Le poids des Apparences par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Continuation / Romance / Amitié

1 Un vin peut-être trop rouge

Catégorie: G , 2539 mots
0 commentaire(s)


Elle ne savait même plus quand tout cela avait commencé.


Elle inspira profondément et s'avança d'un pas sûr vers la belle porte d'entrée tout sculptée. Son garde du corps prit naturellement les devants et le lui ouvrit d'un geste souple. La jeune femme n'eut même pas à ralentir la cadence. La salle avait été aménagée pour l'occasion, et des petites tables hautes étaient disposées un peu partout dans le hall, afin que les convives puissent déposer leurs coupes . Elle sonda rapidement la pièce pour repérer les personnes d'influence et prit quelques secondes pour apprécier la présence du Commandant du Bataillon d'Exploration : sa tenue officielle, sa prestance naturelle, sa posture, ses beaux cheveux blonds, ses yeux verts perçants. Elle se prit même à imaginer le son de sa voix alors qu'elle ne pouvait l'entendre de là où elle se trouvait. Elle était captivée. Tout chez cet homme la fascinait, elle qui avait le monde à ses pieds.


D'ailleurs, sa présence fut rapidement remarquée, et un silence s'installa quelques secondes dans toute la pièce. Son nom était Lilith Everglow. Elle était la fille unique du Duc Everglow, qui à sa mort, l'avait laissé à la tête de près d'un tiers des terres de Sina, et de son lot de business et réseaux à gérer. La jolie brune alors âgée de 14 ans était d'un seul coup devenue encore très convoitée. Elle avait rapidement dû apprendre à se défendre, ne faire confiance à personne, et se battre pour ne pas se faire dévorer par ses pairs. Lilith avait horreur des nobles. Elle était passée maitresse dans l'art de manipulation, de l'hypocrisie sociale et des mensonges, sous le regard tantôt admiratif, tantôt terrifié, et parfois amusé de son seul homme de confiance : Liam. Lorsqu'elle détruisait la vie de certains nobles, par nécessité ou par pur plaisir, elle répliquait :
« ce ne sont même pas de vrais êtres humains de toute façon ». La jeune femme s'était prise de passion pour la Brigade d'Exploration, et tout se justifiait selon elle, tant qu'elle pouvait faire avancer cette cause. Le reste n'était que dommage collatéral et karma. Elle aurait pu simplement rester discrète, rester recluse dans un des beaux châteaux de son père. Mais Lilith avait été tant insultée, agressée, manipulée, sous-estimée, qu'elle avait développé une très forte envie de vengeance : un besoin viscérale de garder le contrôle, d'être intouchable, puissante. Et peu importe si pour cela elle devait jouer aux idiotes. Seul le résultat comptait.

La jeune duchesse ignora le silence qu'elle avait provoqué et s'avança simplement vers l'hôte de la soirée : le général Pixis. C'était une soirée de l'armée pour fêter le retour du Bataillon d'exploration, et lever des fonds pour la nouvelle année. Elle se pencha respectueusement devant l'officier haut gradé, laissant ainsi glisser quelques mèches de ses beaux cheveux ébènes aux reflets cuivrés. Elle sentit fatalement des regards sur son décolleté mais n'y prêta aucune attention. Elle se prit cependant au jeu de répondre en souriant aux femmes déjà présentes, qui furieuses, n'avaient pas apprécié qu'elle deviennent le centre d'attention aussi facilement.


- Vous êtes ravissante, comme toujours... La flatta le général Pixis, un large sourire aux lèvres.


Cette fois-ci, la jeune femme avait opté pour une robe princesse dorée à laçage dans le dos, et s'était coiffée d'un chignon qui laissait deviner qu'elle avait de longs cheveux. Sa parure en diamants et or jaune ne laissant aucun doute quant à son rang social et sa situation financière.
Elle le remercia sans grande conviction et alla rejoindre sa cible de la soirée : le Marquis de Stohess. Le riche homme était d'ailleurs en compagnie du Commandant du Bataillon d'Exploration : Erwin Smith. Lui et quelques autres nobles faisaient semblant de s'intéresser à la discussion, tandis que les autres officiers essayaient tant bien que mal de capter leur attention. C'était le moment d'ajouter une petite touche féminine.


- Les rumeurs étaient donc vraies... Dit-elle d'une voix suffisamment forte pour les couper dans leur discussion, mais suffisamment douce pour ne pas inquiéter le fameux Marquis. Il lui intima de poursuivre.

- J'ai ouïe dire que le Marquis de Stohess était un homme avisé, qui contrairement à son prédécesseur, avait à cœur la cause de l'Exploration...


Elle prit le temps de le flatter du regard. Le Marquis roula des épaules avant de légèrement bomber le torse. Elle soupira intérieurement. C'était devenu tellement facile qu'il n'y avait même plus d'adrénaline dans ses petits jeux.


- Pourquoi une belle duchesse se préoccuperait-elle du Corps de Reconnaissance ?
Lilith laissa échapper un rire avant de répondre, sûre d'elle.

