L'Ode à la liberté par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Action / Shipp

2 Illusion de force et esprit d’équipe

Catégorie: G , 3253 mots
0 commentaire(s)

104ème brigade d’entraînement - Section Sud


Mikasa fut forcée d’ouvrir ses lourdes paupières endormies. Le soleil venait à peine de se lever, que ses rayons lumineux l’éblouissaient. Elle sentit quelque chose s’écraser sur sa tête et se libéra de ce poids mort, pour constater un Armin endormie à poings fermé, sa respiration se faisait légère. Quelques mèches blondes se mouvaient sur son front, grâce à la brise du matin. La bouche entrouverte, il ne tarda pas à laisser s’échapper un petit filet de bave. Face à ce spectacle peu anodin, la jeune fille au cheveux noir de jais souriait. Mikasa lui mit une pichenette rapide sur son petit nez pour le réveiller :

« Hein ? .. . Oui !… Quoi ? balbutiait le blondinet.

— Tu ronfles bien trop fort. Allé debout ! Dépêchons-nous de retourner dans nos chambres avant que quelqu’un remarque notre absence.

Armin analysa la situation et comprenait immédiatement que son amie et lui avaient passé la nuit dehors. Il ressentait une douleur dans le dos du fait d’avoir dormi dans une mauvaise posture et cela ne va pas s’arranger avec l’entraînement qui les attend aujourd’hui. Il suivit Mikasa qui marchait en direction des dortoirs. Armin essaya de se remémorer la veille au soir. À quel moment, ce sont-ils assoupis autour du feu ? Certes, quasiment toute la soirée a été silencieuse et ce n’était pas forcément désagréable au côté de son amie d’enfance, mais il a voulu tout de même être rassuré par son état d’âme, suite au progrès d’Eren. Le frère et la sœur étaient reliés par quelque chose de très important, dont il n’avait jamais été mis au courant. C’était à leur rencontre, si ces souvenirs sont bons. Bref, depuis ce jour, Mikasa s’inquiétait sans cesse pour Eren. Ce qui n’arrangeait pas son anxiété, depuis la réussite de son épreuve hier. Il avait donc tenté de trouver les mots justes pour l’apaiser. Chose ardue. Et tout naturellement leur conversation avaient dérivé sur les souvenirs d’enfance à Shiganshina. Mikasa avait de nouveau posé sa tête contre l’épaule d’Armin. Leur main s’était légèrement effleurée et…

— Armin ! l’appelait fermement Mikasa, sans trop hausser le ton.

— Euh … Oui ?»

Ce n’est plus leur de dormir, va donc te débarbouiller, avant que les autres soient levés. On se retrouve à la cantine.

La jeune fille tourna les talons en direction du dortoir des filles, laissant un Armin embarbouillé. Ses yeux se perdirent à nouveaux dans le vide quelques instant, repensant à la scène d’hier. Un moment très intime. « Bref, ce n’est rien. Juste un geste amical » se disait-il en reprenant ses esprits. Il se dépêcha de rentrer discrètement dans la chambre des garçons.


L’entraînement d’aujourd’hui était rude, mais Eren ne se laissa pas abattre, il était au contraire très motivé à pouvoir repousser ses limites. Après, avoir passé la matinée à courir sur plusieurs kilomètres sans s’arrêter, cette après-midi, ses camarades et lui devaient escalader des falaises de trois à dix mètres sans équipement, sans protection. À la fin de la journée, il avait du mal à tenir sur ses guiboles. Il n’était pas le seul. Il plaignait Armin, le moins sportif d’entre tous. En outre, il n’avait rien à envier à personne, avec sa capacité intellectuelle et sa force mentale, car contre toute attente, il a réussi à tenir jusqu’au bout sans abandonner. Par contre, Annie et Mikasa ne semblèrent absolument pas fatigué, marchant toujours à un rythme constant. Pour ce soir, Eren ne se fit pas désirer et s’allongea avec joie dans son lit. Il avait grandement besoin de dormir. 


Les mois avaient défilé à une vitesse que la première année était déjà passé, la deuxième année arrivant à sa fin. Des groupes s’étaient créés. Marco et Jean, deux fins stratèges, peut-être pas au niveau d'Armin, mais ils avaient tout deux les capacités pour diriger une équipe. Il y avait Christa et Ymir qui étaient constamment collé l’une à l’autre, surtout Ymir. Elle ne pouvait s’empêcher de couver Christa comme une mère poule. Il ne faut pas non plus oublier le duo de comique, qui faisait péter des câbles à Shadis : Conny et Sasha.

