L'espoir de la prophétie par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Drame / Romance

22 une nouvelle destinée

Catégorie: T , 635 mots
0 commentaire(s)

Cliolyn ouvrit les yeux, et se retrouva de nouveau dans la même chambre, dans le même lit et avec Gandalf assis dans le fauteuil face à elle, debout à ses côtés se tenait son frère Aragorn.

- Combien de fois allez-vous me sauver la vie ? dit Cliolyn en se redressant et en adressant un sourire au magicien. Ou alors, sommes-nous tous morts ? poursuivit-elle.

Gandalf ne répondit pas tout de suite et partit dans un rire plutôt communicatif. Cliolyn se redressa et se leva d’un bond rapide, se sentant si libre et si forte à la fois.

- Tu as été jusqu’au bout, répondit enfin Gandalf. Tu as réalisé ta destinée, et maintenant ta vie est devant toi, poursuivit-il en se levant. Il prit la jeune femme dans ses bras. Je suis tellement heureux de te revoir, mon enfant, et tellement fier de toi, ta prophétie est accomplie, félicitations.

- Je ne comprends pas, dit alors Cliolyn. Il a pourtant réussi à riposter, ce qui m’a fait tombée.

- Ce n’était qu’une tentative désespérée, et tu avais le pouvoir qu’il fallait avec toi, expliqua le magicien en prenant les mains de la jeune femme.

Cliolyn regarda alors les deux bagues qui ornaient ses mains : l’émeraude donnée par l’homme de son cœur étincelait d’une brillance si éblouissante, tandis que l’anneau de rubis de Gandalf avait perdu tout son éclat. Elle remonta son regard vers celui du magicien.

- Le pouvoir des trois anneaux s’en est allé avec celui de l’Unique, répondit Gandalf à son interrogation. C’était l'une des dernières choses que je devais faire avant de partir. Mais je ne parlais pas forcément de ce pouvoir, poursuivit-il en appuyant son regard sur le ventre de la jeune femme, sur lequel Cliolyn avait croisé les bras.

Cliolyn suivit ce regard, ne comprenant pas tellement ce qu’il signifiait. Elle adressa un regard interrogateur à son frère, qui avait les yeux brillants.

- Oh, petite sœur, tu es bien longue à la détente pour quelqu’un d’aussi puissant, répondit-il, levant les yeux au ciel.

- Cela ne se peut, c’est l’amour qui m’a sauvée, l’amour de Legolas, et leur amour, répliqua Cliolyn. Ils étaient là, avec moi.

- L’amour était ta force certes, mais seule la vie pouvait te sortir des ténèbres dans lesquels il voulait t’emporter, expliqua Gandalf. La vie que tu portes en toi, poursuivit-il en prenant dans ses mains celles de la jeune femme. Félicitations, il va en être plus qu’heureux.

- Je vais être tonton ! se réjouit Aragorn, en prenant dans ses bras sa sœur bien-aimée. Je suis si heureux pour vous deux. Je t’aime, petite sœur, poursuivit-il en embrassant Cliolyn sur le front.

Gandalf et Aragorn quittèrent alors Cliolyn qui se dirigea vers le balcon. Elle ne pouvait y croire. Elle avait réussi, ils avaient tous réussi, ils étaient en vie, maintenant; une nouvelle destinée pleine de bonheur et de joie les attendait.

- M’est-il permis d’enlacer ma femme ou est-ce risqué au vue de sa dernière démonstration de pouvoir ? dit alors Legolas en s’approchant de Cliolyn. Elle se retourna et se jeta dans ses bras, il la prit par la taille et la souleva du sol pour la faire tourner. Ils pouvaient faire exploser leur bonheur, il n’y avait plus aucune séparation à redouter. Elle décida de profiter pleinement de leur amour avant de lui annoncer, leur avenir était devant eux, une éternité de bonheur les attendait.


0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?