Née sans étoiles par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Side Story / Romance / Humour

20 Fin du Festival, Dimanche chez les Cullen.

Catégorie: G , 4675 mots
0 commentaire(s)

 

Dimanche, Je me réveillais à 5H30 avec un mal de dos pas possible. Je pris de la morphine. J’allais devoir m’en faire prescrire d’ici une semaine. Je sortais de mon dressing option chambre.

 

J’allais dans la cuisine me faire un café. Je vis qu’il pleuvait légèrement. J’adorais la pluie.

Ca m’apaisait, c’était doux et ca glissais sur la peau. Ca me donnait des frissons.

Je sortis très vite de la maison me plaçant dans l’allée devant le garage avec mes écouteurs dans les oreilles. Et la, je commençais mon échauffement pour détendre mon dos.

 

Une fois finis, j’enlevais mon gilet à capuche et mis la musique de Jeff Cardoni ‘Step Up All In’ qui durait plus de 30 minutes. Une danse classique avec quelques passages rythmés.

Une pure merveille pour s’évader très loin.

 

Je fermais les yeux sous la pluie fine pour m’inspirer et je commençais par de grandes arabesques, des lancées de jambes. Je frottais le sol avec l’une de mes pointes faisant un rond de jambe et l’eau amassée au sol giclait. Puis ca devenait plus rapide et la, je tombais au sol frappant mes mains a terre, faisant de nouveau éclabousser l’eau.

Je continuais avec des flips, des saltos.

 

Qu’est ce que j’aimais cette musique, elle m’envoutait, j’oubliais tout. Plus rien n’existait.

Je repartais en danse classique et la des éclairs et un coup de tonnerre firent leur apparition. Je fermais les yeux en souriant. Je me sentais vivante, apaisée.

 

La musique accélérait de nouveau, et la je courrais, faisant une ligne de sauts et je frappais le sol avec mes mains éclaboussant l’eau. La musique prit fin au bout de 33 minutes et je m’arrêtais, essoufflée, mais vidé de toutes les tensions de la semaine.

 

J’inspirais profondément rouvrant mes yeux, je commençais à grelotter, j’étais trempée mais bien. J’allais pour rentrer prendre une douche bien chaude quand je vis les filles sur le palier avec une serviette éponge. Je souriais en m’avançant.

 

« Hey, salut ! Vous ne dormez pas ? » En m’essuyant les cheveux avec la serviette.

« Tu rigoles, les coups de tonnerre nous ont tous réveillés ! » me fit Alice.

« Oh, je trouve pourtant que c’est apaisant, enfin surtout la pluie à vraie dire ! »

« Tu vas attraper la mort comme ca, rentre ! Les garçons préparent le café ! »

 

Nous montâmes toutes les trois pour nous installer dans la grande cuisine devant l’ilot central.

« Salut » fis-je doucement aux garçons en m’asseyant sur un tabouret.

« Alors Bella, tu voulais nous faire économiser l’eau d’une douche ? » Souria Emmett. Je souris à mon tour. « Nan, j’adore la pluie ! Je trouve ca apaisant ! » En buvant mon café.

« Tu t’es levée à qu’elle heure, bon sang ? » continue t’il.

« Euh, vers 5H30 je crois ! Je.. je ne dors pas beaucoup ! Et j’adore danser sous la pluie ! »

« On a vu ca ! On a l’impression que tu es libérée d’un poids quand tu danse ! Tu n’es pas pareil au lycée !» Répliqua Jasper avec un sourire.

Je l’aimais bien ce Jasper, il mettait en confiance, il dégageait une certaine douceur, une chaleur.

En faite, ils étaient tous très gentils et sociables, peut-être hormis Edward qui était lunatique.

Je continuais à boire mon café et j’entendis le début de l’album de Génésis ‘ we can’t Dance’.

Le meilleur chanteur de ma vie, une pure merveille pour la dance.

Je me mis en mode automatique pour ranger ma tasse dans le lave vaisselle, en pianotant d’une main et je partie en courant dans le salon et commençais à danser en fermant les yeux.

J’adorais trop cet album, une batterie à vous soulever le cœur, des accords parfaits et une voie envoutante. Et la, j’entendis des petits rires et je me figeais. Merde, qu’est ce qu’il m’avait pris, je n’étais pas chez moi. Je me retournais doucement, les joues rouges en m’excusant.

 

« C’est rien Bella ! Ok, on a fait un peu exprès pour voir ta réaction ! » souria Rosalie..

