L'éventail et le Cerisier par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Continuation / Aventure / Romance

1 L'éventail et le cerisier

Catégorie: T , 4824 mots
2 commentaire(s)

Cela fait quelques jours que Sasuke et Sakura sont mariés. Cependant, alors qu'elle était partie à la recherche de quelques fleurs médicinales avec Ino, Sakura disparaît. Que lui est-il arrivé? Et comment Sasuke va-t-il réagir en apprenant la disparition de sa femme?


Ici, comme je l'indique, les capacités de Sasuke vont être grandement bridées, donnant lieu à un combat pas forcément des plus réalistes. Mais créer du danger quand Sasuke est présent, ça ne va pas de soit! Par ailleurs, si vous avez des idées sur la question, je suis preneuse. :)

Ceci est ma toute première fanfic, que j'aie écrite un soir alors que je m'ennuyais ^^ Donc merci pour votre indulgence et vos critiques constructives.


Sakura:

-Je n'arrive toujours pas à croire que vous vous êtes enfin mariés!

Cela devait être la cinquième ou sixième fois que Ino disait cela aujourd'hui.

-Et pourtant!

En effet, cela faisait exactement dix jours que Sasuke et moi nous étions unis. La cérémonie avait été sobre, mais malgré tout splendide.

"Je ne désire rien de particulier, alors faisons les choses telles que tu le souhaites" m'avait dit Sasuke.

-Ne te méprends pas, je suis heureuse pour toi, mais tout de même! Personne au village n'aurait pu imaginer que Sasuke se marierait un jour!

Elle s'agitait dans tous les sens, comme si elle était toujours surprise par la nouvelle.

-Et si on se concentrait un peu sur les fleurs Ino?

-Roh toi alors... On dirait que le comportement de ton mari déteint sur toi: moins tu en dit et mieux c'est.

Elle leva les yeux au ciel.

-Aie!

-Qu’y a-t-il?

-Je me suis piquée avec une satanée...

La fin de sa phrase ne vint pas. Je me tournais vers elle. Elle se tenait droite face à moi, l'air soudain songeur.

Quelque chose clochait, je le sentais. Aussitôt, je me teints sur mes gardes.

-Ino?

Sans que je comprenne comment, elle me planta un kunai dans l'épaule.

Avant que je puisse dire quoi que ce soit, le noir se fit autour de moi.


Sasuke:


-Et alors là, je lui ais collé un Rasengan en pleine face, d'un coup d'un seul!

Naruto, comme à son habitude s'agitait comme un possédé sur sa chaise.

Il adorait me raconter certains de ses combats. Moi non. Mais je l'écoutais, pour être gentil.

-Sasuke tu m'écoutes?

-Évidemment.

-Tu ne manges même pas!

Il avait fallut qu'il m'invite à déjeuner chez Ichiraku Ramens...

-C'est à dire que les nouilles sautées ne sont pas vraiment ce que je préfère.

-Tu n'as aucun goût.

Il prit un air morne, sans doute vexé que je critique son plat favoris, puis il reprit ses gesticulations.

-Sauf en terme de femme! J'arrive toujours pas à croire que Sakura et toi vous êtes mariés!

Cette fois-ci, je soupirais. Encore cette rengaine.

-Tu aurais pu l'emmener en lune de miel quand même!

-Nous n'avons pas besoin de ça.

-Si tu le dis. Enfin bref, et si on faisait quelques missions de rang D aujourd'hui?

-Ce sont des missions qui prennent plusieurs jours Naruto. Même avec notre niveau.

-Tu parles, on y va, on mets tous ces idiots au tapis, et fin!

J'eus un sourire ironique.

-L'infiltration a toujours été ton fort...

Soudain, j'entendis quelqu'un courir dans notre dos. C'était Ino, avec un énorme bleu sur la joue.

-Sasuke! Sakura... Elle... Elle a disparu.

Je me tournais vers elle.

-Comment-ça? Demandais-je posément.

-On cueillait quelques fleurs pour l'hôpital, puis quelque chose m'a piqué le doigt, je me suis évanouie, enfin je crois, et quand je suis revenue à moi, elle n'était plus là.

Curieux.

-As-tu sentis que le chakra d'un inconnu était autour de vous avant de t'évanouir?

