L'espoir de la prophétie par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Drame / Romance

31 l'ultime étape

Catégorie: T , 2369 mots
0 commentaire(s)

C’est dans la bonne humeur que toute la compagnie arriva aux portes de la cité blanche pour investir les lieux pour le couronnement du roi. Cliolyn avait ralenti le rythme pour rester avec Arwen en retrait :

-Le couronnement aura lieu demain, je te propose de rester à l’abri en attendant, histoire que la surprise soit totale, dit Cliolyn.

Elle invita alors Arwen à sortir du cortège et à tourner à gauche après le second niveau de la cité blanche. A son arrivée, deux gardes royaux les attendaient et prirent leurs chevaux par la bride.

- Nous sommes en dessous de ma chambre, dit Cliolyn en descendant de son cheval. Legolas nous rejoindra avec ton père tout à l’heure pour finir les préparatifs, mais il faut qu’Aragorn voie ton père pour ne pas éveiller les soupçons. Tu pourras dormir dans la chambre de droite, Aragorn ne s’y rend jamais, il ne contient que mes robes, continua Cliolyn tout en avançant dans le palais.

- Mais quand as-tu organisé tout cela ? Et comment ? interrogea Arwen en suivant son amie dans les couloirs.

- Je n’ai jamais réactivé mon bouclier avec Legolas, avoua Cliolyn. Nous pouvons donc discuter par la pensée comme nous le souhaitons, sans aucun effort. Nous avons décidé ceci au moment où nous t’avons retrouvée à Emyn Lum, nous savions que nous devions organiser des retrouvailles dignes de votre amour, conclua t-elle avec un grand sourire à l'attention de son amie.

Elle ouvrit la porte de la chambre en invitant Arwen à entrer. Legolas s’y trouvait déjà et vint embrasser Cliolyn.

- Tout s’est passé comme prévu ? lui demanda t-elle.

- Elrond a accaparé Aragorn avec ses devoirs de roi, ils sont actuellement dans son bureau, dit Legolas en enlassant Cliolyn et en plaçant sa tête de son cou. Il ne risque pas de venir ici, je lui ai dit que tu souhaitais te reposer après ce voyage, et que tu viendrais toi-même lui dire bonjour. Donc, tu ne risques rien, tu dois juste rester enfermée en attendant demain, continua t-il en souriant à Arwen.

- Et il y a pire comme prison ! dit Arwen d’une telle joie qu’elle prit ses deux amis dans ses bras. Je vous remercie tous les deux, je vais aller me reposer pour être la plus belle demain.

Cliolyn l’accompagna dans la seconde chambre, et lui promit de l’aider à se préparer demain.

Legolas l’attendait, appuyé sur le balcon. Cliolyn se plaça derrière lui et l’enlaça :

- Nous voilà enfin mari et femme, commença t-elle. Et mon frère va également épouser la lumière de sa vie et être couronné roi, tout est bien qui fini bien, poursuivit-elle avec un grand sourire.

Legolas se retourna et prit le visage de Cliolyn dans ses mains :

- Nous te devons tous cet immense bonheur, dit-il les yeux plongés dans ceux de sa femme. Je ne cesserai d’être fier que tu sois ma femme et la mère de mes enfants, je t’aime.

Il embrassa tendrement Cliolyn.

- Je te laisse te détendre dans un bon bain, dit-il. Je vais quand à moi retourner voir ton frère pour être sur que tout est ordre et le détendre un peu avant demain.


Le lendemain, Legolas avait déjà quitté la chambre quant Cliolyn se sentit secouée.

- Réveille-toi, marmotte, réveille-toi !! Criait au dessus d’elle Arwen. Tu ne peux pas me faire çà, dis moi ce que je mets, j'ai besoin de toi ! Réveille-toi, Clio !

Cliolyn émergea de son sommeil et s’étira longuement.

- Détends-toi, Arwen, tout va bien se passer, dit-elle en baillant.

- Quoi ? Me détendre ? Mais je n’ai pas choisi ma tenue, mes cheveux ne ressemblent à rien et je ne sais pas où j’ai mis mon diadème !!! s’impatientait la jeune elfe en tournant en rond dans la chambre.

Cliolyn décida de se lever et demanda à son amie de s’asseoir.

- Ferme les yeux et détends toi, je reviens avec tout ce qu’il faut pour faire de toi la plus belle, la rassura Cliolyn.

Elle déposa un baiser sur la joue d’Arwen et sortit de la chambre.

