Etrangère par

5 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Romance / Aventure

26 Force

Catégorie: T , 3499 mots
1 commentaire(s)

Le titan que je ne connaissais pas barra immédiatement le passage de Livaï. Qu'est ce qu'il faisait là ? Il m'avait l'air plutôt intelligent et différent. Se pourrait-il qu'il y ait un humain à l'intérieur de ce titan ? Livaï était alors contraint de s'éloigner, maintenant tout de même une courte distance entre nous. J'avais envie de lui crier de s'enfuir, de partir loin d'ici. Il était en plein champs de bataille dans un état plus que critique. Malgré ça, il était quand même venu pour me sauver.


-C'est ce que je pensais.., marmonna t-il. Je vais devoir commencer par tuer Ymir !


J'avais bien entendu ? Ymir ? Mon regard vagua vers ce titan. C'est vrai qu'avec Chrysta sur son dos, c'était plus que crédible. Je ne comprenais seulement pas pourquoi elle avait caché son pouvoir pour ensuite nous trahir. Peut être qu'elle était de mèche avec eux depuis le début. Non, je ne pouvais pas penser ça d'elle. De nouveau déterminé, Livaï fonça vers nous. La blonde lui cria soudainement dessus pour le stopper dans son élan. Elle le suppliait de ne pas tuer Ymir.


-Je tuerai tous ceux qui se mettront entre Hana et moi, la menaça t-il sèchement. Alors ne me dis pas ce que je dois faire !


Chrysta continua de défendre Ymir tant bien que mal. D'après elle, la brune se ferait tuer si elle ne leur obéissait pas. Elle n'avait apparemment pas le choix. Le regard de Livaïl s'assombrit de plus en plus. Quelque chose me disait que même devant les supplices de la blonde, il ne baisserait pas les bras.


-Il n'y a vraiment qu'un minuscule nombre de vies auxquelles je tiens. Tu n'en fais pas partie, lui cracha t-il au visage, alors tais toi et meurs.


Sûr de soit, il s'élança à nouveau vers Ymir. Cette fois-ci, il lui trancha la moitié de sa mâchoire. Sous ses cris de douleurs, la blonde lui demanda aussitôt de s'arrêter, de ne plus bouger. Si elle résistait, elle se ferait tuer de toute façon. C'est alors qu'apparu aux côtés de Livaï tout mes autres camarades. Subitement soulagée, je m'étais mise à trouver une solution de mon côté. Ne trouvant rien de très intelligent, je commençai à perturber Bertholdt. En bougeant et tapant dans tous les sens, j'espérais l'énerver un petit.


-C'est impossible de la porter comme ça, pas vrai ? demanda tout à coup Jean en apparaissant devant nous. Elle est chiante hein ?


-Merdeux, enlève tes mains ! s'énerva Livaï en essayant d'enfoncer sa lame dans les doigts de Reiner.


Connie, à son tour présent, paniqua. Il essaya de ressaisir Reiner, de lui demander des explications. Jean voulu stimuler leur compassion en leur parlant de notre amitié. Je ne pensais pas que ça servirait à quelque chose dans ces moments là. De mon côté, je tapai toujours des pieds pour écraser le brun derrière moi.


-Je ne tiens pas à discuter avec des merdes qui essaye de kidnapper Hana, les coupa sans scrupule Livaï. Ne me faîtes pas perdre mon temps, sinon je vous tuerai aussi.


Ses mots faisaient froids dans le dos. Et quelque chose me disait qu'il ne plaisantait pas du tout. Tuer ses propres soldats pour me sauver ? Je ne pouvais pas m'empêcher d'être touchée. Soudain, Bertholdt cria. Se lamentant sur son sort, il était entrain de se faire passer pour la victime. À mes yeux, il parlait comme si quelqu'un l'avait forcé à faire tout ça. Mais ce n'était pas une excuse. Je n'avais pas pardonné Annie alors je ne leur pardonnerai pas non plus.


-Le temps qu'on a passé en tant que soldat était vraiment génial, sanglota t-il. Ce n'était pas un mensonge !


