Vous qui entrez ici... perdez tout espoir par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Crossover / Romance / Drame

1 Evênements perturbateurs

Catégorie: M , 21862 mots
0 commentaire(s)

On raconte qu'aux portes des enfers, est écrit "Vous qui entrez ici, perdez tout espoir".

Désormais, on pourrait l'écrire aux portes de notre monde...


En l'an 2312 de notre ère, la ultra haute technologie améliorant considérablement les transports, la communication et d'autres domaines tel que la médecine, n'est pas présente partout. Seuls quelques pays dit développés, comme le Japon, les Etats Unis et certains pays d'Europe, en bénéficient, tandis que les autres ne se sont pas beaucoup modernisés malgré les années qui se sont écoulés. 

Parallèlement à cela, l'occultisme et l'esotérisme, cette science et ce savoir qui permettent la connaissance, l'existence et la pratique de pouvoirs surnaturelles et suprasensibles, sont devenus incontestable, puisqu'une poignée d'êtres humains sont capables d'abattre un arbre d'un seul coup de poing, de fendre le sol d'un coup de pied, de faire tomber quelqu'un d'un seul regard, ou de s'élancer à plus de dix mètres au-dessus du sol. 

Certains de ces hommes, qu'on appelle chevaliers, portent des armures magnifiques décuplant leur pouvoir et issues chacune d'une constellation et plus rarement d'une étoile, tandis que d'autres n'en portent pas mais sont capable de créer des Kekkai, des barrières protectrices magiques temporaires qui instaurent une dimension parallèle où la réalité ne peut être altérée. On surnomme ces hommes et ces femmes, des dragons du ciel.

On raconte que les pouvoirs extra-ordinaire, de ces êtres humains inconnus de la majorité, auraient été transmis par des Dieux Grecs dont beaucoup se sont réincarnés et vivent sur terre, dans le plus grand secret, chacun dans un but précis... 


---- nuit du vendredi 4 au samedi 5 mai 2312 - Grece

 Au milieu de la nuit, en Grêce, dans le temple de Gaia, le sol se fissure et une vive lumière dorée en surgit brusquement. Elle vient frapper le mur laissant apparaitre une inscription gravée dessus :


Ανθρώπινα οντα, 

Να σώσει τη Γη μου, πρέπει να πεθάνετε. 

Γαια


Peu de temps après, un violent éclair vient frapper la statue contenant les âmes défuntes des chevaliers des douze signes du zodiaque à l'armure dorée. 

L'immense monument en pierre se fissure et se brise, libérant leurs âmes qui y avaient été enfermées après leur mort. 

Dans la grande salle funéraire, les couvercles en marbre de leurs cercueils se mettent à bouger et les douze chevaliers se redressent un à un, en vie, comme si le temps et la mort n'avaient eu aucun impact sur eux.


---- nuit du 4 au 5 mai 2312 - USA

Aux USA, la nuit vient de tomber.

A l'intérieur d'un bureau d'affaires situé dans un grand immeuble en plein centre ville, Erik Versen, un beau jeune homme de 24 ans d'origine danoise, vêtu d'un costume trois pièces noir et d'une chemise blanche, se tient debout devant une des immenses baies vitrées. Il regarde fixement le ciel étoilé. Ses yeux sont remplis de lueurs étincelantes. Son regard est froid presque glacial.

------

A quelques kilomètres de là, dans un petit hotel, Anna qui est seule dans une chambre, se dirige vers la fenêtre de la baie vitrée qui est ouverte. Elle sort sur le balcon, attirée par la lumière étincelante des étoiles qu'elle regarde fixement. Elle se met soudain à sourire et a de vives lueurs dans le regard.

"ça va être amusant..." pense t-elle tout haut. 

---- nuit du 4 au 5 mai 2312 - Japon  

Au même moment, au Japon, le jour va bientôt se lever. Au mont Koya, dehors sous le porche du temple Kounozan, le vieux prêtre Hoshimi qui avait élevé Sorata, l'un des sept Dragons du ciel, fixe la voute céleste. Il écarquille les yeux de stupeur, ayant remarqué que certaines étoiles brillaient beaucoup plus que d'habitude, tandis que d'autres semblaient s'éteindre, signe d'un mauvais présage.

" Mon dieu..." s'écrit-il. 

--------

Toujours au japon, dans une base militaire, le commandant Michael Reis, un bel homme de 28 ans, marche dehors le long d'un bâtiment. Il s’arrête soudain et lève la tête pour regarder les étoiles avec une vive lueur dans les yeux.  

-----

Dans la cour de sa résidence, Helen; une jeune femme de 23 ans, brune aux cheveux courts et vêtue d'un pantalon et d'un blouson en cuir noir, est en train de réparer sa moto à la lumière d'un lampadaire, avec une clef à molette. Elle s'arrête soudain et tourne la tête en direction du ciel, puis se relève pour le regarder fixement. Tout à coup, elle ressent une étrange sensation. La clef à molette tombe sur le sol et Helen écarquille ses yeux de douleur en mettant ses bras sur son ventre qui est devenu douloureux. Une légère lueur envahit son regard. Elle se laisse tomber sur les genoux en soutenant son estomac et en grimaçant de douleur, puis se recroqueville sur elle-même. 

------

Au même moment au Japon, à Kyoto Arashiyama, dans une grande propriété, Grand Mère Sumeragi; l'Onmyoji (Note de l'auteur : qui pratique l'Onmyōdō, une cosmologie ésotérique traditionnelle japonaise), regarde les étoiles, l'air inquiète et triste, puis baisse la tête. Soudain son regard se pose sur un papillon blanc à tache noire, prisonnier d'une toile, qu'une araignée s'apprête à tuer.

Mais un papillon tout blanc s'approche de l'araignée. Cette dernière est perturbée et détourne son attention du papillon prisonnier qui parvint alors à s’échapper.

Les deux papillons s'envolent ensemble vers le ciel. Leur direction correspondant à un point précis par rapport aux constellations, la vieille femme écarquille légèrement les yeux y voyant là un présage. 


---- matin du samedi 5 mai 2312 - Japon  


C'est le matin au Japon, Rui est un adolescent de 18 ans, aux cheveux bruns et aux yeux bleus.

Dans sa chambre, juste à coté de son lit, sur une table, l'écran d'un ordinateur est allumé et affiche un mail ouvert qui date de plusieurs jours, où il est écrit : 

"Rui, je n'ai pas réussi à te joindre par téléphone malgré plusieurs tentatives. J'espère que tu vas bien. Comme je te l'avais dit la dernière fois par téléphone, je dois partir m'installer aux USA pour le travail pendant plusieurs mois, et probablement une année entière. On m'a fait une proposition que je ne peux refuser. Et étant donné la situation, j'ai bien réfléchis et je pense qu'il est préférable que Yuki viennent s'installer avec toi. Cela n'avait pas l'air de te réjouir quand je t'en ai parlé. Mais je n'ai vraiment pas le choix. J'ai fait les démarches nécessaire pour qu'elle puisse intégrer ton école. Je compte sur toi pour veiller sur elle et t'occuper d'elle à ma place. Son train arrivera samedi 5 mai à 11h15.

Appelle-moi.

Ta mère qui t'aime".

Rui est sous la douche, la tête baissée et les mains appuyées contre le mur. Il les crispe de rage, en prenant une moue colérique, comme s'il souffrait intérieurement. 


---


A plusieurs kilomètres de là, dans son appartement, assis sur son lit, Subaru fume une cigarette. Il reçoit soudain un appel de sa grand-mère.

"Subaru ?"

"Oui ?" répond t-il.

"Subaru, j'ai un service à te demander..." dit-elle.

"Qu'est ce que c'est ?" demande t-il. 

-----

 Au même moment, dans un café, Haruto Nakamura; un homme de 29 ans portant de fines lunettes, est en train de lire un journal où figure en gros titre qu'une canicule a eu lieu en Italie et a fait de nombreux morts. Dans un petit article on peut lire en titre : "La fin du monde est-elle pour bientot ?" Et dans un autre "Les conflits ont repris en Iran". Un autre article parle d'une manifestation organisée par une association de défense de la nature contre la mise en oeuvre d'un grand projet de construction d'un complexe d'immeuble d'affaires à la place d'une foret. Projet mandaté par Kobayashi Tamimura, puissant et riche homme d'affaires japonais. Et un autre article parle du réchauffement climatique et de la fonte d'un grand glacier au Groenland.

"ça faisait longtemps" annonce la voix d'une belle femme de 33 ans, au regard doux, qui vient d'arriver près de sa table.  

Haruto lève alors les yeux et la voit. Il plie son journal et se lève.

"En effet ! Merci d'avoir accepté mon invitation. Tu veux boire quelque chose ? " lui demande t-il.

"Oui volontiers. Je veux bien un café." répond Rumiko en souriant. 

Haruto fait signe au serveur qui approche alors. "Deux cafés, s'il vous plait."

"Bien, monsieur !" dit le serveur. 

"Je t'en prie. Assis toi" dit Haruto qui s'assoit alors en même temps qu'elle et pose sur la table son journal qu'il avait replié dans sa main.

"Comment vas-tu depuis tout ce temps ?" demande t-il.

"Bien... Mon travail au lycée me plait. J'adore être au contact de ces jeunes, les écouter, les soigner. J'ai l'impression d'être un peu comme leur mère" dit-elle en souriant.

"ça me fait plaisir de savoir que tu aimes ton nouveau métier et que tu vas mieux. Et ton frère... comment va-t-il ?" demande Haruto, avant d'ajouter "Vous êtes dans le même établissement, il me semble..." 

"C'est exact. Il va bien aussi. Son travail d'enseignant lui plait.... Et toi?... Tu travailles toujours pour eux ? " demande t-elle.

"Oui... Toujours..." répond t-il.

Rumiko soupire "C'est eux qui t'ont demandé de me rencontrer ?"

"Non ! Non ! Pas du tout ! " s'exclame Haruto tandis que le serveur sert les cafés.  

"Merci" dit Rumiko en s'adressant au serveur avant qu'il ne s'en aille, alors qu'Haruto se contente d'un signe de tête en guise de remerciement.

Rumiko boit du café l'air songeuse.

"Haruto... Qu'est ce que tu veux ? Cela fait un peu plus de 5 ans que je suis partie de Sykies. Tu n'as pas pris de nos nouvelles depuis tout ce temps. Pourquoi reprendre contact avec moi maintenant ? Qu'est ce qu'il y a ?" demande t-elle.


Haruto baisse la tête en disant "J'ai un problème au centre..."

"Quel genre de problème ?" demande t-elle, curieuse. 

Haruto glisse sa main dans la doublure de sa veste et en sort la photo d'une très jolie jeune fille blonde qu'il pose sur la table devant Rumiko.

"Elle s'appelle Mary Ameda. Elle a 15 ans. ça fait quelques semaines qu'elle a intégré le centre... Mais un groupe de jeunes filles s'en prend à elle régulièrement." 

"Pourquoi s'en prennent-elles à elle ?" demande Rumiko en fixant la photo puis en le regardant. 

"Parce qu'elle est... différente..." répond t-il.

Puis il ajoute "J'ai pensé... enfin si tu voulais bien l'héberger quelques temps chez toi... le temps que..."

"Non ! " répond Rumiko d'une voix tremblante.

"Mais elle risque de se faire tuer si elle reste en permanence avec eux..." argumente t-il.

"Je ne peux pas !" rétorque t-elle, l'air perturbée.

"Ils l'ont roué de coups la nuit dernière !" rétorque t-il.

"Je suis désolée, je ne peux pas. Trouve une autre solution !" dit Rumiko avec des sanglots dans la voix tout en se levant de table. "Adieu Haruto !" dit-elle en se dirigeant précipitamment vers la sortie.

Haruto la regarde partir et s'écrit en se levant "Je n'ai pas d'autres solutions ! "

Rumiko monte dans sa voiture, ferme la portière, pose son sac sur le siège passager et s'effondre en larmes. 

Dans son sac, son téléphone se met à émettre un bip. Après quelques secondes d'hésitation, elle le prend dans sa main et le regarde. 

Elle voit qu'Haruto lui a envoyé par mms la photo de Mary accompagnée du texte "Tu es son seul espoir. Je t'en prie..."

A l'intérieur du café, Haruto, qui est debout devant la table, range son téléphone, puis se dirige vers le comptoir du bar pour régler au barman l'addition pour les cafés.


Peu de temps après, une voiture s'arrête au bord d'une route, près d'un fleuve. La portière s'ouvre et Rumiko en sort. Elle regarde tristement l'eau et s'effondre en larmes en se laissant tomber par terre sur les genoux.  

-----------

A plusieurs kilomètres de là, dans une maison, Yuki; une très belle jeune fille blonde aux yeux verts de 16 ans, est en train de remplir sa valise de vêtements. Puis elle se dirige vers son bureau et prend dans ses mains un cadre photo qui y est posé, et le regarde tristement. On y voit un homme brun et une femme brune heureux, avec devant eux une petite fille blonde et un petit garçon brun qui se tiennent par la main. C'est Yuki et Rui quand ils étaient petits et leur parents quand ils étaient plus jeunes.

Elle entend soudain quelqu'un frapper à la porte de sa chambre. Yuki tourne la tête en direction de la cette dernière. Celle-ci s'entrouvre, et sa mère apparait dans entrebâillement. 

"Yuki ?"

"oui ?" répond la jeune fille.

"Il est bientôt l'heure de partir..." lui dit sa mère.

"J'ai presque fini..." répond t-elle.


Sa mère referme la porte. Yuki regarde à nouveau le cadre photo qu'elle tient toujours dans la main, puis le met dans sa valise, sur ses vêtements pliés. Sa mère marche un peu dans le couloir puis s'arrête l'air affligé. S'apprêtant à pleurer, elle sèche ses larmes naissantes, puis continue de marcher.  

-----

En plein centre ville, Kazuki, un bel homme brun de 31 ans, sort d'un bureau de tabac d'où il vient d'acheter un paquet de cigarette. Il se met à fumer à coté de sa moto. Son téléphone sonne soudain. Il le sort de sa poche et voyant marqué que c'est Rumiko qui appelle, il répond.

"oui ?" dit-il.

"Kazuki... Je viens de voir Haruto..." répond t-elle.

Assise dans sa voiture et tenant son téléphone portable à son oreille, elle poursuit. "Il voulait me voir, pour me demander de... d'héberger une jeune fille de Sykies chez moi quelques temps, parce que ça ne se passe pas bien pour elle avec les autres jeunes. Ils s'en prennent à elle... Haruto craint pour sa vie..." dit-elle.

A l'autre bout du fil, Kazuki reste silencieux, tenant son téléphone contre son oreille, et sa cigarette qui se consume toute seule entre ses doigts. Il baisse la tête avec amertume en disant " Tu n'es pas obligée d'accepter tu sais..."

" Je sais..." répond t-elle.

"ça va te rappeler des souvenirs, et tu risques d'en souffrir..." ajoute t-il.

Elle baisse la tête tristement en disant "J'ai envie d'essayer...Je te tiens au courant... A plus tard..."

Elle raccroche, puis se met à regarder la photo de Mary sur son téléphone.

De son côté, Kazuki range son téléphone dans sa poche et fixe le sol l'air pensif. 


------


Dans un cimetière, Arashi porte un bouquet de fleurs blanches dans ses bras, et marche parmi les tombes. La jeune femme écarquille soudain les yeux tout en avançant et s'arrête subitement.

Tremblante, elle laisse échapper son bouquet de fleur qui tombe sur le sol à ses pieds. 

En face d'elle, devant une stèle funéraire, se trouve un énorme trou creusé dans le sol, et juste à coté un corps est allongé sur le ventre, celui de Sorata, son amour défunt, dont les vêtements sont sales et recouverts d'un peu de terre. Sa tête est tournée vers le trou de sa tombe et donc vers Arashi. Soudain, il entrouvre fébrilement un oeil, et sa main se met à bouger un peu. Voyant cela, Arashi qui a toujours les yeux écarquillés, se met à pleurer.