Cliolyn revint rapidement avec leurs tenues respectives. Elle avait choisi pour Arwen une magnifique robe vert clair, ornée de diamants et de chaines argentées. Son diadème était placé dans une boite dorée, son père avait du le mettre en sureté le temps que vienne ce moment.

Cliolyn réalisa une magnifique coiffure à Arwen, en gardant sa longueur de cheveux, et en remontant des mèches sur les côtés pour faire tenir son diadème. Celui-ci formait le symbole de l’étoile du soir vu de derrière. Elle ne put qu’être émue à la vue de son travail.

- Je pense qu’il va être encore plus ému que moi, dit Cliolyn en enlaçant sa sœur de cœur.

- Merci, je suis heureuse de t’avoir à mes côtés, dit Arwen. A ton tour maintenant.

Arwen aida Cliolyn à enfiler une robe argentée tenue par la ceinture vert émeraude offerte par Thranduil. Cliolyn accepta non sans mal de ne pas attacher ses cheveux, malgré leur longueur, et Arwen les orna du diadème de rubis.

- Je me ferai du souci à la place de vos maris, intervint Elrond dans l’entrebaillement de la porte. Vous êtes magnifiques toutes les deux.

- Tout est prêt, seigneur Elrond, j’ai ce qu’il faut pour l’arrivée d’Arwen dans la cour, surgit Legolas en tenant un très grand étendard avec le drapeau d’Imladris accroché.

Puis il s’interrompit en voyant les deux jeunes femmes :

- Vous êtes merveilleuses, dit-il.

Cliolyn se retourna vers son amie :

- Tu es prête ? lui demanda t-elle.

- Plus que jamais, répondit Arwen en embrassant Cliolyn.

Puis elle prit le drapeau, cela lui permettrait de cacher son visage le temps de retrouver Aragorn. Elrond la suivit. Legolas s’était approché de Cliolyn et ne cessait de la contempler mais Cliolyn l’arrêta d’un geste, ayant lu dans sa tête.

-Nous n’avons pas le temps, nous avons eu la chance d’avoir plus d’un moment à nous, dit-elle en embrassant Legolas. Accompagnons-les dans le leur, ils le méritent, poursuivit-elle en prenant la main de Legolas pour l’inviter à sortir et à rejoindre la cour royale.


Tous étaient réunis autour de l’arbre blanc du Gondor et le long du chemin pavé conduisant au cœur de Minas Tirith car tous les peuples de la terre du milieu avaient répondu présents pour le couronnement du roi. Même Gimli était de retour pour son ami, et tenait fièrement le coussin sur lequel était posée la couronne destinée à Aragorn, la couronne de leur père.

Gandalf était face à la foule, en haut des marches du palais, Aragorn agenouillé face à lui. Le magicien prit la couronne et la leva au dessus de la tête d’Aragorn :

- Et voici venir les jours du roi ! cria t-il.

Il posa la couronne sur la tête d’Aragorn :

-Qu’ils soient heureux ! Ajouta t-il.

Tous applaudirent, Cliolyn avait du mal à contenir son émotion, Legolas la serrait fort dans ses bras.

Aragorn se retourna face à ses sujets et, tel l’homme humble qu’il était, leva la main pour leur demander de s’arrêter.

- Cette journée n’appartient pas qu’à un seul homme, mais à tous, commença t-il. Reconstruisons ensemble ce monde afin de pouvoir partager des temps de paix. 

Puis il descendit les marches pour recevoir les honneurs de tous les seigneurs de la terre du milieu. Eowyn était de retour avec son frère.

Aragorn avait enfin vu Cliolyn qui lui fit la révérence. Aragorn s’approcha d’elle pour la serrer dans ses bras.

- Ne sois pas stupide, petite sœur, je suis toujours le même, dit-il en déposant un baiser sur le front de Cliolyn.

Legolas s’était approché et avait posé une main sur l’épaule d’Aragorn, qui posa une main sur celle de son ami en retour. Leurs regards se croisèrent, Legolas fit un geste de la tête pour inciter Aragorn à regarder sur sa gauche. Alors il vit l’étendard d’Imladris, et le seigneur Elrond chuchota quelque chose à la personne qui le tenait. Aragorn s’approcha doucement, n’arrivant pas à réaliser car il n’avait plus osé y croire. Pendant qu’Elrond prit des mains de sa fille l’étendard, Arwen s’approcha d’Aragorn et pencha la tête en signe de respect. Alors Aragorn leva le menton de la jeune femme pour l’embrasser fougueusement, et la prit par la taille pour la faire tourner dans ses bras, ses lèvres n’ayant pas quittées celles d’Arwen.

