Entre rêve et réalité par

5 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Action / Aventure

7 Une révélation stupéfiante.

Catégorie: G , 3016 mots
1 commentaire(s)

    Une journée de route s’était écoulée, la lune brillait désormais haut dans le ciel et la température était descendue en flèche d’une bonne dizaine de degrés Celsius. Le groupe était arrivé à la chaîne de montagne qui séparait Togenkyo de Hoto, et se trouvait sur une route sinueuse longeant un vide qui ne cessait d’augmenter au fur et à mesure de leur ascension. Ils n’avaient aucune idée de la distance à laquelle ils étaient du sommet qui disparaissait en se fondant dans le bleu foncé du ciel. Le climat aride avait clairement laissé la place à un climat de montagne dont le groupe n’était pas du tout habitué, c’est pourquoi ils étaient tous recouvert d’une couverture et essayaient tant bien que mal de se réchauffer. La pente étant rude, Hakkuryu qui était toujours transformé en jeep avait de plus en plus de mal à avancer, c’est pourquoi il cala à bout de force.

« Hakkuryu ! s’exclama Hakkai inquiet. On doit descendre ! », ordonna-t-il.

     Sans plus attendre le groupe s’exécuta et le petit dragon s’empressa de reprendre sa forme normale afin de se réfugier dans la couverture de son maître.

« Nous n’avons plus choix, il faut avancer, ordonna à son tour Sanzo.

—   Quelle brillante déduction le bonze », marmonna Gogyo agacé.

     C’est ainsi qu’ils continuèrent leur route non sans difficulté. Alicia n’était pas du tout habillée pour faire une telle randonnée en montagne et sa tunique courte ainsi que ses sandales n’arrangeaient en rien la situation malgré la couverture qui ne suffisait pas à la réchauffer. Cependant elle ne montrait rien de son désarroi et tenait le coup en espérant trouver bientôt un endroit où le groupe sera à l’abri du froid. En effet, les hommes ne menaient pas plus large que la jeune fille, après-tout ils avaient juste les grosses chaussures qui leur permettaient d’avancer plus facilement qu’elle, mais leurs vêtements ne les protégeaient aucunement du froid.

« On va encore marcher combien de temps ! râla Goku.

—   Le temps qu’il faudra, abruti de singe !, dit sèchement Sanzo.

—   Mais j’ai faim ! Et j’ai froid aussi ! Puis je suis fatigué !

—   Arrête de râler le chimpanzé ! On est tous dans le même bateau alors avance et arrête de geindre ! répliqua Gogyo.

—   Tu parles ! C’est facile pour toi, gros comme tu es tu ne peux pas avoir froid !

—   Pardon ? Répète un peu ! Espèce de singe invertébré !

—   Oui t’es gros ! Regarde un peu ça tu as des poignets d’amour ! ajouta Goku en choppant la peau du ventre de l’homme aux cheveux rouges.

—   Arrête ça ! Je ne suis pas gros ! Tu es juste jaloux de ma carrure, espèce de chimpanzé sans cervelle ! dit-il en appuyant ses propos par un coup sur la tête.

—   Ne m’appelle pas le singe ! », répliqua alors Goku tout en lui pinçant de nouveau le ventre.

     Une nouvelle bagarre démarra manquant de les faire tomber dans le vide, Sanzo dû intervenir en pointant son arme sur les deux forcenés.

« Vous allez la fermer où je vous bute !, cria-t-il hors de lui.

—   Sanzo ne tire pas, tu risquerais de tout faire écrouler ! conseilla Hakkai.

—   Si vous continuez je vous balance dans le vide compris ! ajouta-t-il en rangeant à contre cœur son arme.

—   Hakkuryu ? dit soudain l’homme au monocle.

—   Kyu !

—   Peux-tu partir en éclaireur et nous informer si tu trouves une grotte ou un abri s’il te plaît ?

—   Kyu ! Kyu !, répondit-il en agissant sur le champ.

—   Allez continuons ! » insista Sanzo.