"Sorata !" s'écrit-elle. Elle accourt vers lui et s'agenouille pour le retourner en le tenant contre elle.

Il entrouvre légèrement les yeux et essaye de parler "Ara...." mais semblant trop épuisé, il perd connaissance dans ses bras. 


-------- matin du 5 mai 2312 - Grece  


En Grèce, dans le temple de Gaia, un prêtre vêtu d'une longue toge à capuche, s'arrête et montre le mur où est gravée l'inscription apparue la nuit dernière.

"Voilà c'est ici" dit-il. 

Mu, le chevalier d'or du bélier, écarquille les yeux d'inquiétude en voyant et en lisant l'inscription écrite en grec.

" Et depuis quand est-elle là ? " demande Saga des Gémeaux, surpris, en s'adressant au prêtre.

"Depuis cette nuit. Hier elle n'y était pas" répond celui-ci.

"Cette nuit... donc il y a probablement un lien avec notre résurrection" en conclu le vieux maitre Dohko, chevalier de la balance, qui est aussi présent. 

"C'est bon, vous pouvez nous laisser. Merci de nous avoir averti" dit-il en s'adressant au prêtre. Ce dernier fait un signe de la tête et s'en va.

"Je ne comprends pas... Pourquoi nous avoir redonné la vie dans ce cas ? Il est évident que nous n'allons pas laisser une telle chose arriver" déclare Mu qui a compris ce que signifiait l'inscription.

"Tout simplement parce que ce n'est pas Gaia qui est l'auteur de notre résurrection mais quelqu'un qui est contre ce qu'elle a écrit" répond Shaka, le chevalier de la vierge, qui était là aussi, dans l'ombre.

"Mais qui cela pourrait-il être ?" demande Mu.

"J'ai peut etre une idée..." répond Dohko.


----- matin du samedi 5 mai 2312 - Japon


 Au japon, Yuki est assise dans le train. Elle regarde le paysage défiler tout en écoutant de la musique sur son téléphone portable avec des mini écouteurs. Elle envoit un sms à son frère Rui : "Le train n'a pas de retard. J'arriverai à l'heure prévue."  


--  


Loin de là, en pleine ville, Subaru saute d'immeuble en immeuble, puis il se positionne au sommet de l'immeuble le plus haut de la ville, et commence à réciter une incantation en fermant ses paupières et en mettant ses mains jointes devant son visage. 

Soudain, il tourne la tête vers la gauche en ouvrant les yeux, et se met à ressauter d'immeuble en immeuble. Il court puis fini par arriver au dessus du toit d'une petite résidence qui est situé près d'un fleuve qui traverse une partie de la ville. Il fixe un point précis dans l'eau où la lumière du soleil se reflete. Non loin de là se trouve un pont sur lequel passe une petite route. 

Subaru va dessous celui-ci, sur le talus, et enlève son manteau et son t shirt. Il plonge ensuite dans l'eau pieds nus. 

Il nage quelques mètres, puis soudain aperçoit au fond de l'eau une voiture immergée qui semble être là depuis plusieurs années. Il est étonné et s'en approche. Il voit que les deux portières à l'avant sont entrouvertes. Il rentre et aperçoit, avec stupéfaction et surprise, une jeune fille blonde d'une quinzaine d'années, inconsciente, assise sur la banquette arrière du véhicule. 


Une sorte de lueur bleue, telle une aura, semble émaner de son corps. Un poignard en or est planté dans son coeur. Subaru remonte soudain à la surface pour respirer, essoufflé et troublé par sa découverte. 

Il marque un temps d'arrêt, semblant réfléchir, tout en haletant, puis retourne sous l'eau. 

Peu de temps après, il remonte avec la jeune fille à la surface et la dépose sur le talus, sous le pont, où se trouve également les affaires qu'il avait laissé avant de sauter dans l'eau. Il l'allonge délicatement sur l'herbe et la regarde. Tandis que de l'eau goutte à goutte le long de ses cheveux noirs.

Le corps de la jeune fille est de couleur grise et pale, comme sans vie. Elle porte un pendentif en or autour du cou. Il est rond avec une balance à l'intérieur croisée avec un glaive. 

Subaru pose ses deux doigts sur la carotide de la jeune fille, et écarquille soudain les yeux car il sent battre un léger pouls. 

Il regarde le poignard qui est planté dans son coeur, puis ferme les yeux et récite une incantation en mettant ses mains jointes devant son propre visage. Il entrouvre légèrement les yeux tout en continuant et voit que le poignard commence à se retirer lentement. Il poursuit l'incantation, mais il semble y avoir une résistance invisible dans l'objet. Subaru semble soudain souffrir de lutter contre cette force invisible qui lui résiste. 


Tandis que le poignard est presque enlevé, le jeune homme a de plus en plus de mal à continuer. Soudain il n'en peut plus, et la lame redescend d'un seul coup dans le coeur de la jeune fille, mais elle a eu le temps de la retenir avec sa main malgré qu'elle soit toujours inconsciente et les yeux fermés. 

Son sang coule de sa main le long de la lame. Subaru est surpris. Le poignard se désintègre tout à coup, et la main de la jeune fille retombe le long de son corps qui reprend instantanément des couleurs tandis que l'aura bleue disparait. Subaru fixe alors le magnifique visage endormi de cette jeune et belle inconnue dont la blessure au coeur a disparu comme par magie.

-------  

Un train arrive en gare et s'arrête, des voyageurs en descendent. Yuki sort d'un wagon en tirant sa valise derrière elle. Elle regarde tout autour d'elle et se met à avancer vers le hall. Quelqu'un l'observe de loin. Il s'agit de Rui qui est à moitié caché par un pilier. Il a le regard triste et préoccupé. Il serre son poing le long de son corps. Yuki se tourne en regardant un peu partout comme si elle cherchait des yeux quelqu'un. Le dos tourné, elle entend soudain la voix de Rui derrière elle "Salut.. Yuki". 

Elle se retourne alors et le voit. 

Écarquillant les yeux d'émotion, elle lâche la tirette de sa valise pour le serrer dans ses bras. 

"Rui !" s'écrit-elle avec joie. 

Le jeune homme écarquille les yeux et écarte légèrement ses bras comme pour l'étreindre mais ne les resserre pas contre elle. Au lieu d'être heureux de ces retrouvailles, son regard s'assombrit de tristesse, tandis qu'elle sourit en se blottissant contre le torse du jeune homme, tout en versant des larmes de joie.

"Le taxi nous attend..." dit Rui.

Yuki s'écarte de lui pour sécher ses larmes.

L'adolescent prend alors la poignée de la valise de Yuki et se met à la porter en marchant vers la sortie. La jeune fille se tient à coté de lui, l'air songeuse. Elle jette un bref coup d'oeil vers lui, puis regarde le sol devant elle avec mélancolie, se demandant pourquoi il semble si froid avec elle. 

Tout en marchant, Rui tourne la tête un bref instant vers sa soeur et remarque sa tristesse, puis il sort de sa poche un papier replié et le tend vers elle. "Je ne pourrais pas venir avec toi cet après-midi, je travaille. Je t'ai fait un plan du trajet pour aller au lycée."

Yuki prend le papier. "Merci... Tu travailles ?" demande t-elle.

"Oui... dans un bar... comme serveur... Faut bien, pour payer les factures !" rétorque t-il.

Yuki semble étonnée "Papa ne t'envoie pas d'argent ?". 

Rui répond "Si... parfois... quand il y pense."


----- après-midi du samedi 5 mai 2312 - Japon  


"Une jeune fille ?" s'étonne Grand-mere Sumeragi en tenant le combiné du téléphone dans sa main, tandis qu'elle se trouve assise dans son fauteuil roulant, dans le jardin de sa grande maison.

"Oui" répond Subaru à l'autre bout du fil. 

Il est dans sa chambre d'appartement. La jeune fille, qu'il a sauvé tantôt, est endormie dans son lit, vêtue d'une chemise blanche à moitié fermée et recouverte d'un drap jusqu'à la poitrine.

La grand-mère baisse la tête, puis répond "Pourras-tu venir avec elle, me voir, quand elle sera rétablie, Subaru ?"

"Oui bien sur... " répond t-il, puis il lui demande "Savez-vous qui elle est ?"

"Non. J'en saurais peut-être plus en la voyant. Je sais seulement qu'elle est importante. Prends soin d'elle Subaru. Protège-la" dit sa grand-mère.

"Entendu..." répond t-il.

La grand-mère raccroche, l'air pensive. Subaru raccroche aussi de son coté et s'approche de la jeune fille en la regardant. Il s'assoit sur une chaise qui est juste à coté du lit et ne la quitte pas du regard, en se demandant qui elle est. 

---  


Dans un bar, Rui est en train de ramener un plateau avec des verres vides. Il dépose de la monnaie avec une fiche sur le comptoir pour le gérant qui tient la caisse. 

"Table 12. Ils n'ont pas laissé de pourboire" lui dit Rui.

"Merci. Tu peux aller voir en terrasse ? Il me semble avoir aperçu des gens dehors" lui demande le gérant tout en mettant l'argent dans la caisse.

"Ok. J'y vais" dit Rui qui pose le plateau de verres vides sur le comptoir et les met ensuite dans un bac.

Il sort dehors en tenant un carnet dans la main et s'approche d'une table où sont assises deux jeunes filles dont l'une lui tourne le dos.

"Bonjour. Que desirez-vous boire ? " dit Rui tout en notant le numéro de la table sur son carnet.

"Bonjour Rui" dit une jeune fille blonde de 17 ans, en souriant. 

Rui relève les yeux du carnet et voit que c'est Lynn, une camarade de sa classe, qui avait le dos tourné et qui est assise en face d'une amie à elle du même age qu'elle.

"Salut Lynn" dit Rui à la jeune fille blonde, puis il regarde son amie aux cheveux cuivrés et lui dit "Bonjour" tout en faisant un hochement de la tête.

"C'est Cathy, une amie d'enfance, qui est venue me rendre visite pour le week-end" précise Lynn.

"Bonjour" dit Cathy en rougissant.

"Que voulez-vous boire ?" demande le jeune homme.

"Un diabolo menthe, s'il vous plait" répond Cathy.

"Une grenadine pour moi, s'il te plait" dit Lynn.

"Ok ça marche !" dit Rui qui note la commande sur le carnet puis s'en va.

"Alors c'est lui le fameux Rui ?" dit Cathy "Il est mignon !" ajoute t-elle.

Lynn sourit "oui... Mais bon, je ne sais pas si je lui plais. Et puis, si on sort ensemble, ça va être compliqué, vu qu'on est dans la même classe !"

Cathy rétorque "Oui c'est un inconvénient, c'est sûr... "

"Mais il me plait tellement ! Il est dans l'équipe de volley en plus ! Ses entraînements sont en même temps que les miens !" dit Lynn.

Cathy répond "Ah ? C'est pratique ! Tu continues la GRS finalement ? Je pensais que tu comptais arrêter... oh attention il arrive !"


Rui approche de la table avec les deux verres posés sur un plateau. Il dépose le verre de diabolo menthe devant Cathy.

"Un diabolo menthe !" dit il. 

"Merci" dit Cathy en rougissant.

"Et une grenadine..." dit il en déposant le verre devant Lynn.

"Merci Rui" dit Lynn en le regardant amoureusement.

Il la regarde puis baisse les yeux pour déposer la coupelle avec le ticket de caisse sur la table. Il s'apprête à partir mais Lynn lui dit "Attends. Je vais payer maintenant !"

Rui est surpris et rétorque "Ok ! Comme tu veux..."

La jeune fille met son sac à main sur les genoux et regarde Cathy "Je t'invite !" 

"Oh merci Lynn !" dit Cathy.

Lynn sort son porte monnaie et en retire un billet qu'elle tend à Rui en souriant "Garde la monnaie !"

Rui hésite en regardant Lynn, puis saisit le billet. "Merci". Il retire la note de son carnet pour le mettre avec.

"A quelle heure tu finis ? " demande Lynn.

"23h" répond le jeune homme.

"Et demain tu travailles aussi ?" demande t-elle.

"Oui. De 13h à 23h" répond Rui. Au même moment on entend la voix d'un client "serveur, s'il vous plait !"

Rui tourne la tête dans sa direction "J'arrive monsieur !"

"Vas-y, il a l'air impatient. On se verra lundi en cours" dit Lynn en souriant.

"Oui. A lundi ! Salut. " répond Rui en regardant la jeune fille. "Au revoir" dit-il en tournant la tête vers Cathy tout en inclinant légèrement la tête.

"Au revoir Rui" dit Cathy en rougissant.

"A lundi" dit Lynn en le regard amoureusement.

Rui s'en va et se dirige vers la table du client pressé.

"Dommage qu'il travaille ! J'aurais bien aimé profiter de ta présence pour lui proposer une sortie !" soupire Lynn.

"Hey, tu voulais que je vous tienne la chandelle ?" répond Cathy, étonnée.

Lynn sourit "oui ! Je me serais sentie plus à l'aise en ta compagnie pour le séduire !"

Cathy rit "ahah ! sacré Lynn !". Lynn sourit et se met à boire sa grenadine. 


---  

Dans son appartement, Subaru est endormi sur la chaise, la tête baissée, à coté du lit où la jeune fille est allongée. Les paupières et les sourcils de la belle inconnue se froncent, puis soudain, elle ouvre lentement les yeux en fixant le plafond pendant une longue minute. Elle tourne doucement la tête d'un coté puis de l'autre, et voit Subaru qui est assoupi sur la chaise. Elle le regarde, puis se redresse pour se mettre en position assise. 

Elle baisse la tête pour regarder ses mains, puis sa poitrine et écarquille les yeux de stupeur. Elle se tourne vers Subaru et fait retomber ses jambes contre le bord du lit, puis se relève doucement pour se tenir debout. Au même moment Subaru relève la tête et se réveille. Tenant fébrilement sur ses jambes, la jeune fille vacille en avant mais il la rattrape contre son torse en l'enlaçant dans ses bras. Ils se regardent alors dans les yeux, surpris par ce contact soudain.

"Vous ne devriez pas vous lever, vous êtes encore très faible..." dit le jeune homme en la fixant. 

"Qui... qui êtes vous ?... Où suis je ?" répond t-elle.

"Subaru... Subaru Sumeragi. Vous êtes dans mon appartement." répond t-il. 

"Qu'est ce qui s'est passé ?" demande la jeune fille inquiète en s'écartant un peu du torse de Subaru.

"Vous etiez sous l'emprise d'un sortilège" répond t-il.

"D'un sortilège ?" rétorque t-elle surprise.

Subaru acquiesce en hochant la tête. "Je vous ai trouvé dans une voiture au fond d'un fleuve. Vous aviez un poignard planté dans le coeur qui vous a maintenu dans une sorte de coma. "

Elle écarquille les yeux de stupeur.

"Vous rappelez-vous de quelque chose ? Quelle est votre nom ?" lui demande Subaru.

Ishtar baisse légèrement la tête.

"Je m'appelle Ishtar..." Puis elle revoit des flashs où elle est assise, enfant, à l'arrière d'une voiture. Quand soudain dans son souvenir, un rayon lumineux de couleur dorée arrive droit sur elle.

"Je me rappelle d'un rayon lumineux... qui s'est dirigé droit vers moi rapidement..."

Elle a un autre flash où l'eau remplit la voiture alors qu'elle est en train de s'endormir, tête baissée avec le poignard planté dans son coeur.  

"L'eau s'en engouffrée à l'intérieur de la voiture et puis... j'ai vu ce poignard planté dans ma poitrine. Mais... mais j'avais 11 ans... En quelle année sommes nous ?" demande t-elle inquiète.

