Etrangère par

5 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Romance / Aventure

40 Pour toujours

Catégorie: M , 3744 mots
3 commentaire(s)

Vint alors un silence pendant lequel nos regards ne se détachèrent pas. J'espérais que les attentes que j'avais de lui ne vinrent pas s'effondrer au mauvais moment. Il posa ensuite sa main contre ma joue, me caressant pendant plusieurs secondes. Mon cœur se mit à battre à tout rompre lorsqu'il ouvrit lentement la bouche.


-Je t'aime, me déclara t-il.


Il me répéta ses mots qui me faisaient tourner la tête tout en m'embrassant passionnément. Prise d'une soudaine audace, je détachai mon soutien-gorge à l'arrière de mon dos puis le retirer sous les yeux ébahis de Livaï. Je m'efforçai de garder mes bras à distance pour qu'il puisse observer pleinement. Même si je venais de le faire de moi-même, j'étais très gênée. C'était la première fois que quelqu'un voyait ma poitrine. Je devins toute rouge lorsque je vis ses yeux complètement rivés sur elle. Ce n'était pas comme si j'avais beaucoup à montrer de toute façon, qu'est ce qu'il avait à les fixer comme ça ? Regardant ailleurs, j'attendis une quelconque réaction de sa part. Je sursautai brusquement quand une bouche vint se poser entre mes deux seins. Faisant des baisers un peu partout autour d'eux, il finit par embrasser un de mes tétons. Tout en malaxant mon autre sein, sa langue s'amusait à me faire perdre toutes pensées beaucoup trop saines. Tandis que je sentais mon entrejambe se faire de plus en plus humide, il retira à l'aveugle les boutons de mon pantalon. Je ne pouvais plus attendre, j'avais envie qu'il me touche à cet endroit aussi. Il le retira sauvagement avant de reprendre ses occupations. Tout en mordillant mon téton, il glissa une main jusqu'à mes cuisses. L'un de ses doigts frôla alors le dernier vêtement qui recouvrait toujours l'antre de ma pureté. Il commença à me caresser, à jouer à travers mon sous-vêtement. J'étais sensible à cette endroit, quoi de plus normal pour une première fois. Des cris s'échappèrent de ma bouche quand il décida de se faufiler à l'intérieur de ma culotte. Il me touchait, pour de vrai cette fois. J'avais l'impression que les sensations étaient multipliées par mille. Je serrai légèrement les dents quand je sentis quelque chose s'introduire dans mon vagin. Inquiet, il me demanda si il m'avait fait mal.


-Non ne t'inquiète pas, me justifiais-je. Continue..


Entrant doucement un doigt, il reprit possession de ma bouche. Je me retrouvai dans l'obligation de quitter la sienne vu la manière avec laquelle je respirais. Je ressentis tout de même une once de douleur lorsqu'il enfonça un deuxième doigt. À ma réaction, il le retira aussitôt. Non, je ne voulais pas qu'il se sente obligé d'arrêter quoi que ce soit juste parce que ça faisait un petit peu mal. J'étais loin de ressentir la véritable souffrance qui comptait me torturer par la suite et ça je le savais. En lui faisant don de mon accord, il retenta de se frayer un chemin. Pour me détendre d'avantage, son pouce vint délicatement taquiner mon clitoris. Ça me faisait tellement du bien, j'avais l'impression de perdre tout contrôle. Tout ce que je voulais c'était qu'il ne s'arrête jamais. Descendant le long de mon corps en le parsemant de baiser, il retira délicatement mon dernier tissu de vêtement avec ses dents. Prise d'une gêne incontrôlable, je refermai automatiquement mes cuisses. Livaï me regarda alors perplexe. Un sourire se dessina ensuite sur ses lèvres avant de se rediriger vers ma bouche.


-Fais moi confiance, me murmura t-il entre deux baisers, tu es magnifique.


Alors qu'il essayait toujours de me rassurer, j'ouvrai à nouveau lentement les jambes. Reprenant ses activités de tout à l'heure, il embrassa d'abord le creux de mes cuisses tout en continuant ses caresses. Sa langue se mit alors gentiment à se mélanger avec mes lèvres génitales. Tout en passant ma main dans ses cheveux, je gémissais et criais son nom tandis que les mouvement de ses doigts s'accéléraient de plus en plus. Je pouvais sentir un nœud se tordre dans mon bas ventre. Je sentais que quelque chose de gros allait venir, j'étais entrain d'accueillir le plus profond des extases à bras ouverts. Un instant plus tard, je courbai la tête en arrière avant de totalement me libérer. Les jambes tremblantes et les draps légèrement mouillés, je venais de gouter pour la première fois à ce qu'était la véritable jouissance. Alors que j'étais calmement entrain de redescendre de ma délectation, je fermai paisiblement les yeux avant de prendre une grande inspiration. Mon corps me disait de m'endormir tout en oubliant les bruits qui résonnaient autour de moi. Une main caressa alors ma joue et des lèvres m'embrassèrent d'une douceur extrême.


