Étrangère par

5 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Romance / Aventure

8 Souvenirs

Catégorie: T , 2125 mots
0 commentaire(s)

(Petit message : À partir de maintenant, chaque chapitre en POV Livaï retracera la même journée que dans le chapitre précédent.)


***

POV Livaï


Il pleuvait. Au loin, un homme rampait contre la terre mouillée. Il essayait, en vain, de marmonner des paroles. Mes yeux longèrent son corps. Il était coupé en deux, imbibé de sang. Au dessus de lui se formait un nuage de fumée. Tête contre la boue, il lâcha tout espoir puis s'immobilisa. Il était mort. En direction opposée à la mienne, j'aperçus des énormes pas. M'avait-il contourné ? Faisant immédiatement demi-tour, j'ordonnai à mon cheval de galoper aussi rapidement qu'il le pouvait. Pour la première fois, j'avais peur.


À cause de la pluie, mon animal glissa. En relevant la tête, je tombai nez à nez avec la sienne. Mes yeux s'écarquillèrent. Mon corps commença à trembler. Ses cheveux rassemblés en deux petits couettes, ses yeux vert. Où était passée sa joie de vivre ? Son visage était parsemé de terre, son expression était complètement vide. Au loin, un titan était entrain de mâcher un corps. Il en recracha la partie supérieure. Je l'identifiai en un instant. La bouche ouverte, les yeux retournés à moitié blanc, son corps était séparé en deux. Ses membres internes persistaient à rester accrocher à sa poitrine. Mes amis étaient devant moi, morts. Ma peur se confirma. J'avais fait le mauvais choix.


Je me réveillai brusquement. Je pouvais entendre le chant des oiseaux à ma fenêtre. Il était encore tôt. Je me relevai sur mes coudes, déstabilisé de la scène que je venais de revivre. Ce rêve m'avait fait remonté des souvenirs que j'avais souhaité enfouir à jamais. Après ma douche, j'enfilai mon uniforme. En sortant de ma chambre j'aperçus un garçon, certainement une recrue. Il était devant la porte de Hana. Elle arbora un sourire lorsqu'elle accepta de déjeuner avec lui. Elle semblait de bonne humeur. Pourtant, hier, elle n'avait pas le moral. Je l'avais tout de suite remarqué. Faisait-elle semblant ?


-Bonjour caporal, me lança t-elle souriante.


Je la fixai. Son sourire m'ennuyait. Je n'étais pas vraiment d'humeur à blablater. Prenant la décision de me retirer, je me dirigeai directement vers la cafétéria. Perdu dans mes pensées que mon rêve m'avait apporté, je n'avais pas remarqué qu'Hanji fonçait tout droit dans ma direction.


-Livaï ! J'aurais besoin de ton aide ! s'exclama t-elle.


Pourquoi tout le monde était si enjoué ? J'arquai un sourcil, signe que j'attendais la suite de son monologue.


-J'ai perdu mes lunettes, les aurais-tu vu par hasard ?


Je levai les yeux au dessus de sa tête. Je me demandais si parfois elle ne le faisait pas exprès. Ce qu'elle cherchait était tout simplement sous son nez.


-Non, lui mentis-je.


Elle soupira, me suppliant ensuite de l'aider à chercher avec elle. Au même moment, Petra passa devant nous. Hanji lui demanda aussitôt si elle n'avait pas vu ses lunettes. La rousse pouffa de rire avant de lui montrer du doigt le haut de sa tête. Surprise, Hanji la remercia de son aide puis s'éclipsa au bout du couloir. Petra était trop gentille.


-Caporal, m'interpella-t-elle, vous avez allé déjeuner ?


Je hochai la tête. Elle m'invita aussitôt à la rejoindre elle et le reste de l'escouade. Je voulais passer du temps seul. Néanmoins, j'acceptai tout de même car je ne pouvais pas refuser. Devant la salle, je patientai que Eld et Auruo pointent le bout de leur nez. Quelques minutes plus tard, ils arrivèrent enfin.


-Lever du mauvais pied caporal ? me questionna Auruo.


-Non.


-Vous savez, continua-t-il d'un air hautain, la compagnie d'une femme vous aiderez grandement à..


Il venait de se mordre la langue. Petra retira un mouchoir de sa poche pour l'aider à essuyer le sang. Tout en l'observant, je repensai à la remarque de Auruo. Dans ce monde, il n'y avait pas de place pour les sentiments. Seule la survie comptait. En entrant dans la salle, j'aperçus à nouveau Hana. Elle était assise avec d'autres recrues. Erwin m'avait chargé de rattraper son retard mais je n'avais pas vraiment l'impression d'avancer avec elle.


