblis alors que la sorcière avait l'air en pleine forme. Mes amis semblaient l’avoir compris. Je devais leur remonter le moral. 

- Faites pas cette tête, les gars. 

Ils m’ont regardé. 

- Le principal, c'est qu’on s’en est sorti. 

- C’est vrai, a dit Maxwell. Mais tu oublie le trophée et le fragment de la Pierre Angulaire. 

- Il nous faut les deux et ce… Hercule, a renchérit Léa. Et ils sont en possession de l’ennemi. 

Il s’est tourné vers Maléfique et Hadès. 

- Comment est-ce qu’on va les récupérer ? m’a demandé Donald. 

J'ai regardé Chaîne Royale. Sa lame argentée a paru briller plus fortement dans l’obscurité de l’arène. Je ne voulais pas laisser mes amis derrière mais je ne tenais plus à ce qu’ils soient blessés. Et Hercule… J’allais sauver mon ami et ce monde ! 

Hadès a tapé dans ses mains. 

- Bien joué ! Vous avez réussi à battre les monstres de ma camarade ainsi que son euh… associé. D’ailleurs, où est-ce qu'il est passé ? 

J’ai cherché du regard le garçon au manteau noir. Il avait disparu ! 

- Je l’ai envoyé ailleurs, a expliqué Maléfique. Le temps qu’il récupère. (Elle s’est tournée vers Hadès.) Je dois aussi m'en aller. Merci pour ce… divertissement. 

- Mais je t’en prie, partenaire, a dit le Seigneur des Enfers d’une voix mielleuse. 

Maléfique a fait la grimace. 

- N’oublies pas notre arrangement. (Elle s’est ensuite adressée à nous.) Quant à vous, ces combats furent très instructifs. Je sais à présent que vous n’êtes pas à la hauteur. Les monstres que j’ai créé n’étaient pas au maximum de leur force. 

Je me suis avancé vers elle. Puis, j’ai pointé ma Keyblade vers la sorcière. 

- Ne nous sous-estime pas, Maléfique. On a bien plus de ressources que tu le crois ! 

Maléfique a gloussé. 

- Nous verrons cela. 

Sur ces mots, elle a disparu dans une colonne de flammes vertes. J’ai regardé Hadès droit dans les yeux. 

- Où est le trophée ? lui ai-je demandé. 

Il a regardé ailleurs. 

- Tu… Tu ne sais pas ? ai-je deviné. 

Hadès a haussé les épaules. 

- Le truc avec les objets magiques, c’est qu’ils ont tendance à apparaître quand ça leur chante. 

Bizarrement. Je n'ai pas été surpris. Ce type était le roi des entourloupes. Mais bon, je préférais voir les choses du bon côté : au moins, Hadès ne contrôlait pas le trophée. 

- Quand est-ce qu’il apparaît ? a demandé Kairi.

Le Seigneur des Enfers s’est gratté le sommet du crâne. « Crâne » parce qu’il avait des flammes bleues pour cheveux. 

- Malheureusement pour vous, vous n’êtes pas en position de réclamer des informations. Voyez-vous, j’ai toujours…  

Un hurlement puissant a retentit dans l’arène. Nous nous sommes regardés. 

- Euh… C’était quoi, ça ? a demandé Donald d’une petite voix. 

- Juste un dernier cadeau pour vous, a dit Hadès en nous adressant un sourire carnassier. 

Riku a prit la parole. 

- Une dernière épreuve, hein ? 

Je me suis tourné vers le groupe en souriant. 

- Pas de problème ! Ensemble, rien ne peut…  

Le visage de Hadès s’est tordu en un rictus. 

- C’est quoi le problème ? lui ai-je lancé. 

- Rien, rien. 

Maxwell est intervenu. 

- J’ai compris, a-t-il dit. Le trophée n’apparaît que dans certaines conditions. Et d’un coup, Hadès organise un tournoi quand Maléfique est dans les parages. 

- Je ne vois pas ce que tu veux dire, ai-je avoué. 

- Réfléchis, Sora. Si Hadès collabore bien avec Maléfique, il a planifié ces combats pour tenter de faire apparaître le trophée et s’en emparer. 

- Tout en permettant à Maléfique de tester ses monstres et, d’éventuellement, nous éliminer. a dit Lea. D’une pierre trois coups. 

- C’est ça, a dit Maxwell. Et s’il a une dernière épreuve…

- C’est qu’il est convaincu que cette dernière lui permettra de faire venir le trophée, est intervenu Riku. 