-Non, rien.

-Sasuke, partons à sa recherche! Vite.

-Du calme Naruto. Ino, montre moi où vous étiez.

-Je viens aussi!

-Ce n'est pas nécessaire, je suis sûre qu'il y a une explication rationnelle. Dans le pire des cas, je reviendrais te chercher.

Ainsi nous laissions un Naruto boudeur, tandis que je suivais Ino jusqu'à la forêt extérieure au village.

-C'était ici, me dit-elle.

-Bien merci. Tu peux rentrer. Va faire soigner ta joue et examiner ta piqûre. Si les résultats peuvent m'être d'un quelconque intérêt, fais le moi savoir.

-Bien.

Elle me lança un regard noir puis parti.

A première vu rien d'anormal. Pas de traces de combat, en revanche, des tâches de sang.

La théorie la plus logique était que Sakura se soit battue avec quelqu'un, qu'elle l'ait blessé puis poursuivit.

Je m'aventurais dans la forêt, tachant de pister d'autres marques. Au bout d'un certain temps, j'entendis quelqu'un courir. Je me stoppais.

En un éclair, quelqu'un tomba devant moi, descendant d'un arbre.

Sakura.

-Ino te cherchais. Elle pensais que...

Je stoppais mes paroles. Sakura semblait à bout de souffle, comme si elle fuyait quelques chose. Je notais qu'elle avait l'épaule en sang.

-Que se passe-t-il?

-J'ai peu de temps Sasuke. Il faut que tu restes sur tes gardes. Quand Ino s'est piquée, elle a changé de comportement et m'a entaillée avec un kunai. A ce moment là j'ai perdu connaissance. Mais j'ai entendu tout ce qu'il se passait autour de moi. Quelqu'un t'en veut! Et cette personne est puissante Je pense qu'elle se sert de moi comme un leurre. Elle parvient à prendre possession des corps, et les manipulant comme des marionnettes. J'ai réussi à échapper à sa garde mais je ne pense que que ça va d...

Ses yeux changèrent subitement. Il devinrent ternes.

-Sakura?

Elle me tournât subitement le dos pour partir dans le sens opposé. Vivement, je la saisis par le bras. Elle fit volte face et me regarda. En une fraction de seconde son poing vint s'écraser en plein milieu de mon visage, me projetant plusieurs mètres en arrière. J'avais beau la connaître, je ne pu m'empêcher d'être impressionné par sa force physique colossale.

Elle était déjà à plusieurs dizaines de mètres de moi.

Ça ne servait à rien de tenter de la retenir. En effet, la personne à l'origine de tout ceci devait avoir un lourd bagage en matière de manipulation. Mais face à mes yeux et moi, il allait vite trouver son maître en la matière.

Je me mis à prendre Sakura en filature. Tout en courant, je faisais le point: Je ne devais pas écarter les avertissements de ma femme.

Si elle avait estimé l'adversaire dangereux, ce n'était sans doute pas pour rien. Ino s'était piquée, et elle avait été touché par un kunai. Quelque chose clochait derrière tout ça. En toute vraisemblance, je n'avais pas intérêt à me laisser blesser par cet individu. Sinon je risquai sûrement de devenir un pantin moi aussi.

Ma course dura un long moment. Puis Sakura entra dans un vieux temple délabré. Je restais un long moment caché derrière un arbre, à épier les lieux. Mais rien.

Encore une fois, elle devait avoir raison. Tout ceci ressemblait à un traquenard. J'activais mon mangekyo sharingan. Mes sens ainsi boosté, je relevais la présence de deux individus. Sakura et lui seulement donc.

Je n'étais pas inquiet. Tant que je ne me laissais pas blesser, tout se passerai bien. C'est donc confiant que j'entrais dans le temple, sur mes gardes malgré tout.

La salle était immense. Sakura se tenait en pleins milieu. Je ne pouvais nier le fait que la voir ainsi me faisais froid dans le dos. Même les personnes réanimés via l'edo tensei paraissent plus vivantes qu'elle ne le semblait en cet instant, les yeux dans le vide.

Je posais ma main sur son épaule indemne.

-Sakura?

