L'espoir de la prophétie par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Drame / Romance

25 une présentation animée

Catégorie: T , 1136 mots
0 commentaire(s)

Cliolyn comprit alors son erreur, ils avaient failli attaquer le roi de la forêt noire, le père de Legolas, et donc son beau-père. Il y avait mieux comme moyen de faire sa rencontre, pensait Legolas alors qu’il avait fait la révérence à son père. Cliolyn ne pouvait qu’être d’accord avec lui et imita alors son amour.

- C'est un honneur pour moi de faire votre rencontre, Roi Thranduil, dit-elle.

Il avait les yeux rivés sur elle : elle savait qu’il pouvait lire en elle, et elle se refusa à le bloquer, elle devait mettre toutes les choses de son côté pour être acceptée.

- Oh, je vois, dit alors le roi. Tu as beaucoup de choses à me raconter, mon fils, poursuivit-il en se retournant vers Legolas. Rentrons chez nous.

Legolas et Cliolyn récupérèrent leurs chevaux et suivirent le roi jusqu’au cœur de la forêt noire. Elle ressentait la puissance de ces lieux plus elle approchait de Felegoth. Mais cette puissance n’était pas la même que celle de Caras Galdhon, le berceau de son enfance, car ici le mal était encore à l’œuvre. Elle savait que Legolas allait devoir intervenir pour aider son père et les siens à redonner de la paix et de la joie en ces lieux et elle se sentait prête à l’aider dans sa tâche. Sans en avoir conscience, le bouclier de Cliolyn commençait à se développer autour d’elle et de Legolas ; ce dernier lui fit savoir par la pensée, on ne craint rien, tu peux baisser ta garde. Mais Cliolyn n’avait rien commandé, enfin du moins elle ne s’en était pas rendue compte. Cela lui faisait un trouble supplémentaire, tout n’était pas au mieux pour débuter la rencontre de sa nouvelle famille.

- Je n’en crois pas mes yeux, tu es de retour mon frère ! hurla alors un jeune elfe qui avait sauté d’un balcon et qui se dirigeait avec un grand sourire vers Legolas qui avait ouvert les bras.

- Garadlin, je suis heureux de te revoir ! Laisse-moi te présenter quelqu’un qui est très cher à mon cœur, dit Legolas en se tournant vers Cliolyn.

 - Les retrouvailles devront attendre, nous devons discuter, l'interrompit Thranduil.

Cliolyn pouvait lire dans la tête de Legolas, c’est parti, sois forte alors qu’il lui indiquait les escaliers à prendre pour monter à la salle du trône. Cliolyn suivit le roi sans rien dire, elle avait senti la tension entre le père et son fils ainé, et les conflits qui les opposaient. Elle se permit de tourner la tête vers le jeune frère de Legolas, qui l’encouragea d’un sourire.

Thranduil s’installa sur un trône fait de bois en forme de cornes de cerf. Il avait une telle prestance et une telle sévérité dans son regard que Cliolyn en tremblait. Elle n’aurait pas du sous-estimer les mises en garde de Legolas, car maintenant qu’elle se trouvait face à son beau père, elle n’était vraiment pas à l’aise.

- Père, je te présente la princesse Cliolyn, du Gondor, dit alors Legolas. Cliolyn est ...

- Je sais qui elle est et d’où elle vient, coupa Thranduil en levant la main vers son fils. Te rends tu compte combien tu me déçois ? Tu m’as déjà défié par le passé, mais là, apporter cette … fille et me la présenter comme la femme que tu veux épouser… tu me déçois toujours autant, conclua le roi dans un soupir.

Legolas n’avait pas baissé les yeux, car il avait désormais toute la force nécessaire pour tenir tête à son père.

- Tu devrais présenter tes excuses à ma femme, s’emporta alors Legolas. Elle a été bien plus courageuse que toi dans cette guerre, sans elle je ne serai pas là, continua t-il d'une traite.

- Cette fille a survécu à la prophétie, cela ne change en rien ses origines, jamais elle ne sera princesse de Mirckwood, répondit Thranduil.

- Alors je ne serai pas prince non plus, et toi, tu ne connaitras jamais tes petits enfants, conclua Legolas en sortant de la salle dans une colère si forte que Cliolyn en sursauta, elle ne l’avait jamais vu ainsi.

Elle se retrouva alors seule avec le roi et ne savait que faire, ni quoi dire. Elle n’avait pas aimé le ton du roi et sentir son amour si tourmenté et en colère la fit s’emporter, malgré les yeux perçants de Thranduil qui ne lâchait pas Cliolyn. La lumière blanche du bouclier de Cliolyn commençait à se développer de nouveau.

 - Vous devriez être heureux de revoir votre fils en vie, commença t-elle. Il a été plus courageux que n’importe quel prince, il a été plus qu’impliqué dans cette guerre et n’a pas hésité à tout donner pour assurer notre victoire. Vous devriez être fier de lui et nous accompagner dans notre bonheur, poursuivit-elle d’une traite. Je sais que je n’ai pas les origines idéales à vos yeux, mais je suis fière de ce que je suis quoique vous puissiez penser. Je ne regrette aucun de mes choix et je défie quiconque ose tourmenter mon âme sœur, continua t-elle.

Plus elle poursuivait son discours, plus son bouclier se développait ; la lumière blanche l’entourait et empêchait désormais Thranduil d’entrer dans la tête de Cliolyn.

- Vous ne pourrez pas vous opposer à notre amour et à notre union, car elle a déjà eu lieu. Que vous le vouliez ou non. Maintenant à vous de choisir de m’accepter comme je suis et de faire partie de notre vie, pour profiter de votre descendance et admirer notre bonheur, ou de rester un roi froid et autoritaire, qui perdra son fils ainé pour toujours, acheva t-elle dans un souffle.

Cliolyn reprit sa respiration, fit la révérence à Thranduil par respect et quitta la salle. Elle marchait très vite, car elle ne voulait plus ressentir cette tension. Cela lui faisait mal au cœur, elle avait ressenti le malheur de Legolas, qui, bien que s’étant déjà imaginé la réaction de son père, ne pouvait qu’être déçu et malheureux de ce qu’il avait entendu. Cliolyn s’arrêta au milieu de l’escalier, elle manquait de souffle ; elle s’assit sur une marche et posa sa tête entre ses genoux et se mit à pleurer.


0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?