La Guerre des Clans - Le destin du Cèdre et de l'Hermine par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Univers Parallèle / Aventure / Action

11 Chapitre 11

Catégorie: K+ , 2264 mots
0 commentaire(s)

Nuage de Cèdre était figé sur place, les yeux écarquillés devant un tel spectacle. Fleur de Givre, sa mère, reposait sur le flanc, son pelage blanc souillé de sang. Le novice sentit les larmes monter à ses yeux, alors qu’il accourait vers la pauvre chatte blessée. L’odeur de la mort se dégageait déjà du corps de la femelle, et le jeune mâle tigré dû prendre sur lui afin de ne pas détaler ventre à terre.

« Maman ?, geignit-il comme un chaton. Maman, tu m’entends… ? »

Il savait bien que non, mais il refusait d’y croire. Il secoua doucement du bout de la patte le corps froid de Fleur de Givre, puis observa à contre-cœur ses blessures. Elle portait de nombreuses griffures assez superficielles sur tout le corps, ainsi que quelques traces de crocs. Cependant, ce n’était pas ça qui l’avait tuée. Une large entaille traversait son ventre fragile, et au vu de la profondeur, des organes vitaux avaient probablement été touchés. La chatte baignait dans une mare de sang, ce qui avait sûrement en parti causé sa mort.

Les larmes roulaient sur les joues du pauvre apprenti, qui regardait le cadavre de sa mère en tremblant de tous ses membres. Il releva difficilement la tête, puis tenta de renifler les alentours, afin de repérer l’odeur du monstre ayant osé faire pareille chose. Malheureusement, la truffe du jeune chat s’était bouchée à cause de ses sanglots, et il ne pouvait plus rien sentir. Il recula alors, d’abord timidement, puis repartit en courant à toutes pattes.

Nuage de Cèdre ne sut pas combien de temps il maintint son allure infernale, mais il savait qu’il n’avait jamais couru aussi vite de toute sa vie. Il ne s’arrêta que lorsqu’il percuta de plein fouet un matou au moins deux fois plus grand et massif que lui. L’animal poussa un gémissement de douleur et de surprise, et lâcha un feulement frustré en voyant sa proie, un merle dodu, s’envoler au-dessus des arbres.

« Tu ne peux pas faire attention, oui ?! » , s’écria le grand mâle brun foncé.

Le novice s’aplatit au sol, incapable de s’expliquer. Voyant l’air terrifié et accablé de son cadet, le guerrier se pencha vers lui.

« Qui y a-t-il, Nuage de Cèdre ? » , demanda-t-il de sa voix la plus douce.

Alors que le jeune félin ne répondait pas, d’autres chats apparurent d’entre les buissons.

« Nous avons entendu un cri, dit une femelle écaille. Tout va bien, Feuille d’Erable ?

—Oui, maman, mais Nuage de Cèdre semble avoir un problème. »

La chatte s’approcha, suivie de Cœur de Châtaigne, le lieutenant du Clan. Ce dernier regarda son apprenti avec appréhension. Il se glissa auprès de lui, pressant sa fourrure contre la sienne dans un geste réconfortant. Il laissa un peu de temps au plus jeune pour reprendre ses esprits. Une fois ses pensées mieux ordonnées, il lâcha d’une voix tremblante :

« C-c’est Fleur de Givre… Elle… Elle est morte. Quelqu’un l’a tuée. »

Les trois adultes autour de lui semblèrent choqués, leur queue se raidissant et leurs poils se hérissant.

« Qu’as-tu dit ?, demanda doucement la chatte tricolore. Ta mère est… morte… ? »

Le novice acquiesça, tentant de contrôler les soubresauts qui secouaient son corps. Feuille d’Erable vint lécher doucement le crâne du jeune chat dans un vain espoir de le consoler. Cœur de Châtaigne se redressa, et lissa rapidement la fourrure de son dos à coup de langue. Finalement, il demanda :

« Où l’as-tu trouvée ?

—Sur une rive du lac, murmura le plus petit, les yeux vitreux.

—Fleur de Cannelle, ramène-le au camp. Moi et Feuille d’Erable allons voir Fleur de Givre. »

La chatte acquiesça, et les deux grands mâles s’éloignèrent sans un mot. Lorsqu’ils furent hors de vue, Fleur de Cannelle se pencha vers le novice en posant sa queue sur son épaule.