Comme je m'en doutais elle ne réagit pas. Cependant, je notais que chacun de ses muscles était tendus à leur maximum et qu'elle transpirait beaucoup. Je la connaissais suffisamment pour savoir qu'elle devait être entrain de lutter intérieurement pour se débarrasser de son hôte malveillant.

Elle m'avait dit qu'elle entendait ce qu'il se passe autour d'elle, aussi je pris le temps de lui manifester ma présence.

-Je vais arranger ça vite.

J'avançais vers ce qui devait être une vieille estrade tapie dans l'ombre.

-Que me veux-tu? Demandais-je simplement avec nonchalance.

Un pas, puis deux...

-Sasuke Uchiwa...

J'avais souvent entendu mon nom prononcé avec haine. Mais cet homme semblait nourrir une réelle animosité envers moi.

Il se montrât, vêtu de pied en cape, et avançant de quelques pas dans la lumière. Il portait un étrange masque: totalement gris, et sans nulle autre trous que ceux des yeux, qui semblaient obstrués par deux énormes saphir, bien qu'il ne sagissait pas de pierre.

Un stratagème pour éviter mon regard?

Je fis une tentative de genjutsu sur lui. Aucun résultat. Voilà qui devenait fâcheux. Cet individu semblait très renseigné à mon propos. Trop. J'augmentais mon niveau de vigilance d'un cran.

-Je paris que tu ne sais même pas qui je suis.

-Il faut dire qu'il est mal-aisé de savoir ne fusse qu'à quoi tu ressemble ainsi vêtu.

-Tsss. C'est ça. Prend l'audace de te moquer temps que tu le peux encore.

Je ne relevais pas sa menace.

-Mon nom est Toreki. Je connais ton vrai visage. Je sais que tu n'es pas celui que tu prétends! Celui que chaque habitant de Konoha pense que tu es: un gentil ninja qui cherche à se repentir en protégeant le village. Tu es quelqu'un de vil, de violent et qui plus est, qui est incapable de ressentir une émotion humaine!

Sa voix se fit de plus en plus enragée.

-Tu m'as tout arraché! Sans aucune raison! Tu es un assassin et tu as le droit de te promener partout, comme bon te semble, le tout en étant acclamé comme un héros! Tout Konoha vient même de célébrer ton mariage! Aussi, je vais réparer les choses moi même, et faire ce qui avait été commencé il y a plusieurs années de ça... Éradiquer le clan Uchiwa de la surface de la terre! Aujourd'hui vous allez mourir, ta femme et toi!

Il en avait également après Sakura? Je commençais à me sentir tendu.

-Mais que t’aie-je donc prit?

-Ma famille. Ma mère, mon père et mes deux frères. Du temps où tu fricotais avec Akatsuki, toi et tes trois autres comparses avez, un jour, et sans même faire attention à nous, totalement détruit notre maison en vous battant! Je suis le seul à en avoir réchappé.

Son histoire me saisit. Et certains de mes vieux souvenirs, d'un temps que je préfère oublier me revinrent avec amertume à l'esprit. J'avais fait des victimes. Le moins possible, mais tout de même.

Mais à ça, combien s'ajoutaient de victimes collatérales?

-Je te présente mes plus sincères excuses.

Je le vis se tendre d'un bloc.

-Tais toi! Hurla-t-il. Tais toi! Ais un peu de respect pour mes proches et ne leur fait pas l'offense de t'excuser! Je me fiche de tes excuses! Ma décision est prise, et tu peux vous considérer, ta femme et toi comme morts! Comme ça toute ta sale lignée disparaîtra, et celle que vous auriez pu engendrer aussi! Et il en sera fini des Uchiwa et de tous les malheurs qui leur sont liés!

Il était au comble de sa rage. J'avais de la peine pour cet homme, mais son discours allait trop loin. Je décidais de l'épingler avec mon katana, par mesure de précaution.

Sauf que ce n'est pas la peau de l'homme que je perforais, mais celle de Sakura.

La lame avait traversé son thorax. C'est pourtant l'épaule de l'homme que j'avais visé, mais il se tenait sur l'estrade, alors que Sakura, elle, était apparue sur les marches.

Je reteints mon souffle.

-Sakura...

L'homme émit un rictus abominable.

-Je manipule très bien le corps des gens. Je peux en faire ce que je veux. Faire bouger tout leur corps, ou même juste une partie... Je te montre.

