Etrangère par

5 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Romance / Aventure

11 Choix final

Catégorie: T , 3192 mots
0 commentaire(s)

Une semaine se déroula pendant laquelle je me donnai à fond pour m'améliorer dans tous les domaines possibles. J'étais maintenant capable de me déplacer à n'importe quelle hauteur avec la manœuvre tridimensionnelle, de trancher ma cible avec la force dont j'avais besoin et de maitriser mes économies de gaz.


Concernant mes relations, celles avec mes camarades n'avaient pas changé. J'apprenais davantage à connaître Annie et Marco. Un jour, je pris l'initiative de les présenter à mon groupe d'amis. Ils étaient devenus par la suite des membres de notre bande. Eren et moi nous étions rapprochés. Je le considérais à présent comme un ami.


Quant au caporal, ce n'était plus du tout pareil. Les seules interactions que nous échangions étaient lorsque je le saluais. Je faisais toujours le premier pas, il ne m'adressait jamais la parole spontanément. Il m'en voulait visiblement toujours d'avoir découvert le secret de Eren.


J'entamais aujourd'hui une nouvelle journée au sein des murs. Je commençais à prendre goût à la routine. Je m'habillai puis me lavai comme à mon habitude avant de sortir de ma chambre assez nonchalante. Je sentais que ce jour était identique à tous les autres. Il était certain que j'étais plus que réjouie d'être en sécurité. J'avais seulement besoin de changements. J'avais aussi cette étrange envie de tester mes nouvelles compétences sur de réelles cibles.


En ouvrant la porte, j'aperçus celle de Livaï grande ouverte. Plus que de bonne humeur, Hanji était sûrement entrain de l'attendre. Elle était toujours super excitée, je n'arrivais pas à comprendre ce qui la motivait tant chaque jour. Sans la saluer, Livaï l'incita à avancer en sortant de sa chambre. Le regard de Hanji se tourna par hasard vers le mien.


-Bonjour Hana ! s'exclama-t-elle. Tu as passé une bonne nuit ?


Livaï était toujours dos à moi. Il était plus que clair qu'il ne comptait aucunement laisser son regard traîner sur ma personne.


-Oui merci, et vous Hanji ? lui souris-je faussement.


-Très bien. Tu veux nous accompagner ce matin ? me demanda t-elle. J'ai un tas de nouvelles informations à te partager sur les titans, toi qui voulais en savoir plus la dernière fois.


Livaï se retourna subitement. Il tira Hanji en arrière par l'épaule.


-Binoclarde, l'interpella-t-il froidement, si tu veux manger avec elle fais-le toute seule. Moi j'ai prévu de manger avec mon escouade, entre adultes.


Il avait bien insisté sur le dernier mot de sa phrase. Il voulait me piquer et me rabaisser.


-Et alors ? Elle peut très bien nous..


-Laissez tomber Hanji, la coupai-je lassée, j'ai prévu de manger avec mes amis aussi.


Je mentais. J'agissais de cette façon pour prouver que je n'avais pas besoin de lui. Il avait fais son boulot, j'étais prête pour sortir des murs. Il n'avait plus aucune raison de s'occuper de moi à présent. Sur ces derniers mots, je remerciai Hanji une nouvelle fois, la saluai avant de continuer mon chemin.


Sur ma route, je ne croisai malheureusement aucun de mes amis. Je commençais à croire que je n'avais réellement pas de chance aujourd'hui. Arrivée à la cafétéria, je me servis un chocolat chaud avant de m'installer à une des tables. Je pestai intérieurement. Livaï, accompagné de Hanji et Petra, entrèrent quelques instants plus tard dans la salle. Je me sentais incroyablement seule et stupide aussi. Baissant rapidement la tête, je prétendis de ne pas les avoir pas remarqué. Soudain, une légère vague se dessina dans mon café. La table trembla, quelqu'un venait de s'asseoir.


-Bonjour Hana.


-Marco, dis-je surprise. Salut !