Maxwell a paru réfléchir. 

- On a affronté un Phénix, un Manticore, un supposé membre de l’Organisation et un guerrier fantôme et non sans efforts. (Il a jeté un coup d’œil triste à Thomas.) Ce n’était pas suffisant ? 

- Apparemment non, a dit Lea. Il faudrait quelque chose de plus extrême. 

- On était plusieurs, ai-je relevé. 

Mes amis m’ont regardé, l’air interrogateur. J’ai expliqué : 

- Pour affronter nos ennemis, nous étions plusieurs. (Une idée désagréable m’a traversée l’esprit.) Pour la dernière épreuve… Il faut que seul l’un d’entre nous y aille. 

Riku, Donald et Dingo ont essayé de dire quelque chose, mais je les ai arrêté d’un geste. Je savais ce qu’ils allaient dire. 

- Pas la peine de vous proposer, j’irai, ai-je déclaré fermement.

Riku, Dingo et Donald étaient sur le point de protester mais ils se sont ravisés.

- Faut toujours joue les héros, celui-là, a dit Donald. 

- Comme d’habitude, ahyuk ! a renchérit Dingo. 

- Essaie de ne pas trop te faire amocher, a dit l’argenté. 

J’ai souri. Décidément, ils ne changeraient jamais. Si on avait eu le choix, je les aurais pris avec moi pour l’épreuve. Mais je ne voulais pas les mettre davantage en danger. Déjà, l’année passée, Donald, Dingo et moi sommes retrouvés dans des situations très dangereuses et je m'en voulais à chaque fois que l’un deux était blessé. D'un côté, j’étais assez content de la situation : j’allais pouvoir les protéger. Je leur ai souri : 

- Ne vous inquiétez pas les gars. Je m’en occupe. On sauve Hercule et on poursuit Maléfique ! 

Maxwell a souri à son tour. 

- Je comprends que vous lui fassiez autant confiance. (Il s’est approché de moi.) Tiens, prends ça. 

Sur ces mots, il m’a tendu (description d’un élixir). 

- Un Élixir ? Comment…  

- Cherche pas, m’a-t-il coupé en souriant. T’as intérêt à revenir entier. 

J’ai pris l’Élixir dans ma main et ce dernier a aussitôt disparu. Je l’ai regardé en souriant.

- Merci, mon pote. Compte là-dessus ! 

Kairi s’est approchée et, d’un coup, j’ai commencé à me sentir bizarre. Elle m’a fixé de ses grands yeux bleus. 

- Ne fais pas l’idiot, d’accord ? 

Malgré son ton taquin, je percevais de l’inquiétude dans sa voix. Comme les autres, j’étais certain qu’elle aurait mille fois préférée être à ma place que de me laisser affronter le danger seul. Pourtant, ils s'efforçaient de paraître enthousiastes. Je leur en était reconnaissant. J’ai posé une main sur l’épaule de Kairi. 

- Tout ira bien, je te le promets. 

Alors elle m’a souri. Il m'a semblé que son visage resplendissait dans la pénombre de l’arène. J’ai senti mes joues s’embraser. 

- Bon, euh… J’y vais. 

Je me suis dirigé vers Hadès d’un pas décidé. J’allais réussir. 

- Je suis prêt, Hadès. Je vais sauver mon ami et nous partirons d’ici avec les données de ce monde ! 

Le seigneur des Enfers a eu un sourire mauvais. 

- Tiens, c'est drôle que tu parles de lui. 

J’ai eu un mauvais pressentiment. 

- Ça ne me dit rien qui vaille, Sora, a dit Dingo. 

- Qu’est-ce que tu veux dire ? ai-je demandé à Hadès. 

Avant qu’il ne puisse me répondre, un hurlement s’est fait entendre dans l’arène. Ce cri n’avait absolument rien d’humain. Le silence est tombé parmi nous. Mes amis et moi retenions notre souffle. Il n’y avait qu’Hadès qui avait l’air content. J’ai senti mon cœur battre. Une goutte de sueur a perlé ma joue. 

Soudain, une des parois de l’arène non loin d’Hadès a explosé. J'ai aussitôt jeté un coup d’œil vers mes amis mais, heureusement, ils n’avaient pas été touchés par les débris. Puis, quelque chose a atterri devant moi en soulevant de la poussière. Lorsque j’ai pu de nouveau voir quelque chose, mon cœur s’est serré. À quelques mètres de moi, il y avait un jeune homme brun. Il portait une toge de combat brune, une cape bleue et des sandales. Je n’en croyait pas mes yeux. 