En instant, les yeux de Sakura reprirent leur vivacité habituelle, sans pour autant que le reste de son corps ne bouge d'un millimètre.

-Regardes Sakura! Regardes ce qu'il te fait sans scrupules! Cet homme est mauvais, il ne t'aurai apporté que de mauvaises choses! C'est un service que je vous rend!

-Sasuke ne l'écoute pas.

Sa voix était incroyablement calme au vue des circonstances.

-Tout va bien, poursuivit-elle, alors qu'au même instant un filet de sang s’écoulât de sa bouche.

Je n'étais pas dupe, je savais ce qu'il cherchait à faire. Mais j'étais loin de m'attendre à ce qu'il soit en mesure de me faire blesser ma propre femme.

-Ceci dit, reprit-il, je reconnais que tu es fort.

Sakura se retrouva subitement à sa droite, comme si elle avait flotté jusqu’à lui. Au même moment je remarquais que Toreki saignait. Le bout de mon katana avait dû l'atteindre malgré tout.

Le sceau de Sakura s'activa soudainement.

-En fait, je reconnais que vous êtes fort tout les deux, corrigeat-il. Tu sais ce qu'a fait ta femme quand je l'ais ramené ici? Elle a arraché mon bras! Mais j'ai vite repris mon dû en l'obligeant à réparer ses dégâts.

Les lignes noire sur le visage de Sakura se mirent à briller, et aussitôt, la plaie se mit à se reconstituer.

C'était donc pour ça que Sakura avait autant transpiré. Ressouder complètement un bras entier avait lui demander un effort conséquent et une énorme quantité de chakra.

Je tentais de le distraire pour gagner un peu de temps de réflexion.

-Mais pourquoi t'en prendre à elle? Si tu me tue, en tant que seul homme de mon clan, mon nom s'éteindra forcément.

-Ne me prend pas pour un demeuré! Elle aussi porte ton nom, et j'ai juré de tuer tous les Uchiwa. Cependant, si cela peut t'apaiser, et non pas que ce soit mon désir, elle vivra un peu plus longtemps que toi. Et encore, si tu te montre coopératif.

-Comment ça?

Il eut un léger rire satisfait.

-Une fois que tu sera mort, on va chercher à me retrouver. Je vais donc me servir d'elle comme d'une otage, mais aussi comme infirmière personnelle, dans le cas où je serai blessé. Et une fois que je serais à l’abri, elle te rejoindra en enfer.

Une colère profonde surgit en moi en entendant ses propos. Hors de question que cet homme garde Sakura comme prisonnière.

-Tu sais ce qu'il y a de bien à contrôler un corps? Eh bien on peut quasiment faire tout ce qu'on veut. Même vider quelqu'un de son chakra par exemple.

Aussitôt qu'il eut fini sa phrase, Sakura fronça imperceptiblement les sourcils. Elle ne voulait pas m'alarmer, mais il était bel et bien entrain de mettre sa menace à exécution.

Tout ceci commençait à prendre des proportions que je n'aurais jamais pu imaginer. Quelles solutions s'offraient à moi?

Et comment faire pour libérer Sakura de son emprise sans la blesser?

-Assez parlé maintenant. Pose ton katana, et mets toi à genoux devant moi.

Comme il y allait.

Cependant, je me retrouvais à court d'idées. Je ne pouvais pas utiliser mon genjutsu, et si je me servais de n'importe quel autre type d'attaque Toreki se servirait de Sakura comme bouclier.

En temps normal j'aurais pu envisager de blesser gravement Sakura pour le tuer malgré le fait qu'il se serve d'elle comme rempart. Mais elle ne serait pas en mesure de se soigner au vu des circonstances. Je ne pouvais donc pas prendre ce risque.

Que faire?

-Obéis! Sinon...

Sakura dégaina un de ses kunais, et le planta profondément dans son épaule indemne.

La situation devenait clairement tendue. Si seulement Sakura pouvait à nouveau reprendre pleinement possession d'elle même, ne fut-ce qu'une minute...

Cependant un seul coup d’œil me suffit pour comprendre que c'est ce qu'elle s’évertuait à faire, malgré le fait que ses forces soient considérablement entamées.

-Ton katana! Tout de suite! Ou je lui fais se trancher la gorge!