Livaï impatient se précipita vers nous. Une lueur rouge brillait dans ses yeux. Sans réfléchir, il enfonça violemment sa lame entre les doigts de Reiner. Il ne nous touchait pas encore mais je voyais quelques morceaux de l'armure du blond tomber. Mes camarades essayèrent de le ressaisir mais il n'en faisait qu'à sa tête. Au bout d'un moment, sa lame s'enfonça dans la tête du brun. J'en étais presque aveuglée par son sang. Criant de douleur, Reiner paniqua aussitôt. Soudain, une explosion. Elle me brûla une bonne partie du visage et du corps. Avec le choc, je m'étais détachée de Bertholdt. Je tombais à présent en chute libre. Les membres toujours attachés, je ne pouvais aucunement m'aider. Le sol se rapprochait de plus en plus. Au dernier moment, je fermai les yeux. Mettant sa main sous mes genoux et sous mon dos, quelqu'un me rattrapa de justesse. J'ouvris immédiatement les yeux, Livaï. Son corps était dans le même état que le mien, brûlé et écorché de partout.


À présent sur son cheval, je pouvais voir le désastre qui nous pendait au nez. L'explosion c'était la transformation de Bertholdt. N'étant toujours pas vraiment soigné, il avait faire apparaître une partie de son titan. Ce qui m'étonnait le plus c'était qu'il arrivait à bouger. Une fois que son regard se posa sur nous, son cerveau vrilla. Tandis que je me tenais fortement à la taille de Livaï, le brun nous balança son bras. Nous l'esquivions in extremis. Ordonnant à son cheval de galoper plus vite, nous réussissions à nous éloigner de lui. Seulement, un titan nous survola avant de s'écraser pile poil devant nous. Le second nous percuta violemment. Je me relevai maladroitement, toujours sous le choc. J'avais beau être gravement blessée, ce qui m'importait le plus était l'état de Livaï.


-Est ce que ça va ? m'empressais-je de lui demander à m'agenouillant près de lui.


Il était toujours au sol. Tête contre son bras, il était entrain de serrer les dents certainement sous la douleur que lui procurait sa jambe. J'essayai d'appeler quelqu'un, de trouver un moyen de nous enfuir. Je relevai la tête, un énorme titan nous faisait face. Il nous attrapa tous les deux fermement dans sa main. Il nous serrait tellement fort que j'en avais du mal à respirer. Je croisai soudainement le regard de ce monstre, son visage me disait quelque chose. Ce titan, je l'avais croisé il y a maintenant un peu plus de 3 ans. C'était le premier titan que j'avais vu de toute ma vie. Celui qui était sensé me déguster avant que Ben ne vienne me sauver. Le destin allait finalement me jouer un mauvais tour ? Avait-il décidé que je ne passerai pas une seconde fois à travers la mort imminente qui me guettait ? Soudain, il leva son bras au dessus de sa tête. Il nous balança brutalement un peu plus loin. Nous nous écrasions au sol, cette fois-ci encore plus violemment. Je tournai la tête, nous étions à présent encore plus proche de Bertholdt. Est ce que ce titan avait fais exprès de nous envoyer près de lui ?


-Je sens plus mes jambes, murmura Livaï.


Un nouveau titan apparu devant nous. Il s'agenouilla, sourire malicieux sur les lèvres. Lorsqu'il avança sa main vers nous, Livaï me poussa au sol pour se mettre au dessus de moi. J'enroulai mes bras autour de son cou, fermant instinctivement les yeux. J'entendis soudainement un bruit d'épée. En rouvrant les yeux, j'aperçus quelqu'un. Une femme, chevelure rousse. Petra ? Celle-ci trancha d'une seconde à l'autre tous les doigts du titan.


-Encore entrain de la protéger, hein Caporal ? cria t-elle ironiquement. C'est bon, je commence à comprendre. Elle passera toujours en première, pas vrai ? Dans ce cas, laissez-moi vous prouver que je peux vous protéger aussi !