Quant à Eren, il était toujours avec ses amis de toujours, Armin et Mikasa. Ils s’entendaient aussi avec les autres, mais ces derniers temps, il passait ses journées aux côtés de Reiner et Bertolt. Il leur était reconnaissant d’avoir pu lui permettre de prouver ses capacités à rester dans la brigade d’entraînement.

Aujourd’hui, c’était le combat au corps-à-corps. Il était quasiment au même niveau que Reiner, et pourtant, il était bien moins imposant que ce dernier. Même le grand musclé était étonné de la progression d’Eren, devenant de plus en plus fort :

« Quand j’habitais en ville, y avait ce grand emmerdeur complètement taré avec qui j’avais l’habitude de jouer. Mais je ne comprends toujours pas cet entraînement. À quel moment les soldats se battre en eux dans la vraie vie ?

— Attention à ce que tu dis, l’instructeur n’est pas loin, lui chuchota Reiner.

— Enfin, je sais bien qu’il faut savoir se servir d’une arme, mais quand même… Si tu réussis vraiment, c’est surtout un coup de chance. Dans la réalité, t’as une chance sur dix, sinon, c’est toi qui meurs.

— Ton attitude n’est pas moins irresponsable Eren. Nous sommes des soldats. Peu importe notre adversaire, on doit se tenir prêt à toute éventualité, telle quelle soit. 

— Effectivement…

— Ah désolé. Je ne voulais vraiment pas jouer les moralisateurs. Oh, tiens regarde.

Il pointa en direction vers l’une de leur camarade : Annie Leonhart. Une jeune fille peu bavarde et très solitaire. Puis Reiner rajouta :

— Elle essaie de sécher le cours. Viens, on va lui faire la leçon.»

Après avoir intercepté Annie, il trouva un prétexte pour qu’Eren et elle se battent au corps-à-corps, ce qui l’a mis dans une colère noire. À peine qu’il lui sauta au cou, Eren fut mis à terre sans comprendre quoi que ce soit. « Hé, attends ! Tu dois lui prendre son couteau ». Puis Annie se dirigea vers Eren, lui bloqua sa mâchoire d’un geste rapide et lui mis à nouveau une balayette. « Maintenant, c’est à ton tour de m’attaquer » dit-elle à Reiner en lui lançant le couteau « Dépêche toi, j’ai vraiment pas que ça à faire à perdre mon temps avec des abrutis comme vous. ». Ce dernier s’exécuta et en ni une ni deux, se retrouva à terre. 

— Qui t’a appris cette technique ? C’est génial ! S’exclama Eren ébahi. 

— Mon père.

— C’est ton père qui …

— Quelle importance ? Coupa Annie. Puis cet exercice est-il vraiment nécessaire ? Le combat rapproché ne sert à rien. Les gens comme moi qui souhaitent travailler à l’intérieur des murs n’auront que faire de ces exercices inutiles. Regarde bien. Pour certains, c’est l’occasion de se reposer. Pour d’autres, comme toi, est de repousser les limites de leur stupidité. Puis tu as les simples d’esprit.

L’instructeur ne tarda pas à arriver à leur niveau. Ni une, ni deux, Annie fonçait sur Eren pour reprendre un semblant de combat.

— Du moment que tu maîtrise la manœuvre tridimensionnel, tu n’as pas à te soucier des autres exercices, repris Annie, ça rapporte tellement de points à l’examen. Le reste ne sert strictement à rien, à part avoir le privilège de servir à l’intérieur de ces murs. Plus tes capacités seront grandes pour lutter face à titans, plus tu pourras t’éloigner d’eux. Et tu sais le comble de cette histoire ? La nature humaine.

Annie mis de nouveau à terre Eren sans difficulté.

— Mon père avait aussi des rêves similaire au votre, tout aussi stupide et inaccessible. Et moi, dans tout ça ? J’ai été forcé, je n’avais pas le choix. Maintenant que j’ai grandi, je n’ai plus à me forcer à jouer au petit soldat dans ce monde de merde.

Puis Annie cessa le combat et laissa les deux jeunes hommes derrière elle. C’est peut-être bien la première qu’Eren eut une conversation avec Annie. Jusqu’à là, elles ne pipaient pas mot et se mêlaient rarement aux autres. 


