Les Altérés par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Action / Romance

3 Re-connaissance

Catégorie: T , 2573 mots
0 commentaire(s)

Le weekend passa sans réel problème. Edween se défoulait comme il pouvait en courant sur le terrain du lycée. Hlodowig se contentait de longues balades dans les bois. Les deux étaient toujours sous surveillance par les hommes de Gang Orca. Mais ils étaient suffisamment discrets pour que cela ne nuise pas à leur tranquillité. Le proviseur Nezu leur rendit visite. Il leur expliqua les évènements du SCA. Comme quoi une armée de super vilains avait pénétrer le simulateur pour s’en prendre à des élèves. La sécurité de U.A. avait été renforcée par la suite et Nezu avait décidé de faire contribuer les deux nouveaux.

- Assurer la sécurité de U.A. ? C’est totalement contradictoire ce que vous nous dites là, remarqua Edween.

- Je sais, cela peut paraître paradoxale mais laissez moi vous expliquer mon point de vue. Même si on dit que vous êtes responsables d’une ère de panique et de destruction, ce n’était pas de votre fait. Cependant, nous nous devons de rendre des comptes au gouvernement et nous nous devons d’avoir une main mise sur la situation et cela passe par votre incarcération dans nos locaux. Je vous propose quelque chose : Maintenant que vous êtes conscients, on ne peut pas prétendre à recruter du personnel uniquement pour assurer votre surveillance. Ce serait bien trop compliqué. Les hommes de Gang Orca se retireront dès qu’il en donnera l’ordre. Notre meilleur moyen pour vous surveiller serait que vous contribuez à la sécurité du lycée et de ses élèves. Bien évidemment, nous allons procéder à quelques test d’aptitude pour voir où vous en êtes et pour tirer le meilleur de vos aptitudes. Plus vous serez proche de nous, plus on pourra contrôler vos faits et gestes aux yeux de l’État. On vous aidera en même temps à en apprendre davantage sur vous et sur ce que vous êtes devenus.

- Donc si je comprends bien, reprends Hlodowig, vous nous aidez à apprendre à maîtriser nos « nouveaux » alters, vous nous aidez à comprendre leur mode de fonctionnement en échange de la sécurité de U.A. ?

Nezu acquiesça. Hodowig jeta un regard à son frère qui fit de même. Ils se dévisageaient et affichaient un air ahuri. C’était une proposition à laquelle ils ne s’attendaient pas. Et ce n’était pas vraiment commun. Comme l’avait fait remarqué, c’est une proposition en opposition à leurs conditions. Des « vilains » qui assurent la sécurité des élèves, cela sonnait comme une blague à leurs oreilles. Mais le proviseur n’en paraissait pas moins sérieux. Mais si les parents des élèves avaient vent de cette histoire ? Quelles seraient les conséquences ? C’était assez risqué. Mais Hlodowig sentait bien que le proviseur attendait une réponse dans la minute. Et cela était compréhensible, la situation était critique. De plus, ce n’était pas comme si les jumeaux avaient d’autres alternatives. Le proviseur se leva et se dirigea vers la sortie et leur demanda de le suivre. Pour une fois, Edween ne broncha pas et fit comme sa sœur. Tout deux suivirent leur aîné à l’extérieur. Ils se dirigèrent vers le lycée, ce que les jumeaux ne comprenaient pas vraiment.

- Tu sais pourquoi on le suit frangine ? Demanda Edween d’un air dubitatif.

- Faut juste faire bonne impression et montrer que l’on coopère malgré leurs accusations.

- ... Il y a un truc de changer chez toi.

- Quoi ?

Son jumeau ne répondit pas et se contenta de prendre de l’avance sur elle. Les trois montèrent les escaliers, longèrent un large couloir bordé sur leur droite de salles de classe. Nezu s’arrêta devant l’une d’elle et toqua fermement. Il l’ouvrit et les deux jeunes gens découvrirent une salle de classe remplie avec un professeur momifié sur l’estrade. Les jeunes lycéens se levèrent automatiquement par respect pour leur aîné.

- Allons allons, asseyez vous. Faites comme si nous étions pas là !

La souris entra dans la salle et encouragea ses cadet d’en faire de même. Edween et Hlodowig se figèrent.

- Pas sûr que ce soit une bonne idée ..., marmonna le jeune homme.

- Allons, vous n’allez pas vous terrez éternellement. Vous avez affrontez le regard de vos aînés, c’était déjà la plus grosse épreuve que vous ayez passé.

Edween se poussa et invita sa sœur à entrer la première.

- Tu te dégonfles ?

- Honneur aux dames.

- Seulement quand ça t’arrange. Aller, avance crétin.

Elle le poussa dans la classe et se joignit à lui. La réaction des élèves fut unanime : l’effroi se lisait sur leur visage. Ils les reconnaissaient.