Je pouvais le remercier de me sauver de ma solitude. Je notai par ailleurs l'absence de plateau devant lui. Je lui posai la question sans attendre. Ne comptait-il pas déjeuner ?


-J'ai déjà déjeuné en fait, me dit-il gêné. Je suis juste venu pour discuter.


J'étais touchée de sa réponse. J'avais l'impression d'être importante à ses yeux, d'être quelqu'un qu'il appréciait réellement. Mon regard se déplaça malencontreusement sur Livaï mais je le détournai immédiatement. Je continuai de discuter et de rigoler avec Marco. Quelques minutes plus tard, Annie entra dans la salle. Lui faisant signe de venir avec nous, elle hésita un instant. Elle décida tout de même de nous rejoindre puis elle s'installa timidement à côté de moi.


-Bonjour, dit-t-elle.


Je la saluai à mon tour. Sans plus attendre, j'engageai la conversation avec elle. Je n'avais pas oublié mon faux pas de la dernière fois. Je voulais, indirectement, me faire pardonner. Je voulais la mettre à l'aise. Après quelques échanges, Annie toucha un sujet sensible, sujet que j'avais complètement oublié.


-Vous avez déjà réfléchi pour ce soir ? Vous savez, votre division ?


-Bien sûr que oui, sourit Marco.


Ils se retournèrent simultanément vers moi. Je grimaçai avant de rire nerveusement. Cette cérémonie, qui pourtant très importante, m'était complètement passée au dessus de la tête. En réalité, je n'y avais pas réfléchi car je ne me considérais pas comme une nouvelle recrue. Je pensais que Erwin m'en aurait parlé ou aurait décide lui-même de mon avenir. Je n'avais pas oublié que si j'étais dans cette armé, ce n'était que parce que beaucoup de mystères planaient autour de moi.


-Et qu'est-ce que tu comptes choisir ? demandai-je à la blonde.


-C'est évident, les brigades spéciales.


Je restai muette face à sa réponse. Je n'étais absolument pas au courant qu'elle souhaitait rejoindre cette branche. Marco nous confia que pour sa part il hésitait encore. Il me retourna ensuite la question. Réfléchissant quelques instants, au fond de moi je savais très bien ce que je voulais rejoindre. Mais était-ce ma véritable place et avais-je réellement le choix ?


-Le bataillon d'exploration, je pense..


-Ça ne m'étonnes pas Hana ! s'exclama Marco.


Malgré le peu de souvenirs que j'avais, je voulais comprendre l'histoire de ma famille. Je voulais savoir pourquoi j'étais la seule à venir de l'extérieur des murs. Et surtout, je voulais découvrir pourquoi ma mère m'avait lâchement abandonné.


L'entrainement commença une demi-heure plus tard. Aujourd'hui, l'objectif était de réussir à se déplacer dans les airs tout en étant sur son cheval. Les autres recrues avaient pratiquement déjà tous acquis cette compétence. Pour moi, c'était loin d'être le cas. Je n'avais jamais chevauché un cheval de ma vie.


Une fois sur le terrain, je retrouvai Armin et Mikasa. Quelques mètres plus loin, Livaï était entrain de chuchoter quelque chose à un homme. Ils étaient tous les deux près des écuries.


-Recrue Hana ? appela l'homme.


-C'est moi ! répondis-je en restant bien droite.


D'un signe de main, il m'ordonna de me rapprocher. Tandis que je me dépêchais de le rejoindre, Livaï se décala. Son comportement m'exaspérait. Pourquoi agissait-il toujours de cette façon ? Je connaissais pourtant toute la vérité maintenant.


-Je viens d'apprendre que tu n'as pour l'instant aucune monture, me sourit-il en tapotant sa main sur le cou de l'animal. Alors voici ta nouvelle bête !


Son pelage était blanc comme la neige, sans aucune imperfection. Tout en lui caressant la tête, j'essayai de gagner sa confiance. Le cheval semblait apprécier, il commença à hennir. Ses narines s'agitèrent sur la paume de ma main, comme si il cherchait encore plus mon contact.