Je fini par capituler. Il ne me semblait pas du genre à bluffer. Je jetais mon armes des plusieurs mètre sur la gauche.

-A genoux.

-Tu n'as pas à faire ça Sasuke! Attaque le! Konoha a bien plus besoin de toi que de moi.

Sa voix était emplie d'une grande conviction.

Et moi Sakura? Pensais-je.

Je mis un genoux à terre, bien que cela violente profondément mon orgueil.

Toreki parti d'un rire sadique.

-Je viens d'avoir une idée extraordinaire!

Sakura marcha jusqu'à mon katana et s'en empara. L'horreur apparue aussitôt sur son visage.

Probablement sur le mien aussi.

-Et si vous vous battiez un peu avant que je te tue Sasuke?

Je me redressais et reculais d'un pas, pendant qu'il faisait avancer Sakura jusqu'à moi.

-Fuis Sasuke! Va chercher des renforts! M’exhorta-t-elle.

-Fais ça et je la tue avant que tu ais passé le seuil.

Je n'avais jamais été confronté à ce genre de situation. Avant, je me fichais de tout, il était donc impossible de faire pression sur moi.

Mon propre katana s’abattît sur moi. Je l'attrapais de ma main pendant que Sakura faisait tout ce qui lui était possible pour revenir à elle.

Je cherchais son regard, il accrochât le mien. Elle me répondit silencieusement.

D'un coup de pied je l'envoyais à l'autre bout de la pièce, et j'en profitais pour bondir sur mon ennemi, le tout en préparant un chidori. Mais au moment où j'allais frapper, Sakura se retrouva à nouveau juste devant lui. Je parvins à contenir mon geste, mais pas totalement, si bien qu'elle reçu une partie de l'attaque à l'endroit même où mon katana l'avait touché. La blessure saignait beaucoup.

Je commençais à me faire du soucis pour elle.

Mais malgré tout ça elle ne ployât pas. J'étais fier de la femme forte qu'elle était devenue: la plus puissante kunoichi du village. Et ma femme pour couronner le tout.

Excédé, je l'attrapai par la taille pour l'empêcher de bouger, tandis que j’assenais un puissant coup de pied dans les côtes de l'homme.

Sakura planta le katana juste au dessus de mes hanches. Mais je ne voulais pas la lâcher.

-Sasuke!

Sa main droite se posa imperceptiblement sous l'arme. Elle était entrain de me soigner, me priant silencieusement du regard de faire distraction. Parfait. Elle réussissait à reprendre le dessus.

Cependant, je sentais qu'elle était désormais extrêmement faible.

D'un coup, le katana quittât mes entrailles, le sceau de Sakura brilla de nouveau, avec un éclat que je ne lui avait encore jamais vu, et aussitôt je sentis que ma plaie était d'une ampleur bien moins importante.

-C'est tout ce que je peux faire pour toi Sasuke-kun, me chuchota Sakura. Mais je t'en prie, pars, vas chercher des renforts. Peut être qu'il bluff. Tu ne peux pas perdre la vie juste à cause de moi. Sans toi, Naruto ne pourra pas protéger convenablement le village si à l'avenir nous rencontrons des ennemis majeurs.

Ses paroles étaient insensées. D'abord parce que rien de tout ça n'était de sa faute.

Il est vrai que par le passé elle s'était à de nombreuses reprises comportée comme un réel boulet pour l'équipe 7. Mais elle a fait tant de chemin... Toute cette situation était plutôt de ma faute. Je m'étais surestimé.

Ensuite, il m'était impossible de la laisser seule avec cet individu sans savoir ce qu'il pourrait lui faire.

Il y a, certes, une forme de servitude volontaire dans l'amour que je lui porte, ce qui a aussi contribué à ma peur de m'engager auprès d'elle. Cependant, cette servitude est le prix de quelque chose qui dépasse toute logique, et dont je ne peux et ne veux désormais plus me passer. Ma vie avait été jusque là un chaos; Sakura en était la seule chose positive qui en ressortait.

-Hors de question. Fais moi le bilan de ton état de santé.

-Je n’aie plus de chakra. Et j'ai perdu trop de sang. Il me faudrait une perfusion. Mais, ne t'en fais pas, je peux encore tenir.