Pourquoi me faire ca, elle voulait se moquer ? Je la regardais sans comprendre.

« C’était pas méchant Bella, on voit juste à quel point tu vies la danse ! Je pense que ca va même au delà de la passion ! » Me fit Jasper.

« C’est toute ma vie ! Enfin, ca l’était avant ! » fis-je doucement.

« Mais ca m’aide énormément pour ma déficience ! » Je tirais sur mes manches.

« Ben, ca y est ! Tu as un fan club Bella ! » Répondit Emmett.

Je restais complètement figée à cette phrase ! Qui étais-je pour avoir un fan club alors qu’eux étaient tous si beaux et intelligents! Je ne comprenais pas ! Était ‘ce une blague ?

Ils coupèrent  la conversation en voyant ma gêne.

 

« On va dans la piscine intérieure si tu veux ! » me fit Alice.

Et la j’entendis une de mes chansons préférées ‘Tonight- Tonight’, bon sang, c’était ca !

La musique pour la danse de Rock, un coup lent, un coup avec de la batterie et ca montait crescendo, c’était vraiment prenant, envoutant, puissant comme musique, enfin c’était déjà en place dans ma tète. J’en avais des frissons tellement cette musique était le summum !

 

« C’est celle la !! La musique pour le Rock ! » J’avais crié, je me retournais pour les regarder.

Ils avaient tous un petit sourire amusé.

« Désolée ! Je vous expliquerais quand Angéla sera avec nous ! Euh, on va à votre piscine ? »

Il faillait que je fasse diversion, ils n’allaient pas me supporter longtemps sinon!

 

Et je commençais à paniquer à l’idée de la piscine, moi qui n’avait jamais vraiment vu de piscine jusqu’à présent et qui surtout ne savait pas nager. Même quand j’allais sur mon rocher, il n’y avait qu’un mètre d’eau, donc cela ne me dérangeait pas ! Mais là !!

 

Je commençais à tirer nerveusement mes manches sur mes mains. J’allais finir par faire des trous dedans. Jasper dut voir ma nervosité, il était venu  prés de moi le temps qu’Alice et Rosalie mette leur maillot de bain et il me regardait. Je baissais les yeux sur mes manches ne trouvant rien de mieux à faire.

« Ca ne va pas, Bella ? » me fit-il avec douceur.

Comment pouvais-je lui dire que je n’avais jamais eut le temps d’apprendre à nager, c’était la honte pour moi ! Et j’avais fait asses de gaffe comme ca.

« Euh, si ca va ! Juste, on a pied dans la piscine ? Hein ? » Je pouvais juste poser la question sans dire le vrai problème.

« Oui, ne t’inquiète pas ! »

Est-ce qu’il avait compris ? Je ne pense pas.

 

Je partais me changer. Alice me prêta un maillot de bain.

Dieu de merde, plus sexy, tu meurs ! J’écarquillais de grands yeux en voyant le bout de tissu.

Je n’étais vraiment pas à l’aise avec mon corps, on ne peut pas dire que j’étais un top modèle. J’étais petite, fluette mais musclée. Ce qui faisait bizarre, enfin, je trouvais ca bizarre. Malgré que mes abdos soient très musclés et dessinés, j’avais les os des hanches qui ressortaient comme ceux des clavicules. J’avais perdu du poids depuis mon arrivée à Forks, surtout depuis mon job à la Push-Musicall et ca se voyait un peu.

 

Alice n’avait même pas de maillot une pièce. J’aurais préféré, ayant des marques dans le dos et en plus on voyait tous mes tatouages. Bon sang. Sur qu’elle avait fait exprès.

Dieu de la piscine ! Aidez-moi !

 

J’arrivais la dernière allant doucement sur le coté droit au bout de la piscine. Je regardais mes orteils, me demandant si j’aurais du mettre d’autres pansements pour l’eau quand un coup violent à mon épaule me projeta au milieu du bassin. Évidemment je m’étais arrêtée du coté ou on n’avait pas pied.

 

Et la je me mis à couler comme une pierre au fond de la piscine sans pouvoir rien faire, tellement la douleur fut violente. Je fermais les yeux.

 J’étais sous le choc du coup violent que j’avais reçu. La douleur irradiant de mon épaule jusqu’à mon dos. Mais quel imbécile avait pu être aussi violent. Emmett.