     Chacun se concentra sur sa marche et ils continuèrent ainsi leur ascension. Alicia ralentissait la cadence à cause de ses pieds quasiment nus qui s’engourdissaient à cause du froid. Cela l’empêchait de marcher convenablement, ce qui lui valut une remarque cinglante de la part du moine. Pourtant elle ne flanchait pas, elle serrait les dents en se persuadant que la douleur était dans la tête et que tout était une question de mentale. Sanzo ne le montrait pas, mais il était agréablement surpris par tant de hargne. Il commença à se dire qu’elle ne sera peut-être pas si inutile qua ça. Leur calvaire s’acheva lorsque la pente laissa la place à un plateau de forêt à en juger par les ombres qui ressemblaient à celles des arbres, faisant apparaître Hakkuryu qui avait trouvé une grotte, il leur indiqua alors aussitôt la route.

 « Bien joué Hakkuryu ! »

     Cette caverne était vraiment spacieuse, des roches moyennes permettaient de s’assoir sans être à même le sol et il y avait largement la place d’allumer un feu. Hakkai missionna alors Goku et Gogyo d’aller chercher des branchages.

« Quoi ? Pourquoi je dois toujours aller chercher le bois avec lui ? s’emporta Gogyo.

—   Vous en ramènerez plus à deux, répondit Hakkai.

—   Pfff… Quelle plaie…

—   C’est toi la plaie ! » rétorqua Goku.

     Sur ces paroles, ils obéirent en se chamaillant tandis qu’Hakkai déballait le sac de nourriture ainsi que les sacs de couchage. Sanzo s’alluma une cigarette et Alicia sautillait sur place pour dégourdir ses pieds gelés.

« Hakkai ! dit Sanzo d’un ton neutre. La capacité à se téléporter d’Alicia fonctionne grâce à une grande concentration d’énergie, tu devrais lui apprendre à le maîtriser et peut-être aussi à le développer.

—   Oui, ce doit être comme quand je contrôle mon KI pour soigner ou faire apparaître une barrière de protection. Nous avons un peu de temps avant que Gogyo et Goku ne revienne, on va essayer, venez ici s’il vous plait. »

     Ils s’assirent en tailleur face à face, Hakkai lui prit les mains de manière à ce qu’elle connaisse la sensation de l’énergie qui circule dans son corps. Alicia avait fait le vide autour d’elle et se concentrait uniquement sur la voix calme et apaisante d’Hakkai.

« Maintenant pensez à un endroit », ordonna l’homme.

     L’occasion était trop belle, la jeune fille pensa immédiatement à retourner chez elle mais rien ne s’était produit, quand elle ouvrit les yeux une larme coula sur sa joue qu’elle s’empressa d’enlever de la main.

« Ca ne va pas ? demanda aussitôt Hakkai.

—   Si, si ça va, répondit-elle honteuse d’avoir pensé à abandonner pour retourner chez elle. On recommence ! »

     Cette fois-ci, Alicia pensa au dernier endroit où ils s’étaient trouvés, c’était après tout le seul qu’elle connaissait, c’est-à-dire à l’auberge de la dernière ville, et c’est ainsi qu’elle disparut sous la surprise des deux hommes pour réapparaître quelques instants après.

« Ca a marché ! cria-t-elle de joie.

—   Vous êtes allée où ?

—   A l’auberge où nous avons dormi hier.

—   Très bien. Maintenant il faut que vous arriviez à réunir votre propre énergie et à faire la même chose.

—   Ok ! » répondit-elle enjouée.

     C’est à ce moment-là que Goku et Gogyo revinrent avec les branchages, c’est donc ainsi qu’Hakkuryu alluma le feu avec quelques petites étincelles. La chaleur réchauffa et éclaira l’ensemble de la grotte, tous étaient assis autour des flammes, ils buvaient et mangeaient à s’en péter la panse tellement ils avaient besoin de reprendre des forces. La montagne était grande à parcourir et la traversée leur prendra sans aucun doute plusieurs jours. Alicia était ravie, grâce à la prouesse de ce soir, elle sentait que Sanzo commençait à avoir un point de vue différent à son égard, il la regardait avec moins de mépris.

« Dites les gars, ça fait longtemps qu’on n’a pas eu de nouvelles de Kogaiji et sa bande, demanda Goku.

