Stargate Arcadia : Toutes les étoiles par

7 vote(s) de lecteurs, moyenne=9/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Crossover / Aventure / Action

1 Avant-propos

Catégorie: K+ , 1581 mots
2 commentaire(s)

Notes liminaires

 

L’action du vingt-et-unième siècle a lieu au SG-C, saison six, juste après le retour de Daniel Jackson et le départ de Jonas Quinn. La puissance d’Anubis n’est pas encore à son apogée, et les grands maîtres Goa’ulds ne lui ont pas tous juré allégeance.

Ba’al intrigue pour prendre l’ascendant sur ses congénères. Il est parfaitement conscient de la menace que représente Anubis, et ne désespère pas pouvoir trouver un moyen de le détruire avant qu’il ne soit trop puissant.

Le Prométhée n’est pas opérationnel.

Janet Frasier est toujours vivante. Cassandra entre au lycée après avoir surmonté le dernier « cadeau » que le Goa’uld Nirrt’i avait laissé dans ses gènes.

Daniel Jackson est à nouveau vivant et toujours myope. Il ne garde de son état précédent – une entité énergétique – que quelques sensations éparses.

Les réplicateurs ne sont plus qu’une menace lointaine, les Asgards ayant réussi à les contenir sur une planète autour de laquelle ils ont tissé un piège temporel.

Thor a toujours un faible pour les habitants de la planète Terre, et O’Neill reste un héros aux yeux du peuple asgard.

Les élucubrations de citoyens qui auraient été enlevés par des « petits gris » ne sont pas prises au sérieux par le grand public. Le SG-C a classé l’affaire en mettant ces enlèvements sur le compte d’un seul Asgard, Loki.

L’alliance Terre / Tok’ra / rébellion jaffa n’est pas au beau fixe. Les dissensions entre les Jaffas et les Tok’ra se font plus vives, et les Terriens passent le plus clair de leur temps à jouer les conciliateurs.

Les petites filles du général Hammond aimeraient le voir davantage à la maison. Celui-ci aimerait participer à davantage d’opérations extérieures.

Un nouveau président a été élu, et le sénateur Kingsley est devenu vice-président. Le président aurait préféré n’avoir à s’occuper que des problèmes de politique terrienne. Il est également convaincu que le comportement belliqueux de Kingsley est dicté par une vengeance personnelle, voire des objectifs beaucoup moins louables.

Le NID se fait discret.

Les Russes sont satisfaits – pour l’instant – des arrangements qui ont été pris quant à l’exploitation de la porte des étoiles.

Mel’tek est un Jaffa qui ne se posait pas de questions existentielles avant de se faire nommer primat.

Syssend’har est un Goa’uld malchanceux.

Vigrid est Asgard, mais est malchanceux lui aussi.

Le commandant Fields dirige la zone 51.

Le colonel Norton n’est pas un antivirus. Il se prénomme Philippe.

Le sergent Walter Harriman est fidèle à son poste – devant le pupitre de contrôle de la porte des étoiles.

Le major Davis hante les couloirs du SG-C.

MacKay est canadien. En attendant d’être désigné pour faire partie de l’expédition Atlantis, il délivre son savoir à qui veut l’en­tendre au département scientifique du SG-C. Il admire éperdument le major Carter, et celle-ci doit déployer mille ruses pour l’éviter.

Les relations entre le colonel O’Neill et le major Carter sont au point mort.

Au même endroit (ou presque), l’Arcadia poursuit son périple entre les étoiles. Son capitaine est toujours en quête de liberté, mais pour l’heure, en cette fin de trentième siècle (à moins que ce ne soit le trente-et-unième, mais comment être sûr en ces âges sombres), son combat ne fait que commencer. Ses adversaires sont les Illuminas, qui viennent d’envahir la Terre, mais ils pourraient aussi bien être nommés hommes-mécaniques ou métanoïdes. Il a abandonné son précédent vaisseau, le Death Shadow, pour un appareil plus puissant conçu et construit par son ami. L’Arcadia est parfaitement opération­nel, bien qu’il soit encore en phase de test. Son concepteur a hésité entre plusieurs couleurs avant finalement de se décider pour le vert.

Tochiro Oyama supervise la mise au point de son dernier vaisseau, et profite des combats qui se succèdent pour y apporter sans cesse de nouvelles améliorations. Il travaille jusqu’à l’épuise­ment, sans se soucier des signes précurseurs d’une longue maladie qui finira par lui être fatale.

Emeraldas est le capitaine du Queen Emeraldas. Son vaisseau a été entièrement automatisé par Tochiro, et c’est peut-être pour tromper la solitude qu’on la voit de temps à autre sur l’Arcadia. Elle nourrit de sombres pressentiments quant à l’état de santé de Tochiro.

Kei Yuki vient à peine d’embarquer à bord de l’Arcadia. Elle a perdu ses parents, tués l’un par la maladie, l’autre par les envahisseurs, et a été recueillie par l’Arcadia alors qu’elle dérivait dans l’espace dans une capsule de sauvetage. Elle est officielle­ment opérateur radar, mais espère bien obtenir des responsabilités plus importantes à bord. Son objectif actuel est de réussir à dégeler le capitaine.

Tadashi est orphelin lui aussi. Il est mousse et fait ses premiers pas dans la piraterie.

Masu est cuisinière. Elle a trouvé tous ces jeunes gens bien sympathiques et leur cause parfaitement louable. Elle a été engagée sous la pression de l’équipage, qui en avait assez de la cuisine de Tadashi. Malheureusement, elle possède un caractère exécrable qui fait regretter à certains le temps où ils pouvaient chaparder en cuisine sans risquer de se retrouver embrochés.

Macchi est chef machine. Il a peut-être des ancêtres italiens. Ou peut-être pas.

Sabu est opérateur radar. Parfois, il est de quart au module armes, mais il préfère occuper un poste qui lui permette de travailler avec Kei.

Tori-san est un oiseau très laid, croisement entre un corbeau et une cigogne, qui s’est pris d’affection pour Tochiro (à moins que ce ne soit l’inverse), pour la cuisine de Masu et pour l’épaule du capitaine.

Mimee est la dernière survivante de son espèce. C’est le plus ancien membre d’équipage, mais personne ne l’a encore vue dormir dans la chambre du capitaine.

Mimee est également le nom du chat du docteur Zero, le médecin du bord. Aucun ne s’est risqué à lui demander s’il l’avait appelé comme ça à cause de la fille ou s’il s’agit d’une coïncidence. Il semblerait que le chat soit de sexe masculin.

Le docteur Zero n’a pas de fille. Ni de barbe. En revanche, il est alcoolique, un penchant qui tend à se généraliser au sein de l’équipage de l’Arcadia.

Harlock joue à un subtil jeu de cache-cache avec Kei. Il réfute systématiquement toute allusion à d’éventuelles relations extra-professionnelles qu’il aurait avec la jeune femme, mais son équipage a bien noté son empressement à la secourir, au mépris de tout danger.

Les numéros des niveaux du SG-C sont attribués aléatoire­ment, en partant du principe que les locaux les plus sensibles sont les plus profonds. La localisation du département scientifique reste un mystère.

P4X-48C est une charmante planète quand elle n’est pas envahie par des militaires, de quelque espèce qu’ils soient. Le climat à proximité de la porte des étoiles y est tempéré, et la végétation peut faire penser à celle que l’on trouve dans les forêts du Canada.

2 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?