« Allez, viens. Nous rentrons, Patte de Charbon vas te donner de quoi faire passer le choc. »

Nuage de Cèdre admira le courage de la femelle. Celle-ci n’avait jamais été une vraie guerrière, elle ne s’était jamais - ou très rarement - battue, elle était cependant la meilleure chasseuse de tout le clan. Venant d’un nid de Bipède, elle n’était pas habituée à la violence et préférait se contenter d’aider les chasseurs et les reines avec leurs chatons. Pour elle, savoir que l’un de ses camarades s'était vu ôté la vie était un désastre, et elle était probablement complètement apeurée désormais. Cependant, elle n’en laissait rien paraitre.

Les deux félins marchèrent jusqu’au camp, où ils rejoignirent d’un pas lourd la tanière des guérisseurs. Patte de Charbon se dirigea anxieusement vers eux à leur approche, s’attendant à devoir soigner de nouvelles blessures. Elle fut surprise lorsqu’elle ne vit aucune plaie sur le corps des nouveaux venus, et ne sentit aucune odeur de maladie.

« Quel est le problème ?, demanda-t-elle en penchant la tête sur le côté.

—Fleur de Givre a été tuée » , annonça Fleur de Cannelle sans détour.

Nuage de Cèdre entendit un cri empreint de surprise et de douleur derrière la chatte noire. Nuage d’Hermine approchait du fond de la tanière, les yeux ronds et le poil ébouriffé. Il vint jusqu’au niveau de l’apprenti brun, le regardant intensément dans l’espoir qu’il démente l’affirmation de la femelle écaille. Nuage de Cèdre baissa la tête.

Il sentit alors son ami se blottir contre lui et pleurer. Il ne chercha pas à se retenir, et laissa couler ses larmes lui aussi. Il avait perdu sa mère, et c’était aussi le cas pour Nuage d’Hermine, qui avait bu le lait de Fleur de Givre tout le début de sa vie car sa propre mère n’en avait plus. Cela avait créé des liens aussi forts que ceux tissés entre n’importe quel chaton et ses parents.

Nuage de Cèdre n’entendit même pas la discussion des deux chattes à propos de la mort de Fleur de Givre, il n’entendait que les sanglots du petit apprenti doré contre lui. Il fit doucement glisser sa queue sur le dos de celui-ci, et enfouit sa truffe dans le pelage duveteux du jeune matou. Tous deux restèrent ainsi quelques temps, jusqu’à ce que Patte de Charbon leur donne des graines de pavot pour les aider à faire passer le choc. Ils furent ensuite installés l’un contre l’autre dans la litière de Nuage d’Hermine, et ils s’endormirent rapidement, dévastés et épuisés. Il ne leur restait maintenant plus qu’un père et une mère à eux deux, alors qu’ils étaient encore tellement jeunes...

Lorsque Nuage d’Hermine ouvrit les yeux, il eut l’impression d’être de retour dans la pouponnière. Sa truffe fourrée dans le doux pelage de Nuage de Cèdre, comme à l’époque, lui réchauffait le cœur. Il s’étira avec délices, cherchant machinalement l’odeur de sa mère de lait. Son poil se hérissa sur son échine lorsqu’il se souvint de la dure réalité. Il se redressa d’un bond, les yeux écarquillés, et coula son regard presque aveugle vers l’apprenti brun qui commençait à s’agiter à côté de lui.

« Oh Nuage de Cèdre, non… ! J’espérais que ce n’était qu’un terrible cauchemar. »

Le pauvre matou tigré geignit faiblement, et se releva pour se presser contre son ami. Partageant la même peine, les deux mâles se glissèrent hors de la tanière de Patte de Charbon d’un pas lourd. A l’odeur, Nuage d’Hermine sut qu’elle était dans la tanière du chef, sûrement à discuter avec lui du crime. Il se tourna vers l’autre novice et posa sa queue sur son épaule.

« Patte de Charbon est dans la tanière d’Etoile Obscure.

—On devrait peut-être y aller non ? Après tout, c’est moi qui ait découvert son corps. Et puis toi, tu es guérisseur.

—T-tu as découvert son cadavre… ? »

Nuage de Cèdre acquiesça, le regard empli de chagrin, et se dirigea rapidement vers la tanière de son chef, sûrement pour éviter la conversation. Le jeune soigneur accourut derrière son ami, et tous deux attendirent devant l’entrée, incertains de ce qu’ils devaient faire. Soudain, la voix rauque d’Etoile Obscure leur dicta de rentrer.