 Legolas et Cliolyn applaudirent et crièrent de joie, et tous les imitèrent. Arwen explosait de joie dans les bras d’Aragorn qui avait posé sa tête dans le cou de sa bien aimée, enfin retrouvée après tout ce temps. Elle prit dans ses mains le visage de son amour et lui chuchota à l’oreille tu peux la remercier.

Aragorn se retourna alors vers Cliolyn pour la prendre dans ses bras, qui ne lâcha pas son étreinte car Aragorn pleurait dans ses bras. Merci, petite sœur, tu m’as ramené mon cœur, je suis le plus heureux de tous, pensa t-il.

- Garde un peu d’émotion pour ce qui va suivre, lui dit-elle.

Alors Aragorn releva la tête et regarda sa sœur sans comprendre. En se retournant, il vit qu'Arwen n'était plus à ses côtés et que la foule s’était écartée au niveau de l’arbre blanc, au centre se tenaient desormais Gandalf et Elrond, les invitant à les rejoindre. Cliolyn prit la main de son frère et marcha avec lui jusqu’à eux. Quand Aragorn se retourna face aux marches, il vit en bas Legolas, le bras plié auquel se tenait Arwen, et il les regarda s’avançer ensemble vers l’arbre blanc. Cliolyn n’avait pas lâché la main de son frère, il tremblait tant, il avait tant de mal à retenir son émotion. Quand Arwen se plaça devant Aragorn, Cliolyn embrassa son frère sur la joue.

- Tu es digne de ce trône et de son amour, tu as la bénédiction de notre père, et je suis si heureuse d’être ici pour voir cela, je t’aime, chuchota Cliolyn.

Elle plaça dans la main de son frère l’anneau destiné à Arwen.

Elle se replaça derrière son frère pendant qu’Elrond commença le discours.

- Aragorn a toujours été un homme d’honneur et d’un courage sans faille. Mais un roi ne serait respecté ses paroles sans un cœur entier, ainsi, moi, Elrond de Fondcombe, je donne, en ce jour, la main de ma fille Arwen à votre roi. Que cet évènement témoigne du début de l’amitié entre nos peuples et de la paix sur nos terres et que la bénédiction des Elfes l’accompagne dans ce règne.

- Mes amis, mes frères, qu’il vous soit permis de ressentir le même bonheur qui me remplit le coeur en ce jour. Mon cœur bat de nouveau à la vue de la femme que j’aime, commença Aragorn.

Il prit l’anneau que Cliolyn avait déposé dans sa main pour le placer au doigt d’Arwen et poursuivit :

- Tu as été mon étoile tout au long de cette quête, j’avais ce que j’ai toujours voulu en étant dans ton cœur, continua t-il. Pour te remercier de ton amour et de ton espoir, je te remets cet anneau, Arwen, signe de notre amour, et je promets de faire de toi la femme la plus heureuse, de te protéger, de t’écouter, de te soutenir dans les moments difficiles et de t’aimer jusqu’à ce que la mort m’emporte, termina Aragorn d’une voix tremblante.

Arwen était tout aussi émue que lui, elle appuya son regard sur celui de Cliolyn qui l’encourageait.

- Je t’ai donné ma vie, Aragorn, commença Arwen et par cet anneau, je te donne mon cœur pour faire de toi l’homme le plus heureux. L’espoir nous guidera tout au long de ce chemin, je remets ma vie et mon coeur entre tes mains. Je promets de faire de toi l’homme le plus heureux, de te protéger, de t’écouter, de te soutenir dans les moments difficiles et de t’aimer jusqu’à ce que la mort m’emporte, conclua Arwen.

Gandalf prit les mains gauches des deux époux pour les placer l’une sur l’autre et les entoura d’un ruban de satin rouge.

- Que ce lien qui vous unit soit le reflet de votre amour, de votre pouvoir et de votre pureté. Qu’il reste à jamais comme le reflet de la paix entre les peuples de la terre du milieu. Longue vie au roi et à la reine du Gondor !!

Tous applaudirent et des pétales de roses tombèrent des remparts de la cité blanche. Aragorn n’avait pas attendu pour prendre le visage d’Arwen dans ses bras et l’embrasser de nouveau.

Cliolyn s’était quant à elle rapprocher de Legolas qui la serrait fort dans ses bras, ne cessant de déposer des baisers dans son cou. Le bonheur et la joie continua d’emplir la cité blanche pendant toute la soirée.


0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?