—   Oui c’est vrai, ils doivent imaginer d’autres plans pour nous atteindre, répondit Hakkai.

—   Qui est Kogaiji ? interrogea Alicia.

—   C’est le prince des yokais qui vit au château de Hôto. Son père le roi Gyumao a été emprisonné dans la pierre il y a 500 ans par le dieu de la guerre. Aujourd’hui, avec son groupe, il cherche à s’emparer du Sutra de Sanzo, pour ressusciter son père.

—   C’est donc lui qui est à l’origine de la propagation de l’énergie négative ?

—   Probablement.

—   Il y a la petite copine du singe aussi, Ririn, ajouta Gogyo.

—   N’importe quoi ! rétorqua Goku en lui lançant un beignet de riz dans la figure.

—   Oh allez ! Un ouistiti et un singe… »

     Il n’eut pas le temps de finir sa phrase que Goku s’était jeté sur lui comme un forcené. Sanzo agacé mais conscient qu’il ne pouvait pas utiliser son arme, les assomma d’un coup chacun avec son baffeur, ce qui les stoppa sur le champ avec chacun la petite larme au coin de l’œil.

« Vous avez de la chance que je ne puisse pas utiliser mon flingue bande d’abruti ! rugit-il ensuite.

—   Sanzo ? Tu peux m’en dire plus sur les Sutra ? », se risqua à demander Alicia.

     Un blanc régna, tout le monde s’attendant à une nouvelle réprimande de sa part, mais il regarda la jeune fille avec dédain dans un premier temps, s’alluma une cigarette, et tira une longue bouffée qu’il recracha en l’air. Il appuya finalement sa tête contre la paroi rocheuse, semblant plonger dans ses souvenirs.

«Il y a longtemps, un bouddha de grande renommée, a répandu un sutra à travers les cieux, d'où sont nées l'existence et le vide ainsi que la lumière et l'obscurité. Notre univers, possédant la vie et la mort, a été créé à partir de là. Ce sutra avait le pouvoir de concevoir un nouveau monde et il était trop facile de le dérober. C’est pourquoi ce buddha a déchiré le sutra en cinq morceaux et a confié son destin aux mains de moines ayant acquis le titre de Sanzo.

—   C’est donc en réunissant les cinq sutras, que le fils de Gyumao pourra le ressusciter, conclut la jeune fille très à l’écoute.

—   Oui puisqu’il aura le pouvoir de créer un nouveau monde, ajouta Hakkai.

—   Mon sutra, celui du ciel maléfique, gouverne le principe du yin, poursuit Sanzo qui s’était déjà allumé une deuxième cigarette. Il a le pouvoir de purifier le mal et de sceller les choses qui l’entoure. Son opposé, le sutra du ciel saint, gouverne le principe du yang, il a le pouvoir de corrompre le bien et de libérer les choses de leur contrainte. »

     Sanzo marqua une pause à cet instant, sa main tremblait légèrement et son visage se crispa comme s’il essayait de réprimer un sentiment qui lui était clairement désagréable. Le ronflement bruyant de Goku le sortit de ses pensées et il lâcha un souffle de mépris. Il finit par continuer :

« Il y a aussi le sutra de l’au-delà, qui régit les lois de l’inconnu et de l’infini. Il peut créer un champ de force au travers d’un objet possédant une aura spirituelle, le sutra de la terre nourricière qui régit les lois de la vie et de l’existence et enfin le sutra du néant qui régit les lois du vide et de la mort. Son pouvoir est d'enterrer toute création dans un néant infini. Il annule toutes les attaques.

—   Et tu connais les autres Sanzo qui les détiennent ?

—   Non », dit-il sèchement.

     Cela signifiait clairement qu’il ne voulait pas dire un mot de plus. Ce qu’elle ne savait pas, c’est que le jour où Genjo Sanzo avait reçu son titre bouddhique à l’âge de huit ans et le sutra du ciel maléfique, son maître Komyo Sanzo avait été tué en voulant le protéger. C’était ainsi, qu’il devait être également le propriétaire du sutra du ciel saint, qui lui avait été dérobé le soir de l’assassinat. Sanzo considérait son maître comme son père et le meurtre de ce dernier l’avait grandement touché, c’est pourquoi pour ne pas paraître vulnérable, il n’évoqua pas ce passage.