-Je te promets de te sortir de tout ça Sakura.

Elle s'apprêtait à me répondre, quand ses yeux reprirent leur teinte si terne.

-Je ne suis pas stupide, je vois bien ce que vous faite. Aussi ne prenons pas de risque, je préfère reprendre la conscience de ta femme. C'est regrettable qu'une telle personne ait à mourir. Il est honteux que tu ais eu l’égoïsme de t’éprendre d’elle. D’autant plus qu’elle est très forte aussi bien sur le plan physique que mental. Rares sont ceux qui parviennent à reprendre du contrôle sur eux-même sous mon emprise. Et puis, il faut reconnaître en plus du reste qu'elle est très belle...

Il commençait à user de ma patience.

-Revenons en à nos moutons.

Sakura saisit mon katana à deux mains, puis le brandit. Je parvins à l'attraper avant qu'elle ne heurte mon thorax mais ma main commençais à saigner sévèrement.

Je n'avais pas le choix.

Il fallait que je frappe Sakura très fort, afin de l'envoyer aussi loin que possible pour pouvoir ôter le masque de Toreki.

Mais même en frappant bien, un tel coup allait nécessairement au moins lui briser des côtes. Je savais qu'elle y survivrai mais dans quel état serait-elle à l'issu de ce combat?

Prenant une grande inspiration, je lui assenais le coup de pied le plus puissant que je pouvais. Elle fût projetée bien plus loin, traversant même la palissade de bois servant de mur au temple.

Sans plus attendre, je bondis sur Toreki, et lui arrachais violemment son masque avant de l'écraser du pied. Je l'empoignais par le col lorsque un cri étouffé attira mon regard.

Sakura était tombée à terre. Elle serrait contre elle son bras dont l'angle n'était pas naturel et d'où un bout d'os ressortait.

Ce n'était pas moi le responsable. Mais quand je reportais mon attention sur Toreki, je vis que son Kunai s'était planté dans mon bras.

Merde.

Aussitôt, ton mon corps se raidit. Le visage pâle et les cheveux noir de Toreki contrastaient violemment. Son rire sadique semblait dépourvut de toute humanité.

-Je t’aie eu Sasuke. Il est l'heure pour toi de mourir!

J'avais beau déployer toute l'énergie que je voulais, rien n'y faisais. Seul mes yeux étaient mobiles, mais même l'utilisation du genjutsu m'était impossible.

-J'ai tellement attendu ce jour! Tu n'imagines même pas combien je vais aimer voir la vie quitter ton maudit regard de démon!

Il dégaina son katana et, de son autre main, il empoigna ma chemise. Il me fit tomber à genoux, déchira mon vêtement et en appuya la pointe de l’arme contre mon torse.

-Je vais prendre mon temps pour faire ça.

Il me regardait avec une intensité malsaine.

Était-ce le regard que j'avais quand je ne pensais qu'à la vengeance?


Je savais que m'épouser serait source de problème pour Sakura, mais allait-elle réellement me voir mourir, pour ensuite devoir suivre cet homme partout?

La lame s'enfonça un peu.

-J'espère que même dans la mort tu n'oubliera jamais mon visage.

Il se pencha vers moi, puis son poing s'abattit sur ma joue.

La lame s'enfonça d'avantage.

-Fais tes adieux à ce monde Sasuke Uchiwa.

Il raffermit sa prise, s'apprêtant à enfoncer la lame droit dans mon cœur.

Sakura... Pardonne-moi.

En voyant que je ne reviendrais pas, Naruto s’inquiétera. Peut être pourra-t-il la sauver...

Je ne baissais pas les yeux, au contraire, je fixais Toreki froidement, m'apprêtant à recevoir un châtiment que peut être, au fond, j'avais bien mérité.

Soudain, une lame traversa le cou de Toreki et ça tête roula au sol, le tout, couvert par un cri de rage.

Le corps de l'homme s’affaissât, découvrant Sakura, à bout de souffle, mon Katana toujours suspendu en l'air, et les yeux luisant d'une profonde rage. Un de ses genoux ploya, mettant son visage à hauteur du mien.

-Sakura!

Je repris le contrôle de mon corps.

Elle lâcha mon katana, ses bras retombèrent le long de son corps. Sur son visage, la rage fit vite place à l'épuisement.

