L'espoir de la prophétie par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Drame / Romance

4 Une attirance plus que puissante

Catégorie: T , 922 mots
0 commentaire(s)

Aragorn prit le temps de lui présenter chacun de ses compagnons. Les jeunes Hobbits, comme il les avait appelés, étaient en admiration devant elle.

- Comment est-ce possible ? se permit alors le jeune Pippin, vous êtes si belle et remplie de lumière, et Aragorn est si …. Mystérieux, conclut-il, baissant les yeux sous le regard puissant de l’intéressé.

- Nous avons le même père, mais pas la même mère, expliqua alors Cliolyn, sans aucune honte.

- Quoiqu’il en soit, poursuivit Aragorn, tu n’es pas coupée en deux que je sache.

Quand il poursuivit les présentations auprès du Maître Nain, nommé Gimli, qui ne put que faire une révérence face à cette beauté si fragile et si forte à la fois, et du second Homme, Boromir du Gondor, Cliolyn sentit que ce dernier était troublé et en proie à une lutte personnelle. Mais elle ne parvint pas à identifier l'origine de son mal-être, il semblait lutter pour ne pas perdre espoir. Aragorn finit par lui présenter l’elfe qui avait pointé plus tôt son arc sur Haldir.

- Et voici, Legolas, annonca Aragorn. Un ami cher à mon cœur, qui m’a aidé dans tant d’épreuves et qui me suit depuis si longtemps.

- Si longtemps qu’il n’a pas trouvé une minute pour me dire qu’il avait une sœur, dit alors Legolas. C’est un honneur, princesse Cliolyn, poursuivit-il en lui déposant un baiser de respect sur la main droite qu’elle lui avait tendue.

A ce moment-là, Cliolyn fut prise d’une multitude de sensations en peu de temps ; son souffle lui semblait coupé, elle avait froid et chaud en même temps, des papillons lui parcouraient le ventre et sa main tremblait dans celle de Legolas. Ce dernier semblait être affecté d’un trouble semblable à celui de Cliolyn lorsque leurs regards se croisèrent. Elle est d’une telle beauté, pensait-il, elle est magnifique, elle ne semble pas en avoir besoin, mais je serais prêt à tout pour la protéger, lut Cliolyn dans sa tête, ce qui la fit sourire.

- Nous devons désormais discuter, mon ami, intervint Haldir.

Legolas lâcha la main de Cliolyn, qui embrassa son frère sur la joue, remit son capuchon et retourna à son poste de garde.

Le peu de chemin qu’elle parcourut seule la fit penser à plein de choses : avait-elle bien entendu les pensées de Legolas, où ce qu’elle voulait entendre de lui ? Elle n’avait jamais été amoureuse, les sensations qu’elle avait ressenties au contact de sa main représentaient-elles ce sentiment ? Pourquoi cela avait-il été si intense, si puissant ?

- Tout va bien, petite sœur ? demanda Hildris, la tirant de ses pensées.

- il y a quelque chose au loin, intervint Elros, ne laissant pas le temps à Cliolyn de répondre.

Leurs regards se tournèrent dans la direction que montrait Elros, et Cliolyn aperçut ce qui lui semblait être un tronc d’arbre, qui flottait et avançait.

- Cela est étrange, dit-elle. Il n’y a pas de courant dans le lac, et la probabilité qu’un tronc se soit détaché …

- ... est inexistante, finit par dire Hildris. Va prévenir Ada, Clio, je demande aux troupes de se préparer à une éventuelle attaque depuis le lac.

Cliolyn se retourna et, sursauta en se trouvant face à Legolas, qui l’avait discrètement suivie, dans le seul but d’apporter son aide à cette surveillance.

- Vous m’avez fait peur ! lui dit-elle.

Elle crut voir un sourire sur son visage, si parfait, si magnifique, encadré par de splendides mèches blondes.

- Toutes mes excuses, princesse Cliolyn, lui répondit-il en réalisant une révérence de respect par rapport au titre qu’elle représentait à ses yeux.

- C’est Cliolyn, s’il vous plaît, juste Clio, lui demanda t-elle.

Elle se permit alors de soutenir son magnifique regard en plongeant ses yeux dans ceux de son interlocuteur, des yeux d’un tel vert clair, et passerelle d'une âme si pure qu’elle put sonder son esprit sans difficulté. Elle allait lui parler, lorsqu’elle fut interrompue par une voix qui la fit sursauter. Je veux les voir, tout de suite, revenez à Caras Galadhon, lui envoya comme message la reine.

- Je dois voir Haldir tout de suite, dit alors Cliolyn en incitant Legolas à la suivre.

Arrivée à l’endroit où elle avait laissé son frère en pleine discussion avec Haldir, elle les interrompit sans hésiter.

 - Elle veut les voir, tout de suite, dit-elle.

Son père avait immédiatement compris le message et lui demanda d’organiser les troupes pour le retour.

Il se retourna vers Aragorn pour lui demander de regrouper ses compagnons pour la suite du voyage.

Legolas souhaitait tant poursuivre la route aux côtés de celle qui avait rallumé quelque chose qu’il croyait éteint depuis une éternité, comme Cliolyn avait pu le lire dans ses pensées. Cependant, il resta avec ses compagnons de voyage et attendit que Haldir les invite à les suivre. Il ne pouvait en être autrement, par respect pour l’homme qu'était son ami et pour qui, Legolas le savait d’avance, il serait très difficile de comprendre ses sentiments du fait de son rôle protecteur de grand frère.


0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?