Les Lumières dans les Ténèbres : La Réalité de la Fée Noire

Chapitre 24 : Poursuite (Thomas)

3449 mots, Catégorie: T

Dernière mise à jour 30/05/2021 12:00

« Tu as une autre idée géniale ?

J’ai trouvé vache de la part de Yuki de me demander ça. L’idée que j'avais eue un peu plus tôt nous a aidé à libérer Dingo, non ? Cela étant, elle avait raison d’être en colère. C’était de ma faute si nous nous sommes retrouvés dans cette situation. Et ce pauvre garde…

Un des nombreux Trinovas m'a ramené à la réalité en s'approchant, dardant son bras-trident dans ma direction.

Yuki a soupiré.

-         Il semble que je vais devoir nous sortir de là.

-         Dans ton état, tu penses être capable de…

C'est alors qu'elle a mis la main dans une poche de sa veste pour en ressortir sa fameuse gourde noire. Elle a jeté leur contenu en l'air avant de tracer un arc de cercle avec sa Keyblade. L'eau s'est congelée avant de se diviser et de prendre l'apparence de ses très chers pics de glace. Yuki a pointé avec son arme çà et là. Puis les pics sont tombés dans chacune des zones qu'elle avait indiquées. Une bonne partie des créatures se sont réduites en poussière jaune tout autour de nous mais j'ai remarqué qu'il y avait un endroit qu'elle avait visé tout particulièrement, détruisant assez de créatures pour nous créer un passage. J'ai plissé les yeux et vu ce qui ressemblait à des escaliers. 

-         Bien joué, Yuki, l'a félicitée Dingo.

-         Oui, a renchéri Liam. Allons-y.

J'allais les suivre, lorsque j'ai été obligé de m’arrêter, le souffle court. Cette armure ne me facilitait vraiment pas la tâche. Soudain, un Trinova m'a barré le passage avant de pointer son bras-trident dans ma direction. Mon armure et mon trident de deux tonnes se sont mis à scintiller légèrement. Sous mes yeux, ils se sont dissouts, se transformant en poussière d'or. Ni une ni deux, j'ai pourfendu le Trinova avec ma Keyblade, le réduisant au même état que mon ancienne armure. Les autres ont essayé de se lancer à ma poursuite, mais Liam s'est interposé. Il a brandi son trident comme tout à l'heure :

-         Morphée !

Une bonne partie des assaillants les plus proche de moi se sont endormis sur place. Ceux qui les suivaient sont tombés en heurtant de plein fouet leurs semblables comateux.

-         Venez ! nous a hurlé Dingo.

Pas besoin de nous le dire deux fois ! Liam et moi nous somme précipités vers lui et Yuki. Une fois que nous les avons rejoints au niveau des escaliers, cette dernière a érigé un mur de glace avec de l'eau de sa gourde pour ralentir nos poursuivants.

-         Tu n'es jamais à court d'eau ? lui ai-je demandé.

-         Non, m'a-t-elle répondu le plus naturellement du monde.

-         Dépêchons-nous, nous a dit le maréchal. Avec un peu de chance, les Trinovas du dernier niveau ne nous ont pas encore…

Et si. À la fin des escaliers, au moins une cinquantaine de ces créatures nous attendaient de pieds fermes. Derrière nous, le mur de glace de Yuki n'allait pas tenir éternellement. Nous étions une nouvelle fois encerclés.

-         J'ai une idée, a déclaré Liam. Nous allons nous séparer.

-         Tu es sûr que c'est la bonne chose à faire ? a demandé Dingo. Nos ennemis sont déjà bien plus nombreux que nous.

-         Vos deux amis sont dans des cellules très éloignées l'une de l'autre, a expliqué le maréchal.

Sur ces mots, il a indiqué un cachot juste en face des escaliers.

-         Si ma mémoire est bonne, le brun avec l’épée est à une dizaine de cellules vers la gauche en partant de celle-ci. Pour l'autre, c’est à peu près la même chose, mais à droite. J'ai marqué leur geôle avec une croix.

-         Pourquoi…

-         Je vous expliquerai plus tard, m'a coupé Liam.

Il a paru réfléchir.

-         Dingo et Thomas, a-t-il repris, allez vers la gauche jusqu'à votre ami. Yuki et moi allons libérer l'autre. Une fois qu’ils seront dehors, nous nous rejoindrons devant les escaliers.

J'ai jeté un œil à la horde de monstres qui nous attendaient à la fin des escaliers.

-         Mais… Comment... 