-Excuse moi... De ne pas... Avoir fait plus vite...

Elle s'effondra contre moi. Je l'attrapais sans encombre et l'allongeait sur mes genoux.

-Ne sois pas stupide.

Elle me fixa longuement, eut un faible sourire puis ses yeux se clôrent.

-Non Sakura, tu ne dois pas fermer les yeux. Regarde moi.

Cependant, elle ne les rouvrit pas.

-Sakura ?

Je plaquais mon oreille contre sa poitrine. Son cœur battait faiblement. En l’entendant ainsi, mon sang ne fit qu’un tour. Pourtant ça n’avait rien d’étonnant.

-Ne t’avises pas de me laisser.

Je saisis la main de son bras indemne et lui cédais un maximum de mon chakra.

Après quelques instant qui me parurent interminables, ses paupières s’agitèrent, jusqu’à ce que, finalement, je puisse revoir ses superbes yeux d’émeraude.

Sans plus attendre je la serrais contre moi en soupirant de soulagement.

-Évites de me faire ce genre de frayeur s’il te plaît Sakura.

Elle semblait encore faible, mais elle reprenais le dessus.

-Pardonne moi.

Elle me rendit mon étreinte.

-Tu peux te soigner?

-Je vais faire de mon mieux. Mais avec un seul bras, cela va me prendre d'avantage de temps.

Je la laissais faire.

Elle posa sa main au dessus de sa plaie au thorax et commença doucement ses soins. Une fois qu’elle eût terminé, elle demandât :

-Sasuke?

-Hm?

-Il faut réaligner mon bras.

Je savais où elle voulais en venir. Je déchirai un pan de mon pantalon, puis, doucement, je pris son fin poignet dans ma main, avant de tirer d'un coup sec.

Elle ne se plaignit même pas. Aussitôt, j'attachais le pan de pantalon autour de la blessure pour éviter que le sang ne coule trop.

-Merci.

Elle semblait avoir complètement soigné la plaie causée par mon katana. Doucement elle se redressa. Elle avait l'air exténuée.

Je me relevais, et lui proposais mon bras pour prendre appuis. Tant bien que mal elle se leva à son tour. Je l'accompagnais jusqu'à un mur contre le quel nous finîmes par nous adosser, assis par terre.

Sakura posa sa tête sur mon épaule, et glissa sa main dans la mienne.

Je rompais le silence.

-Tu as été incroyable.

-Je ne suis pas d'accord avec toi. Si je ne m'étais pas faite attrapée, rien de tout ça n'aurait eu lieu.

-Sakura, cet homme était trop rôdé. Et il n'y avait pas de raison pour que tu te méfie d'Ino.

-Tout de même. Je t’aie fait du tort.

Auparavant, lors des débuts de l'équipe 7, Sakura n'en avait rien à faire du niveau qu'elle pouvait avoir. Mais désormais, je la trouvais bien souvent trop dur envers elle-même.

-C'est de m'avoir épousé qui t'as fait du tort.

-Ne soit pas ridicule.

-Mon passé et l'histoire de mon clan risque de nous attirer encore des ennuis à l'avenir...

-Je le sais Sasuke. Mais qu'importe. Je savais à quoi je m'engageais.

Malgré moi, je souris. J'aimais la façon dont son amour ne flanchait jamais pour moi.

Je finis par poser ma tête contre la sienne.

-Merci Sakura. Merci pour tout.

-Je t'aime Sasuke.

Chaque fois qu'elle prononçait ces mots mon cœur ratait un battement.

-Sakura... Il va bientôt falloir que je reprenne mes missions. Quand ce sera le cas… Viens avec moi. Je n’ai pas envie de me retrouver séparé de toi. Et, de toute évidence, tu as désormais largement le niveau pour que ce soit faisable.

-Ce sera avec plaisir.

Elle m’embrassa tendrement. Moi, de mon côté, je savourais ce baiser, remerciant le ciel, une fois de plus, de ne plus jamais avoir à souffrir de la solitude. Sakura représentait tellement de chose pour moi...

Et puis la perspective de nous voir œuvrer côte à côte elle et moi, dans le but de protéger notre village remplissait mon cœur de joie et de fierté.




2 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?