-Elle adore les caresses, m'informa l'homme.


Je lâchai un rictus. Après plusieurs caresses, l'animal me laissa monter sur son dos. Une fois bien installée, l'homme me montra comment me déplacer tout en m'expliquant comment demander à mon cheval de ralentir ou d'accélérer. Au bout de plusieurs heures, j'arrivais correctement à galoper. Ma jument était très docile et très amicale. Elle n'avait même pas tenté de me faire tomber.


Je devais à présent maîtriser mon envol et mon atterrissage en partant de mon cheval. Mes premiers essais étaient de purs échecs. Je n'arrivais pas à prendre appuie sur ma selle sans glisser ou vaciller. Une vingtaine de tentatives plus tard, je réussis enfin à tirer mes grappins dans un arbre, m'envoler vers un autre et atterrir gracieusement sur mon cheval. Je répétai l'enchainement plusieurs fois, l'exécutant sans problème.


Cependant, alors que j'étais dans les airs avec l'intention de rejoindre mon cheval, il détala subitement. Un éclair jaune venait de jaillir au dessus de nos têtes, certainement à cause de Eren. Sans avoir le temps de réfléchir, je m'écrasai violemment au sol.


Ma tête était lourde, ma vision floue. Au loin je pouvais entendre des personnes crier mon nom tout en accourant vers moi. Me retournant sur le dos, j'aperçus plusieurs têtes au dessus de la mienne. Il y avait Armin, Mikasa, Marco et je crus reconnaître la voix de Jean. Soudainement, le visage de Marco se retira pour laisser place à un autre.


-Tu es stupide ma parole, pesta le caporal.


Toujours dans les vapes, je fixai ses lèvres bouger. Pourquoi les utilisait-il seulement de manière négative ?


-Est-ce que tu arrives à te lever ? me demanda-t-il.


Je hochai lentement la tête. Ils s'écartèrent tous pour me laisser de la place. Je me redressai doucement sur mes coudes puis sur mes pieds avant de me lever. La douleur était immédiate, je retombai aussitôt. Une main se posa au creux de mon dos, m'empêchant de m'écraser au sol une nouvelle fois. Livaï venait de me rattraper in extremis. Il me fixa, les sourcils légèrement froncés. Nos visages étaient proches. J'oubliai rapidement cette proximité lorsque ma cuisse me rappela l'horrible douleur qu'elle me faisait subir. J'avais dû atterrir dessus.


-Monte sur mon dos.


Je clignai plusieurs fois des yeux, essayant de comprendre si je n'étais pas entrain de rêver. Aider était un mot qui n'existait pas dans le vocabulaire de Livaï habituellement.


-Est-ce que vous avez besoin d'aide ? demanda timidement Marco.


-Mikasa, appela Livaï, tiens-la.


Tandis que Livaï s'accroupissait, la brune s'exécuta. Je passai lentement mes jambes autour de son dos. Une fois bien installée, il attrapa mes cuisses. Il me remonta légèrement avant de se lever et de s'éloigner du groupe.


J'étais toujours assez surprise de ce soudain changement de comportement. Il m'ignorait et me rabaissait constamment. Pourquoi avait-il décidé de me venir en aide ? Collée contre son dos, je commençai à gagner un étrange sourire.


-J'ai besoin que tu mettes tes bras autre part que sur mes épaules.


Depuis tout à l'heure, Livaï se fatiguait à me remonter. En réalité, j'étais tout simplement gênée. N'ayant cependant pas le choix, j'enroulai timidement mes bras autour de son cou. Il me remonta une dernière fois, regagnant ainsi son habituel silence. Notre proximité venait encore une fois de rétrécir.


Une heure plus tard, je me retrouvai allongée sur un lit. Les rayons du soleil tapaient sur mes paupières. J'étais à la infirmerie, j'avais certainement dû m'endormir. Ma chute me revint par fragments de souvenir. Je scrutai autour de moi, à la recherche de quelqu'un. Hanji était absente. Néanmoins, quelqu'un était entrain de se diriger tout droit vers la sortie.