*****

104ème brigade d’entraînement - Section Nord


Une dispute éclata au sein de l’escouade d’Aesma. Aujourd’hui, c’était l’exercice de combat en terrain contre les titans. Bien sûr, ceci n’était qu’une simulation, puisqu’ils utilisent des grands mannequin en bois de trois à quinze mètres. Le but étant d’utiliser toutes les compétences requises qu’ils ont appris depuis ces deux dernières années, montrer leurs aptitudes au maniement des lames et bien sûr, leurs capacités en travail en équipe. C’était peine perdue, chacun travaillait dans son coin, ne faisant qu’à leur tête. Cela commença fortement à agacer Aesma qui se pinça le nez.

— Mais vous allez vous taire à fin ?! Vous ne voyez pas qu’on perd un temps précieux pour des conneries. Ce n'est pas en se mettant la faute sur l’un ou l’autre, qu’on avancera et qu’on renforcera l’esprit d’équipe. Nous devons absolument mettre nos différents de côté et savoir coopérer. Ce test est ultra important.

— C’est toi qui dit ça, ricana Hitch.

— Ferme là, rétorqua Marlowe. Aesma n’a pas tort. D’ailleurs que suggères-tu ?

— Et bien … commença-t-elle à réfléchir.

— Elle n’en a aucune idée !

— Tu commences sérieusement à me saouler Hitch. Ferme là et écoute. Tout d’abord, il faut qu’on puisse connaître les qualités et défauts de chacun, afin de se partager le travail. Par exemple, Marlowe est un très bon observateur, il fait attention à tout ce qu’il l’entoure, mais ne prend pas toujours les bonnes décisions. Hitch, malgré que ce soit une tête à claque, n’hésite pas à venir en renfort en cas de souci, mais doit éviter de se laisser submerger par ses émotions. 

— Hé !

— Je n’ai pas terminé. Boris sait se montrer rapide et efficace quand on lui demande quelque chose, mais peut mieux faire. S'il ne reposait pas sur ses acquis. Quant à Nina, elle manie parfaitement les lames, mais manque cruellement d’endurance. Quant à moi, euh…

— Tu es capable de te fondre dans le décor. On ne voit jamais tes attaques arrivés, par contre, tu consommes beaucoup trop de gaz et émousses tes lames trop facilement, réagit Marlowe.

— Effectivement, confirma Nina. Je propose tout de même que nous laissions Aesma diriger l’équipe. Elle a été capable de déceler ce qu’il y a de meilleur entre nous. Je pense que tu seras capable de tous nous synchroniser. Nous sommes, malgré tout, une équipe très soudée !

— Allons tous leur montrer de quoi nous sommes capable, rajouta Hitch. Nous allons tous les écraser !

— Bien dit, ria Aesma. Vérifions que nous avons tout l’équipement nécessaire, sinon il faut vite nous ravitailler. On a plus de temps à perdre !


Le cœur d’Aesma battait à cent à l’heure. Allait-elle être capable de diriger l’équipe correctement ? C’est peut-être bien la première fois, depuis son arrivé, que ses camarades lui donnèrent leur confiance. Certes, leur vie n’était pas en danger, mais tous souhaitaient intégrer les brigades spéciales. Sauf elle bien sûr, mais il fallait que tous soient dans le top dix. « Ce n'est pas le moment de douter » pensa-t-elle. Après s’être ravitaillé, elle prit une grande inspiration « C'est partie, ne les déçoit pas. »

Le but était de rattraper leur retard, donc il fallait gagner davantage de terrains. Le mieux était de se diviser en trois groupes, sans pour autant s’éloigner. Marlowe était un très bon observateur, mais Nina et elle avaient aussi les capacités à repérer rapidement les proies. 

« Hitch, Marlowe, sur ma droite. Boris, Nina, sur ma gauche. Vous travaillerez de paire. Vous ne devrez pas vous éloigner à plus de vingt mètres de moi. Pour ma part, je me mettrais un peut plus en hauteur que vous, au cas où l’on croiserait des titans de plus de dix mètres.»

À peine eu-t-elle prononcé ses paroles, qu’elle vit un titan de quinze mètres et se prépara au combat. Elle fit remarquer à ses camarades qu’il y avait deux titans de trois et six mètres sur la gauche et un autre de huit mètres sur la droite, et s’exécutèrent pour taillader le cou de chacun.