- Nul châteaux ou diamants ne vaut la vie elle-même. Je n'ai aucun intérêt à être riche si l'Humanité venait à disparaitre. C'est donc une priorité non ?


Il resta un instant silencieux. Elle se demanda s'il y réfléchissait ou s'il ne comprenait simplement pas ce qu'elle voulait dire.


- En tous les cas, je trouve votre dévotion très séduisante, Sina aurait besoin d'hommes tels que vous.


Comme soudainement animé d'une passion pour l'armée, le Marquis se vanta de devenir leur pilier financier de cette année. Liam la toisa d'un air amusé, auquel elle répondit par un sourire exquis. Mais elle n'allait pas s'arrêter là. Bientôt, un second marquis fit son apparition et tenta une approche vers Lilith. Elle les mit alors en compétition avec un naturel déconcertant, et fit monter les enchères. Satisfaite, elle rejoignit un autre groupe et recommença le manège. Le Marquis de Stohess étant le plus riche après elle de l'assemblée, c'était déjà gagné.


Lilith passa le reste de la soirée à siroter du vin et sourire à ses compères. Elle ne jeta pas même un regard aux officiers, malgré l'envie dévorante qu'elle avait de contempler Erwin Smith. La jeune noble se retrouva à ses côtés pour la cinquième fois de la soirée. Sentant sa conviction s'effriter au fil des secondes, elle fit volte face brusquement pour aller prendre l'air, et percuta un serveur. Le pauvre homme lui renversa la totalité des verres de vin rouge sur elle. Les autres nobles commencèrent alors à rejeter la faute sur le pauvre soldat, devenu blême. Quant à Lilith, elle regardait Liam de travers, qui semblait en lutte profonde pour ne pas éclater de rire.

- Vas-y... Dis-le. Lui lança-t-elle.

- Je n'oserais pas...

- Moi je trouve que tu aurais pu au moins viser plus haut... Que ça fasse blessure de guerre au moins... Râla-t-elle auprès du jeune homme.


Il la regarda d'un air désolé mais c'était écrit sur son visage qu'il ne comprenait pas à quoi elle faisait allusion.


- Non mais soyons honnête un instant... Ce ne sont même plus des règles à ce stade là... ou alors j'ai accouché... Pouffa-t-elle

- Félicitations pour vos triplés My Lady... Qui est le père déjà ? Répliqua Liam avant de s'étouffer de rire.

- Rappelle-moi pourquoi je t'ai sorti de prison Liam ?

- Parce que je suis le meilleur.

- Ah oui ? Tu étais où quand j'ai percuté un plateau de verres ?

- Je regardais.


Elle le fusilla du regard puis celui-ci lui tendit la main pour qu'elle se relève. Si son rire avait détendu l'atmosphère, sa boutade avec son garde du corps avaient laissé les nobles songeurs. Les roturiers n'étant pas considérés comme des égaux, cela leur paraissait surréaliste, même si la jeune femme avait la réputation de choyer ses employés.

Ce fut Erwin Smith lui même qui brisa le silence qui s'était installé. Il proposa à Lilith une solution de rechange, afin qu'elle ne prenne pas froid. Elle se demanda d'abord si le bel officier avait des tendances suicidaires. Les regards meurtriers de ses pairs lui confirma qu'il venait de commettre une erreur fatale.

- C'est extrêmement généreux, je vous en suis reconnaissante mais... Commença-t-elle.

- Je préfère ressembler à une biche blessée et greloter toute la soirée, merci... Termina Liam d'une voix ironique.


La tension et les envies de meurtres se transférèrent immédiatement sur Liam. Elle accepta alors l'offre de l'officier, et intima en playback à son serviteur d'essayer de rester en vie tout en le remerciant de son sacrifice. Elle suivit alors le Commandant dans un couloir. Le hall d'entrée avait été transformé en salle de réception, mais les bureaux administratifs se trouvaient toujours derrière. Elle fit exprès de lui laisser une longueur d'avance pour le regarder marcher de dos. C'était un homme grand, extrêmement bien bâti. La simple vue de ses épaules et de son dos la faisait frémir. Elle se souvint de la première fois qu'elle l'avait vu. C'était avant de partir en mission, environ dix ans auparavant. Leurs regards s'étaient croisés alors qu'elle se baladait incognito avec Liam au marché. Il était là, fier, sur son cheval, au sein du bataillon. Lorsqu'ils étaient revenus, il n'avait même plus de regard. Même son cheval ne semblait plus avoir d'âme, et les effectifs avaient été réduits des deux tiers. Un beau massacre. Cela l'avait extrêmement touché. Elle avait alors commencé à se renseigner sur lui, sur sa cause. Elle était devenue la principale donatrice, et avait suivi son ascension jusqu'au grade de Commandant. Elle avait dédié la plupart de ses heures à établir des stratégies et des alliances pour consolider l'opinion des nobles à leurs sujets. C'était quasi devenu une obsession, au-delà même d'Erwin Smith.


