L'espoir de la prophétie par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Drame / Romance

13 un adieu insurmontable

Catégorie: T , 651 mots
0 commentaire(s)

Aragorn cherchait désespérément sa sœur ; il l’avait vu chevaucher avec Legolas, cela l’avait rassuré et lui avait fait baisser sa vigilance. Se retournant vers le fort, il vit alors Cliolyn, à genou auprès d’un corps qu’il savait celui de l’homme qui l’avait élevée comme un père. Elle était secouée par les sanglots et ne lâchait pas les mains de son père. Legolas s’approcha de son ami, lui posant la main sur l’épaule et lui dit :

- Tu devrais aller la rejoindre, il faut l’aider à le laisser partir.

- Tu as raison, répondit Aragorn, sans quitter sa sœur des yeux. Il avait lui-même le cœur plein de chagrin. Je te laisse y aller, mon ami, tu sauras mieux trouver les mots que moi, continua t-il en tournant la tête vers Legolas avec un sourire.

Ce dernier fut touché par cette demande, car il savait qu’Aragorn acceptait ainsi leur relation.

Legolas s’approcha de Cliolyn et la prit dans ses bras :

- Il faut le laisser partir, lui dit-il en l’embrassant sur le front.

- Je ne peux pas, répondit Cliolyn dans un sanglot, se laissant aller contre la poitrine de son amour. J’ai tellement mal, je ne suis pas prête à le perdre, j’ai besoin de lui, poursuivit-elle.

- Je vais t’aider à traverser cette épreuve, la rassura Legolas, en lui caressant les cheveux. Nous allons le faire par étape.

Il se leva et alla chercher l’épée du prince de Lorien ; il la plaça sur son torse, prit les mains de Haldir pour qu’elles rejoignent le manche de l’arme.

- Maintenant, il est prêt à rentrer en héros chez vous, dit Legolas. Lève-toi, mon amour.

Cliolyn rassembla les dernières forces qu’il lui restait pour réaliser la requête de son amour, car elle savait qu’il faisait tout cela par amour pour elle, alors qu’il ressentait autant qu’elle la peine qui remplissait son cœur.

- Je vais ramener son corps en Lorien, dit alors Vinésis qui avait attendu un moment avant de s’approcher de sa sœur.

Legolas lâcha Cliolyn pour qu’elle puisse trouver du réconfort dans les bras de son frère et qu’ils puissent pleurer leur père ensemble.

- Je te promets de le ramener, petite sœur, et d’assurer de la manière la plus honorable possible son départ pour les Valars, dit Vinésis en embrassant Cliolyn sur le front. Il sera toujours avec nous, jusqu’à la fin, chuchota t-il en enlaçant sa soeur une dernière fois.

Vinésis adressa un regard appuyé à Legolas pour lui demander de veiller sur sa soeur de coeur, et les salua, une main sur le coeur, une fois monté sur le cheval qui transportait Haldir. Legolas, regardant avec beaucoup de tristesse l’homme s’éloigner, n’avait pas senti Cliolyn s’effondrer derrière lui. Il se retourna soudainement, eut la rapidité nécessaire pour retenir d’une main la tête de la jeune femme avant qu’elle ne touche le sol, et hurla :

- Aragorn ! Gandalf !

Les deux intéressés se précipitèrent aux côtés de l’elfe, Aragorn s’était agenouillé aux côtés de sa sœur et tenait sa main dans la sienne.

- Elle s’est évanouie d’épuisement, dit alors Gandalf. Je ne peux rien faire, pas contre sa peine et son chagrin.

- Nous rentrons à Edoras, annonça le roi qui s’était approché à cheval. Vous pourrez la coucher dans une chambre au palais, et elle recevra toute l’attention nécessaire jusqu'à ce qu'elle retrouve des forces, proposa t-il.


0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?