-Attendez ! criai-je.


Livaï s'arrêta. Sans se retourner, il me demanda si j'avais un problème. Sa froideur était revenue. Sa voix me glaça sur place. Cependant, je ne pouvais pas le laisser partir maintenant. J'avais des questions et il m'était impératif de recevoir des réponses.


-Pourquoi agir de cette façon ?


J'avais pratiquement murmuré cette phrase. Sans surprise, Livaï ne daigna me répondre. Tout ce que je voulais était entretenir une relation normale avec lui. Je ne voulais pas être ignorée. Malgré tout, j'avais apprécié ces moments d'apprentissage avec lui.


-Je suis quoi au juste ?


-Je ne sais pas ce que tu imagines, rétorqua-t-il froidement, mais à mes yeux tu n'es que de la nourriture qui finira par servir aux titans.


Je mordis ma lèvre inférieure. Ses paroles me faisaient mal. Entre deux sanglots, je lui crachai mot pour mot que je le détestais. Je ne le pensais pas mais j'avais besoin d'exprimer ma colère. Face à mes dires, il haussa les épaules nonchalant. Je n'aurais pas espérer une meilleure réaction de sa part.


-C'est mieux ainsi, m'avoua-t-il avant de sortir de la pièce.


Je serrai les dents une dernière fois avant de jeter la couverture de mon lit sur moi. Je me cachai à l'intérieur tout en essayant de ravaler mes larmes. Je ne voulais pas pleurer pour lui. J'avais baissé ma garde et m'était montrée trop sensible. Je voulais me faire des amis, m'entendre avec tout le monde parce que j'aimais vivre dans cette ambiance. Malheureusement, maintenant je le savais c'était impossible avec Livaï.

La lumière de dehors s'affaiblissait de plus en plus. Les ténèbres et l'infirmerie ne faisaient maintenant plus qu'un. Hanji était venue me rendre visite. Je me sentais à présent beaucoup mieux. Une main frotta doucement soudainement mon épaule à travers le drap. Je sursautai brusquement.


-Il est bientôt l'heure de la cérémonie, m'indiqua calmement Hanji.


Je n'avais pas envie d'y aller. Je n'avais pas envie de le voir. Et par dessus tout, je n'étais plus certaine de ce que je voulais réellement devenir. Je me forçai néanmoins à me lever. Avant de partir, je me confiai à la seule personne encore présente dans cette pièce.


-Qu'est ce que je dois choisir.. ?


-Ton choix doit refléter qui tu es vraiment Hana, me conseilla Hanji en souriant.


-Le problème est que je ne sais pas qui je suis, dis-je sur un ton ironique.


-Qu'est-ce que tu souhaites accomplir ? Quels sont les buts pour lesquels tu te lèves chaque matin ?


Mes objectifs étaient de découvrir mon identité, de découvrir l'histoire de ma famille et de comprendre mon origine. Est-ce que toute cette vérité en valait réellement la peine ? Je courrais après des personnes qui m'avaient lâchement abandonné. Je voulais aussi devenir plus forte, mentalement et physiquement. Il était hors de question de faire preuve de la même lâcheté qu'avec Ben. Je ne voulais pas perdre une personne de plus a cause de mon incompétence.


Regagnant un fin sourire, je remerciai Hanji de ses précieux conseils.


Plus tard, je me dirigeai vers la cour. Beaucoup de recrues étaient déjà rassemblées. Remarquant quelques uns de mes camarades dans un coin, je les rejoignis discrètement. Nous patientions tous face à la balustrade. Hanji se présenta devant nous ainsi que le caporal et son escouade. Enfin, le major gagna à son tour la scène. Arborant un regard dénué d'émotion, il fixa la foule face à lui.


-Je suis Erwin Smith, commandant du bataillon d'exploration. Aujourd'hui, vous choisirez une division militaire et je suis ici pour vous persuadez de rejoindre la mienne.