-Rejoins-moi en fin de journée près du terrain d'entrainement, lui lançai-je sèchement.


Après ce bref échange, je m'installai à la table de mon escouade. Mes coéquipiers commencèrent à discuter entre eux, sans vraiment me mêler à leur conversation. Ils avaient compris que cela ne servait à rien d'essayer aujourd'hui. Cependant, Eld posa une question qui attira légèrement mon attention.


- Pensez-vous qu'Erwin va vouloir l'emmener avec nous à l'extérieur des murs ?


-Je ne sais pas. Ça serait du suicide pour elle si c'était le cas, lui répondis-je ni chaud ni froid.


Sa mort me serait indifférente. Je trouvais simplement que cela serait du gâchis. Mon regard se déplaça vers sa personne. Elle avait l'air de sortir tout droit d'un conte pour enfants avec ses cheveux roses. Une couleur peu commune dans les environs. Ses grands yeux me rappelaient ceux de Isabel. Ils perdront tout de leur éclat lorsqu'elle mourra. Son stupide sourire et son visage innocent disparaitront aussi.


-Caporal ?


-Oui ? répondis-je en regagnant la réalité.


-Keith s'occupe des nouvelles recrues aujourd'hui, m'informa Auruo, et si nous en profitions pour nous entraîner ensemble ?


J'acceptai sa proposition. J'avais besoin de me changer les idées, de me vider l'esprit. Soudain, un soldat entra dans la salle avant de s'exclamer haut et fort.


-Est-ce qu'une recrue dénommée Hana est présente ?


La gamine se leva puis affirma son identité. Elle était demandée dans le bureau du major. Je n'étais pas au courant. Je le notai dans un coin de ma tête pour ne pas oublier de m'informer auprès de Erwin. Une fois les assiettes vides, je me dirigeai à l'extérieur avec mon escouade. Nous étions en route vers un endroit que seul nous connaissions.


C'était une forêt plutôt calme. Personne n'y mettait jamais les pieds. Pendant plusieurs heures, j'aidai mon escouade à améliorer leurs mouvements, leurs coups d'épée et leur vitesse dans les airs. J'organisai ensuite plusieurs combats au corps à corps. Je n'avais, à priori, pas le droit d'y participer. Petra s'amusait beaucoup. Elle était heureuse de pouvoir partager un moment avec nous tous. J'aimais son côté fragile, cela me donnait envie de la protéger.


Je n'oubliai pas que j'avais prévu de rejoindre Hana. Au couché du soleil, j'informai mon escouade qu'il était temps de rentrer. Sur le chemin du retour, j'observai les mouvements de Petra. Elle n'était pas droite, elle ne volait pas correctement. Soudain, elle tomba en chute libre. In extremis, je la rattrapai. Alarmée, mon escouade gagna mes côtés sur la terre ferme.


-Elle s'est évanouie, dis-je en la voyant inerte.


Elle était sans doute fatiguée. Petra avait toujours eu une santé fragile. Je demandai à Auruo de la porter jusqu'à la base et de l'emmenai directement chez Hanji. Je les accompagnai tout de même jusque là-bas pour m'assurer de son état. J'attendais simplement qu'Hanji me donne des résultats. Eld et Auruo finirent par quitter la pièce, appelés par d'autres supérieurs.


-Elle a beaucoup de fièvre, m'annonça Hanji.


En observant l'horloge en face de moi, je réalisai que le temps avait bien défilé depuis notre départ. Hanji m'assura que ce n'était rien de grave et que je pouvais la laisser se reposer. Masque plaqué sur le visage, Hanji s'éclipsa aussitôt dans son laboratoire. Tandis que je me levai pour partir, une main attrapa la mienne. Petra, avec sa serviette mouillée sur la tête, s'était réveillée.


-Caporal, m'interpella-t-elle à voix basse, restez avec moi.


Ses yeux mis-clos me criaient de me rasseoir. Je ne savais pas quoi faire. J'avais des choses de prévues. Si je ne rejoignais pas Hana maintenant, cela repousserait son apprentissage. Erwin pouvait nous envoyer sur le front dès demain. Si elle venait à nous suivre à l'extérieur des murs, elle ne survivrait pas.


-S'il vous plaît.


Je croisai les yeux tristes de Petra. Ils étaient à présent mouillés. Je ne voulais pas la voir pleurer.