"En 2312" répond Subaru.

Ishtar écarquille les yeux "2312 ? Ce n'est pas possible... J'aurais 16 ans ? Je suis restée 5 ans dans l'eau ?"

"Le sort vous a maintenu entre la vie et la mort" répond Subaru.

"Pourquoi ? ... Qui ?.... " rétorque t-elle, surprise.

"Je ne sais pas" répond t-il. 

Ishtar baisse la tête avec amertume. Soudain son ventre se met a gargouiller. Elle pose ses mains dessus pour couvrir le bruit et se met a rougir. 

"Je vais vous préparer à manger" dit Subaru avec tendresse.

"Merci" répond Ishtar.

Subaru quitte la chambre pour aller dans la cuisine tandis qu'elle le regarde s'en aller. Puis elle regarde autour d'elle et remarque la porte ouverte de la salle de bain. Elle y entre et découvre alors son reflet dans le miroir. Elle écarquille les yeux et se touche le visage, ne reconnaissant plus la petite fille qu'elle était et qui est devenue une jeune femme à présent. Elle entrouvre sa chemise et voit qu'entre sa poitrine il n'y a pas de marque de blessure. Elle passe sa main sur l'emplacement où il y aurait dû en avoir une.

Dans la cuisine Subaru prépare à manger. Pendant que les aliments cuisent, il se rend dans la chambre. Ne voyant pas Ishtar et entendant des bruits provenant de la salle de bain fermée, il comprend qu'elle y est. 

Il se dirige vers une grande armoire qu'il ouvre. A l'intérieur, il y a ses vêtements à lui mais aussi deux grands cartons fermés. Il en prend un et vient le poser sur le buffet, a coté du téléphone et d'un cadre posé contenant la photo de sa sœur Hokuto en compagnie de Seishirô et lui quand ils étaient plus jeunes. A ce moment, Ishtar sort de la salle de bain et voit Subaru qui regarde tristement le cadre-photo. Il se retourne légèrement et aperçoit Ishtar. Il détourne le regard d'elle, lui tournant le dos, et se met à ouvrir le carton, en lui disant "J'ai quelques vêtements qui appartenait à ma sœur" dit il. 

Ishtar s'approche et regarde la photo posée sur le buffet. 

"Appartenait ?" dit-elle.

"Elle est morte.... il y a quelques années de cela... Ça ne l'aurait pas dérangé que vous les portiez... au contraire" répond Subaru. Ishtar regarde avec compassion Subaru qui lui tourne toujours le dos. Puis il tourne la tête vers elle "Le repas sera prêt dans un quart d'heure environ. Si vous avez besoin de quelque chose, demandez moi, s'il vous plait..."

Ishtar fait un hochement de tête en répondant "D'accord... Merci".

Le jeune homme sort de la chambre. Tandis qu'il ouvre la porte, la main posée sur la poignée, Ishtar lui dit, attristée "Je suis désolée pour votre sœur...". 

Subaru tourne la tête vers elle et ils se regardent tendrement. 

"Je prendrais soin de ses vêtements" ajoute t-elle.

"Merci" répond t-il, puis il quitte la chambre en refermant la porte derrière lui. 

Ishtar s'approche du carton posé sur le buffet et regarde la photo l'air songeuse. 


---  


Dans un quartier résidentiel, Yuki marche dans la rue avec un papier dans la main qu'elle regarde de temps en temps tout en jetant un coup d'oeil aussi autour d'elle, suivant le plan que Rui lui avait fait sur papier. Elle porte un dossier dans son autre main qu'elle tient contre sa poitrine. Elle arrive ensuite devant le portail du lycée qui est fermé. Elle passe donc par la petite porte qui elle est ouverte, puis se dirige à l'intérieur de l'établissement. Elle marche dans les couloirs avec hésitation, puis arrive devant la porte de l'infirmerie. Elle frappe à la porte, attend quelques secondes, puis l'ouvre et entre. 

Elle aperçoit alors Rumiko assise derrière un petit bureau blanc et à coté d'elle devant la fenêtre se tient Kazuki de dos qui a la moitié du buste tourné vers Yuki.

"Bon.. bonjour. Je suis Yuki Akino. J'avais rdv pour déposer mon dossier médical." dit Yuki intimidée, tenant son dossier les bras croisés devant sa poitrine. Elle regarde Rumiko puis ses yeux croisent ceux de Kazuki qui la regarde fixement. Troublée, elle rougit, puis détourne son regard du sien.

"Bonjour Yuki. Tu es en avance, mais ce n'est pas grave. Viens t'asseoir." dit Rumiko d'une voix douce et gentille. 

Yuki se dirige vers la chaise pour s'asseoir devant le bureau.

Rumiko tourne alors la tête vers Kazuki, qui a du mal a détourner ses yeux de Yuki. 

"Kazuki..." dit-elle.

Kazuki tourne la tête vers Rumiko puis lui dit un peu troublé et gêné "Je t'attends dehors". Il regarde à nouveau Yuki qui lui jette un coup d'oeil en rougissant. Puis il se dirige vers la porte et s'en va, visiblement perturbé par la jeune fille.

Restée seule avec Yuki, Rumiko tend la main vers le dossier que Yuki tient contre elle.

"Je peux ?" demande Rumiko

"Euh oui.." répond Yuki en lui tendant son dossier que Rumiko saisit. Elle pose le dossier médical devant elle sur la table et l'ouvre, puis commence à le lire.

"Le proviseur m'a dit que tu seras dans la même classe que ton frère, si j'ai bien compris"

"Oui, maman en a fait la demande"

"Elle a eu raison, c'est mieux. Tes malaises sont de plus en plus fréquents apparemment d'après ton dossier"

Rumiko se lève et regarde dans son armoire à pharmacie si elle a le médicament dont Yuki a besoin pour faire baisser ses fièvres.

"C'est bon, j'ai ce qu'il faut. Je commanderai d'autres flacons pour en avoir d'avance. Tu comptes t'inscrire à une activité sportive ? "

"Oui. J'aimerais bien..." répond Yuki.

"Viens alors, je vais t'ausculter" dit Rumiko en se dirigeant vers un rideau blanc qu'elle ouvre et qui laisse apparaître un lit tout blanc.

Yuki se lève et va s'asseoir sur le bord du lit. Rumiko saisit un brassard pour lui prendre sa tension et un stéthoscope.

"Tu es venue toute seule ?" demande Rumiko.

"Oui... Mon frère ne pouvait pas m'accompagner..." répond la jeune fille.

"Ta tension est très basse" dit Rumiko un peu inquiète. "Où habites-tu ?" demande t-elle à l'adolescente.

---  

Kazuki est dehors adossé contre sa voiture noire, en train de fumer. 

Soudain Rumiko arrive. 

"Kazuki.... " dit-elle en se dirigeant vers lui.

Il tourne la tête et aperçoit Rumiko qui arrive tandis que Yuki est derrière elle. L'adolescente s'arrete alors de marcher, et détourne son regard du sien, l'air intimidée. Rumiko continue d'avancer et s'approche de Kazuki pour lui parler. 

Il regarde Rumiko tandis qu'elle lui parle, puis jette un rapide coup d'oeil vers Yuki avant de répondre à son interlocutrice. 

"Viens Yuki. On va te ramener chez toi" dit Rumiko en tournant la tête vers la jeune fille. 

Kazuki ouvre la portière arrière du véhicule, tandis que Yuki s'en approche. 

"Merci" dit-elle avant de s'asseoir à l'arrière de la voiture. Il referme la portière puis Rumiko et lui viennent s'asseoir à l'avant. 

Kazuki démarre le véhicule. Pendant qu'il roule, il jette de temps en temps des coups d'oeil dans le rétroviseur central pour regarder la jeune fille. Elle le remarque et se met à rougir, puis regarde, par la vitre, le paysage qui défile.

Quelques minutes plus tard, soudain, elle se sent fébrile. Elle ferme les yeux légèrement et respire par la bouche. Quelques gouttes de sueurs perlent sur sa tempe comme si elle était fiévreuse. Kazuki s'en rend compte en regardant un bref instant dans le rétroviseur central. 

"ça va mademoiselle ?" dit-il tout en regardant la route. 

Rumiko est surprise et se tourne alors vers la jeune fille "ça va Yuki ?" lui demande-t-elle.

"Pas trop..." répond Yuki en passant sa main sur sa tempe fébrilement..

"On est arrivé" dit Kazuki qui gare sa voiture dans le parking de la résidence, puis coupe le moteur.

Rumiko sort rapidement du véhicule et se précipite pour ouvrir la portière arrière du côté où se trouve Yuki. Elle passe sa main sur le front de la jeune fille.

"Mon dieu ! Elle est brulante !" s'écrit-elle.

"Il faut l'amener à l'hôpital" dit Kazuki après être sorti de la voiture.

"Non, non ! Il lui faut vite une injection ! Elle a ce qu'il faut chez elle" dit Rumiko tout en fouillant les poches de la jupe de Yuki avant d'en retirer la clé de son appart qui porte le numéro 5 sur le porte-clés. 

"Tu peux la porter Kazuki ?" dit Rumiko. Elle regarde ensuite autour d'elle et aperçoit la porte d'un appartement sur lequel est marqué le numéro 5. 

Kazuki défait la ceinture de sécurité de Yuki et commence à la tenir contre lui, puis la soulève pour la porter dans ses bras. Le corps de la jeune fille est brulant. Rumiko ferme la portière et se dirige vers la porte de l'appartement qu'elle ouvre avec la clé. 

Yuki a les yeux à moitié ouverts dans les bras de Kazuki et est très mal en point. Il est inquiet pour la jeune fille, mais également troublé de la porter; Ce contact rapproché avec elle le perturbe. Rumiko entre dans l'appart et Kazuki aussi. 

Elle regarde un peu partout autour d'elle, puis s'exclame "ça doit être dans la salle de bain", avant de s'y rendre. Kazuki la suit. Arrivé à l'intérieur de la pièce, il pose les pieds de Yuki au sol et la tient contre lui par un bras puis porte son autre main sur le front de la jeune fille. Il écarquille les yeux, sentant la température extrême de son corps sous ses doigts. "Elle a au moins 40 de fièvre, si ce n'est plus !" dit il avec inquiétude en la regardant. 

"Essaye de la rafraichir un peu pour faire baisser la fièvre" dit Rumiko pendant qu'elle cherche dans les placards.  

Kazuki regarde alors le lavabo puis la douche dont le rideau est ouvert. Il rentre à l'intérieur et ouvre le robinet pour faire couler de l'eau froide sur Yuki. Rumiko tourne la tête vers eux, puis se remet à chercher. Elle ouvre un dernier placard qui se trouve sous le lavabo et qui est rempli de médicaments, tandis que l'eau ruisselle sur les vêtements de Yuki. 

"J'ai trouvé !" dit Rumiko qui saisit un flacon et une seringue. "Je rempli la seringue !"

Tandis que Kazuki tient Yuki d'un bras contre lui autour d'elle, il passe son autre main fraiche et mouillée sur la tempe et la joue de Yuki tout en la regardant. Elle relève la tête fébrilement et le regarde dans les yeux avec tendresse. Elle a une lueur dans le regard. Elle lève fébrilement sa main pour caresser la joue de Kazuki, tout en le regardant et lui dit d'une voix faible "Empêchez-la...". Mais soudain, elle s'évanouit et sa main retombe le long de son corps. 

"Elle a perdu connaissance !" s'écrit Kazuki, inquiet.


Rumiko s'approche avec une seringue remplie "C'est bon, je peux faire l'injection !" s'écrit-elle. 

Kazuki ferme le robinet de douche et en sort en portant la jeune fille qu'il dépose ensuite sur le sol, toujours en la tenant contre lui, un genou à terre. 

Rumiko s'agenouille en face. Elle essuie avec un coton le creux du bras de Yuki et insère l'aiguille de la seringue pour faire l'injection. Yuki est inconsciente. Ses vêtements sont trempés et la chemise de Kazuki aussi. Des gouttes d'eau coulent le long de leur cheveux en partie mouillés. 


Après avoir terminé l'injection, Rumiko colle un pansement à l'endroit de la piqure. Après une longue minute, elle pose sa main sur le front de Yuki, qui bouge soudain légèrement la tête, puis ses paupières et ses sourcils se froncent. Rumiko enlève sa main. 

L'adolescente ouvre lentement les yeux à moitié et aperçoit Rumiko "Qu'est ce qui se passe ?" dit-elle d'une voix fébrile.

"Tu as fait un malaise et tu avais beaucoup de fièvre" répond Rumiko. Yuki tourne la tête et voit que Kazuki la tient contre lui et la regarde. Elle détourne son regard de lui, intimidée, et se rend compte que ses vetements sont mouillés et épousent ses formes. Elle mets son bras replié contre sa poitrine. Rumiko saisit une serviette et la mets sur la jeune fille en lui essuyant le cou et la joue avec.

"Comment tu te sens ?" dit Rumiko en posant sa main sur le front de Yuki. "La fièvre est en train de baisser" ajoute t-elle.

"Un peu faible, mais ça va..." répond Yuki.

"Heureusement qu'on t'a ramené en voiture. ça aurait pu t'arriver en rentrant à pied sur le trajet" dit Rumiko. "Oui... merci" répond la jeune fille.

Kazuki enlève son bras d'autour de Yuki, puis se relève et prend une serviette pour s'essuyer le visage, les cheveux et les bras après avoir retroussé ses manches. Yuki le regarde, et s'essuie à son tour avec la serviette que Rumiko lui avait donnée, puis elle se relève.

Rumiko lui dit alors "Je vais te laisser mon numéro de portable. Si un jour tu as besoin, surtout n'hésite pas à m'appeler, d'accord ?"

La jeune fille fait un hochement de la tête. Rumiko sort de la salle de bain pour aller chercher son sac à main. 

Pendant ce temps Kazuki dépose la serviette sur le portant juste à coté de Yuki qui ne le regarde pas, intimidée. "Merci" murmure t'elle. Kazuki ne la regarde pas, mais semble attendrit par ses mots.

"Faites attention à vous..." répond t-il. 

Rumiko rentre dans la salle de bain avec un morceau de papier sur lequel est ecrit son numéro de téléphone, pendant que Kazuki sort de la pièce. 

Rumiko tend le papier à Yuki "Voilà. Appelle-moi surtout, s'il y a quoique ce soit !"

La jeune fille prend le papier "Entendu. Merci..." et remarque qu'en plus du numéro est écrit Rumiko Hondo.

Rumiko et Kazuki quittent l'appartement après avoir dit au revoir à la jeune fille. 

Yuki regarde par la fenêtre et voit Rumiko qui monte dans la voiture pendant que Kazuki allume une cigarette à coté du véhicule. Il tire une bouffée et lève les yeux vers la fenetre. Yuki et lui se regardent fixement. Puis il baisse les yeux et la tête, tire une autre bouffée de sa cigarette, ouvre la portière de la voiture et s'assoit à l'intérieur. Il met le contact et démarre le véhicule qui s'en va. Yuki regarde la voiture partir.

Dans la voiture, Kazuki a l'air soucieux. Il continue à fumer tout en conduisant.

"Qu'est ce qu'elle a ?" demande t-il.

Rumiko le regarde. "D'après son dossier, plusieurs docteurs se sont intéressés à son cas, et n'ont pas trouvé grand chose. Elle fait des malaises soudain, avec une très forte fièvre puis finit par perdre connaissance. Une injection permet de faire baisser sa température assez rapidement, ce qui évite à son organisme d'en subir des séquelles. Ce n'est pas du à une bactérie, ni un virus"

Kazuki répond "Il n'y a pas de facteur déclencheur ? Le stress, la fatigue ?"

"Non...d'après son dossier médical. Mais quand j'ai pris sa tension à l'infirmerie, elle était très basse" dit Rumiko.

"Il y a peut-être un lien" dit Kazuki.