-C'est pas très fair-play ça dis donc, me chuchota Livaï.


Mes yeux s'ouvrirent d'un seul coup pour voir un sourire provocateur dessiné sur ses lèvres. Bien décidée à lui donner du plaisir à son tour, je me redressai sur les fesses avant de passionnément embrasser son cou. Mordiller et lécher, c'était ce qui le faisait grogner le plus. Tandis que je continuais ma route vers son torse, je défis maladroitement les boutons de son pantalon. Je l'abaissai légèrement avant de remarquer une énorme bosse à travers son sous-vêtement. Roses aux joues, je passai délicatement mes doigts le long de son sexe maintenant plus dur que la pierre. Je ressentais tout de même une petite fierté de pouvoir faire naître chez lui ce genre de réaction. Étant à sa limite, il posa sa tête au creux de mon cou, me murmurant de le toucher d'avantage. Hésitante mais à la fois excitée, je découvrais plus que gênée l'apparence de sa partie intime. J'avais des bouffées de chaleur rien qu'en la regardant se redresser. Je ne savais pas vraiment comment m'y prendre alors j'y allais comme je le sentais. J'entourai timidement son membre de ma main avant de refermer mes doigts autour de celui-ci. D'abord à faible allure, je commençai à le caresser en agitant ma main. J'entendais son souffle se faire de plus en plus lourd près de mon oreille. Lorsque j'accélérai mes mouvements, je l'entendis même gémir. Est ce que moi aussi je devais aller plus loin que ça ? Nerveuse, je retirai mes cheveux en arrière. Je comptais m'abaisser mais Livaï me retint par les épaules. Haletant devant moi, il me confia qu'il ne pouvait plus se permettre d'attendre. Je n'avais jamais vu cette expression sur son visage. Sans prévenir, il me fit basculer en arrière. Je me retrouvai une nouvelle fois dos contre le matelas. En voyant sa verge légèrement dépassée, je me demandai très sincèrement comment cette chose allait pouvoir entrer en moi. Livaï était peut être petit mais ce qu'il avait entre les jambes ne suivait pas la même musique. Sentant mon inquiétude, Livaï me rassura en me caressant l'épaule.


-Ça va peut être brûler au debout mais ça ira mieux par la suite, m'expliqua t-il en chuchotant.


Je hochai la tête même si j'étais très effrayée. Ses doigts s'entremêlèrent alors avec les miens sur les draps. Nos langues s'engagèrent dans un combat sans pitié, l'un et l'autre ne voulant abandonner. Je repoussai mon besoin d'oxygène pour commencer à suçoter et mordiller sa lèvre inférieure. Cependant, cette demande se faisait de plus en plus urgente pour chacun de nous. À contre cœur, je détachai ma bouche de la sienne pour poser mon front contre le siens. Prenant une voix plus que sexy, il me supplia de le dire. Perdue mais surtout rouge de gêne, je lui demandai de quoi il voulait parler.


-Dis moi ce que tu veux que je fasse, m'expliqua t-il en quittant ma main droite.


-Ne m'oblige pas à le dire.. tu le sais déjà, bégayais-je honteuse.


La teinte sur mes joues s'accentua lorsque j'observai son bras se diriger vers son entrejambe. Il commença à se stimuler lui même, sa main massait rapidement son membre. Mon cœur battit alors à une vitesse inimaginable. Je mordis sans m'en rendre compte la lèvre tout en appréciant la vue qu'il m'offrait.


-Malheureusement non, dit-il en se dirigeant vers mon oreille. S'il te plait dis moi.


-Je veux que tu.. tu..


-Tu veux que je.. ? répéta t-il.


-Me.. fasse.. l'amour.


-Désolé. Je n'arrive pas à t'entendre, rétorqua t-il en tapant légèrement le haut de son sexe contre mon entrée.