Ils dansèrent avec leurs lames pendant plus d’une heure avant d’arriver au point d’arrivée. Il n’y avait encore personne, jusqu’à ce qu’Aesma entendit les feuilles bouger frénétiquement. D’autres escouades arrivèrent. Il fallait absolument qu’ils arrivent les premiers et buter le dernier titan face à eux. Malheureusement, elle avait épuisé tout son stock de lames de rechanges. Du moins, il lui en restait une paire émoussé et très peu de longueur sur les autres déjà en cours d’utilisation. «Et si… Non, non, c’est impossible, marmonna-t-elle hésitante ». Le temps pressait. « Tant pis, qui ne tente rien n’a rien ». Elle s’accrocha au dernier arbre et accéléra la cadence avec le peu de gaz qu’il lui restait. Au lieu de se poser pour changer les lames, elle décidait de balancer celles qui restaient sur l’arme, dans le cou du titan, mais ne le fit pas tomber pour autant. Rapidement, elle avait rechargé les épées et pour donner de la force à ses coups d’épée, elle leva les bras pour donner plus d’élan et planter les lames émoussées dans le cou du mannequin en bois. Chose fait, elle perdit immédiatement l’équilibre et se rétama au sol, son corps faisant des tonneaux jusqu’à arrivée aux pieds des instructeurs. « Quoi ? » Le mannequin n’était pas encore tombé, mais vacillait. « Les jambes ! » Cria-t-elle à son équipe qui arrivait tout juste. Ce fut Boris qui s’exécuta étant le plus proche et réussit à faire tomber pour de bons ce titan.

— Lève toi !

— Aïe, gémit Aesma.

Le chef instructeur lui avait mis un coup de pied dans le postérieur. Elle eu un peu de mal à se révéler, que la blondinette crue qu’elle allait s’écrouler en ressentant toutes les courbatures parcourir son corps. En tout cas, l’escouade d’Aesma avait rattrapé leur retard et avait même fini premier. De plus, cela avait renforcé l’esprit d’équipe, mais aussi la relation avec ses camarades, notamment avec Hitch.


Aujourd’hui, fut le dernier jour pour la 104ème Brigade d’Entraînement. Après trois années de dur labeur, les recrues allaient enfin savoir qui s’étaient hisser dans le classement et auraient la chance d’intégrer les brigades. Tous firent le salut militaire avant que Klaus Gütig prononce son discours. La tension était palpable.

— Ce soir, je vais vous annoncer le nom des dix meilleurs de cette promotions. Avancez quand vous entendrez votre nom. Dixième, Nina Ludwig ! Neuvième, Jessy Anderson ! Huitième, Bruce Bismark ! Septième, Lee Wong ! Sixième, Castiel Brown ! Cinquième, Prudence Ziegler ! Quatrième, Boris Feulner ! Troisième, Hitch Doris ! Deuxième, Marlowe Freudenberg ! Première, Aesma Traum !

Tous avancèrent un à un de façon sérieuse. Aesma n’en croyait pas ses oreilles.

— Voici les dix premiers. Cependant, ces résultats sont basés sur les notes obtenues pendant les examens et entraînements. Seriez vous capable de mettre à profit ce que vous avez appris ces trois dernières années en combat réelle, est une tout autre question. Réfléchissez bien, posez vous les bonnes questions. Surtout pour ceux qui ne sont pas dans ce classement. Demain, nous serons au District de Trost et nous vous demanderons dans quel corps armée vous souhaitez rejoindre. La 104 ème brigade d’entraînement est maintenant dissoute. Repos !

À la fin du rassemblement, Hitch se confronta en face-à-face avec Aesma, d’un regard menaçant, puis s’adoucit quand elle tira les joues de la jeune blonde.

— Souris, t’es pas un monstre ! En plus, tu es première du classement, tu devrais crier de joie.

— Ce n'est pas une raison pour me faire mal, rétorqua Aesma en se frottant ses petites joues roses.

— Oh ça va. Hitch la prit par les épaules. Dit, maintenant que tu es dans le classement, peut-être as-tu changé d’avis.

— Absolument pas, répondit froidement Aesma.

— Mais quelle tête de mule celle-ci. Merci pour tout en cas.

Hitch lui sourit tendrement avant d’entraîner son amie au réfectoire.

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?