"Peut-être... peut-être pas. J'en saurais plus en lui faisant un suivi médical au lycée" répond Rumiko.  

---  

Dans l'appartement de Subaru, Ishtar est assise dans le canapé, la télécommande à la main, devant la télé où un présentateur parle de la forte canicule qui a eu lieu en Italie. Elle change de chaine et tombe sur un documentaire qui parle de la fonte de glaciers aux Groenland. Subaru qui entre dans la pièce, la voit inquiète, puis regarde les images de glacier fondre. Elle zappe sur une autre chaine, et voit qu'une tornade a eu lieu au Kansas d'une force sans précédent, causant de nombreux dégâts et décès. Toutes ces images la bouleverse. 

"C'est récent ?" demande t'elle à Subaru en le regardant. 

Celui-ci s'étonne.

"Tous ces bouleversements... C'est récent ? ou il y en a déjà eu avant ?" demande Ishtar inquiète en regardant Subaru.

"Il y en a de plus en plus, un peu partout dans le monde" répond Subaru "Cela vous inquiète ?"

Ishtar écarquille légèrement les yeux puis détourne son regard de Subaru pour regarder à nouveau la télévision.

"Je sors d'un coma de 5 ans, et je vois toutes ces images de chaos.... J'ai l'impression de vivre un cauchemar..." dit la jeune fille avec inquiétude. 

Subaru s'approche alors et pose sa main sur la télécommande qu'elle tient sur ses genoux, pour éteindre la télé.

"Vous ne devriez pas vous inquiéter. Vous avez besoin de vous reposer." dit il en regardant tendrement Ishtar tout en s'asseyant à coté d'elle sur le canapé. Ishtar le regarde aussi, puis regarde son oeil droit qui est opalescent. Ce qui trouble un peu Subaru qui baisse le regard et la tête. Mais Ishtar pose sa main doucement sur la joue de Subaru, du coté où son oeil est invalide. Il relève légèrement la tête et regarde tendrement Ishtar dans les yeux, qui le regarde aussi de la même façon.

Soudain un violent bruit sourd provenant de la baie vitrée du balcon se fait entendre. Ishtar baisse sa main et regarde vers la baie vitrée en même temps que Subaru. "Qu'est ce que c'était ?" dit-elle surprise.

Le jeune homme et elle, se lèvent et approchent de la baie vitrée. 

"Il s'est cogné contre la vitre" dit Subaru en apercevant un oiseau au sol sur le balcon. Tandis qu'Ishtar regarde, il ouvre la baie vitrée et prend l'oiseau dans ses mains. 

"Il va bien ?" demande t-elle.

"Il a l'air sonné" répond t-il. 

Ishtar prend l'oiseau dans ses mains et le regarde. Subaru le regarde puis regarde la jeune fille. Au loin, un grondement se fait entendre, tandis que le ciel s'assombrit. Ishtar regarde par la vitre. Le ciel est gris au loin. "Il vaut mieux remettre à plus tard pour les courses, l'orage approche" dit-elle.

"Je vais y aller maintenant plutôt; L'orage est encore loin. Je ne serais pas long" dit Subaru. 

Il quitte l'appartement sans plus attendre. 

Pendant ce temps, Ishtar trouve une petite boite sans couvercle et dépose l'oiseau inerte dedans avant de la poser sur le sol. 

La jeune fille se relève, puis soudain écarquille les yeux. Elle se penche en avant et se met à suffoquer comme si elle manquait brusquement d'air. Elle respire par la bouche comme si elle était essoufflée, puis soudain tombe à genoux sur le sol tout en continuant à suffoquer. Elle finit par s'effondrer par terre, inconsciente. Le petit oiseau dans le carton commence à bouger. Il ouvre une aile puis l'autre difficilement. Ishtar qui est allongée sur le ventre par terre, entrouvre soudain légèrement les yeux. Il y a des lueurs dans ses pupilles.


Peu de temps après, Subaru tourne la clef dans la serrure de sa porte d'appartement pour l'ouvrir. Il entre avant de la refermer, puis dépose son sac plein de courses sur le buffet, et aperçoit soudain l'oiseau qui vole dans la pièce. La baie vitrée est ouverte, et Ishtar se tient devant, tournant le dos à Subaru. Il a une étrange impression.

Il s'approche d'Ishtar. L'oiseau s'envole soudain par la vitre ouverte. 

"Ishtar..." dit Subaru alors qu'il se tient à un mètre d'elle environ. Elle se retourne soudain lentement. Ses yeux sont à moitié ouverts et remplis de lueurs. Subaru est surpris et écarquille les paupières, surpris par ce fascinant regard qu'il ne reconnait pas comme étant celui de la jeune fille. Ishtar avance lentement vers lui, et tend sa main pour la poser sur la tempe de Subaru du coté où son oeil est aveugle. Une aura dorée rayonne autour de la main d'Ishtar et l'oeil opalescent de Subaru retrouve peu à peu une couleur marron. Il est troublé et surpris. Ishtar et lui se regardent. 

"Merci de ton dévouement. Humain..." dit-elle soudain d'une voix assurée et tendre. Subaru écarquille les yeux en la regardant. Elle lui sourit.  

"Retiens-la" ajoute t-elle. Elle s'évanouit soudainement. Subaru la retient in extremis dans ses bras contre lui, puis il la porte pour la déposer allongée sur le lit. 

Il s'assoit sur le rebord du lit en la regardant. Puis il détourne la tête et met sa main un bref instant devant son oeil qui voit désormais. Il reste là, l'air pensif. Quand soudain l'orage éclate à proximité.  

Le grondement du tonnerre réveille Ishtar qui ouvre les yeux lentement. Elle se redresse sur le lit et regarde Subaru. "Qu'est ce qui s'est passé ?" lui demande t-elle surprise en ajoutant "Votre oeil est guéri ?" 

"Vous ne vous rappelez pas ?" demande Subaru, étonné. 

La jeune fille est surprise "Non. Qu'est-il arrivé ? Je me rappelle juste que... vous êtes sorti... Et puis... Je me suis sentie mal tout à coup...." 

"Et l'oiseau où est-il ?...." demande t-elle.

Ishtar semble perdue et inquiète, et s'apprête à se lever. Mais Subaru retient son bras. Elle le regarde dans les yeux. 

"Il va bien, il s'est envolé" dit Subaru. Ishtar regarde la main de Subaru qui tient son bras. Le remarquant Subaru desserre sa main et l'enlève. Soudain un orage éclate violemment, ce qui surprend la jeune fille qui prend peur et se recroqueville sur elle-même l'espace de quelques secondes. Elle tourne la tête vers la vitre. Il pleut très fort. Subaru se lève pour aller fermer la baie vitrée. Ishtar le regarde, tandis qu'il lui tourne le dos. Elle s'adresse à lui. "Vous ne m'avez pas dit... pour votre oeil. Comment a t-il guéri ?" 

Le jeune homme ne répond pas et continue à tourner le dos à la jeune fille. Il regarde le sol du balcon l'air pensif puis tourne la tête vers Ishtar en la regardant tendrement dans les yeux. "Je ne peux pas vous le dire pour le moment... ". 

Ishtar écarquille les yeux de surprise "Pourquoi ?" lui demande t'elle.

"Je suis désolé" répond Subaru. Sa réponse semble blesser Ishtar qui ne comprend pas pourquoi il ne veut pas lui répondre. Subaru sort de la pièce puis s'adosse contre la porte de la chambre qu'il vient de refermer. Il regarde le sol fixement devant lui, l'air triste. 


---  

La voiture conduite par Haruto se gare et s'arrête devant une petite maison. Mary est assise à côté de lui. 

"Attends-moi ici, je te ferais signe de venir" dit-il à Mary tout en détachant sa ceinture de sécurité et en retirant la clef du contact. 

"Entendu" répond Mary d'une petite voix douce. Une partie de son visage et ses avant-bras sont couverts de bleus et d'égratignures. 

Haruto sort du véhicule et ferme la porte. Il porte un dossier dans la main. 

Il se dirige vers l'entrée de la maison, et au même moment la porte s'ouvre et Rumiko en sort. Elle va à la rencontre de Haruto et s'arrête en face de lui.

"Merci d'avoir accepté" dit Haruto en regardant Rumiko.

"Où est-elle ?" demande t-elle.

"Elle attend dans la voiture" répond t-il en tendant à Rumiko le dossier qu'il tenait dans la main.

"Voici son dossier" dit-il, avant d'ajouter "Il y a son emploi du temps à l'intérieur."

Haruto tourne légèrement la tête et aperçoit Kazuki qui sort de la maison et se dirige vers lui.

"ça faisait longtemps... Kazuki" lui lance Haruto.

"En effet..." répond Kazuki froidement en s'arrêtant devant lui à côté de Rumiko, puis il ajoute "On ne tient pas à avoir une autre mort sur la conscience"

"Je m'en doute... Mais vous n'y êtiez pour rien et Sykies non plus. Et ça ne se reproduira pas." dit Haruto. Il se tourne vers la voiture et fait un signe de la main. Mary ouvre la portière et en sort. Elle tient dans sa main un gros sac à dos qu'elle porte ensuite contre elle. Elle s'approche d'Haruto et s'arrête à sa hauteur en regardant Rumiko et Kazuki qui la fixent tous les deux avec intérêt et admiration, troublés par le charme et la grande beauté de la jeune fille.


"Bonjour" dit Mary timidement.

"Bonjour" dit Rumiko en lui souriant. Mais elle perd vite son sourire en voyant les bleus et les égratinures que porte la jeune fille sur une partie de son visage, ses bras et ses jambes. Elle regarde Haruto qui lui dit "Je ne t'ai pas menti, comme tu peux le voir..."

Kazuki fronce les sourcils et son regard s'attarde sur le bracelet électronique noir que porte Mary à son poignet.

"Ce bracelet, c'était vraiment nécessaire ?" dit-il d'un ton froid en regardant Haruto.

"C'était la condition pour qu'elle soit autorisée à sortir..." dit Haruto. "Ils tiennent beaucoup à elle" ajoute-t-il.

"A elle... ou à ce qu'elle peut leur apporter ?" rétorque Kazuki.

"Viens Mary. Je vais te montrer ta chambre" dit soudain Rumiko en la regardant, sentant que Kazuki est tendu par la situation.

Mary regarde Haruto qui lui dit "Tu peux y aller. Au revoir Mary"

La jeune fille fait un hochement de la tête en signe de salut puis se met à suivre Rumiko jusqu'à l'intérieur de la maison.

Resté seul avec Kazuki, Haruto regarde Mary s'en aller tout en s'adressant à Kazuki "Il est fort probable qu'elle devienne pilote pour Celestial Being".

Kazuki qui regardait Mary s'en aller tourne la tête vers Haruto "ça me rassure alors... quelque part."

"Je dois y aller... S'il y a un problème, appelez-moi" dit Haruto.

"J'espère qu'il n'y en aura pas..." répond Kazuki. 

"Ne t'inquiète pas" dit Haruto tout en s'en allant tandis que Kazuki le regarde partir.


----- fin de journée du samedi 5 mai 2312 - Japon  


Mary qui tient son sac contre elle, est entrée dans la maison accompagnée de Rumiko. Elle regarde tout autour d'elle.

"Viens, je vais te montrer ta chambre" lui dit Rumiko en souriant tandis qu'elle pose sur le buffet le dossier de Mary qu'elle tenait dans la main et qu'Haruto lui avait donné.

Rumiko monte un petit escalier et l'adolescente la suit, puis elle arrive devant une porte qu'elle ouvre.

"Voilà, c'est ta chambre " dit-elle en entrant à l'intérieur. 

Mary rentre à son tour dans la pièce et regarde tout autour d'elle en serrant son sac contre elle.

"ça te plait ?" lui demande Rumiko en souriant.

La jeune fille la regarde avec son visage d'ange "oui, ça me plait beaucoup... merci" répond t-elle timidement.

Rumiko lui sourit et lui montre un placard "Tu peux mettre tes affaires dans ce placard"

Mary pose son sac sur le lit et l'ouvre et en sort une tout petite pile de vetements pliés. Rumiko perd son sourire en constatant que la jeune fille n'a presque rien comme affaires et que ceux-ci sont usés.

Mary prend la pile de vêtements dans ses mains et se dirige avec, vers le placard. Rumiko ouvre la porte de ce dernier pour que la jeune fille puisse y mettre ses affaires. Mais tandis qu'elle s'approche, un objet tombe de la pile de vêtements. Rumiko se baisse pour le ramasser, pendant que Mary pose ses affaires sur une des étagères.

Rumiko prend l'objet dans sa main. Il s'agit d'une barrette en or, en forme de plume. "Tu as fait tomber ceci" dit-elle tout en se relevant et en tendant l'objet vers Mary qui se tourne alors vers elle.

"Elle est très jolie. Pourquoi tu ne la portes pas ?" dit Rumiko, tandis que la jeune fille prend l'objet dans sa main.

"Je ne peux pas la porter au centre. " répond t-elle tristement en détournant les yeux. 

Rumiko voit alors les bleus que la jeune fille porte sur la tempe et sur le côté d'une de ses joues.

"Mais ici tu pourras la porter" dit Rumiko avec tendresse. "Je vais te laisser te reposer un peu. La salle de bain est dans la pièce juste à côté, si tu as besoin. Je serai au rez de chaussée dans le salon. " ajoute t-elle.

"Merci" dit Mary tout en tenant sa barrette dans la main resserrée devant sa poitrine, laissant visible le bracelet électronique qu'elle porte au poignet. 

Rumiko sort de la chambre et ferme la porte. A peine l'a t-elle fermée, qu'elle se met à avoir les larmes aux yeux. 

Elle essuie ses larmes naissantes d'un revers de la main et descend l'escalier pour arriver dans le salon. Kazuki est assis dans le canapé, une cigarette à la main, en train de lire le dossier de Mary qui est posé et ouvert sur la table basse.

Rumiko s'assoit à coté de lui. "Pauvre petite. Elle me fait tant de peine" dit-elle.

"Malheureusement elle n'est pas la seule dans ce cas. Tout ces gamins orphelins qu'on exploite. Haruto m'a dit que Sykies comptait la vendre à Celestial Being en tant que pilote".

"La vendre..." répond Rumiko avec tristesse.

"La confier... si tu préfères" rétorque Kazuki tout en tirant une bouffée sur sa cigarette.

"Elle va piloter un Gundam ?" demande Rumiko inquiète.

"Probablement... Mais après avoir lu son dossier, je pense qu'elle serait mieux comme membre de l'équipage du Ptolemaios. D'après les tests elle est douée pour la programmation, la mécanique et la navigation. Le pilotage aussi... mais là où ça coince, c'est au niveau des combats et des tirs" dit Kazuki en regardant le dossier.

"Elle manque les cibles ?" demande Rumiko.

"Oh pas du tout ! Elle tire très bien au contraire, d'après les résultats. Sauf lors des simulations, lorsqu'il s'agit de tirer sur un adversaire ou de l'achever lors d'un combat. Elle ne peut pas... elle a un blocage" répond Kazuki avant de tirer une dernière bouffée de sa cigarette. 

Il écrase son mégot dans le cendrier et le regarde tristement "L'histoire se répète... à la différence qu'on n'en fait plus vraiment partie..." 

Rumiko regarde avec tristesse le dossier posé sur la table basse. "Tu devrais peut-être reprendre contact avec Sumeragi Lee Noriega et lui faire part de ton avis."

"Pour Sykies, un pilote coute bien plus cher qu'une opératrice ou un navigateur. Tu le sais très bien. S'ils veulent vendre un pilote d'exception, ils feront ce qu'il faut pour qu'elle le devienne" répond Kazuki.

"Si tu confies tes craintes à Noriega, je suis sure qu'elle comprendra... et qu'elle fera ce qu'il faut" dit Rumiko.