-C'est d'accord.


J'avais accepté pour éviter que son état ne se détériore. Lui refuser aurait forcément eu une conséquence. Je patientai longtemps à ses côtés. Elle tenait toujours fermement ma main. Elle avait peur de me voir la laisser. Les minutes passèrent, Hana devait certainement m'en vouloir. Je me souvenus subitement que de cette pièce il était possible d'observer une partie de la cour. Cependant, Petra me coupa dans mon élan en resserrant son emprise sur ma main.


-Je reviens, la rassurai-je, je vais voir Hanji.


Elle lâcha ma main avant d'esquisser un léger sourire, rassurée de ma réponse. Dans la salle jointe à la notre, Hanji était entrain d'analyser de la peau de titan. Sa passion pour ces monstres me donnait envie de vomir. Sans faire attention à elle, je me dirigeai vers la fenêtre. Je pouvais bel et bien apercevoir Hana assise sur un banc. Elle était entrain de balancer ses pieds dans la terre tout en tapant dans des cailloux pour les propulser. La parfaite image d'une enfant qui s'ennuyait.


-Tu n'étais pas censé la rejoindre ?


Je tournai immédiatement la tête pour voir Hanji entrain de fixer la même chose que moi, les yeux grands ouverts.


-Nous remettrons cet entrainement à demain, crachai-je soudainement irrité.


-Et si Erwin décide de sortir des murs demain ?


Je décidai de ne pas lui répondre. J'étais très bien conscient de ce que cela signifiait. Je n'avais cependant jamais demandé à l'avoir à ma charge. Erwin m'y avait obligé. Faisant demi-tour pour retourner auprès de Petra, Hanji s'adressa de nouveau à moi.


-Heureusement qu'elle n'est pas mise de côté, dit la brune en fixant la cour. Je l'aime bien moi cette étrangère.


Hana était maintenant en compagnie d'un garçon. Sa tête ne me disait rien, certainement une nouvelle recrue. Ils s'échangèrent quelques paroles, quelques sourires avant de se retirer tous les deux.


-Qu'est-ce que tu en penses toi ? me questionna Hanji.


-Je pense qu'il faut quand même se méfier d'elle, répondis-je froidement. Nous ne savons toujours pas d'où elle vient réellement.


Hanji haussa les épaules. Je retournai quelques secondes plus tard auprès de Petra. Elle s'était rendormie. Moi aussi, je commençais à fatiguer.


-Livaï !


Ma tête était lourde. J'étais allongé contre le sol. Un énorme poids était entrain de m'écraser.


-Livaï !


Où est-ce que j'étais ? Ma vision était floue. Quelqu'un était allongé en face de moi, quelqu'un qui criait mon nom.


-Aide-moi !


C'était la voix d'une femme ou peut être d'une fille. Ma vision se stabilisa soudainement un peu plus, je pouvais très clairement voir qu'un titan se tenait au dessus de cette personne. Je n'arrivais cependant toujours pas à bouger. Plissant légèrement les yeux, j'essayai de reconnaître son visage. La seule couleur qui ressortait était le rose. Hana ?


-Je..


Le titan l'attrapa de sa gigantesque main. Ma vision redevint subitement intacte. J'essayai de bouger, en vain. J'étais littéralement collé au sol. Il dirigea sa main vers sa bouche avant de déposer sa victime entre ses dents. D'un coup rapide, il lui arracha la tête. Les battements de mon cœur étaient fort. Il jeta son corps sans vie devant moi. Une nouvelle fois, j'avais l'impression de voir Isabel.


Mon cœur tambourinait dans ma poitrine. Ma respiration était saccadée. Je m'étais bêtement assoupi devant le lit de Petra. Encore un cauchemar. Dehors, il faisait nuit. Quant à la rousse, elle était toujours profondément endormie. Décidé à retourner dans ma chambre, je me levai puis rangeai la chaise sur laquelle j'étais assis.

En passant devant celle de ma voisine, des images de mon cauchemar me revinrent en mémoire. Hésitant, je toquai à sa porte. Aucune réponse. Je vérifiai si la porte était verrouillée, elle ne l'était pas. Je tournai lentement la poignée. Elle était dans son lit, entrain de dormir. Je scrutai rapidement les alentours. Sa chambre était sale et en désordre. Heureusement que je n'y vivais pas. Après avoir vu ce que je voulais voir, je quittai la pièce. Je voulais tout simplement m'assurer que mon rêve n'était pas réel.



***

[Chapitre relu et corrigé]


0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?