- Je n’ai pas besoin de faire les présentations, j’imagine, a lancé Hadès. 

Dingo, Donald et moi en sommes restés bouche bée. 

- Hercule ?! avons-nous crié. 

Ils étaient sur le point de me rejoindre, mais avant que j’ai pu dire quoi que ce soit, Hadès a claqué des doigts et des flammes bleues ont encerclé mes amis. 

- Ta ta ta, a fait le seigneur des Enfers. Pas d’interruption. Il doit faire ses preuves seul pour faire apparaître le trophée.

- Les gars ! ai-je crié. 

- Ne t’en fais pas pour nous Sora, est intervenu Riku. Fais juste ce que tu as à faire.

Ça n’a pas été facile, mais je suis parvenu à me concentrer sur mon opposant. Ce qui m’a chamboulé encore plus. Ce Hercule n’était pas le Hercule que Dingo, Donald, Phil et moi connaissions. 

- Qu’est-ce qu’il t’est arrivé ? 

Mon ami d'habitude si souriant, me regardait à présent avec des yeux meurtriers. Lorsque je l’ai fixé, je me suis rendu compte que ces derniers étaient vides, un peu comme s’ils avaient perdus leur éclat. Hadès a tapé dans ses mains. 

- Il est temps de commencer ! a-t-il déclaré. 

Le bruit produit a résonné dans l’arène. J'ai mis un moment avant de me rendre compte qu'Hadès avait donné le départ. J’étais toujours perdu dans le regard assassin de mon ami. Hercule était prêt à m'éliminer. Non. Je ne pouvais pas le croire. Ce n’était pas possible. « Hercule » a bondit vers moi et m’aurait sans doute réduit en bouillie si Kairi n’avait pas hurlé mon nom, ce qui m'a arraché à ma torpeur. J'ai maladroitement plongé sur le côté et je me suis étalé sur le sol. 

- Hercule, qu'est-ce que tu fais ? ai-je demandé. 

Pour toute réponse, mon ami a rugi une nouvelle fois. Hadès riait. Et j'ai compris. 

- Tu es à l'origine de tout ça, lui ai-je lancé.

Le Seigneur des Enfers s'est arrêté de rire avant de me toiser d'un œil mauvais du haut de son siège. 

- Quelle perspicacité. Évidemment que je suis à l'origine de tout ça. Je ne peux pas le transformer en Sans-Cœur comme je le voulais tant que Maléfique n'a pas fini de… Enfin. En gage de bonne foi, elle m'a aidé pour… (Il a tendu sa main vers Hercule.) ceci. 

J'ai commencé à voir rouge. Mon ami n’était qu'un pion dans le plan de Maléfique. 

- Laisse-le tranquille ! lui ai-je crié. 

Hadès a claqué des doigts. 

- Mon cher Hercule. Finis-le. 

Hercule a hurlé avant de charger à nouveau. J'ai tenté une parade mais je me suis rappelé qu'il avait été capable d'envoyer dans l'espace (ou presque) l’Hydre : un monstre de quinze mètres de haut à plusieurs têtes à mains nues. J’ai fait une roulade sur le côté avant de me réceptionner. 

- Hercule, écoute moi ! 

Il a fissuré le sol à l'aide de son poing, causant un tremblement de terre. Mon ami m'a de nouveau regardé de ses yeux féroces. Puis il a rugi. Il n’était clairement pas dans son état normal. Si j'arrivais à lui parler encore un peu…

- Petit, a dit Hadès. Ce n'est pas en fuyant que le trophée va apparaître.

Donald a paru sur le point d'exploser.

- Le sale… 

- Donald, calme-toi, l'a interrompu Riku. Laisse faire Sora. 

Le visage du Seigneur des Enfers s'est fendu en un rictus.

- Le « laisser faire » ? Qu'est-ce qu'il peut faire contre un demi-dieu ? 

Kairi l'a regardé droit dans les yeux. 

- Il pourrait vous surprendre. 

- Il l'a déjà fait, a dit Riku. Cerbère, Auron, vous battre… 

- SILENCE ! l'a interrompu Hadès.

Sa peau avait viré au rouge et les flammes qui lui servaient de cheveux flamboyaient. Puis, un bref moment plus tard, il a repris son sang-froid et son teint est redevenu bleu.

- Ce n’était là que des… accidents, a-t-il déclaré. Aujourd’hui, c'est différent. Il doit affronter seul un gladiateur de sang divin. Corrompu comme il est, rien ne peut atteindre Hercule. Son cœur est scellé !