"ça fait tellement longtemps que je ne les ais pas vu... tous" répond t-il en se levant.

"ça fera une occasion de les revoir" dit Rumiko en levant la tête vers Kazuki pour le regarder avec un doux sourire.

Il tourne la tête et la baisse en direction de Rumiko. Puis il regarde le dossier qui est ouvert sur la table avec une photo de Mary au milieu d'autres documents. "J'essayerai..." dit-il.

"Merci Kazuki..." répond Rumiko soulagée.

Kazuki se dirige vers la porte d'entrée. "A lundi ! Bonne soirée avec ta petite protégée."

Rumiko se lève et regarde Kazuki partir "A lundi Kazuki".

Elle se rassoit et regarde le dossier de Mary en détail. Elle apprend alors que les parents et la soeur de Mary sont morts lors d'un cambriolage.    


---  

En plein centre ville, Helen est assise sur sa moto qui est à l'arrêt. Elle regarde en direction d'un immeuble d'un centre d'affaire dont certaines fenetres sont éclairées. La visière de son casque est relevée. Elle la baisse, puis descend de sa moto. 

Après avoir déjoué l'attention d'un garde posté à l'entrée, elle monte dans un ascenseur, puis marche ensuite dans un couloir. Puisqu'on est samedi en fin de journée, il n'y a quasiment presque personne dans l'immeuble. Elle entre brusquement dans un bureau en ouvrant la porte en grand.

A l'intérieur un homme assis derrière son bureau se relève soudain énervé et surpris.

"Qui êtes vous ?!!" demande t-il.

"Vous etes Kobayashi Tamimura ? " demande Helen.

"Oui ! Et vous qui etes vous ??! Et qu'est ce que vous voulez ?!" s'écrit Kobayashi Tamimura.

Un poignard glisse de la manche d'Helen pour arriver dans sa main, elle le lance soudainement vers l'homme d'affaire. La lame se plante violemment dans son coeur. L'homme d'affaire le tient en agonisant de douleur et tente de s'enfuir en se déplaçant sur la droite, mais s'écroule par terre. Son corps dépassant de derrière le bureau, Helen s'avance vers lui et récupère le poignard. Elle se tourne ensuite sur la droite et voit une table où il y a une maquette représentant un projet de centre d'affaires avec des immeubles. La jeune femme renverse la table avec les mains, détruisant ainsi la maquette.  


Un vigile arrive soudain dans le bureau ayant entendu du bruit. 

"Qu'est ce que ?!" dit le vigile surpris.

Voyant que l'homme d'affaire git par terre dans son sang, le vigile sort son arme à feu et la braque en direction d'Hélen et tire. Celle-ci s'enfuit en sautant par la fenetre qui se brise en même temps. Le vigile est surpris et continue à tirer. Tandis qu'elle plonge dans le vide, Helen ouvre grand les bras et les jambes en étoile, puis atterit lourdement sur le toit d'un autre immeuble situé en contre-bas. Elle se met à courir et à sauter pour arriver finalement à l'endroit où elle avait garé sa moto. L'homme d'affaire qu'elle a tué, prévoyait la destruction d'une foret pour y construire un complexe d'immeubles d'affaires.


----- nuit du samedi 5 mai 2312 - USA  


Aux USA il fait nuit.

Dans une chambre d'hotel de luxe, un homme d'une cinquantaine d'année, en peignoir, assis sur le bord du lit, fume un cigare avec un verre à la main qu'il pose ensuite sur la table de chevet. 

"Tu en mets du temps pour te déshabiller" dit dit Erwan Mac Gregor, tout en écrasant son cigare dans le cendrier posé sur la table de chevet à coté de son verre à moitié vide.

La porte de la salle de bain s'ouvre soudain. Le vieil homme relève la tête d'un regard pervers.

"Ah enfin ! ça valait le coup d'attendre. Tu est magnifique. Je suis tout excité." dit Erwan Mac Gregor en se levant du lit. 

Anna se tient devant lui en sous-vêtements noirs. Elle a de long cheveux roux bouclés. On ne peut pas distinguer qu'il s'agit en réalité d'une perruque. Elle s'avance vers lui.

Erwan Mac Gregor la regarde en souriant avec des yeux pervers. 

Elle le regarde, puis elle pose ses mains sur le torse de l'homme pour ouvrir son peignoir et le faire tomber sur ses épaules en le caressant. Puis elle refait glisser ses mains sur le torse de l'homme et le regarde soudain avec haine. Les yeux d'Anna sont remplis de lueurs et ses mains sont entourés d'une aura bleue. L'homme soudain écarquille les yeux. La jeune femme retire ses mains de lui et s'en écarte. L'homme se tient le coeur, comme s'il faisait une crise cardiaque et tombe à genoux sur le sol. Il regarde Anna qui ne réagit pas et qui le regarde fixement alors qu'il est en train de mourir. Allongé par terre, il tend sa main droite vers elle, comme pour implorer son aide. Mais elle ne réagit pas et se contente de le regarder mourir.

Après quelques secondes, elle sort soudain en trombe de la chambre d'hotel en criant.

"A l'aide !! Quelqu'un vite !! A l'aide !!". Une femme de chambre qui était dans le couloir, se précipite vers elle. 


Quelques minutes plus tard, une ambulance est stationnée devant l'hotel ainsi que plusieurs voitures. Des hommes portent une civière recouverte entièrement d'un drap blanc qui semble cacher un corps.

Anna est assise sur le lit de la chambre, avec un policier devant elle qui la regarde.

Elle a une couverture posée sur ses épaules, et est en pleurs.

"ça lui a pris d'un seul coup. c'est horrible !" dit-elle au policier avant de s'effondrer en larmes.  


--  

Anna vêtue d'une robe noire, quitte l'hotel, tandis que les voitures de police s'en vont. Elle marche dans une rue, puis sort un téléphone portable de sa poche. 

A plusieurs kilomètres de là, à l'intérieur d'une maison luxueuse, un téléphone portable sonne sur une table, et une main, celle d'Erik le prend pour le porter à son oreille.

"oui ?" dit Erik Versen.

"C'est fait" répond Anna.

"Merci..." dit Erik.


Anna raccroche. Elle marche jusqu'à une forêt et s'agenouille près d'un buisson, d'où elle retire un petit sac plastique avec une robe rouge à l'intérieur. Elle enlève sa robe noire qu'elle jète par terre sur un tas de feuille, puis enfile la rouge. Elle enlève ensuite sa perruque rousse qu'elle jète par terre sur la robe noire, ainsi qu'une fausse carte d'identité et le téléphone portable dont elle s'était servi auparavant. 

Elle met le feu au petit tas ainsi constitué, et s'accroupit devant pour regarder les flammes. Puis elle se relève et lève la tête en direction d'un avion qui traverse le ciel étoilé.


----- nuit du samedi 5 mai 2312 - Japon  


Il est aux alentours de minuit au Japon. Rui rentre à son appart, sans allumer la lumière. La luminosité de la lune éclairant suffisamment le salon. Il déboutonne sa chemise puis l'enlève tout en allant dans la chambre et va la poser sur la chaise du bureau. Il tourne la tête et voit Yuki endormie dans un des deux lits qui se trouvent côte à côte dans la pièce. Il s'assoit sur le bord du lit vide qui se trouve juste à coté de celui où est endormie Yuki, et la regarde dormir, la lune éclairant son visage. Un sentiment de tristesse envahit le jeune homme.


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


----- matin du dimanche 6 mai 2312 - Japon


Très tôt le matin au Japon, dans une base militaire, un journal d'information est diffusé sur un écran :

"C'est dans cet hôtel situé aux alentours de Washington, que le chef d'état-major des armées américaines, Erwan Mac Gregor a été retrouvé mort hier soir vers 22h dans une des chambres. Il était en compagnie d'une jeune femme qui a appelé les secours immédiatement.

Une autopsie va être réalisée, mais selon nos informations il semblerait que sa mort soit due à une crise cardiaque..."

Le journaliste précise "Il laisse donc le poste de chef des armées, à son jeune successeur : Erik Versen"


C'est Michael Reis qui était en train de regarder les informations sur l'écran, les mains croisées devant son menton, l'air pensif. Il fronce les sourcils en voyant le visage d'Erik diffusée dans le reportage.

On entend le présentateur télé qui enchaine :

"Un autre meurtre a eu lieu cette nuit. Mais cette fois au Japon, dans un centre d'affaires. Le puissant et richissime Kobayashi Tamimura qui prévoyait la construction d'un énorme complexe d'affaires a été tué, vraisemblablement à l'arme blanche, par un couteau. Le suspect qui a été vu par un vigile serait une femme qui portait un casque de motard. Les caméras de surveillance n'ont malheureusement pas fonctionné, ce qui va rendre difficile son identification. Rappelons que ce projet de construction avait suscité beaucoup de polémiques et de protestations de la part d'écologistes, puisque il devait engendrer la destruction de plusieurs centaines d'hectares de forêt.

La suspecte du meurtre aurait, d'après le vigile, sauté dans le vide, du 20ème étage pour s'enfuir. Aucun corps n'a cependant été retrouvé. Ce qui laisse penser qu'elle a réussi à prendre miraculeuse la fuite"


Michael Reis regarde les infos l'air songeur, puis se lève et se dirige vers la fenêtre. Dehors, il aperçoit les troupes militaires qui s'entrainent. Son regard s'attarde alors sur un petit groupe d'une dizaine d'hommes qui sont au garde à vous devant un sergent qui leur parle, et surtout sur l'un d'entre eux... Kusanagi Shiyu.


 ----- matin du dimanche 6 mai 2312 - USA


Aux USA, Erik Versen, regarde par la vitre de la grande baie vitrée de son bureau d'affaire, un verre à la main, l'air pensif. Il boit une gorgée, puis il entend soudain frapper à la porte. Il tourne alors la tête en direction de celle-ci. Une secrétaire entrouvre la porte.

"Monsieur Versen, le vice-président vient d'arriver." dit la secrétaire.

"Bien. Faites le entrer..." répond Erik.

"Oui monsieur" dit-elle.


----- matin du dimanche 6 mai 2312 - Grèce

 

Un avion de ligne vole dans les airs en direction du Japon, à son bord, se trouvent des touristes mais également Saga, Mu, et Aldébaran, sans leur armure, assis sur une même rangée côte à côte. La carrure du chevalier du taureau Aldébaran est tellement imposante que Mu, qui est assis à côté de lui, n'a plus beaucoup de place. Saga quant à lui, assis à côté du hublot, regarde le paysage défiler.

"La prochaine fois je prendrais deux places ! Je ne suis vraiment pas à l'aise dans leur siège, ils sont tout petits !" dit Aldébaran en râlant.

"Dis plutôt que c'est toi qui est trop grand..." rétorque Mu qui se retrouve coincé entre lui et Saga.

"On aurait mieux fait d'attendre d'avoir retrouvé toute notre énergie pour pouvoir utiliser nos pouvoirs de téléportation ! Et puis on ne sait même pas ce qu'on doit chercher là-bas !" grogne Aldébaran.

"Des réponses..." dit Mu en baissant la tête et en fermant les yeux.

"Je ne ressens toujours pas le cosmos d'Athéna, mais à mesure qu'on s'approche du Japon, j'en ressens d'autres qui me sont totalement inconnus" dit Saga tout en continuant à regarder par le hublot.

"Moi aussi" répond Mu qui a toujours la tête baissée et entrouvre légèrement les yeux.

"J'ai un mauvais pressentiment" ajoute le chevalier des gémeaux.


----- matin du dimanche 6 mai 2312 - Japon


 Au Japon, un rayon de soleil vient éclairer le visage de Rui qui ouvre un oeil alors qu'il était endormi à plat ventre dans son lit. Il se relève et tourne la tête vers le lit de Yuki qui est vide. Il voit qu'une tenue de sport est posée dessus.

Il se lève et se dirige vers la cuisine. Le petit déjeuner est disposé sur la table, sauf qu'il manque juste les tasses.

Rui aperçoit Yuki en nuisette qui se tient debout sur la pointe des pieds, le bras en l'air pour essayer d'attraper un bocal en verre rempli de morceaux de sucre qui est disposé en haut d'une étagère.

Rui la regarde avec amertume.

"Attends, je vais te le prendre" dit-il tout en se dirigeant vers la jeune fille. Elle tourne la tête et voit Rui torse nu qui se positionne derrière elle, pour attraper le bocal rempli de morceaux de sucre qu'il tend ensuite lentement à Yuki qui vient de se retourner vers lui. Ils sont tous les deux tout près l'un de l'autre.

"Tiens" dit Rui.

"Merci..." répond Yuki en prenant le bocal de sucre.


Rui la regarde tristement, tandis que Yuki fixe le récipient qu'elle tient dans ses mains. Elle va vers la table et pose un sucre dans une tasse vide pour elle. Le jeune homme la regarde fixement. Soudain Yuki se tourne un peu vers lui tandis qu'elle a toujours le bocal de sucre dans la main.

"Tu en veux un ? " lui demande Yuki.

"Hein ? " répond Rui surpris.

"Du sucre. Tu en veux un ?"

"Oui merci" dit-il.

Yuki dépose alors un sucre dans la tasse vide de Rui, puis referme le bocal. Elle verse le café chaud dans les tasses. Rui s'assoit à table et Yuki s'assoit à son tour.

"Tu as sorti tes affaires de sport ?" demande t-il.

"Oui je vais aller courir un peu... J'aimerais m'inscrire à une activité sportive" répond la jeune fille.

"Tu es sure ? " demande Rui d'un ton grave.

"Oui... J'en ai envie. Et je ne veux pas que mes fichus malaises, m'empêche de faire ce que j'ai envie de faire. " rétorque Yuki.

Elle regarde sa tasse avec mélancolie et Rui la regarde avec tristesse, puis elle lève les yeux vers lui en souriant un peu.

"Et toi ? Tu continues le volley cette année ? " demande-t-elle.

"Oui. Les entrainements viennent de reprendre. A quelle activité sportive comptes-tu t'inscrire ?"

"Je ne sais pas encore. Peut-être du tennis..." répond t-elle.

"C'est peut-être un peu trop dur et fatiguant physiquement. Pourquoi tu ne referais pas de la danse classique comme avant ?" dit-il.

"ça ne me dit plus trop rien" répond Yuki.

"De la GRS alors ? Il y a une fille dans ma classe qui en fait."

"De la GRS ? Oui... pourquoi pas." répond l'adolescente.

"Tu as vu l'infirmière au fait hier. Tu lui as dit que tu souhaitais faire du sport ? Elle n'y a pas vu d’inconvénient ?" demande-t-il.

"Non, je lui en ai parlé. Elle a vu mon dossier et m'a ausculté".

"Et ça a été ?"

"Oui ça s'est bien passé" dit Yuki en saisissant le pendentif en or en forme de flamme qu'elle porte autour du cou, puis elle le lâche et baisse le regard pour fixer sa tasse. "Ne t'inquiète pas pour moi" ajoute t-elle, préférant ne pas parler de l'incident d'hier.

"L'infirmière que tu as vu hier... Elle s'occupe aussi des entrainements de GRS" précise Rui.

"Ah ?" répond Yuki surprise. 

"Oui. Du coup... Si tu fais un malaise pendant un entrainement, elle pourra intervenir." ajoute t-il.

Yuki baisse la tête l'air pensive.

"Tu m'attendras pour le jogging... Je vais en faire aussi." dit le jeune homme.


--

 

Chez elle, Rumiko qui est en train de découper un cake qu'elle vient de cuire. Elle tourne la tête vers Mary qui vient d'arriver dans la cuisine.

"Bonjour Mary. Bien dormi ? Installe-toi, j'ai fait du gâteau."

La jeune fille tourne la tête vers la table qui est garnie de deux verres de jus d'orange, de deux assiettes et de couverts. Elle s'assoit à table. Elle porte sa barrette en or en forme de plume dans ses cheveux, juste à côté de sa tempe. Rumiko s'approche de la table et y dépose un plat contenant le cake découpé en tranche.