Sur ces paroles, elle s'envola aussitôt. Livaï à mes côtés était pire qu'angoisser. Il lui ordonna en vain de revenir. Il essaya de se relever mais en passant au dessus de moi, je remarquai très bien que ses jambes tremblaient. Il ne pouvait plus rien faire avec cette blessure. D'un geste vif, il trancha la corde qui retenait mes mains. Si je n'agissais pas maintenant, Petra allait mourir. Livaï en serait certainement attristé. J'essayai alors de me mordre et plusieurs fois. Mise à part la fumée qui sortait de mes blessures, rien ne se produisait. Petra était encore entrain de résister, notre ennemi était plutôt coriace. Inquiète, un autre titan s'écrasa non loin de nous. Bertholdt essayait de nous viser. Un second atterrit presque sur le titan en face nous. Le troisième percuta la rousse en plein vol. Pratiquement assommée, le titan saisit l'occasion pour l'attraper dans sa main. Tandis que je hurlais de rage, Petra se faisait dévorer sous nos yeux.


-Je suis désolée, répétais-je, je suis désolée.


Livaï observait la scène, bouche entrouverte. Il allait m'en vouloir, c'était sûre. Je me sentais inutile et incompétente. Je n'arrivais même pas assumer mes propres responsabilités. Petra était morte en vain mais nous allions nous aussi mourir. Pourquoi ? Parce que je n'étais pas capable de sauver qui que ce soit.


-Hana, m'appela t-il d'une voix douce. Écoute ce que je vais te dire.


En relevant la tête, mon regard croisa le sien. Il souriait. Je ne l'avais jamais vu sourire de cette façon. Nous étions dans un cauchemar. Des titans autour nous arrachaient des vies humaines à chaque secondes. Nos amis étaient en mauvaise posture, certains grièvement blessés. Et tout ce qu'il trouvait à faire était de sourire. Les larmes aux yeux, je fixai sa bouche. Il avait choisi d'abandonner. Peu à peu, je commençai moi aussi à croire que tout était terminé pour moi, pour nous. Je ne serai plus jamais capable de voir son visage, plus jamais capable d'entendre sa voix. C'est en ne sachant pas de quoi les prochaines secondes étaient faîtes que j'attendais complètement perdue notre fin imminente.


-Je n'aurais jamais pensé me blesser à ce point pour une morveuse comme toi, me déclara t-il en souriant tendrement. Avec toi, j'ai l'impression de redevenir faible. Je.. Je tiens beaucoup à toi.


Je le regardai toujours, béat. Je l'écoutai mais j'étais ailleurs. J'avais du mal à avaler ce qu'il était entrain de me confier. Je n'arrivais tout simplement pas à croire que ces paroles que j'avais tant souvent voulu entendre sortaient enfin de sa bouche. Mais était-ce plutôt là sa façon de me dire adieu ? Non, je ne voulais pas que ça se finisse maintenant. Je voulais encore l'entendre me murmurer à l'oreille ce genre de phrases douces et réconfortantes. Le perdre à tout jamais, ce n'était même pas envisageable pour moi. Il avait sa façon de faire passer ce qu'il ressentait, j'avais la mienne. Hésitante, je me rapprochai de lui. Je posai délicatement mes lèvres contre les siennes. Il ne sembla pas s'y opposer, il y répondit même. D'abord tendre et timide, notre baiser devint plus passionné. Mon cœur battait à la chamade, mon cerveau était tellement vide que je ne pensais plus à rien. Ses mains qui emprisonnaient mon visage ne faisait qu'accentuer ce que j'étais entrain de ressentir. Nous étions en pleins cauchemar, pourtant j'avais l'impression de nager en plein rêve. À bout de souffle, nous nous séparions. Toujours front collés l'un contre l'autre, je repensais à la galère dans laquelle nous étions. Avec ce qui venait de se passer, je n'avais plus du tout envie de mourir. Quelque chose me disait de me relever et de continuer à me battre. Seulement, un nouveau titan se déplaça vers nous.


-Je n'ai pas envie de mourir, sanglotais-je.


Non loin de nous, le bras de Bertholdt nous guettait. Le brun l'éleva soudainement en hauteur. Il allait nous écraser, il allait nous tuer. Je regardai Livaï paniquée mais nous n'avions plus aucun moyen de nous en sortir. N'étant plus qu'à quelques mètres, nous étions sur le point de mourir. À présent juste au dessus de nous, je criai de toutes mes forces. Je ne savais pas pourquoi je faisais ça, je savais juste que je devais le faire. Un autre cri rejoignit le mien, c'était celui de Bertholdt. Je relevai la tête, un titan était accroché à son bras entrain de le mordre. Un autre sauta sur le brun ainsi que sur son corps humain. Je profitai de cet instant pour relever Livaï. Lentement mais surement nous nous éloignions de ce spectacle.