- Par contre je suis désolé, mais je n'ai rien d'autre qu'une tenue militaire à vous proposer en échange...

- Je me doute que vous n'avez pas de robes de soirée dans vos placards comme ça au cas où... Ça ira très bien. Par contre c'est la votre que vous me proposez ?


Il la regarda un instant, surpris. Elle le fixa avec un sourire et lui mima leur différence de taille d'un geste souple et humoristique. Il esquissa un sourire et lui intima de l'attendre dans son bureau quelques instants. Il revint rapidement avec une autre tenue, qui avait l'air bien plus à sa taille. Elle la déposa sur le bureau, s'avança dans la pièce, puis, voyant qu'Erwin n'avait pas bougé d'un centimètre, se retourna, légèrement gênée.


- Vous pouvez fermer la porte derrière vous ?

- Bien sûr. S'excusa-t-il maladroitement avant de disparaitre.


Il laissa tomber sa tête contre le mur, se demandant pourquoi il avait eu ce moment d'absence. Puis une fois la gêne disparut, il s'en amusa. Erwin eut un sursaut en attendant le bruit de son tiroir. Qu'est ce qu'elle fabriquait ? Pourquoi avait-elle fouillé son bureau ? Le bruit suivant lui arracha un sourire. La jeune femme venait sans doute, au son de ce déchirement sans équivoque, d'éventrer sa robe pour en sortir. Il se souvint alors du couteau de collection rangé dans son bureau. C'était un cadeau pour sa passation en tant que Commandant. Il se surprit à imaginer la jeune femme lui demander de l'aide pour dénouer sa robe plutôt que de la sacrifier sauvagement comme elle venait sûrement de le faire. Il se demanda s'il pouvait lui faire la blague lorsqu'elle sortirait, mais se ravisa rapidement en rependant à la tête de ses potentiels donateurs lorsqu'il avait proposé à la belle une tenue de rechange.


Lilith finit par sortir, le cadavre de sa robe sous le bras. Erwin lui proposa de la laisser reposer en paix dans le couloir, et qu'il s'en chargerait plus tard. Elle lui sourit et accepta de l'abandonner devant son bureau. Elle fut déçue de devoir marcher à ses côtés sur le chemin du retour, ne pouvant pas le regarder discrètement. Mais elle était arrivée à un tel stade d'admiration et de fantasme que d'entendre sa simple respiration la mettait dans un état euphorique. Liam allait lui faire la fête en rentrant. Elle s'imaginait déjà toutes les blagues qu'il allait lui sortir dans la calèche...


Elle fut surprise de voir que tout le monde était parti de la réception. Seuls les officiers et Liam se tenaient encore là.


- Oui... je sais... c'est triste mais personne n'a voulu se battre pour toi... Erwin Smith en même temps... Du coup comme tu étais le seul intérêt de la soirée ils sont tous partis... Se mit à compter Liam d'une voix qui trahissait son amusement.


Lilith regarda Pixis, qui lui expliqua qu'une tempête se préparait et que vu la dégradation rapide de la météo, ils avaient préférés rentrer chez eux. Les petits joueurs.


- J'aime beaucoup ta tenue, tu seras plus à l'aise. La complimenta son bras droit.

- Pour ? Demanda-t-elle, ne relevant même pas ses plaisanteries d'avant.

- Ah... bah regarde par la fenêtre... on rentre à la nage !

Un large sourire se dessina progressivement sur son visage. C'était le déluge.

- Ah non. N'y pense même pas. C'était une blague moi. On ne va pas au lac.

- Allez Liam !! C'est pleine lune en plus...! Avoue qu'au fond de toi t'en as envie... Lui susurra-t-elle alors qu'elle s'était rapprochée de lui.

- Me baigner dans le lac en pleine nuit alors que c'est la tempête ? Non franchement là... Ce n'est pas ce à quoi j'aspire le plus... je regrette...


Elle le toisa d'une moue boudeuse mais il resta impassible.


- J'ai dû flirter avec le Marquis de Stohess ce soir... Râla-t-elle.
...

- Liam j'ai dû lui dire qu'il était élégant... É-LÉ-GANT ! J'ai même dû écouter Helgrid me parler de sa collection de papillons empaillés... J'ai le droit à une récompense ! S'offusqua-t-elle.

- Et tu ne peux pas manger du chocolat à la place, comme tout le monde ?


Lilith sourit. Elle avait gagné. Elle salua Erwin maladroitement tout en évitant de le regarder dans les yeux. Elle remercia ensuite Pixis pour la soirée et disparut avec Liam à l'extérieur. Le capitaine Levi Ackerman rejoignit le Commandant, visiblement agacé.


C'est mon rechange que tu lui as filé ? Tout ça pour ça en plus... elle va aller se baigner dans le lac...

- Elle faisait la même taille. Répondit-il simplement, un demi sourire aux lèvres.


Le petit brun marmonna une insulte puis chacun aida à débarrasser le hall. Et comme chaque année, il eut beaucoup de :

« Putain j'espère au moins qu'ils vont être généreux ».


0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?