Même dans ces moments là, il continuait à se moquer. Ces mots étaient très gênant pour moi à avouer. J'avais envie de lui faire plaisir, j'avais envie de me lâcher. Quelque chose me bloquait. Je devais combattre ma timidité. Après tout il m'avait déjà vu dans tout mes états, qu'est ce que je craignais de plus ? J'éclaircis alors ma gorge avant de parler un peu plus fort.


-Je veux que tu.. me f-fasse l'amour, essayais-je de dire une nouvelle fois.


-Plus fort, m'ordonna t-il toujours insatisfait.


-Livaï.. !


-J'arrive pas à t'entendre.


-Fais moi l'amour ! finis-je par crier clairement.


Sourire victorieux, il se positionna entre mes jambes. Le début de son membre frotta mon clitoris avant de doucement entrer en moi. Je grognais et mordais ma lèvre, impatiente qu'il continue. Livaï glissa délicatement le reste de lui même jusqu'à ce que je le stoppe. Ma partie commençait à me brûler. Inquiet, il me regarda en relevant ses sourcils. Il m'expliqua qu'il n'était qu'à la moitié et que si je voulais qu'il arrête, il le ferait. Même si j'avais l'impression que mes parois étaient à leur limite et qu'elles allaient littéralement se déchirer, il était hors de question que je lui demande ça. Déterminée, je lui priai de continuer. Il approcha alors ses lèvres, m'embrassant passionnément. Je me cambrai totalement en arrière lorsqu'il inséra complètement son membre. Lâchant un énorme gémissement, une larme coula le long de ma joue tandis que mon corps s'ajustait à cette insoutenable douleur. Livaï attendit plusieurs minutes pour moi tout en embrassement délicatement ma joue et mon cou. Lui donnant un petit hochement de tête, il bougea d'une lenteur extrême ses hanches contre les miennes. Bien que ça me faisait toujours mal, la douleur était rapidement entrain de se changer en plaisir. La satisfaction s'accentuait à travers mon corps à chaque battement de cœur. Livaï agrippa l'un de mes seins avant que sa bouche prenne possession de l'autre. Mes jambes s'enroulèrent alors automatiquement autour de sa taille, le rapprochant d'avantage. Sa bouche quitta ma poitrine pour s'attaquer sauvagement à mon cou. Il me le mordit, me faisant par la même occasion savourer ce plaisir. Ses lèvres voyagèrent ensuite vers mon oreille.


-Hana..


J'essayai de former des mots cohérents mais mon excitation me l'interdisait. À la place de ses mots, de petits et silencieux gémissement s'échappa de ma bouche. Je le voyais serrer les dents, entendais gémir sous l'extase qu'il devait lui aussi ressentir. Ses mouvements se firent alors plus accélérer et plus profonds tandis mes cris plus fort. Une mince couche de sueur vint nous recouvrir pendant notre échange plus que torride. Après plusieurs minutes de lentes et réfléchies pénétrations, il commença à agir sans guidance. Le bruit de ses hanches tapant contre mes cuisses me rappelait à chaque seconde à quel point il me faisait du bien. Oubliant totalement ma gêne de tout à l'heure, je me mise à crier son nom tout en enfonçant mes ongles dans son dos. Ses lèvres rencontrèrent les miennes encore et encore, de simples baisers à ceux plus beaucoup plus langoureux. Ses mouvements se faisaient plus rapides et sa respiration devenait irrégulière. Je pouvais sentir son membre palpiter et un léger liquide en sortir. Le nœud dans mon estomac se tordait de plus en plus et je savais à quel point j'étais proche de m'abandonner comme tout à l'heure. D'un final mouvement, Livaï jeta sa tête en arrière et cria mon nom avant de retirer son sexe du mien. À une seconde près, je jouissais pratiquement en même temps que lui. Quelque de chose de chaud s'échappa de moi tandis que je roulai mes yeux en arrière. De même température, un autre liquide vint se déverser sur le bas de mon ventre. Livaï s'écroula à côté de moi, passant au passage une couverture au dessus de nous. Alors que nous redescendions chacun de notre apogée, il se colla à moi pour me murmurer qu'il m'aimait. Exhaussée, je m'endormis sur ses notes qui me laissèrent un sourire inconscient sur les lèvres.