-Pourquoi.. ? demanda Livaï aussi perplexe que moi.


C'était une question à laquelle je n'avais aucune réponse. Est ce que c'était vraiment moi qui avait fait ça ? En tout cas pour le moment, notre seul but était de survivre. C'était maintenant ou jamais, nous devions nous tirer d'ici rapidement. Nous essayions de nous dépêcher mais nous étions beaucoup trop lents. Je paniquai légèrement lorsque Reiner se précipita vers nous. Nous étions pratiquement en sécurité, tout était bientôt terminé. Livaï ayant du mal à marcher, voir le blond encore essayer de me capturer m'énerver au plus haut point. Heureusement pour nous il remarqua dans quelle situation était Bertholdt. Nous abandonnant comme cible, il se rua vers lui pour le sauver.


-Profitons-en pour nous tirer d'ici ! Retraite ! ordonna Erwin.


On nous donna immédiatement un cheval. Je montai derrière Livaï. En regardant derrière nous, je voyais Reiner essayer de se débarrasser de tous ces titans agglutinés sur lui. Pas très loin de lui, il y avait aussi le titan d'Ymir. Elle caressa la tête de Chrysta avant de rejoindre les deux autres pour les défendre coûte que coûte. Je ne savais pas pourquoi elle avait agis ainsi. Tout ce que je savais, c'était qu'après ça le titan blindé ne nous avait plus poursuivi. C'est en relâchant chacun de mes muscles que je posai mon front contre le dos de Livaï. Nous étions toujours vivants. Jusqu'ici, Reiner et Bertholdt en avaient toujours eu principalement après Eren. Mais en fin de compte, se pourraient-ils que depuis le début la personne qu'ils pourchassaient n'était pas la bonne ?


Plus tard, nous atteignions le mur. Les premiers à monter étaient les blesser. Il y en avait énormément. Le plus part des miliciens n'étaient pas revenus. Nous venions de perdre beaucoup trop de soldats. Connie était exaucé. Chrysta était au bord de l'évanouissement. Jean saignait du nez, il était dans un sale état. Mikasa était grièvement blessée. Armin semblait être le seul à pouvoir encore tenir debout. Tout était hors de contrôle. Mais aucun de nous n'était mort. La 104ème était plutôt chanceuse. Livaï au sol, il essayait de jouer les héros en souhaitant que je me fasse soigner avant lui. Je lui donnai une pichenette sur le front. Il avait besoin de soins, bien plus que moi.


-Votre jambe est dans un sale état. Votre précipitation d'aujourd'hui n'a rien arrangé, indiqua un des soldat. Vous feriez mieux de voir un docteur rapidement.


Agenouillée près de lui, je m'excusai d'avoir été encore une fois celle qu'on avait dû sauver. Sans grande surprise, il prétendit que ce n'était pas de ma faute. Lorsque je me relevai, une main se posa sur mon épaule. C'était Eren. Il ne se pria pas pour m'enlacer devant tout le monde. J'étais moi aussi contente de le trouver sain et sauf. Il m'expliqua que pendant que j'étais évanouie, le bataillon avait réussi à le récupérer. Pour une sécurité évidente, il avait immédiatement été évacué vers les murs.


Il faisait déjà nuit lorsque nous repartions des murs. Jean essayait de ressaisir Connie en lui disant de tenir encore peu. Celui-ci encore sous le choc, il se contentait de se répéter à haute de voix qu'il était toujours vivant. En regardant autour de moi, je me sentis tout à coup coupable de ces mines tristes que pratiquement tout le monde arborait. La plus part regardait leur mains ou leur pieds, se remémorant certainement leur camarades tombés au combat.


-Combien de personnes sont mortes à cause de moi ? demandais-je tristement.


Jean me répondit qu'en partant d'ici, ils étaient environ une centaine comptant la milice. Un grand nombre d'entre eux s'étaient fais manger, sous manque d'expérience. Il y avait environ une quarantaine de personnes sur le mur en ce moment. Seule la moitié tenait encore debout. Même chez les patrouilleurs, la moitié des vétérans manquait à l'appel.