     Goku dormait déjà, et le reste du groupe étant rassasié et réchauffé fit de même. Hakkai distribua les sacs de couchages, chacun s’emmitoufla à l’intérieur pour s’endormirent, sauf Alicia qui n’arrivait pas à trouver le sommeil. Enervée elle sortit de son couchage, alla s’appuyer contre une des parois de la grotte et commença à travailler sur son pouvoir de téléportation.


     Pendant ce temps, au palais céleste, la déesse Kanzéon fut stupéfaite par le pouvoir dont avait fait preuve Alicia. Même si elle n’était que la réincarnation de sa servante Honoka, elle n’était qu’une simple humaine et sa servante n’avait pas de tels pouvoirs. C’était donc impossible que la jeune fille ait cette capacité, ou alors cela venait de cette dernière et non de Honoka. Elle décida alors de mener sa propre enquête. Pour commencer, elle devait savoir d’où venait Honoka, car c’était le roi du monde céleste qui avait trouvé cette jeune fille orpheline et qui lui avait confié, mais elle n’avait jamais jugé utile de savoir d’où elle venait. Ensuite, trouver pourquoi elle avait été réincarnée dans une simple humaine qui aujourd’hui se retrouve avec des pouvoirs. Elle se rendit alors chez le roi Gojun, un roi bon et juste qui était grandement respecté dans le monde Céleste.

   Arrivée devant les portes du palais de l’empereur, qui faisaient deux fois la taille des siennes, elle fut stoppée par deux gardes.

« Déesse Kanzéon ? demanda l’un d’eux.

—   J’aimerais m’entretenir avec l’empereur Gojun je vous prie, demanda-t-elle solennellement.

—   Un instant je vous prie. »

     Il s’éclipsa un instant et réapparut pour ouvrir les portes et laisser ainsi rentrer la déesse. Elle longea un long couloir argenté, contrairement à son palais qui était fait d’or, au tapis de couleur vert anis en velours, assortis aux murs décorées de grandes toiles majestueuses arborant tout type de reptiles pour la plupart, cette décoration collait parfaitement à l’image du roi Gojun, appelé aussi le roi Dragon. Elle s’agenouilla une fois arrivée devant son trône où il était assis avec beaucoup de grâce et de prestance.

« Que me vaut l’honneur de ta présence déesse Kanzéon ? demanda-t-il.

—   J’ai quelques questions à vous poser à propos de Honoka. Ma servante d’il y a 500 ans.

—   La fille qui a aidé l’aberration à s’enfuir ? rétorqua-t-il d’un ton amer. Que veux-tu savoir ?

—   D’où venait-elle ? Enfin où l’avez-vous trouvé ?

—   Elle était de notre monde. Son père était un traître qui a été condamné à mort et sa mère est décédée peu de temps après. J’ai donc jugé bon de te la confier en tant que servante.

—   Et donc ses parents étaient des dieux ?

—   Tout à fait. Pourquoi toutes ses questions après 500 ans ?

—   Vous êtes au courant de ce qu’il se passe dans le monde inférieur et de la prophétie ?

—   Oui, répondit-il dubitatif.

—   L’âme de Honoka a été réincarnée dans le corps d’une humaine mais qui vivait dans un monde inconnu appelé Terre. Elle a rejoint le groupe chargé d’arrêter la résurrection de Gyumao à Togenkyo, seulement elle possède des pouvoirs qu’une simple humaine ne devrait pas avoir. D’autant plus que Honoka n’avait pas de telles capacités… »

   Le roi prit tout à coup un air grave ce qui stoppa la déesse dans son explication.

« Comment s’appelle cette jeune fille ? demanda-t-il d’un air méfiant.

—   Alicia.»

      Décontenancé, il lui ordonna de le suivre dans son bureau, là où personne ne pourra les entendre puis fit une révélation qui la cloua sur place.

« Cette fille dont vous me parlez, commença le roi. C’est la fille du dieu Ritoten. »

1 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?