- Eh mais ... mais c’est ..., commença un élève aux cheveux rouge vifs.

- Les démons blancs ! Hurla un petit aux cheveux verts.

Edween fit un pas en arrière, Hlodowig détourna les yeux et baissa la tête. Il ne fallait pas se faire d’illusions, ce genre de réaction était à prévoir et c’était même couru d’avance. Et apparemment, même si ces élèves avaient seulement sept ans à l’époque, ils se souvenaient très bien des dégâts causés.

- Allons les enfants, pas de panique. Ils sont inoffensifs, défendit Nezu.

- « Inoffensifs » ? C’est pas ce que l’on retient d’eux au premier abord ...

- Il suffit. Je suis venue ici pour vous présenter à ces jeunes gens et notamment à toi, Hlodowig.

Cette dernière redresse la tête et dévisageait la souris hybride avec incompréhension.

- Présente-toi donc, encourage-t-il.

Sans trop savoir ce qui la motivait, elle s’exécuta. Tout en s’inclinant, elle déclina son identité.

- Je suis Hlodowig Moon. Anciennement Magic Maiden. J’ai ... 23 ans.

Dire son âge actuel était bizarre. Elle passa de 16 ans à 23 ans. Quand elle se redressa, elle vit davantage de la curiosité dans les yeux des élèves.

- Hlodowig est greffée à cette classe jusqu’à nouvelle ordre. Elle se fera un plaisir de répondre à vos questions. Mais attention, ménagez là. Pardonne-moi Shota, je ne t’en ai pas avisé plus tôt vu que tu étais en convalescence.

- Je pense que personne n’a son mot à dire, le son venait de derrière les bandelettes.

Hlodowig fit volte-face et se mit à genoux pour être à hauteur du proviseur.

- C’est quoi ça ?!

- Quoi quoi ?

- Vous avez manigancé ça depuis le début ?!

- Je ne pensais pas que cela susciterai une réaction aussi expansive de ta part. Pour te répondre, j’ai pensé que c’était la meilleure solution. J’ai jugé bon de te mettre dans la classe de ton ancien mentor : Eraser Head. Même si maintenant je doute que tu aies des souvenirs de lui.

Hlodowig ne pipait mots. Bien sûr qu’elle se souvenait de Eraser Head. Elle releva la tête pour observer le professeur et vit deux fente au niveau de ses yeux. Deux prunelles noires la dévisageait mais Hlodowig ne parvenait pas à discerner les émotions qui s’en émanaient. Elle se releva finalement et décida d’accepter la situation. Elle se dirigea vers le fond de la pièce, et s’assit sur le rebord de la fenêtre la plus éloignée. Edween n’avait même pas eu le temps de réagir mais il comprenait qu’il devait en faire de même. Nezu salua de nouveau la classe, Edween s’inclina et jeta un dernier regard inquiet à sa sœur, puis ils disparurent aussitôt derrière la porte qui se referma.

Tous les regards étaient maintenant tournés vers la nouvelle venue. Nezu n’a pas dit les réelles motivations de sa présence ici. Elle se doutait bien que c’était en rapport avec leur nouvelle mission qu’était de s’assurer de la sureté des lieux. Mais en parallèle, c’était un bon moyen aussi de surveiller la blanchette et son frère car les professeurs seront régulièrement présents. Et puis, cela leur permettait de voir du monde et de sortir un peu de leur bulle. Hlodowig pensait que le proviseur songeait à leur faire oublier leur détention mais il va falloir faire ses preuves pour montrer que même si elle détient de redoutables pouvoirs, elle n’en restait pas moins qu’une jeune femme ne voulant faire de mal à personne.

Durant toute l’heure de cours, Hlodowig se faisait la plus discrète possible. Elle ne bougeait pas, oscillait entre regarder dehors et le professeur. C’était étrange car même si elle savait qui était Eraser Head, elle ne distinguait rien de ce dernier. En même temps, grièvement blessé et bandé de la tête au pied, difficile de discerner l’apparence du héros. Elle ne faisait pas vraiment attention à ce qu’il se disait, c’était le même discours qu’il y a sept ans. Il était question du championnat interclasse. Apparemment, Eraser Head mettait la barre haut pour ses élèves. 