 

J’entendis un bruit sourd et des voix s’élever. Je commençais à avaler de l’eau.

Une main m’attrapa le bras et me ramena au bord de la piscine, Je m’accrocher au rebord tremblante en crachant mes poumons. Je n’arrivais plus à reprendre mon souffle.

On aurait dit une asthmatique.

J’entendais Emmett râler  et parler de bouée. Il partit rapidement dans une autre pièce. Sérieux, il m’engueulait ?

J’étais épuisée et mes mains glissèrent doucement du rebord de la piscine et je glissais doucement dans l’eau, à nouveau. J’allais vraiment mourir noyé.

 

Je sentis un bras attraper ma taille et me remonter. Edward. Dieu, il n’y avait pas pire honte mais pour l’instant je fulminais contre Emmett. J’arrivais enfin à réagir après avoir repris ma respiration, Edward me tenant toujours surement de peur que je coule à nouveau.

Je commençais à gigoter essayant d’attraper le bord. « Pousse-moi les fesses Edward ! »

« Pardon ? » cracha-t-il.

« Je n’ai plus de force pour me soulever sur le rebord et je dois dire deux mots à Emmett ! » j’étais furieuse après Emmett.

Il rit doucement « Bella, il y a une échelle ! »

De quoi me parlait ‘il « Je ne sais pas comment ca marche ! Pousse-moi !» Je gigotais.

Il rit de nouveau et me souleva par la taille. Je reprenais doucement ma respiration et partais d’un pas vif et décidé pour choper Emmett quand je fis je ne sais quelle pirouette en glissant sur le sol et me retrouvais sur le cul. Bon sang, ca glissait. Bordel, j’étais tellement en pétard que je n’avais pas vu l’eau sur le sol.

 

Je n’en pouvais plus, j’étais épuisée. Je me mis sur les genoux me frottant les fesses, sur que j’allais avoir des bleus. J’entendis Edward grogner, je ne sais quoi, toujours aussi bizarre celui là. Je m’assis sur les genoux, je commençais à tremblais, j’avais froid. Comment peut-on avoir froid dans une piscine chauffée. J’entendis les filles rires et Edward sortir de la piscine en criant après elles.

« Vous ne voyez pas qu’elle est choquée ? » Il m’enveloppa d’une serviette et je soufflais un merci baissant la tète, les larmes aux yeux.

« Tu te rend compte que tu as failli te tuer au moins trois fois en 10minutes ? » me dit-il sèchement accroupis devant moi.

N’importe quoi ! D’où sortait il cela. L’Edward méchant était de retour ! Il a vraiment un problème !

« Emmett ne m’aurait pas poussé, rien de tout cela ne serait arrivée ! » Je baissais la tète. Les autres s’étaient rapprochés.

« Et je n’avais…jamais vu de piscine avant ! » dans un long soupire à peine audible.

Ils furent tous choqués à ma révélation. « Ben quoi ? Je n’ai jamais eut le temps, mes journées et mes week-end étaient bien trop chargés pour que j’aille m’amuser à la piscine ! »

« Mais tu n’as pas appris avec l’école ? » Demanda Rosalie devant moi.

« J’étais dispensée de sport pour m’entrainer à la gym ! Aujourd’hui cette dispense est plus pour ma déficience ! »

« Waouh, mais tu avais quand même des copains et des copines, ils auraient pu t’apprendre !» fit Alice en s’agenouillant devant moi interrogative.

« Euh, nan ! Pas le temps ! Ma seule vraie amie est Angéla et c’est bien comme ça ! »

Ah, ben ils étaient encore plus sur le cul. Comment pouvaient-ils comprendre que pour moi, le sport et la danse étaient toute ma vie. Et je n’avais pas été seule, j’avais eut mon grand-père et mon oncle. Je n’avais besoin de rien d’autre.

 

Je me demandais si j’avais bien fais de leur dire tout cela. Ca ne les regardait pas.

Je n’aurais pas du les embêter avec tout ça. Ils allaient vraiment me prendre pour une folle à présent. Et la, je voulais juste rentrer chez moi.

 

Nous partîmes tous nous doucher. Je m’habillais en faisant une grimace.

Je préparais vite fais mon sac à dos. Je pourrais toujours téléphoner à Alice quand je serais chez Charlie.

Je sortie de la chambre du rée de chaussée en direction de l’entrée quand j’entendis des pas lourds dévaler les escaliers.

Merde. Je restais figée. Je soufflais doucement et me retournais. Bon sang, Emmett.