Notre major commença à parler des titans, des objectifs du bataillon d'exploration et étonnement de Eren. Il le qualifiait comme quelqu'un de très important pour eux. Je comprenais parfaitement pour quelle raison. Il mentionna aussi le mystère qui planait autour de la cave à l'intérieur de la maison de Eren. Un sujet dont je n'avais jamais entendu parler. Autrefois, lors de mes discussions avec le brun, il m'avait parlé de visions. Sur le moment, cela m'avait fais énormément penser à mes rêves.


-Nous croyons que le bâtiment de son ancienne demeure à Shiganshina détient des réponses sur les titans qu'il ne connaît pas lui même. Si nous pouvions atteindre ce bâtiment, nous trouverions des indices pour mettre fin à la domination des titans.


Je me posai seulement une question. Pourquoi rendre cette information publique ? Je scrutai un à un les visages de mes camarades autour de moi. Je pouvais voir la même interrogation dans le regard d'Armin.


-Nous nous dirigerons vers le bâtiment à Shiganshina. Cependant, cela nous requiert de reprendre Wall Maria, en d'autres termes notre objectif revient au même. Pendant ces quatre dernières années, plus de 60% du bataillon ont perdu la vie. 60% en quatre ans, un chiffre dingue. Chaque recrue qui nous rejoindra, participera à notre excursion au delà des murs la semaine prochaine.


Plusieurs personnes commencèrent à chuchoter entre eux. Je devais avouer que la date prévue pour la prochaine expédition était assez tôt. Ce court délai allait davantage faire fuir les quelques potentiels candidats pour le bataillon.


-Nous nous attendons à ce que 30% ne reviennent pas. Maintenant que vous savez les faits décourageants, ceux d'entre vous qui veulent toujours risquer leur vie, restez ici. Demandez vous, est ce que vous voulez offrir vos battements de cœur pour l'humanité ?


Les visages des recrues se décomposèrent. Certaines continuaient de bavarder tandis que d'autres transpiraient en silence.


-C'est tout. Tout ceux qui souhaitent rejoindre une autre division peuvent disposer.


Un lourd silence pesait à l'intérieur de la cour. Néanmoins, au fur et à mesure, les recrues se retournèrent pour partir. Quelques-unes hésitaient, tel que Jean, Connie et Sasha. Annie s'en alla. Je n'étais pas surprise mais cela ne m'empêchait pas d'être attristée de son départ. Marco disposa à son tour. Je regardai Hanji, elle me lança un chaleureux sourire en retour. Lorsque mes yeux glissèrent en direction de Livaï, je ressentis un pincement au cœur. Son regard me criait de fuir. Armin et Mikasa étaient toujours présents et n'avaient pas bougé d'un pouce.


Au bout de plusieurs minutes, seuls quelques soldats se tenaient toujours face au major. Le bruissement du feu qui nous servait de lumière crépitait dans mes oreilles. Erwin nous toisa un moment.


-J'aime le regard sur vos visages. Je vous souhaite à présent la bienvenue dans le bataillon d'exploration. C'est un véritable salut. Offrez vos cœurs !


-Oui, monsieur ! criai-je simultanément en faisant le salut de l'humanité.


Armin souriait, il était heureux d'être entourés de ses amis. Jean râla qu'il aurait dû partir. Sasha était terrifiée. Christa était au bord des larmes. Hanji me souriait en applaudissant. Quant à Livaï, il se retira.


-Vous avez fais un bon travail pour surmonter votre peur, nous félicita Erwin, vous êtes de braves soldats. Vous avez mon plus profond respect.


Des derniers frissons parcoururent chaque passerelle de mon corps. J'avais plus que hâte de voir mon quotidien être chamboulé. J'étais enfin prête pour affronter la terrible réalité à l'extérieur des murs. Et par dessus tout, j'allais enfin savoir si j'étais bel et bien utile à l'humanité.


***

[Chapitre relu et corrigé]


0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?