C’est comme si rien n’avait changé pour Hlodowig. Sans prendre en compte le fait qu’elle soit connue pour ses horreurs, elle se revoyait assise derrière ces pupitres. À ses yeux, c’était hier qu’elle était dans une salle de classe. Or, cette époque se trouvait bien loin maintenant. La blanchette observait tout le long les élèves. Elle remarqua la tête de la classe, une grande jeune fille avec une imposante queue de cheval, un petit bonhomme aux cheveux violets qui la dévisageait bizarrement, un autre au cheveux blanc et rouge qui paraissait un peu blasé, une jeune fille toute rose et plein d’autres. Fallait-il qu’elle « sympathise » avec eux ? Quelle était la position à tenir ? Elle pensait qu’il valait mieux faire profil bas pendant un moment, prendre la température d’abord pour se jeter ensuite. La jeune femme resta inaccessible durant le reste de la journée. Elle se renfermait dès que les élèves tentaient de l’approcher pour poser des questions bien trop indiscrètes à son goût. Bien qu’il fallait qu’elle fasse ses preuves pour paraître inoffensive, c’était plus facile à dire qu’a faire. Dès que la sonnerie retentit, elle fila au plus vite sur les toits du bâtiment. Elle ne prit pas la peine d’attendre son frère, elle ne savait pas non plus où le trouver. Tout ce qu’elle voulait était prendre l’air. Elle grimpa rapidement jusqu’à arriver devant la porte donnant sur le toit. Elle la défonça presque et inspira profondément l’air frais. Elle s’avança un peu plus du bord pour admirer la vue qu’elle avait. Dans quoi s’était-elle embarquée ? Et par quoi devait-elle commencer ? Et sur qui pouvait-elle compter hormis son frère et le proviseur ? Elle frotta ses yeux avec deux doigts et soupira.

- Tu as sacrément changé.

Cette voix. Hlodowig se tourna vivement et fit face à son interlocuteur.

- Eraser Head ?

- C’est Mr. Aizawa ici. On m’avait dit comme quoi tu avais du mal à replacer certaines personnes mais ça va.

Hlodowig ne répondit pas. Elle ne savait pas trop où il voulait en venir. Il s’approcha un peu plus de la jeune femme. Cette dernière refit face à l’horizon.

- Et même avec des bandages.

- Un caractère comme le vôtre ne s’oublie pas ... vous n’en menez pas large cela dit, momifié comme vous êtes.

Aizawa la regarda d’un air mauvais mais étrangement, Hlodowig ne sourcilla pas.

- Je suis moins impressionnable que vos élèves.

- Ne fais pas la maligne. Tu es loin d’être en position de force, même face à moi.

- C’est vrai. Mais je ne compte pas me faire remarquer. Je pense que bien malgré moi, je suis déjà assez populaire.

Hlodowig s’assit au bord du toit, l’air pensif.

- L’estime que vous aviez pour moi, s’il y en avait une, doit être fortement basse.

- Je n’ai jamais eu grande estime pour qui que ce soit. En revanche, je te respectais pour ce que tu aspirais à devenir.

De la part du professeur, c’était un grand compliment. Hlodowig était de plus en plus étonnée, c’était le premier compliment qu’elle entendait depuis son réveil.

- Vous devez être sacrément déçu donc.

- Oui, mais pas déçu à cause de toi. J’étais là lors de votre enlèvement et je m’en souviens encore. Tu as fait des erreurs, c’est clair. Mais nous aurions dû être plus efficace. Tu t’es faite avoir à cause de tes fautes, mais aussi par les nôtres. Tu peux t’en vouloir sur beaucoup de point, mais pas sur ce que l’on te reproche suite à vos actes.

- C’est la première fois que vous êtes aussi loquace en dehors de vos heures de cours ou ... ?

Aizawa prit la mouche subitement et commença à faire demi-tour.

- Ce que je veux dire, c’est que je ne vais pas te blâmer pour ce que tu as fait. Ce n’était pas toi. Je le sais bien.

- C’est la première fois que j’entends ça. C’est encore plus surprenant quand ça vient de vous.

Le professeur grogna et se mit en marche.

- Mais merci. Ça fait du bien d’entendre ça de la bouche de quelqu’un autre que le proviseur ou de son propre frère.

- Mmh. Mais ne prends pas l’habitude. Je ne compte pas te ménager pour autant. Tu es dans ma classe à présent ... je veux savoir de quoi tu es capable. Pas de traitement de faveur ou quoi ...

- Allons, allons, coupa la jeune femme. Je resterai à ma place et je ferai ce que j’ai à faire. Et je sais bien quelles sont vos intentions : garder un œil sur moi. Et je parie que le proviseur vous a demander avec les autres professeurs de m’aider concernant l’évaluation de mes capacités et à la maîtrise de mes alters. Et je ne suis pas avec Caelan car elle aurait tendance à me surprotéger.

Aizawa ne disait rien, ce qui confirma les propos de l’Hlodowig.

- De plus, il ne faut pas oublier que je ne suis pas une de vos élèves. Mais une détenue effectuant elle aussi une mission d’ordre d’intérêt général.

- Certes, mais pour l’effectuer tu as besoin de nous. Et de moi en l’occurence. Donc respecte les règles, et ma classe.

Il quitta les toits. Hlodowig se tourna enfin vers la sortie et dit ces mots :

- Vous n’avez pas changer vous par contre. 

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?