-Je me demande ce qu'il va advenir de nous maintenant.., murmura Connie inquiet.


C'était une bonne question. Avec cette perte du côté de l'humanité, qui c'est ce que le gouvernement nous réservera. Au moins il n'y avait pas eu de pertes lors de notre retour. Les titans nous avaient complètement ignorés, préférant pourchasser Reiner. Armin ne faisait que de me fixer nerveusement. Je sentais que quelque chose lui pendait à la langue me concernant.


-Tu as réussi à faire la même chose qu'Annie.


-De quoi tu parles Armin ? grogna Jean.


-En criant, elle a attiré les titans.


-C'est.. c'est la vérité Hana ? me demanda Connie fasciné.


Je les regardai perdue. Avais-je vraiment fait ça ? Ma situation était plutôt difficile. Mais je ne pouvais pas me plaindre. Pour me récupérer, Livaï avait frôlé la mort. Petra et pratiquement tous les soldats étaient morts. Je ne savais toujours pas si tout ça en valait vraiment le coup. Ces gens étaient morts pour me ramener. Est ce que leur mort aura servi ou non. Ça dépendait plus que de moi maintenant.


-Je.. je vais me battre pour vous protéger et pour vous aider à récupérer le mur.


-C'est ce que j'aime entendre ! cria Jean en me tapant sur l'épaule.


Je contrôlerai les titans et je vengerai la mort de Petra et de tout ceux qui s'étaient sacrifiés pour moi. Au loin, j'aperçus Chrysta se diriger vers nous. Maladroite, elle avait du mal à marcher. Armin l'incita à s'asseoir mais elle le coupa en prétendant qu'elle s'appelait Historia. Je me répétai plusieurs fois mentalement ce qu'elle venait de dire. Son véritable nom était Historia ? Quoi que je puisse en penser, j'avais l'impression d'être la seule à me poser des questions. Après ça, elle tomba au sol brusquement. Je n'étais peut être pas encore apte à tout comprendre mais je sentais que la vie me réserverait encore un tas de surprise.


Pendant que les choses se calmait, nous devions restés cacher en lieu sûr. Après plusieurs heures de route, nous arrivions enfin à une sorte de chalet. À en juger par le trajet que nous venions de faire, nous étions vraiment loin de la civilisation. Aussitôt la charrette arrêtée, Jean donna une énorme caisse à Sasha.


-Hein ? Mais c'est quoi ce truc ? C'est super lourd ! se plaignit-elle.


-C'est ta famille les patates, se moqua t-il.


La brune bouda, essayant de se justifier du mieux qu'elle pouvait. Tout ça me faisait bien rire mais si nous venions à perdre ces provisions, nous pourrions à coup sûr mourir de faim. Nous entrions dans la maisonnette. Tout le monde était là, vaguant déjà à leur propres occupations. Je lâchai un petit rictus en voyant Eren avec un bandeau sur la tête. Il ressemblait à Livaï.


-Livaï, murmurais-je.


Lorsque je prononçai son prénom, je me remémorai cette scène. Mon visage devint rouge et surtout chaud. Je l'avais vraiment embrassé ? Je ne pensais pas aussi entreprenante que ça. Seulement, j'allais l'impression que c'était encore un rêve. Comment allait-il réagir lors de notre prochaine rencontre ? Je ne voulais pas qu'il fasse comme si de rien n'était. J'en serai plus que déçue. Pourtant il s'était ouvert à moi, pensant certainement que nous allions mourir. Mais maintenant nous étions toujours là, vivants. Allait-il y avoir une suite à notre relation ?


-Sasha, tu viens de mettre quelque chose dans ta besace ? lui demanda Armin.


-Certainement pas quelque chose comme du pain en tout cas.., lui répondit-elle mine de rien.


-Dépêchons-nous plutôt de nettoyer avant que Livaï n'arrive, proposa Eren.


Cette chaleureuse ambiance me donnait l'impression d'être encore à l'entraînement. Je pouffai de rire en voyant l'expression de Sasha. J'étais encore vivante, je le devais aussi à tous ces gens présents dans cette pièce. Les voir ainsi s'amuser, se chamailler mais aussi se disputer me faisait étrangement penser à une famille. Nous formions en fait tous une petite famille, un peu comme celle que je n'avais jamais eu.


1 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?