Je me réveillai le lendemain sur son torse. Les rayons du soleil venaient taper sur ses paupières encore fermées. Son bras entourait ma taille tandis que ma tête était posée sur sa poitrine. Celle-ci se levait calmement à chaque respiration, je le revoyais alors soudainement hier soir entrain de respirer complètement différemment. Quand je pense qu'il avait du me voir avec cette même expression, je devins brusquement honteuse. Alors que je m'amusais à dessiner ses abdominaux avec mon doigt, il ouvrit délicatement les yeux. Son regard se posa immédiatement sur moi, me faisant au passage un baiser sur le front.


-Salut gamine, me dit-il moqueur.


Faisant la moue, je posai mon coude sur son ventre. Comme pour se faire pardonner, il posa ses lèvres sur les miennes avant de m'embrasser tendrement. Ressentir son toucher me donna subitement des frissons. Une part de moi voulait savoir, elle voulait savoir si mon plaisir avait été partagé hier soir. Enroulant nerveusement une mèche de cheveux autour de mon doigt, je le fixai le rose aux joues.


-Alors.. ? lui demandais-je espérant qu'il comprenne lui-même.


-Alors ? répéta t-il en arquant un sourcil.


-Est ce que c'était.. b-bon ?


Il me pouffa instantanément au visage. Ce n'était pas bien de se moquer. Honteuse, je posai mon front contre son torse. Pourquoi est ce que je lui avais demandé ça déjà ? Soudain, je sentis une puissante main enrober ma joue. Il redressa délicatement mon visage avant de m'embrasser sensuellement tout en me disant que oui, c'était très bon. Ses mains se glissèrent alors le long de ma taille puis sur mes fesses. Il en empoigna une tout en me mordant le cou. Se taquinant mutuellement, je lui fis tout de même comprendre que mon corps était physiquement trop fatigué pour m'abandonner à de nouvelles perversités. Si je ne l'avais pas arrêté, j'étais pratiquement sûre qu'il m'aurait fait l'amour une deuxième fois.


Un peu plus tard dans la journée, j'étais entrain de récupérer les vêtements que j'avais fait sécher la veille. Je venais d'en plier plusieurs à la suite quand je tombai sur la cape de Livaï. Je la scrutai un instant avant de me souvenir de toutes les aventures que nous avions traversés. De la première fois où il m'avait sauvé la vie jusqu'à la dernière où il avait failli la perdre lui-même. Je me sentis tout à coup nostalgique. Je me rendais compte qu'il ne l'avait pas reporté depuis notre arrivée ici. Décidée, je me mise à sa recherche.


Je le retrouvai un peu plus tard assis sur un arbre. Regardant à l'horizon, il observait les murs. Ces murs qui nous avaient gardés prisonniers pendant beaucoup trop longtemps. Je savais que quelques fois sa vie de Caporal devait certainement lui manquer. Mais j'étais profondément convaincue qu'il ne regrettait pas sa décision de m'avoir accompagné ici. Il me l'avait répété tellement de fois que maintenant j'en étais certaine. Sourire aux lèvres, je comptais bien le taquiner un petit peu pour détendre l'atmosphère. Je fis alors une petite boule avec sa cape avant de la lui lancer en plein sur la tête. Râlant comme à son habitude, il la rattrapa de justesse.


-Je crois qu'ils ont oublié de nous ramener des réserves de gaz hier, lui criais-je en mettant mes mains sur mes hanches.


Fixant sa cape étendue devant lui, il observait les ailes de la liberté imprégnées sur celle-ci. Il devait certainement se remémorer de précieux moments. Changeant alors d'expression, il tourna sa tête vers moi en souriant tendrement. Ce qu'il était beau comme ça.


-Le gaz vient de la base, me répondit-il, autant dire que c'est carrément à l'autre bout du monde.


-Alors il n'y a pas de temps à prendre, rétorquais-je en m'adossant à un arbre.


Sourire en coin, il descendit sans grande difficulté de son arbre. Atterrissant non loin de moi, il s'avança majestueusement dans ma direction. Pourquoi est ce que j'avais l'impression de le sentir plus vivant ?


-Moi je veux bien, me dit-il en tournant autour de moi, mais il faudra y aller à pieds.


-Hm hm.., fis-je simplement.


-Survivre dans la nature, continua t-il.


-Hm hm..


-Éviter de se faire bouffer par les titans.


-Hm hm..


-Autrement dit c'est un très long voyage et extrêmement, me chuchota t-il face à moi, extrêmement dangereux.


-Oh mais ne crains rien, lui murmurais-je à mon tour, tu es sous ma protection.