Les deux novices pénétrèrent timidement dans l’antre, et y trouvèrent leur chef, la guérisseuse, le lieutenant, ainsi que quelques vétérans tels que Tempête de Grêle, Rayure Grise, Vent Violent et Croc de Chêne. Nuage de Cèdre s’approcha de son père et enfouit sa truffe dans son épaisse fourrure. Le grand et puissant matou semblait accablé, même Nuage d’Hermine pouvait distinguer sa pose voutée.

Le petit chat doré s’approcha de son mentor, qui lui lécha le dessus du crâne. Il sentait partout dans la tanière l’odeur de la peur des guerriers, ainsi que leur chagrin. Il se recroquevilla devant tant d’émotions négatives, et leva la tête vers le meneur qui reprenait la parole.

« Nuage de Cèdre, lorsque tu as découvert le corps de ta mère, as-tu senti l’odeur de ses agresseurs ?

—N-non. Je n’ai pas réussi à sentir la moindre odeur, je pleurais trop… »

Avouer qu’il avait pleuré comme un chaton devant le cadavre de sa mère semblait avoir déclenché en lui une grande honte, Nuage d’Hermine sentait sans problème le malaise de son ami. Le jeune chat rayé se sentit même obligé d’ajouter, comme pour se justifier :

« Et puis l’odeur du sang et de la mort cachaient toutes les autres !

—Tu n’as pas à avoir honte, Nuage de Cèdre, dit doucement Cœur de Châtaigne. C’est ta mère, c’est normal que tu aies pleuré. »

Il vint donner un petit coup de museau à son apprenti pour le réconforter. Le jeune chat frotta sa tête à l’épaule de son mentor, refoulant ses larmes. C’est alors que Tempête de Grêle pris la parole :

« Lorsque Cœur de Châtaigne et Feuille d’Erable ont inspecté les alentours du corps, ils ont repéré des odeurs du Clan du Soleil. Ils ont ensuite ramené Fleur de Givre au camp, et nous avons découvert entre ses griffes des poils puant les guerriers du Soleil. »

La rage monta en l’apprenti guérisseur. Comment ces monstres pouvaient-ils se permettre de venir en plein territoire ennemi pour tuer une chatte isolée ? Il feula rageusement, imité par son ami. Sa queue fouettait l’air alors que Nuage de Cèdre grognait d’un air menaçant.

« Calmez-vous, dit doucement Rayure Grise, le père de la défunte. Ça ne sert à rien de s’énerver contre eux pour le moment. Nous devons décider calmement de la marche à suivre.

—Mais grand-père, ils ont tué maman !, s’écria le pauvre novice brun alors que sa voix se brisait. Comment peux-tu être aussi calme ?!

—Nous jeter tête baissée dans la bataille n’aidera à rien, rétorqua le vieux mâle en baissant la tête. Je rêve comme toi de leur arracher la fourrure, mais ce serait la pire chose à faire. »

Nuage de Cèdre s’assit lourdement, sa peine était palpable pour son ami. Vent Violent  enroula sa queue autour de son petit-fils, alors qu’elle regardait le chef du Clan sans mot dire. Celui-ci regardait piteusement le sol. Tout cela devait être très dur pour lui, qui avait autrefois été grand ami avec l’actuel chef du Clan du Soleil. Après ce qui semblait être une éternité, il releva la tête pour s’adresser aux félins présents :

« Nous allons attendre encore un peu. Nous devons nous expliquer avec le Clan du Soleil avant de lancer l’assaut, et il serait trop dangereux d’essayer de leur parler sur leur territoire. Nous allons attendre l’Assemblée, où nous serons protégés par la trêve et les autres clans.

—Mais, Etoile Obscure !, intervint Cœur de Châtaigne. Ils franchissent impunément nos frontières, nous volent probablement du gibier, empêchent nos guérisseurs de se rendre à la Source des Etoiles, et ont tué une de nos guerrières ! Comment pouvons-nous rester là sans rien faire ?!

—Du calme, coupa doucement Tempête de Grêle en s’approchant de son compagnon. Tu sais aussi bien que nous tous que c’est la meilleure solution. Il serait inutile de nous jeter dans la gueule du loup. »

Le matou roux soupira et hocha la tête. Le chef se retourna pour s’installer au fond de sa tanière en faisant un mouvement de queue, intimant aux autres de prendre congé.



0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?