-         On va se frayer un chemin, ahyuk !

Sur ces mots, Dingo, bouclier à la main, s'est rué vers nos ennemis. Il a réussi à envoyer valser les plus proches de notre localisation sans difficulté et a détruit un par un les Trinovas. Mais vu leur nombre, il allait rapidement être submergé.

Nous nous sommes alors précipités pour le rejoindre. Comme convenu, Dingo et moi avons commencé à nous orienter vers la gauche en nous frayant un passage parmi les monstres et les gardes qui tentaient de nous tuer/capturer – à un moment, un des gardes a tenté de m’attaquer avec son trident au niveau de mon crâne, donc vous me pardonnerez si j'ai des doutes quant à leur objectif. Ce n’était pas facile de se concentrer sur l’élimination des créatures et sur la recherche du bon cachot en même temps. Et mon état n’arrangeait pas les choses. Certes, j'avais été – d'une façon ou d'une autre – débarrassé de mon armure aussi lourde que l'humour d'Araen. Pourtant, plus le temps passait, plus je me vidais de mes forces. Quand je suis sorti de ma cellule, l’adrénaline et le pouvoir de Ceno m’avaient donné la force nécessaire d'en arriver jusque-là. À présent, j'avais l'impression que mon corps se rappelait peu à peu qu'il n’aurait pas dû être autant en forme. Après avoir achevé un Trinova, j'ai rapidement regardé le cachot qui se trouvait à proximité. Pas de croix. On devait continuer. Petit à petit, je sentais mes forces me quitter. À partir de là, seule la peur de me faire toucher par les tridents empoisonnés de mes ennemis me donnait assez de forces pour résister. Un Trinova a de nouveau dardé son arme sur moi avant de me foncer dessus. Heureusement, j’ai juste eu le temps de faire un pas de côté, en profitant ainsi pour le trancher.

Derrière toi, m’a soufflé Ceno.

Aussitôt, j'ai tourné sur moi-même en faisant un moulinet avec ma Keyblade, détruisant mon assaillant. Je n'ai pas osé jeté un coup d’œil à Liam et Yuki, à l'exact opposé de notre position, une quarantaine de mètres plus loin. J'ai regardé la cellule proche de moi. Aucune croix. Dingo et moi avons continué à avancer tant bien que mal. Je ne sais plus à combien de cellules on était, j’ai perdu le compte. Tout ce que je savais, c'est que l'on devait trouver cette fichue croix. À un moment, j'ai senti mes jambes ployer et ma vue se brouiller. À tel point que je n'ai même pas vu un des gardes foncer sur moi.

-         Thomas ! a fait la voix de Dingo.

Ni une ni deux, il a repoussé ses adversaires les plus proches avant de sauter vers le garde. Il a donné un puissant coup de bouclier, assommant mon assaillant. Puis, il a tourné sur lui-même comme une toupie pour éliminer les Trinovas qui restaient.

-         Tu vas bien ? m'a-t-il demandé en me tendant la main. Ou la patte. Comme vous voulez.

J'ai dû marmonner quelque chose qui ressemblait à un « Oui. » pendant qu'il m'aidait à me relever. Puis, Dingo a tendu le doigt vers la cellule à côté de laquelle nous nous trouvions. Il montrait un petit symbole gravé sur le côté de la porte.

-         C'est…

-         Une croix, a terminé Dingo. On a trouvé Sora, ahyuk !

Un mouvement a capté mon attention du coin de l’œil. J'ai remarqué que la poussière d'or laissée par les Trinovas n'avait pas disparu. Cette dernière a commencé à bouger de son plein gré et à s'agencer jusqu’à donner une forme désagréablement familière.

-         C’est une blague ?! me suis-je exclamé.

Dingo a paru prendre conscience du problème. Au lieu de paniquer, il s'est mis en garde une nouvelle fois.

-         Va libérer Sora, je vais les retenir ! m'a-t-il dit.

-         Mais… Comment ? Je ne sais pas si j'ai encore la force de tordre les barreaux.

-         La Keyblade peut ouvrir n'importe quelle serrure. Tu n'as pas besoin de force pour ça.

Je me suis précipité à l'intérieur du cachot. Je m’étais préparé à une mauvaise surprise, mais il n'y avait aucun garde. Une fois au niveau des barreaux, j'ai regardé ma Keyblade, aussi longue que mon bras. Puis la serrure, à peine plus grande que mon petit doigt. Il était impossible que l'embout de mon arme puisse même y entrer, alors l'ouvrir… Peut-être pouvais-je détruire la serrure avec mon arme d'une façon ou d'une autre ?