Un gladiateur ? Son cœur est scellé ? J'ai regardé ma Keyblade. Une idée désagréable m'a traversé l'esprit. Elle était risquée mais je m'en fichais. Je le faisais pour Hercule. Pour mon ami. Si mes mots ne l’atteignaient pas, alors… 

Je me suis mis en garde.

- Oh ? a fait Hadès. Il est enfin prêt à se battre, on dirait. 

Il s'est tourné vers Hercule. 

- Champion, à toi de jouer ! 

Hercule a encore hurlé et une aura jaune est apparue autour de lui. Aussitôt, je me suis propulsé vers lui en donnant un coup d'estoc et… Chaîne Royale a ricoché sur sa cuirasse comme sur de la pierre. 

- Qu'est-ce que… 

Hercule m'a asséné un coup de poing au ventre avant que je n'ai pu finir ma phrase. J’ai été projeté quelques mètres plus loin avant de m’écraser au sol. Mes amis ont hurlé mon nom mais je les entendais à peine, encore sonné par le coup. 

- Vous voyez ? S'est moqué Hadès. Il ne fait pas le poids. Un seul coup et il est déjà incapable de se battre. (Il s'est adressé à moi.) Petit, si tu pouvais au moins mourir en héros avec le discours sur l’amour et l’amitié et tout le tralala habituel, ce serait sympa. Tu sais, histoire de faire apparaître ce trophée.

J'ai essuyé une goûte de sang qui perlait du coin de ma bouche. S'il croyait que j'allais abandonner pour si peu…

- Hors de question, ai-je rétorqué. Je ne laisserai pas tomber mon ami. 

Hercule s'est jeté sur moi. Au moment où il a brandit son poing, son aura dorée s'est dissipée. J'ai esquivé d'un bond. Puis son aura est réapparue. 

- Sora ! a crié Riku.

- Ouais, j'ai remarqué, ai-je répondu. 

Les combats que j'avais menés depuis mes 14 ans (quand j'ai perdu mon monde) m'ont appris quelque chose d'important : rien ni personne n'est invincible. Mes amis et moi avons toujours trouvé le point faible de l'ennemi pour le vaincre. Et cette fois-ci ne faisait pas exception. Hercule a chargé dans ma direction et attaqué. Son poing s'est approché de mon visage. Il n’était plus qu’à quelque centimètres… Quelques millimètres. À la dernière seconde, j'ai esquivé. Comme prévu, son aura d'or a disparu. J'en ai profité pour donner un nouveau coup d'estoc, faire quelques autres attaques et de terminer avec un sort Brasier. Mon ami a hurlé de douleur. J'ai ressenti un pincement au cœur. 

- Ressaisis-toi, Hercule ! 

Pendant une seconde, ses yeux sont redevenus normaux, reprenant leur éclat que je connaissais bien. Mais : 

- Pas mal, a dit Hadès. Mais ce ne sera pas suffisant, j'en ai peur. 

L'aura dorée d'Hercule est revenue, tout comme son regard meurtrier. Ça m’a mis en colère. Hercule n'avait pas le droit de subir cette épreuve. 

- Très bien, ai-je rétorqué au Seigneur des Enfers. Alors il vaut mieux que j'en finisse au plus vite.

J'ai brandi ma Keyblade et invoqué un sort Glacier. Un bloc de glace est apparue au dessus de sa tête. À l'instant où Hercule s’en est rendu compte, j'ai sauté vers lui. Mon ami a brisé la glace d'une attaque et son aura a disparu. Au même moment, je lui ai asséné un coup de taille. Il a reculé à cause de l'impact en gémissant. Je suis repassé à l’attaque mais un cercle d'or s'est dessiné autour de Hercule. Écoutant mon instinct, j'ai sauté en arrière juste avant d'y entrer. C'est alors qu'un dôme doré s'est formé autour de mon ami en envoyant des déflagration. Puis, le dôme a disparu et mon ami a retrouvé son aura. Encore une fois, j’ai utilisé la Magie de Glace pour créer un bloc de glace au-dessus de lui. Cette fois-ci, au lieu de le briser, il l'a saisi pendant que je me précipitais vers lui. 

- Quoi ?! ont fait Donald et Dingo.

Hercule a lancé le bloc de glace dans ma direction. À la vitesse à laquelle ça allait, je n’aurais jamais eu le temps d'esquiver. À la place, je me suis concentré et j’ai imaginé un dôme autour de moi : 

- Miroir ! 