"Elle est vraiment très belle cette barrette" dit la jeune femme.

"Merci" répond Mary.

Rumiko dispose deux tranches de gâteaux dans l'assiette de l'adolescente.

"N'hésite pas à te servir si tu en veux davantage, ou à me le demander" dit-elle en lui servant du chocolat chaud, puis elle s'en sert ensuite dans sa tasse. "Oui merci" répond Mary.

La jeune fille regarde avec mélancolie les deux tranches de cake disposés dans son assiette.

Ce qui inquiète Rumiko "Qu'est ce qu'il y a ? Tu n'aimes pas ?" demande-t-elle.

"Si... ma mère en faisait" répond alors la jeune fille qui baisse alors la tête pour cacher ses yeux sous les mèches de cheveux de sa frange.

"Je suis sure que ta maman veille sur toi de la haut et qu'elle est très fière de toi..." répond Rumiko avant d'ajouter "ça te dirait qu'on aille faire les boutiques cet après-midi pour t'acheter des affaires neuves ?"

"Je n'ai pas d'argent. Je suis désolée..." répond Mary en relevant la tête pour regarder la jeune femme qui lui sourit.

"Mais qui te parle d'argent ? Je te les offre ! C'est mon cadeau de bienvenue ! Interdiction de refuser !" dit Rumiko, avant d'ajouter "Ça me ferait tellement plaisir. Ok ?"

Mary fait un hochement de la tête pour dire oui.

"Super ! Allez mange ! Ça va être froid." dit Rumiko en souriant et en la regardant avec tendresse.

La jeune fille se met à manger une part de gâteau, puis à boire son chocolat chaud.


--


Rui et Yuki sont en train de courir côte à côte le long d'un chemin qui longe une plage. Cela fait plusieurs minutes déjà qu'ils courent. Ils sont un peu essoufflés, du coup ils ralentissent un peu et se mettent à marcher. Yuki s'arrête pour regarder la plage.

"Elle est magnifique !" dit-elle.

Rui s'arrête aussi pour la regarder.

Soudain le jeune fille entend un petit gémissement. Elle tourne la tête et aperçoit un chien loup sur le chemin, qui vient toucher sa main avec son museau après s'être approché d'elle. Elle est surprise.

"Qu'est ce qu'il y a ? dit Rui en voyant que sa soeur a l'air stupéfaite.

"Je ne sais pas. Il a peut-être faim" répond Yuki.

"Hein ? Qui ça ? De qui tu parles ?" demande le jeune homme.

"Bah... du chien" rétorque Yuki surprise.

"Quel chien ? " demande Rui étonné.

Yuki regarde le chien, puis Rui, et répond surprise "Tu me fais marcher ? Tu ne le vois pas ?" demande-t-elle en montrant du doigt le chien qui se tient à côté de sa main.

Rui jette un coup d'oeil et fronce les sourcils "ça suffit Yuki... C'est pas drôle ! "

Yuki est consternée.


"Inuki !" s'écrit soudain une voix féminine. Le chien se dirige alors vers une jeune fille, Yuzuriha, qui se tient au milieu du chemin, à quelques mètres de là. Yuki suit le chien des yeux, puis regarde la jeune fille qui la regarde,bouche bée.


La façon dont elle regarde Yuki, ne plait pas à Rui, qui saisit alors le bras de sa soeur pour l'entrainer à marcher.

"Allez viens, on rentre !" dit-il.

Yuki, qui est troublée se met alors à marcher machinalement. Ils arrivent tous les deux à la hauteur de Yuzuriha et Inuki puis les dépassent.

Yuzuriha murmure, surprise et troublée "Vous voyez Inuki ?"

Yuki écarquille les yeux tandis qu'elle marche entrainée par Rui qui la tient toujours par le bras. Elle tourne la tête vers Yuzuriha qui tourne la tête aussi vers elle. Elles se regardent toutes les deux surprises.


"Qu'est ce qu'elle a cette fille à te regarder comme ça ? Elle est bizarre. Tu la connais ? " demande le jeune homme en continuant à marcher.

Sa soeur détourne la tête et regarde droit devant elle "Non" dit-elle troublée.


Yuzuriha et Inuki regardent Rui et Yuki s'éloigner. Le chien tourne soudain la tête vers la route qui est à quelques mètres de là, en direction d'une moto qui est arrêtée à un feu et sur laquelle Helen est assise revêtue d'un casque de motard sur la tête. Elle regardait en direction de Yuki et Yuzuriha.

Inuki émet un petit gémissement. Sa maitresse regarde alors son chien et constate que celui-ci a la tête tournée vers la route. Elle se met à regarder dans cette direction et aperçoit Helen.

"Qu'est ce qu'il y a Inuki ?" s'étonne Yuzuriha tout en regardant Helen qui la regarde aussi. Le feu passe au vert. La motarde détourne le regard et file sur la route.

Yuzuriha et Inuki la regardent partir, tandis qu'elle les regarde dans le rétroviseur de sa moto.

   

--

  

Rui et Yuki courent côte à côte, non loin de leur résidence.

Le jeune homme annonce soudain "Premier arrivé, premier sous la douche !" et se met alors à accélérer l'allure. Yuki s'arrête surprise et essoufflée "Hey nan ! C'est pas juste ! Tu triches !" en regardant son frère courir en direction de leur appartement. Elle marche pour atteindre l'entrée de la résidence, pendant que Rui entre dans l'appart. Au même moment une moto passe derrière elle et s'arrête. "Hey toi ! " s'écrit Helen en direction de Yuki, alors qu'elle vient juste de relever sa visière. La jeune fille s'arrête et se retourne vers Helen qui est assise sur sa moto.

"Oui ?" répond Yuki en la regardant, tandis qu'Helen enlève son casque et descend de sa moto puis se dirige vers la jeune fille. Elle s'approche de l'adolescente puis s'arrête en face d'elle.

Helen baisse les yeux et aperçoit le pendentif en forme de flamme que Yuki porte autour du cou. Elle écarquille les yeux.

"Où as-tu eu ce pendentif ?" demande Helen.

Yuki le tient dans sa main comme pour le cacher, en reculant d'un pas "C'est le mien ! Pourquoi ?" répond t-elle. "Le tiens ?" réponds Helen surprise. Elle regarde fixement la jeune fille blonde dans les yeux l'air pensive et lui demande "Dans ce cas... De quel côté es-tu ?"

"Hein ? Comment ça ?" répond Yuki surprise. "De quoi parlez-vous ? Qui êtes-vous ? Qu'est ce que vous voulez ?" ajoute t-elle en reculant d'un pas et en baissant lentement le bras pour relâcher son pendentif.


Au même moment Helen s'avance vers elle et attrape fermement le bras de l'adolescente qui prend peur et tente de reculer et de retirer son bras prisonnier de la main d'Helen "Lâchez-moi ! " s'écrit-elle. "Vous me faites mal" ajoute-t-elle en fermant à moitié les yeux de douleur.

"Réponds !" s'écrit Helen en fronçant les sourcils. Au même moment un léger éclair electrostatique vient frapper le poignet d'Helen sans que Yuki s'en aperçoive. La jeune femme relâche alors son étreinte du bras de Yuki qui le dégage et qui se met à courir pour s'enfuir en direction de son appartement où elle finit par se réfugier. Helen la regarde partir et baisse son bras le long de son corps. Du sang coule le long de sa main. La jeune femme tourne la tête pour regarder droit devant elle et dit "Sors de ta cachette...". Quelqu'un s'approche à quelques mètres derrière elle. Helen se retourne et aperçoit Greg, un beau jeune homme de 19 ans aux yeux bleus.


Greg la regarde fixement "Laisse la tranquille" lui dit-il calmement.

"Je n'ai d'ordre à recevoir de personne" répond Helen.

"Ce n'est pas un ordre. C'est un conseil..." rétorque le jeune homme tandis qu'une lueur s'éclaire dans ses yeux.

La même lueur s'éclaire dans les yeux d'Helen.

"De quel côté es-tu ?" demande Helen en fronçant les sourcils.

"Du même que toi" répond Greg. "Mais elle n'a rien à voir avec tout ça. Tu l'as bien vu. Elle ne sait rien"

"Pour le moment..." dit la jeune femme tout en se dirigeant vers sa moto.

"Si elle fait le mauvais choix, elle risque d'avoir pas mal d'ennemis contre elle" ajoute Helen tout en s'installant sur sa moto.

"Je sais..." répond Greg, tandis que la jeune femme enfile son casque tout en ajoutant "Et j'en ferais partie..." avant d'en baisser la visière. Elle démarre sa moto et s'en va. Le jeune homme la regarde partir puis tourne la tête en direction de l'appartement.


 ----- matin du dimanche 6 mai 2312 - USA


Aux USA, dans un aéroport, Anna traine une valise à roulette, derrière elle, tout en marchant. Elle tourne la tête vers le panneau annonçant les départs et s'arrête pour le regarder. Le numéro de quai d'embarquement s'affiche pour le premier vol en direction du Japon. Elle se met à marcher vers le quai en question.


--


Rui ouvre la porte de la salle de bain et en sort torse nu revêtu d'un pantalon noir. Il porte sur sa tête une serviette avec laquelle il s'essuie les cheveux.

"C'est bon tu peux y aller" dit-il a Yuki, mais au moment où il la regarde assise sur le lit, il constate qu'elle a l'air abattue et songeuse.

"Qu'est ce qu'il y a ? Ça ne va pas ?" lui demande-t-il.

Sortie de ses pensées, Yuki tourne la tête vers Rui.

"Hein ? Si, ça va." dit-elle en se levant du lit. "Je vais prendre ma douche" ajoute-t-elle en esquissant un sourire forcé.

Le jeune homme la regarde l'air soucieux tandis qu'elle se rend dans la salle de bain, puis en referme la porte. Elle regarde son reflet dans le miroir positionné au-dessus du lavabo et porte la main à son pendentif.

Elle a soudain des flashs de son altercation avec Helen, puis revoit des images de sa rencontre avec Inuki et Yuzuriha.

"Qu’est ce qui ne va pas chez moi ? " murmure t-elle en baissant la tête pour cacher ses yeux derrière les mèches de cheveux de sa frange.


--


Dans la chambre d'un appartement, Sorata est allongé et endormi dans un lit. Il ouvre soudain lentement les yeux en fixant le plafond puis tourne la tête et voit Arashi qui le regarde, assise à son chevet. Elle a les larmes aux yeux.

"Sorata ! " dit-elle avec émotion.

"Hey salut ma jolie ! Je reviens de loin je crois" dit Sorata en souriant malgré la fatigue qui est toujours encore un peu présente.

"Tu es en vie ! Comment est-ce possible ?" dit Arashi avec émotion en pleurant.

"Je ne sais pas. Peut-être qu'ils n'ont pas voulu de moi là-haut ! J'ai peut-être été insupportable !" répond Sorata en souriant davantage.

Elle esquisse un sourire malgré les larmes.

Il ajoute "Mon vieux maitre, le saura peut-être."

Elle acquiesce d'un hochement de tête.


---- après-midi du dimanche 6 mai 2312 - Japon


Au Japon, un avion vient d'atterrir à l'aéroport. Aldébaran, Mu et Saga arrivent dans la grande salle de réception des bagages. Le chevalier du taureau s'écrie "Nous voilà au Japon ! C'est pas trop tôt, j'en avais marre d'être dans cet avion ! J'avais l'impression d'être dans une boite à sardines !"

Ils s’arrêtent devant le grand tapis roulant.

"Et quand je pense qu'on a dû payer un supplément pour nos bagages !" ajoute Aldébaran.

Mu répond "C'est normal, vu leur poids !"

On voit les coffrets de leurs armures d'or arriver sur le tapis roulant.

"Ne trainons pas, on a un train à prendre !" dit Mu.


--

 

Dans un magasin de vêtement pour femme, le rideau d'une cabine d'essayage s'ouvre et Mary en sort timidement, vêtue d'une jupe et d'un petit haut.

Rumiko qui attendait non loin de là, la regarde en souriant et s'exclame :

"Tu es magnifique ! Cela te va très bien !"


La jeune fille regarde son reflet dans le grand miroir de la cabine et se tourne un peu tout en continuant à s'admirer.

"Ça te plait ?" lui demande Rumiko.

"Oui" répond Mary en la regardant. Rumiko lui sourit. Dans la boutique, des clientes regardent la jeune fille avec amertume, jalouses de sa beauté et de ses courbes si parfaites.


--

 

Loin de là, Aldébaran, Mu et Saga sont sur le quai d'une gare. C'est un quai à deux voies qui se dirigent dans le sens contraire l'une de l'autre. Aldébaran est assis sur un banc et juste à côté les trois coffrets de leur armure d'or sont empilées l'une sur l'autre accompagnées de 3 sacs. Mu se tient debout et regarde les horaires des trains pendant que Saga est adossé contre le mur les bras croisés, la tête baissée et les yeux fermés, non loin du banc.

"Tu fais la sieste ? " lui demande Aldébaran en le regardant.

Saga entrouvre légèrement les yeux et lance un regard noir au chevalier du Taureau.

"Apparemment non" répond Aldébaran un peu gêné. Au moment où Saga détourne les yeux d'Aldébaran, il aperçoit sur le quai d'en face, Ishtar qui arrive, accompagné de Subaru.


Elle s'arrête non loin du bord du quai et lève la tête pour regarder le soleil.

"Il fait de plus en plus chaud" dit-elle.

"Oui, nous ne sommes qu'en mai pourtant" répond Subaru.

Il tourne la tête vers un distributeur à boissons qui est installé contre le mur à quelques mètres derrière eux. "Vous avez soif ? Il y a un distributeur" demande Subaru à Ishtar, qui tourne la tête vers lui pour lui répondre "oui j'aimerais bien un peu d'eau... merci."

Et tandis que Subaru se dirige vers le distributeur, Ishtar détourne la tête, et fixe le quai d'en face, sentant qu'on la regarde. Elle aperçoit Saga qui la fixait du regard depuis son arrivée sur le quai et le regarde dans les yeux pendant une longue minute.

Mais soudain, le regard de Saga est rapidement attiré vers un homme qui est en train de courir sur le quai où se trouve la jeune fille, tandis qu'un train arrive à toute vitesse en longeant ce même quai. Ishtar détourne la tête pour regarder le train qui arrive. En une fraction de seconde, l'homme pousse Ishtar violemment en direction de la voie pour qu'elle soit percutée par le train qui arrive. "Meurt !" s'écrit-il avant de poursuivre sa course le long du quai.

A cet instant, Subaru qui était devant le distributeur en train de prendre la bouteille d'eau, tourne la tête vers Ishtar. Et au même moment, Saga s'élance rapidement pour sauver la jeune fille en la serrant contre lui et la ramener sur le quai, juste avant que le train ne passe à toute vitesse. Pendant que le train passe, provoquant un appel d'air, les longs cheveux de Saga et d'Ishtar virevoltent un bref instant, tandis qu'il la serre dans ses bras, les yeux écarquillés, tout comme elle. Le train qui ne faisait que passer, s'en va. Le chevalier des Gémeaux baisse les yeux et s'écarte légèrement du corps d'Isthar pour la regarder.

"Vous n'avez rien ?" lui dit-il en la fixant tendrement.

Ishtar le regarde avec douceur et tendresse " Grace à vous...".

Elle s'écarte lentement du corps de Saga. Subaru arrive, inquiet "Ishtar ! Ça va ?", la bouteille d'eau à la main. Elle tourne la tête vers lui et acquièsce d'un hochement de tête.

Au même moment, un contrôleur du réseau ferroviaire arrive, paniqué. "Ça va madame ? J'ai vu ce qui s'est passé ! C’est un malade ! Je vais tenter de le rattraper et appeler la police !". L'homme se met à courir à la poursuite de l'individu qui est déjà loin maintenant car on ne le voit plus.