« Tu n'as pas besoin de force pour ça. » m'avait dit Dingo.

J'ai regardé une nouvelle fois ma Keyblade. Et j'ai eu une idée très bizarre. J’ai approché la Keyblade de la serrure et touché son socle avec. Un Clic s'est fait entendre et la porte s’est ouverte. Décidément, mon arme était pleine de surprises. Mais je n'avais pas le temps de m’en préoccuper pour l’instant. Un peu plus loin, un adolescent inconscient était adossé

contre le mur, enchaîné. Je me suis précipité vers lui en appelant Ceno à la rescousse. Grâce à mon bras de Sans-Cœur, j'ai pu libérer mon ami. Ceci fait, il a paru revenir à lui :

-         Qui… a-t-il fait d'une voix faible.

-         C'est moi, Thomas, ai-je répondu, soulagé.

-         Mais comment…

-         Je t'expliquerai plus tard, l'ai-je coupé. Dépêchons-nous de partir d'ici. Dingo ne va pas peut-être pas tenir très…

C’est alors que Dingo a déboulé dans la pièce avant de refermer la porte derrière lui.

-         On a comme un petit problème !

La porte derrière lui tremblait violemment. Les monstres qui tentaient d'entrer étaient plus déterminés que jamais. À ce rythme, Dingo n'allait pas pouvoir les empêcher de passer très longtemps. Mon cerveau carburait à cent à l'heure. Peut-être pouvais-je les protéger ? Non. Impossible. Je sentais le pouvoir de Ceno s’épuiser en moi et la fatigue reprendre ses droits. À ce stade, je ne pouvais déjà pas me protéger moi-même alors deux personnes en plus… Dingo avait déjà combattu bien plus que moi, alors je ne donnais pas cher de son état non plus. Quant à Sora…

Ce dernier a essayé de se lever. Il s'est alors mis à tituber mais s'est ressaisi avant même que je ne puisse l'aider.

-         Ça va aller, vieux ?

Il a hoché la tête.

-         Tu trembles… ai-je remarqué.

BOUM ! BOUM !

Le tambourinage de nos ennemis se faisait de plus en plus fort. J’ai vu Dingo user de toutes ses forces pour maintenir la porte fermée. Lui, Sora et moi étions coincés, sur le point de nous faire éliminer par une horde d'ennemis. Et j’étais entièrement responsable. J'ai senti le poids de la culpabilité en travers de ma gorge.

-         Gardez espoir, a chuchoté Sora.

-         Qu'est-ce que tu racontes ? Lui ai-je demandé, abasourdi.

Ne comprenait-il pas la situation dans laquelle nous nous trouvions ?

-         On va se battre jusqu’au bout, a-t-il ajouté, plus fort cette fois-ci.

Alors il m'a regardé droit dans les yeux. Il y avait tant de courage, de détermination dans son regard, que j'en ai eu le souffle coupé.

 

Et j'ai commencé à me sentir bizarre.

 

 Je savais pertinemment que notre situation était désespérée. Pourtant, tous mes doutes, mes inquiétudes et mes peurs se sont envolées pour ne laisser place qu'à un seul sentiment : l'espoir.

Sora a reporté son attention sur Dingo, qui a hoché la tête à son tour.

-         Nous allons nous en sortir comme d'habitude, ahyuk !

-         Exact ! a renchéri Sora.

Il a alors fait apparaître sa Keyblade d'or et d'argent, l'air très sûr de lui. Il m'a semblé qu'il était moins exténué. Non mieux. Il avait l'air en pleine forme. C’était moi ou… il rayonnait ?

-         J’ai une idée, a déclaré Sora. Ouvre la porte, Dingo.

J'ai failli lui dire qu'il avait perdu la tête, mais en le voyant, je me suis dit qu'il valait mieux lui faire confiance.

Son épée-clef a commencé à scintiller.

-         Baissez-vous !

Je me suis exécuté. Puis, une lumière vive a éclairé mes paupières closes. Lorsqu'elle a disparue, j’ai ouvert les yeux pour ne voir… personne. Tous les Trinovas avait été réduits en poussière et les quelques gardes restants étaient immobiles au sol.

J'ai regardé Sora et j'ai remarqué qu'il avait l'air aussi surpris que moi.

-         Sora, comment…

-         Aucune idée, m'a-t-il répondu. Je… Je n'ai pas compris ce qui vient de se passer.