Je me suis retrouvé entouré d'un dôme protecteur. Ce dernier a été brisé par l'attaque de Hercule en réduisant en même temps le bloc de glace en poussière. J'ai de nouveau invoqué le sort Glacier au-dessus de la tête d'Hercule qui, une fois de plus, me l'a lancé. J'ai envoyé ma Keyblade de toute ma force sur lui. Mon arme a brisé la sort sans arrêter sa course. Puis, Chaîne Royale a atteint Hercule en pleine tête. J'ai tendu la main et ma Keyblade y est réapparue. Sonné, mon ami a posé un genou au sol.

C’est pas vrai… Ça me fait vraiment du mal de le voir comme ça, ai-je pensé

Hercule s'est ressaisi. Un bref instant, ses yeux sont redevenus normaux. J'ai jeté un coup d'œil à Hadès, il a paru mal à l'aise. Je savais quoi faire. J'ai de nouveau fondu sur Hercule et son aura dorée a stoppé net mon attaque. Face à face avec lui, je l'ai regardé droit dans les yeux.

- Allez, mon pote. Ce n’est pas ce que tu veux. 

Mon ami a hésité et m'a regardé :

- Je…

- Non, champion.

Hadès a claqué des doigts et une aura noire et verte a enveloppé Hercule. Mon ami a retrouvé son regard meurtrier. Il a donné un coup en direction de mon crâne que j'ai esquivé d'une roulade. J'ai asséné au passage un coup de Keyblade dans ses jambes. Il est tombé à genoux. Puis, Hercule a saisi une de mes jambes et m'a projeté d'une main à l'autre bout de l’arène. Juste avant de m’écraser contre le mur, j'ai utilisé Miroir. Mais, mon bouclier protecteur s'est détruit. J'ai quand même touché le mur en le fissurant. Je me suis écroulé au sol. J'ai tenté de me relever mais je n’ai pu que le mettre à genoux. Ma vue s’est brouillé et j'avais un goût désagréable dans la bouche. Il m'a semblé qu’il en fallait plus d'habitude pour que je sois dans cet état. La malédiction des Enfers devait y être pour quelque chose.

- On ne peut plus se relever, petit ? m'a raillé le Seigneur des Enfers. 

À l'aide de Chaîne Royale, je me suis hissé sur mes deux jambes... Et j'ai souri. Hadès a eu l'air surpris.

- Y a pas à dire, ai-je déclaré en direction de Hercule, tu es vraiment un demi-dieu. Cette force… C'est extraordinaire ! 

C’était vrai. Jamais personne n'avait réussi a briser mon sort de protection. J'ai continué :

- Tu te donnes à fond… Alors je compte en faire de même. 

C'est alors que quelque chose m'a envahi. De l'espoir. Je savais que j'allais sauver mon ami et pour ça, j’étais heureux. Il ne nous resterait plus qu’à empêcher Maléfique de mettre son plan à exécution avec les « données » des mondes et à la vaincre. On l'avait déjà fait. Pourquoi pas une seconde fois ? Je me suis revu admirer le coucher de soleil sur mon île natale avec Riku et Kairi. On allait le refaire et sauver tout le monde. Comme toujours. C'est avec ses pensées que j'ai marché vers Hercule. 

- Sora, a dit Kairi, comment est-ce que tu fais ça ?

Je ne savais pas de quoi elle parlait. Hercule a donné un coup au sol, le détruisant en partie. Puis, il a pris un morceau de l'asphalte et me l'a lancé.

Sans le lâcher des yeux, j'ai prisé le bloc de pierre d'un coup d’épée. 

- Petit, comment… Qu'est-ce qu'il t’arrive ? 

J'ai ignoré Hadès. Hercule n’était plus très loin. Il a tenté de me donner un coup de poing mais, au lieu de l'esquiver, je l'ai arrêté avec ma Keyblade. 

- Ce n'est pas ce que tu veux. 