Subaru, Ishtar et Saga regardent le contrôleur partir. Puis Saga tourne la tête vers Ishtar pour la regarder.

    

Mu et Aldébaran, ont assisté à toute la scène depuis le quai d'en face. Aldébaran qui s'était levé du banc regarde Saga "Allons bon, voilà qu'il sauve les demoiselles en détresse maintenant !".

Mu observe Isthar avec attention. *Cette fille...* pense-t-il.

Subaru tourne la tête vers Saga pour lui dire "Merci... de l'avoir sauvée"

Saga acquiesce d'un léger hochement de tête et le regarde fixement l'air pensif.

"Merci" lui dit Ishtar en le regardant tendrement. Saga tourne la tête pour la regarder dans les yeux. Un train approche au ralenti, c'est celui que doivent prendre Ishtar et Subaru.

"Le voilà" dit le jeune homme en regardant le train arriver.

"Adieu" dit Saga en regardant Ishtar tout en faisant un hochement de tête. Elle le regarde, puis il s'élance pour atterrir sur l'autre quai, sous le regard surpris des gens et intrigué de Subaru. Le train de Subaru et d'Ishtar arrive et s'arrête sur le quai d'en face.

Saga se tient debout en face de Mu et d'Aldébaran. Il baisse la tête et ferme les yeux l'air pensif puis les entrouvre. Mu fait quelques pas vers lui. "Qu'y a-t-il Saga ?" lui demande-t-il.

"Il a eu un coup de foudre" déclare Aldébaran. Saga lui jette un regard noir.

"Non ?" lui demande Aldébaran. Subaru et Ishtar montent dans un des wagons du train qui stationne sur leur quai et s'assoient. La jeune fille regarde par la fenêtre en direction des trois chevaliers d'or, et son regard se pose sur les trois boites contenant les armures d'or. "Qu'est-ce que c'est ?" demande-t-elle. 

Subaru tourne la tête et les regarde aussi. "Je ne sais pas. On dirait des signes du zodiaque dessus. Le taureau, le bélier, les gémeaux..." répond t-il.

Ishtar regarde Saga qui a le dos tourné. Mu et Aldébaran, le remarquent. "Elle te regarde" dit le chevalier du Taureau. Saga tourne lentement sa tête et légèrement le haut de son corps vers Ishtar et la regarde avec mélancolie.

"Qu'est ce qu'il y a, Saga ? Tu la connais ?" demande Mu avant de tourner la tête vers le wagon dans lequel sont assis Ishtar et Subaru. *Cet homme, il y a quelque chose qui émane de lui... Mais ce n'est pas un chevalier... Et cette fille....* pense-t-il.


Le train commence à partir lentement. Subaru regarde Ishtar qui fixe toujours Saga. Il lui tend la bouteille d'eau qu'il avait eu au distributeur tout à l'heure. Elle la regarde et la prend en le remerciant, tout en jetant ensuite un coup d'oeil vers le chevalier des Gémeaux.

Alors que le train commence à partir et s'apprête à quitter le quai, Saga, qui regarde Ishtar s'éloigner à mesure que le train avance, dit soudain "Je vous rejoindrai plus tard".

Mu et Aldébaran sont surpris. "Hein ?" dit le chevalier du Taureau. Saga saute sur le dernier wagon du train qui quitte le quai et s'éloigne rapidement. Accroupi sur le toit, il regarde Mu.

"Il est sérieux ?" dit Aldébaran. "Il nous plante là ?! Et son armure ?! On va devoir la porter ?!" ajoute-t-il. Mu regarde le train partir et baisse la tête et les yeux, puis les rouvre légèrement, l'air pensif.


--

 

Plusieurs minutes plus tard, le train arrive dans une petite gare. Ishtar et Subaru en descendent et montent dans un bus qui les dépose ensuite à un arrêt où ils se mettent à marcher en direction du temple Kyoto Arashiyama. Arrivés sur les lieux, une servante les accueille et les conduit vers Grand-Mère Sumeragi qui est dehors dans son jardin, assise dans son fauteuil roulant.

"Bonjour. Approchez... " dit-elle en les voyant. Ishtar et Subaru marchent vers elle.

Son regard s'attarde sur l'oeil de Subaru qui n'est plus opalescent.

"Est-ce que le voyage s'est bien passé ?" demande-t-elle.

Ishtar esquisse un léger sourire et répond "Bonjour. On va dire que oui...".


Intriguée, la grand-mère regarde Subaru qui lui dit "Il y a eu un incident à la gare... mais plus de peur que de mal".

"Ah ? " répond la grand-mère un peu surprise, puis elle regarde Ishtar.

"Approchez mon enfant" lui dit-elle. Ishtar s'avance et la grand-mère lui prend les mains pour les serrer délicatement dans les siennes, puis elle ferme les yeux en baissant la tête. Ce qui surprend la jeune fille. Soudain elle entrouvre légèrement les yeux, l'air pensive, puis regarde sur le côté sans bouger la tête, comme si elle avait ressenti une présence. Ce que remarque Ishtar qui regarde aussi de côté, sans bouger la tête. Après une longue minute, la grand-mère enlève ses mains de celles d'Ishtar et la regarde dans les yeux en disant "Pouvez-vous me laisser seule avec mon petit-fils, s'il vous plait. Je dois lui parler".

Ishtar et Subaru sont un peu surpris. "Oui bien sûr" répond la jeune fille. "Je vais faire un petit tour dans votre merveilleux jardin" ajoute t-elle.

"Ne vous éloignez pas trop" dit Subaru. Ishtar lui sourit "entendu". Elle s'éloigne, laissant Subaru seul avec sa grand-mère.


Celle-ci attend un peu qu'Ishtar s'éloigne, puis elle baisse la tête, ferme légèrement les yeux et pose ses mains sur ses cuisses avant de demander à Subaru "C'est elle qui a guéri ton oeil, n'est-ce pas ?" . "Oui..." répond Subaru. "Raconte-moi..." dit la Grand-mère.

Subaru baisse la tête "Hé bien... hier...". Il revoit par flash le moment où lorsqu'il est revenu à l'appartement, il a aperçu Ishtar devant le balcon, et l'oiseau blessé qui ne l'était plus. 

"Elle ne semblait plus la même à ce moment. Elle a guéri mon oeil en passant juste sa main à côté" dit-il. Il parle ensuite du moment où Ishtar lui a dit "Merci de ton dévouement... humain"

"Elle a dit ça. Tu es sûr ?" demande sa grand-mère. "Oui... Puis elle s'est évanouit... Et lorsqu'elle a repris connaissance, elle ne se rappelait plus de ce qui s'était passée " répond Subaru tout en baissant la tête.

"Je vois" répond la grand-mère l'air songeuse.

 

Pendant ce temps, Ishtar, qui se retrouve au fond du jardin, pénètre dans une toute petite forêt composé de quelques arbres. Elle s'y arrête.

"Vous pouvez vous montrer, nous sommes seuls à présent" dit-elle, en regardant droit devant elle.

Saga apparait de derrière un arbre et fait quelques pas, pour s'arrêter à quelques mètres derrière la jeune fille.

"Vous avez ressenti ma présence ?" demande le chevalier des Gémeaux.

"Je vous ai vu sauter sur le toit du dernier wagon du train" répond t-elle en se retournant pour le regarder dans les yeux.

"Pourquoi m'avez-vous suivi ?" ajoute-t-elle.

"C'est pour cela que je suis là. Pour découvrir ce qui m'a poussé à vous suivre" répond t-il.

Ishtar est surprise. Saga s'approche d'elle. Elle lève les yeux vers lui, comme il est beaucoup plus grand qu'elle.

"Je ne sais pas pourquoi... j'ai l'impression de vous connaitre..." dit Ishtar. "Moi aussi" répond Saga.

"Quel est votre nom ?" demande-t-elle.

"Saga... Saga des gémeaux" répond le chevalier.

Ishtar est surprise. "Des gémeaux ?"

"Je suis l'un des douze chevaliers d'or d'Athéna" répond t-il.

"Athéna ?" demande la jeune fille surprise.

"La déesse Athéna" ajoute Saga.

Ishtar le regarde, surprise.

"Me permettez-vous d'entrer dans votre esprit ?" demande Saga en regardant tendrement Ishtar dans les yeux.

Elle est surprise "Vous êtes capables de faire cela ?" demande-t-elle en le regardant. "Pourquoi voulez-vous le faire ?" ajoute-t-elle inquiète.

Saga approche alors sa main droite près de la tempe d'Ishtar qui écarquille légèrement les yeux.

"N'ayez pas peur. Je ne vous ferai aucun mal" lui dit-il, avant d'ajouter "fermez les yeux".

Ishtar hésite.

Il pose sa main sur la tempe de la jeune fille et tous les deux ferment leurs yeux en même temps. Une aura dorée sort alors de la main de Saga.


A ce moment Subaru arrive, accompagnée de sa grand-mère assise dans son fauteuil roulant, et les aperçoivent. La grand-mère regarde le chevalier des Gémeaux. "Cette lumière..." dit-elle en écarquillant les yeux.

Subaru s'apprête à aller vers Ishtar, mais sa grand-mère le retient par le poignet "Non Subaru. N'intervient pas"

Saga entrouvre légèrement les yeux et sans bouger la tête, son regard fixe Subaru et sa grand-mère. Il les referme et poursuit ce qu'il était en train de faire.

Pénétrant l'esprit d'Ishtar, il se retrouve dans un lieu rempli d'obscurité. Il regarde tout autour de lui, et aperçoit une lumière vers laquelle il se dirige. Après l'avoir franchi, il aperçoit une prairie et une estrade en pierre au bord d'un ravin sur laquelle se tient de dos, une jeune femme qui tient dans sa main une épée en or dont la pointe touche le sol. A côté d'elle sur l'estrade, est posée une balance dorée sur un petit socle. Sa chevelure blonde est magnifique, elle est revêtue d'une courte robe grecque de déesse, blanche et dorée avec des bottes en or à talon. Elle se tourne vers Saga. Une aura dorée et lumineuse émane d'elle. Son visage est doux et elle porte un bandage sur les yeux.

Elle amène l'une de ses mains à son visage pour faire tomber le bandage. Ses yeux qui étaient fermés, s'ouvrent lentement. Des yeux d'un bleu profond et étincelant. Tandis qu'ils sont à moitié ouverts, ils fixent avec tendresse ceux de Saga, qui, troublé et comme hypnotisé, met instinctivement un genou sur le sol en signe de dévotion. Elle le regarde puis descend les trois marches de l'estrade avant de s'approcher de lui sans le quitter du regard.

Elle pose doucement sa main sur la joue du chevalier "Saga...". Saga est ému et troublé "C'est vous..." dit-il avec émotion. Elle le regarde avec tendresse et acquiesce en hochant doucement la tête.

Pendant ce temps Subaru et Grand-mère Sumeragi regardent Ishtar et Saga.

Soudain, l'aura dorée qui émanait de la main de Saga disparait, et ce dernier ouvre lentement les yeux en baissant lentement le bras. Ishtar ouvre elle aussi les yeux.

Ils se regardent dans les yeux. Ishtar voit Saga qui s'agenouille devant elle, un genou à terre, tout en baissant la tête. Elle écarquille les yeux de surprise "Que faites-vous ? Relevez-vous" s'écrit-elle.

Subaru et la grand-mère sont eux aussi surpris. Le chevalier relève la tête et regarde Ishtar, puis il pose le poing de sa main droite sur son propre coeur en signe de dévotion.

"Subaru, peux-tu emmener Ishtar à l'intérieur s'il te plait ?" dit sa grand-mère.

Le jeune homme est surpris mais s'exécute. Il avance vers Ishtar et lui dit "Ishtar... Venez, s'il vous plait..."

La jeune fille hésite et regarde Saga, qui fait un hochement de la tête tout en la regardant. Elle se met à suivre Subaru et tous deux rentrent à l'intérieur de la maison.

Saga se relève. La grand-mère reste alors seul avec lui, et lui demande : "Vous êtes un chevalier du sanctuaire grec, n'est-ce pas ?"

"C'est exact. Je suis le chevalier d'or des Gémeaux" lui répond Saga.

"Et ainsi vous avez vu dans l'esprit de cette jeune fille... que son âme, en abrite une autre..." dit la grand-mère.

Le chevalier s'approche de la grand-mère qui ajoute "Elle est en grand danger... Elle aura besoin de vous à ses côtés."

"Je le sais" répond Saga avec mélancolie.

Au même moment, Subaru et Ishtar sont à l'intérieur de la maison. La jeune fille baisse la tête tristement. "Je ne comprends pas, pourquoi a-t-il fait ça ?".

Subaru regarde Ishtar et ne dit rien, il se contente de baisser la tête. La jeune fille s'approche de lui et lui tient la main, ce qui le surprend. Il la regarde dans les yeux.

"Qu’est ce qui se passe ? J'ai l'impression que vous savez quelque chose mais que vous ne voulez rien me dire. Subaru.. Dites-moi. Je ne comprends rien" lui demande-t-elle tristement, presqu'en le suppliant.

Le jeune homme baisse tristement la tête. Au même moment la grand-mère rentre dans la pièce. Saga se tient derrière elle.

"Mon enfant, Subaru n'ose pas vous répondre, parce qu'il a peur que cela soit un trop grand choc pour vous" dit la grand-mère. Subaru baisse la tête tristement. Ishtar regarde la grand-mère avec inquiétude "Comment ça ?" demande-t-elle soucieuse.

"Je pense que vous n'allez surement pas me croire, mais... il y a deux âmes en vous..."

Ishtar fronce les sourcils d'incompréhension. La grand-mère ajoute "celle dont vous avez conscience... et une autre qui sommeille..."

"Et cette âme possède un très grand pouvoir. Et de par sa nature et ses intentions, vous êtes en danger. Et cet homme est là pour vous protéger" dit la grand-mère en tournant la tête vers Saga qui regarde Ishtar avec amertume. La jeune fille le regarde à son tour.


Ishtar est troublée "vous insinuez que... je suis possédée... par... par un esprit ?"

La grand-mère baisse la tête "Ce n'est pas vraiment un esprit, du moins, pas au sens que vous pouvez le penser"

Ishtar regarde Subaru tristement "Vous êtes exorciste... Vous pouvez le faire partir...non ?" lui demande-t-elle.

Le jeune homme la regarde, affligé. Et la grand-mère répond en fermant les yeux "C'est impossible mon enfant. Je suis désolée"

Subaru et Ishtar se regardent tristement. Subaru baisse la tête en fermant les yeux puis les rouvre légèrement, souffrant de ne pouvoir aider Ishtar.

Ishtar baisse la tête d'amertume "Que dois-je faire alors ?" demande t-elle.

"L'accepter" répond la grand-mère. "C'est la seule façon pour que cette âme fusionne avec la vôtre" ajoute-elle.

"Et si je ne le veux pas ?" demande Ishtar. La grand-mère répond "Hé bien, soit elle prendra le dessus sur votre âme et l'annihilera. Soit elle restera à jamais en sommeil en vous, mais je doute que cela puisse demeurer ainsi, vu la situation. Soit il y aura un conflit entre l'une et l'autre, conflit qui finira par vous faire perdre la raison"

Malgré sa tristesse, Ishtar esquisse un sourire forcé qui disparait aussitôt "Hé bien, je n'ai pas beaucoup de choix". Dépitée, la jeune fille s'incline légèrement en disant "Pardonnez-moi, j'ai besoin de prendre un peu l'air pour réfléchir à tout ça. "

"Je comprends mon enfant. Allez-vous reposer" répond la grand-mère. Ishtar s'éloigne et va dans le jardin pour s'isoler.