Sourires aux lèvres, nous nous embrassions amoureusement. Qu'est ce que je l'aimais. Je ferai et irai n'importe où pour lui. Je serai prête à retourner dans les murs si il me le demandait. Lui murmurant mes sentiments, il me serra dans ses bras avant de me chuchoter un "merci". C'était plutôt moi qui devait le remercier. Sans lui je n'aurai jamais connu l'amour, je n'aurai jamais survécu et jamais découvert la vérité sur ma famille. Je profitai de ce moment pour enfouir ma tête au creux de son cou. Il était ma vie. Soudain, un bruissement de feuilles interrompit notre étreinte. Les yeux rouges et les dents de sortie, quelqu'un se rua littéralement sur nous. Prise de panique, je me cachai derrière Livaï. Cette personne se jeta alors sur lui. Au dernier moment, je me retirai avant qu'ils ne s'écrasent tous les deux au sol.


-Sasha ?! criais-je d'étonnement. Qu'est ce que tu fiches ici ?!


-J'ai entendu des bruits d'animal hier soir dans votre maison, accusa t-elle en pointant du doigt Livaï. Qu'est ce que vous étripiez ?! Un sanglier ?!


Tandis que mon visage vint se teindre de rouge, Livaï péta complètement de rire. Je me massai immédiatement le front en essayant d'imaginer que Sasha n'avait rien entendu de notre débat nocturne. D'ailleurs, pourquoi elle était là ? Ils l'avaient oublié ou quoi ? Et elle évidemment prise par la chasse, elle n'avait même pas tilté. Quelques secondes plus tard, je finis par accepter la vérité et par en rigoler moi aussi. Décidément, on n'était jamais à l'abri d'un retournement de situation. Demain était un nouveau jour remplit de surprises. On ne pouvait jamais savoir de quoi il était fais. C'était ce que j'aimais de ma vie, de mon aventure, de mon histoire. Finalement, le soldat en moi avait décidé de se reposer mais personne ne pouvait prévoir s'il allait se réveiller un jour. Peut être que demain quelqu'un nous appellera. Peut être que nous serons tous ensemble à nouveau là. Peut être qu'une nouvelle guerre se déclenchera. Jusqu'à ce jour, je profiterai de ma vie d'humaine dans les bras de celui que j'aime. C'était l'histoire d'une jeune fille qui était devenue un héro, en devenant un titan.


***


Mes impressions : Oh mon dieu, c'est la fin ! Quand je pense que je suis dessus depuis décembre, j'arrive même pas a imaginer que je suis parvenue jusqu'au bout. C'était ma première fiction, une fiction que j'avais commencé car j'avais envie de partager ce que j'avais dans la tête. En fin de compte, je me suis découvert une vraie passion pour l'écriture. Je vous remercie de m'avoir suivi jusqu'au bout, je vous remercie d'avoir posté des commentaires. Grâce à vous j'ai pu m'améliorer. Bon les petites silencieuses merci à vous tout de même, j'espère qu'au moins pour ce chapitre final vous allez enfin prendre la parole ! D'ailleurs, dans vos commentaires j'aimerai bien que vous me dîtes quel OC vous avez préférés (sans compter Hana) et votre moment/chapitre favoris. Moi si je devais y répondre hm.. j'ai beaucoup aimé le moment avec Hana et Livaï sous la pluie quand il mets sa veste sur sa tête et aussi leur petite conversation sur le mur. En OC j'hésite beaucoup entre Ben et Sam mais je dirais Samuel, j'aime beaucoup ce genre de personnage.


Mes futurs projets : Alors tout d'abord, je compte reprendre tous les chapitres et les réécrire sans faute pour des potentiels nouvelles lectrices mais aussi pour vous (on sait jamais si vous avez tellement aimé vous voulez la relire) ! Ensuite, attention ne me vous évanouissez pas.. je compte faire une suite. Une nouvelle fiction qui se passera à notre époque et au lycée. On aura toujours les mêmes personnages, les mêmes OC. Sauf que bien évidemment, Hana ne se souviendra pas de son ancienne vie. Mais par contre, y en a bien qui vont se souvenir d'elle huhu.. Je pense que cette idée a été déjà reprise beaucoup de fois mais je voulais le faire quand même. Il y aura peut être moins de suspens mais au moins on pourra se demander qu'est ce qui s'est passé entre l'époque des titans et celle d'aujourd'hui. Et surtout pourquoi certains se souviennent et d'autre non ? Merci encore de votre soutien, à la prochaine !

3 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?