Puis, j'ai pointé Chaîne Royale vers lui et fermé les yeux. Un éclair de lumière est venu éclairer mes paupières fermées. En ouvrant les yeux, je me suis aperçu que j’étais sur un vitrail, mais je n'y ai pas fait attention plus que ça. Je savais ce que j'avais à faire. Hercule, au milieu, était à genou, les yeux fermés. Un genre de cocon noir et vert l’enveloppait peu à peu. Soudain, ma Keyblade s'est mise à briller et une serrure est apparue au-dessus de mon ami. J'avais déjà vu ça de nombreuses fois avant. Lorsqu'un monde était en proie au Ténèbres, une serrure semblable apparaissait, j’utilisais ma Keyblade pour la verrouiller et le monde était protégé. Là aussi, j'ai pointé Chaîne Royale vers la serrure. Un rayon blanc en est sorti et l'a atteint. Un « clic » s’est fait entendre. Le cocon obscur a alors disparu. Quand j'ai cligné des yeux, je me suis retrouvé dans un lieu sombre, sur un sol rocheux avec un homme rouge en robe noire qui me foudroyait du regard. J’étais de retour dans l’arène des Enfers. 

- Comment… COMMENT AS-TU FAIT ? a hurlé Hadès.

Quelqu'un a toussé à mes côtés. 

- Et bien, Sora. On dirait que tu t'es bien amélioré ! 

Je l'ai regardé. Hercule me regardait de ses yeux bleus pétillants. Il allait bien ! 

- Herc ! 

J'ai sauté dans ses bras. 

- Doucement ! J'ai encore mal à cause de tes coups, je te rappelle ! 

- Ah oui, ai-je dit, désolé...

Hercule s'est relevé pendant que mes amis nous rejoignaient. Donald et Dingo se sont aussi jetés à son cou en riant aux éclats. Riku les a rejoint : 

- Enchanté, je suis Riku. 

- Ah, a fait Hercule. Sora m'a parlé de toi. Enchanté ! Et toi, tu dois être Kairi. 

Mon amie a fait oui de la tête. 

- Heureuse de vous connaître. 

- J'en étais sûr, a dit Hercule, tout content. Tu es aussi jolie que Sora m'avait dit. 

Elle a rougi en me regardant.

- Hé ! Ai-je fait, les joues en feu. J'ai jamais…

Hercule m'a fait taire par un clin d’œil. Les présentations étaient sur le point de continuer lorsque quelque chose s'est mis à scintiller devant moi. Une forme s'est dessinée dans les airs et un trophée d'argent incrusté d'onyx. 

- Ce ne serait pas…, a fait Riku.

- Oui, on dirait.

J’étais sur le point de prendre le trophée lorsque qu'un hurlement de colère s'est fait entendre.

- PAS QUESTION !

Hadès ne de trouvait plus dans les gradins à présent. Il était à quelques mètres de nous, rouge et en colère. J'ai immédiatement pris le trophée qui a aussitôt disparu. 

- Bon, on dirait que je n'ai plus qu’à me débarrasser de toi, a lancé Hadès.

J'ai tenté de me mettre en garde mais j'ai chancelé. Hercule m'a rattrapé.

- Laisse-le moi, Sora. Toute cette lumière que tu as faite tout à l'heure et ma libération… Ça a dû te prendre toute ton énergie. 

Je voulais lui demander ce qu’il voulait dire par là mais je n’ai même pas eu cette force. Hercule avait raison. J'avais le souffle court, ma vision était floue, mes jambes tremblaient et ma Keyblade commençait à peser lourd dans ma main. Mais peut être que si je forçais un peu…

- Oublie ça, m'a dit Kairi. Je vois dans tes yeux que tu veux encore te battre. 

- C’est fou ce que tu peux être têtu, m'a lancé Donald.

- On va te soigner, a déclaré Riku. Mais la fatigue ne s'en ira pas tout de suite. Écoute Hercule. (Il a jeté un coup d’œil inquiet à Lea, Araen, Maxwell et Lydia qui étaient resté aux côtés de Yuki et Thomas, tous deux inconscients). Rejoignons les autres. 

- VOUS N'IREZ NULLE PART ! a tonné Hadès. 

Ses mains ont alors commencé à s'embraser. Hercule s'est mis en garde en serrant les poings. 

- Laissez-moi l’affronter seul, a-t-il dit à notre attention.

- Pour… Pourquoi ? suis-je enfin parvenu à dire dans un murmure. 

- J'ai... des comptes à régler avec lui. Et puis…

Il s'est tourné vers nous.

- Je ne veux pas vous impliquer davantage. Je vais m'occuper de lui seul, comme un vrai héros.

Avant que mes amis ou moi ne puissions dire quelque chose, il a reporté son attention sur le Seigneur des Enfers. Ce dernier a eu un rictus.

- Oh… Cela s'annonce intéressant.

Les flammes dans ses mains ont redoublés d’intensité, éclairant l’arèneà elles seules. Hercule s'est enveloppé d'une aura dorée.

- Hadès, il est temps de mettre fin à ça.




1 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?