Ce type venait de décimer des dizaines de créatures tout seul d'un seul coup après avoir combattu de nombreuses fois sans vraiment se reposer et après avoir vu son énergie vitale de faire drainer. Je me suis tourné vers Dingo.

-         Dis, tu penses que les Trinovas sont les seuls monstres dans cette histoire ?

Dingo a eu un petit rire avant de s’adresser à Sora :

-         Bien joué ! Tu nous as débarrassé de nos ennemis même dans ton état ! Mais, euh, d'où venait cette lumière ?

Le brun a paru réfléchir.

-         Je n'en suis pas sûr, a-t-il dit pendant que ses yeux se posaient sur la sortie du cachot, à présent libre de tout danger.

J’ai jeté un œil aux gardes au sol. Je me suis avancés vers l'un d'eux et j’ai retiré son heaume.

C'est lui, m'a dit mentalement Ceno. Je reconnais les Ténèbres de ce cœur.

Il n'avait pas besoin d'en dire plus, je savais de quoi il parlait. L'homme que j'avais devant les yeux était le garde que je croyais avoir fait tomber dans le gouffre un peu plus tôt. Il avait survécu ! Je n'ai pu m’empêcher de réprimer un soupir de soulagement.

-          Il est juste évanoui, ai-je constaté. Dépêchons-nous de rejoindre les autres avant qu'il ne soit trop tard.

Dingo et Sora ont acquiescé avant de sortir de la pièce en courant, moi sur leurs talons pendant que les cendres des Trinovas se mettaient à remuer.

 

Comme convenu, nous avons rejoint Liam, Yuki et Lea devant les escaliers. En voyant, Liam (ou plus particulièrement son heaume), Sora a eu l'air surpris et un peu méfiant. Je lui ai rapidement expliqué que le maréchal était un allié. La binoclarde avait l'air au moins aussi exténuée que moi mais elle a osé me lancer :

-         Tu en as mis du temps.

-         Essuie la goutte de sueur qui coule de ta joue avant de me parler, princesse.

Elle m'a lancé un regard glacial et a paru prête à me lancer de nouveaux pics meurtriers lorsque Lea est intervenu :

-         Yuki, tu le tueras plus tard, a-t-il dit d'une voix lasse. Où allons-nous maintenant, maréchal ?

À ma grande surprise, Lea ne semblait quasiment pas affecté par son emprisonnement. Il avait toujours cet air nonchalant et sans soucis, comme s'il se fichait éperdument de tout ce qui se passait autour de lui. Néanmoins, je décelais une pointe de fatigue dans son regard émeraude et puis, il se tenait moins droit que d'habitude. Un peu comme s'il… se forçait.

-         Avant de partir, a répondu Liam, nous devons nous rendre au premier niveau pour libérer…

C'est alors que j'ai vu un Trinova arriver vers nous. Il était en tout point ressemblant à tous les autres que l'on avait battu avant sauf qu'il était plus gros et rouge. Il s'avançait vers nous lentement, comme si nous ne représentions aucune menace. Sans prévenir, Sora a fait un bond dans sa direction avant de lui donner un coup de Keyblade. Lorsque le monstre a reçu l'attaque, je m'attendais à ce qu'il se désintègre sur-le-champ, mais le Trinova s'est mis à briller dangereusement.

Liam a été le premier à réagir :

-         Sora, écarte-toi !

Trop tard.

Le monstre a brillé d'un éclat plus fort avant d'exploser. Heureusement, Sora a pu se protéger avec Miroir à la dernière seconde. Mais bien sûr, son bouclier magique a volé en éclats à cause du souffle. Quant à Sora, il a été projeté et il serait sans doute tombé dans le gouffre gigantesque si Lea ne l'avait pas rattrapé à temps.

-         Qu'est-ce que c’était que ça ?!

À l'instant où le maréchal allait répondre à Lea, le mur de glace que Yuki avait placé en haut des escaliers s’est brisé et les créatures ont commencé à affluer par dizaines accompagnées de quelques gardes. Mon regard s'est posé sur un point rouge en face de nous.

Non, plus. J'en ai compté une dizaine… une vingtaine… une trentaine. Bientôt, une cinquantaine de Trinovas rouges s’approchaient de nous des deux côtés de l’escalier.

Tout notre groupe, moi le premier, était loin d’être en pleine forme.

J'ai regardé ma Keyblade.



L'espoir que j'avais ressenti quelques instants plus tôt m'avait quitté.

 

 

Laisser un commentaire ?