Restée à l'intérieur, la grand-mère dit à Subaru "Il est préférable que vous restiez ici cette nuit" puis elle s'en va en faisant rouler son fauteuil roulant.

Subaru et Saga se retrouvent ainsi seuls dans la pièce. Le chevalier dit à Subaru "Je suis obligé de partir, mais je vais revenir. Aussi, je vous la confie en attendant... "

Il se dirige vers la sortie et ajoute en passant devant Subaru sans le regarder "S'il lui arrive quelque chose, je ne vous le pardonnerai pas... Dragon du ciel..."

"Je ne me le pardonnerai pas non plus." répond Subaru en baissant légèrement la tête.

Saga s'en va, laissant Subaru seul dans la pièce, l'air pensif et triste.

Perdue dans ses tristes pensées, Ishtar est assise dans l'herbe. Elle relève soudain la tête car Saga se tient debout devant elle, venant juste d'arriver. Il s'agenouille devant elle en posant un genou à terre et s'incline en baissant la tête.

"Je dois malheureusement partir, mais serait de retour d'ici quelques heures. Ne faites rien d'imprudent d'ici là" lui dit-il en relevant la tête. Ishtar acquiesce d'un hochement de la tête. Saga se relève alors, et s'incline pour la saluer, puis tourne les talons.

"Attendez !" s'écrie Ishtar tout en se relevant. Le chevalier se retourne alors vers elle.

"Quand vous êtes entré dans mon esprit, vous avez vu cette âme, n'est-ce pas ? Est-elle bonne ou mauvaise ?" demande-t-elle avec inquiétude.

Saga lui répond en la regardant "Elle vous ressemble". Ishtar écarquille légèrement les yeux. Saga ajoute "De la chaleur, de la douceur et de la bonté, émane d'elle. Tout comme il en émane de vous. "

La jeune fille est touchée par ses paroles.

"Mais, qui est-elle ? Pourquoi lui être si dévoué et vouloir la protéger ?" lui demande-t-elle. "Parce que..." mais Saga se souvient soudain de ce que grand-mère Sumeragi avait-il tout à l'heure "Mon enfant, Subaru n'ose pas vous répondre, parce qu'il a peur que cela soit un trop grand choc pour vous".

Saga baisse la tête en fermant les yeux, puis la relève en les ré ouvrant pour regarder Ishtar, l'air pensif. "Je vous le dirais à mon retour. Reposez-vous en attendant. Vous n'êtes pas prête à l'entendre pour le moment. "

Ishtar écarquille légèrement les yeux puis les referme un peu tout en faisant un hochement de la tête.

"Entendu. Merci... Saga" dit-elle en le regardant avec tendresse.

Le chevalier s'incline en mettant son poing droit sur son coeur pour la saluer avec respect, puis s'en va, tandis que la jeune fille le regarde partir.

Saga tourne légèrement le regard sur le côté, remarquant que Subaru les observait de loin. Et à l'intérieur de la maison, la grand-mère quant à elle, avait remarqué que son petit-fils observait la conversation entre Ishtar et Saga. "Subaru..." murmure t-elle tristement en baissant la tête tout en fermant les paupières à moitié.


--

 

"Ça fait des heures qu'on marche !" s'écrie Aldébaran en râlant tandis qu'il porte sur son dos le coffret de son armure d'or ainsi que celle de Saga empilée dessus. Il porte également son sac et le sien en bandoulière. Mu qui est à ses côtés soupire, tandis qu'ils marchent tous les deux sur un petit chemin entouré d'arbres.

"Je n'arrive pas à ressentir le cosmos d'Athéna..." dit Mu d'un air inquiet.

Ils approchent d'une grande maison, située près d'un lac, au milieu d'une forêt et soudain, aperçoivent un homme au crane rasé qu'ils connaissent bien; Tatsumi, vêtu d'une chemise blanche, les manches retroussées, en train de couper du bois avec une hache. Il s'arrête en voyant Mu et Aldébaran arriver et les fixe tout en tenant sa hache dans la main.


"Vous venez voir Mademoiselle Saori ?" demande Tatsumi en grimaçant.

Mu et Aldébaran s'arrêtent devant lui et s'apprêtent à parler, quand soudain, Saori qui était assise sur la terrasse de la maison arrive, ayant entendu Tatsumi parler.

"Tatsumi.. Qui sont ces gens ?"

Mu et Aldébaran écarquillent les yeux. Ils regardent Saori qui leur sourit.

"Vous êtes perdus ?" leur demande-t-elle.

"Vous ne nous reconnaissez pas ?" demande Aldébaran surpris.

"Non... je vous connais ?" demande Saori surprise.

"Elle se moque de nous ?!" murmure le chevalier du taureau agacé et surpris.

Mu tend le bras devant son ami, pour lui faire comprendre de ne pas insister, puis il baisse la tête et murmure "Je comprends pourquoi je ne ressentais pas son cosmos..."

Tatsumi les regarde avec amertume, l'air agacé.

"Vous devriez partir messieurs. " dit-il, avant d'ajouter "Celle que vous êtes venus chercher... n'est plus. Je suis désolé."

Le chevalier du Bélier baisse la tête puis la relève. "Viens Aldébaran... Allons-nous-en" dit-il en se mettant à marcher. Aldébaran est surpris et en colère "Alors quoi ? On s'en va comme ça ?! Après avoir fait tout ce chemin depuis la Grèce ?!!". Il se met alors à suivre Mu qui lui répond "Malheureusement, on ne peut plus rien faire. Athéna n'est pas ici".

"Où est-elle alors ? " demande Aldébaran. Mu regarde le ciel tout en marchant et répond "Ailleurs".

Le chevalier du Taureau le regarde puis regarde le ciel à son tour en demandant "Qu'allons-nous faire alors ?".

"Rentrer..." dit Mu.


--


Mu et Aldébaran approchent de la gare en marchant. Ils aperçoivent Saga qui marche vers eux.

"Saga !" s'écrit Mu.

"Ah il est là lui ! Il manque pas de toupet !" s'exclame Aldébaran. Il saisit le coffret de l'armure d'or des gémeaux qu'il portait sur le sien et le pose par terre à coté de Saga.

"On se coltine tout le sale boulot pendant que Monsieur fait le joli coeur !" dit Aldébaran en regardant Saga.

Le chevalier des Gémeaux regarde Mu et lui demande "L'avez-vous trouvé ?"

Mu lui répond en baissant tristement la tête "Nous avons trouvé Saori, mais malheureusement elle n'est plus Athéna... Comme Dohko et Shaka le craignait..." . Il relève la tête et demande "et toi ? Cette jeune fille que tu as suivie... Qui est-ce ?".

Saga baisse la tête et dit "Lorsque j'étais sous l'emprise du mal, je sentais parfois qu'une force essayait de m'en sortir. J'avais alors des moments de lucidité où je redevenais moi-même. Ils ne duraient pas bien longtemps car le mal finissait toujours par reprendre le dessus. Mais à chaque fois que je réussissais à reprendre le contrôle de mon esprit, pendant ces brefs instants, j'entendais comme une voix qui m'appelait. Une voix féminine qui faisait fuir le mal pendant un court moment et me faisait retrouver ma conscience. Je pensais que c'était mon cerveau qui me jouait des tours car il n'y avait personne près de moi qui aurait pu m'appeler. Et puis un soir..."

Saga a un flash souvenir de lèvres murmurant "Saga..." puis des yeux bleus magnifiques, d'une aura dorée douce et chaleureuse, de longs cheveux blonds, puis Saga se relevant en sursaut de son lit car il venait de rêver, et à la fin de son souvenir il se tenait la tête en grimaçant tandis que son visage redevenait maléfique.

Le chevalier des Gémeaux baisse la tête et les yeux après avoir raconté ce souvenir.

Mu le regarde. Saga ajoute "Elle a voulu m'aider à faire fuir le mal qui avait pris possession de moi".

Mu lui demande "Qui est-t-elle ?". Saga s'apprête à leur dire.


--- soirée du dimanche 6 mai 2312 - Japon

 

Sur la piste de l'aéroport, un avion s'apprête à décoller. A son bord, Mu et Aldébaran sont assis côte à côte. Le troisième siège à côté d'Aldébaran est vide.

Mu regarde par la fenêtre, tandis qu'Aldébaran a les bras croisés et les yeux fermés.

"Moi je suis un chevalier d'Athéna. J'ai prêté serment de la servir. Je ne me vois pas servir quelqu'un d'autre... Même si elle est mignonne. Et je suis sure que les autres penseront comme moi. Et toi, qu'en penses-tu ?" dit Aldébaran.

Mu lui répond tout en continuant à regarder par le hublot "Athéna n'est plus là..."

"Elle va peut-être revenir... On ne sait pas...." rétorque le chevalier du Taureau.

"Je ne pense pas..." dit Mu, puis il ajoute "Et si Saga a raison. Si cette jeune fille est bien celle qu'il prétend. Alors elle est la seule à pouvoir empêcher ce monde d'être détruit..."

L'avion s'envole.


--- nuit du dimanche 6 mai 2312 - Japon


La nuit vient de tomber. Il fait chaud. Saga est revenu dans la propriété de Grand-mère Sumeragi. Il approche de la maison et aperçoit Ishtar en haut des deux marches qui est endormie appuyée contre le poteau de la rambarde. Il s'approche et la regarde. Elle est en nuisette blanche et porte un grand foulard noué par-dessus ses épaules qui recouvre son dos et une partie de son buste. Saga remarque le pendentif rond en or qu'elle porte autour du cou et qui représente une balance et un glaive à l'intérieur.

Il s'approche d'elle puis la tient contre lui et la soulève en la portant dans ses bras. Il la regarde tendrement puis l'amène à l'intérieur de la maison, en passant par la grande baie vitrée de la fenêtre qui était restée ouverte. Il l'allonge sur le lit délicatement, la regarde puis tourne les talons pour s'en aller, mais à ce moment Ishtar ouvre les yeux et se relève. "Saga..." dit-elle en se levant.

Le chevalier s'arrête et se retourne vers elle. Elle s'approche de lui et le regarde.

Il la fixe dans les yeux et lui dit tristement "Je sais ce que vous attendez... mais je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée".

Ishtar le regarde avec tristesse et lui répond "Je vous en prie... je veux savoir...".

Elle avance vers Saga l'air suppliant. Il la regarde avec tendresse, puis ferme les yeux. Et les rouvre "Soit... puisque tel est votre souhait... Je vais vous montrer"

"Me montrer ?" rétorque Ishtar surprise.

Saga tend sa main vers la jeune fille en lui disant "Donnez-moi votre main."

Elle tend sa main vers celle de Saga, qu'il prend dans la sienne. "Fermez les yeux" lui dit-il. Ishtar ferme les yeux. Saga fait exploser sa cosmoénergie "Another dimension" s'exclame-t-il en fermant les paupières. Soudain ils sont tous les deux envoyés dans une autre dimension. Ishtar entrouvre les yeux avec difficulté car il y a beaucoup de lumière. Puis soudain ils se retrouvent tous les deux dans une ville avec des bâtiments en ruine, des incendies et des explosions qui éclatent un peu partout.

Ishtar ouvre les yeux et regarde autour d'elle. "Où sommes-nous ?" demande t-elle, inquiète et surprise. "Dans le futur..." répond Saga. La jeune fille écarquille les yeux "Le futur ?".

"Votre futur..." précise le chevalier.

Elle fait quelques pas et regarde horrifiée autour d'elle, apercevant par endroit des corps brulés ou mutilés. Choquée, Ishtar a des larmes aux yeux. Saga la regarde.

Soudain elle entend une petite fille qui pleure, elle tourne la tête et l'aperçoit blessée, assise parmi les décombres. A quelques mètre de là, un homme s'approche de l'enfant "Ne t'inquiète pas je vais abréger tes souffrances" dit-il en ricanant. On peut voir la haine et la folie sur son visage. Ce qui surprend et inquiète Saga "Ce visage...".

L'homme brandit soudain un couteau dans sa main et s'apprête à frapper la petite fille avec. Ishtar se met à crier "Non !" et à vouloir intervenir mais Saga la retient par la main en lui disant "Vous ne pouvez rien faire. Nous ne pouvons pas intervenir. Nous sommes juste spectateurs. Ils ne nous voient pas et ne nous entendent pas. ".

"Mais.... Il va la tuer !" s'exclame Ishtar terrifiée. Soudain, alors que l'homme abaisse brusquement son couteau pour tuer la petite fille et que celle-ci crie et pleure en fermant les yeux et en tentant de se protéger avec ses bras. Une lueur horizontale frappe l'homme en pleine tête. Son visage redevient normal et les marques de haine et de folie ont disparu.

Il laisse alors tomber le couteau par terre, terrorisé "Je ne voulais pas ! Je suis désolé ! Je ne comprends pas ce qui m'a pris" dit-il à la petite fille, puis il s'enfuit horrifié.

Ishtar et Saga regardent dans la direction d'où provenait la lumière et aperçoivent une aura entourant une silhouette. A mesure qu'elle s'approche, on distingue qu'il s'agit d'Ishtar du futur, revêtue de son armure dorée, une épée en or dans la main, qui marche vers la petite fille.

Ishtar du présent, écarquille les yeux en se voyant. Ishtar du futur s'agenouille vers la petite fille "N'aie pas peur... Tu ne crains rien maintenant. Je vais t'emmener dans un endroit sûr". La petite fille cesse de pleurer. Ishtar du futur l'aide à se relever et part avec elle.

Ishtar du présent, les regarde partir. Saga lui dit alors "Vous êtes importante. Parce que, sans vous, le monde dans lequel nous vivons, va disparaitre..."

Ishtar écarquille les yeux et tourne la tête vers Saga.

"Le pendentif que vous portez autour du cou, appelle votre armure." ajoute le chevalier. Ishtar baisse la tête et tient son pendentif dans sa main "Mais comment ?" demande-t-elle en regardant Saga.

"Je vous apprendrai" lui répond t-il, avant d'ajouter "Mais pour cela, vous allez devoir venir avec moi en Grèce".

La jeune fille le regarde. Saga lui tend la main "Venez, nous ne pouvons pas rester là trop longtemps". Ishtar tend sa main dans la sienne, puis ferme les yeux. Ils se retrouvent soudain dans le présent, dans la chambre. 

Ishtar ouvre les yeux et regarde Saga en lui disant "Vous dites que je suis importante... mais je..."

Saga s'approche d'elle et la fixe dans les yeux "Vous incarnez la déesse de la justice.... Thémis".

Elle écarquille les yeux. "La déesse... Thémis ?" s'écrit-elle.

Submergée par l'émotion et le choc de cette déclaration, son coeur se met à battre soudain plus vite. Elle s'évanouit brusquement. Saga la rattrape et la serre contre lui tendrement. Puis il la porte jusqu'au lit et l'allonge, avant de remonter le drap sur elle. Il la regarde avec tendresse et affection.


--


Saga sort par la baie vitrée entrouverte de la chambre en la refermant derrière lui. Il fait quelques pas, tourne la tête et aperçoit Subaru qui est assis à quelques mètres de là, sur les marches devant sa chambre à lui. Il est revêtu d'un simple pantalon noir et fixe le sol l'air triste, tandis que la cigarette qu'il tient dans la main se consume. Il tourne la tête vers Saga, puis la détourne.

"Je suppose que vous avez tout entendu..." dit Saga à Subaru. Le jeune homme acquiesce d'un hochement de la tête.

Saga regarde alors le sol devant lui et déclare " Je dois l'emmener en Grèce... Elle est en danger ici, tant qu'elle n'est pas prête, ni consciente de ses pouvoirs".

Subaru baisse la tête tristement mais ne dit rien.

Saga le regarde puis descend les marches et s'arrête sans se tourner. "Je suis désolé..." dit le chevalier. Puis il se remet à marcher. Subaru fixe le sol l'air abattu, tandis que sa cigarette se consume dans sa main.


A suivre...

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?