« Bella, je voulais m’excuser pour tout à l’heure dans la piscine ! J’étais parti te chercher une bouée, mais.. » Il me regarda, soucieux.

« Je ne savais pas ! Jasper nous à averti qu’après ! Tu aurais dut nous le dire avant! »

« Ce n’est rien, tu peux remonter avec les autres maintenant ! » Es ce qu’il avait capté ?

« Qu’est ce que tu fais avec ton sac à dos ? Tu croyais pouvoir partir sans nous prévenir ? » Un air trop sérieux. Il avait capté. Et merde !

Je soufflais un Emmett. « Je comptais prévenir Alice de chez moi ! »

« C’est ca, allé monte ! » Bon sang, il n’allait pas me lâcher.

 

Je remontais avec lui dans le salon déposant au passage mon sac devant la chambre.

« Hé les mecs, Bella voulait rentrer chez elle sans nous prévenir ! »

« Hein ? » firent-ils tous. Dieu, je voulais vraiment me noyer cette fois.

J’avançais doucement, m’arrêtais à 3 mètres d’eux.

« C’est que je n’ai vraiment pas d’expérience entre amis de mon âge et je ne veux pas vous embêter avec ma façon d’être qui peut paraitre bizarre ! Le mieux est que je rentre !» commençant à me tourner doucement en faisant signe du pouce vers la sortie.

J’étais sur le point de partir quand ils se levèrent tous. Et merde.

 

« Nan ! » firent-ils. Dieu, je n’allais pas m’en sortir. Je baissais la tète en soupirant.

« Bella, viens t’assoir une minute pour nous expliquer se qu’il t’arrive ! » me fit Rosalie.

Et re-merde.

 

Je m’asseyais dans un des fauteuils, les jambes en indien baissant ma tète et tirant sur mes manches.

« Ben, je ne sais pas ! » fis-je mal à l’aise et j’avais un de trou dans ma manche. Super !

« Tu ne te sens pas bien avec nous ? » Me fit Rose.

« Si… et nan, je ne sais pas ! C’est vraiment bizarre pour moi ! Je n’ai vraiment pas l’habitude d’être entourée de jeunes de mon âge surtout une fratrie aussi imposante que la votre. J’ai l’impression d’être tout le temps en décalage ! De toute manière d’ici quelques jours ou quelques semaines vous me prendrez pour une folle et vous m’éviterez alors autant arrêter maintenant ! Et je ne veux pas vous envahir avec mes problèmes ! » Je soupirais en baissant la tête.

 

« Nous on aimerait bien en savoir plus sur toi pour que l’on puisse te comprendre ! Mais tu as l’air si timide, si renfermée, si.. ! Qu’on n’ose pas te demander ou très peu ! On attend que ca vienne de toi ! » Me fit Jasper.

« Oui, c’est ca aussi le problème ! Je n’ai pas pour habitude de parler de moi ! »

 Ca allait être compliqué. Il n’était pas question que je leur raconte toute ma vie.

« Va bien falloir ! » Edward était de retour, ben tiens. C’est pas vrai !

 

J’inspirais profondément. Il allait bien falloir que je leur parle un peu de mon passé, pas tout.

« Alors posez moi des questions, mais ne me forcez pas à répondre si je ne veux pas ! »

« Moi ! » fit Alice en levant la main. Je pouffais en voyant sa tète de gamine.

« Tu faisais combien d’heures de danse réellement et quelle genre de danse ? »

« Oh, et bien à la fin je faisais 8 heures par semaines. J’avais intégré les cours d’adulte ! Je faisais je crois 4h en danse moderne, 3H en classique et 1H ou 2H en Jazz et claquettes ! »

« Oh la vache ! Et en gym c’était comment ? » Toujours Alice.

« La gym c’était tous les jours après l’école à partir de 16H jusque 20H ou 21H et le samedi après midi sans compter les compétitions les dimanches. »

« On comprends mieux maintenant ! Tu n’avais pas un moment à toi ! » Me fis Jasper.

« Si, mes moments à moi étaient le sport et la danse ! » Ils avaient l’air surpris.

« Faut juste savoir que c’était toute ma vie ! » Que pouvais-je dire d’autre, c’était vrai.

« Et les courses de moto, ca t’es venue comment ? » merci Edward.

« C’est venue quand Nicolas m’a remit sur pied après la mort de mon grand-père ! » je soufflais.

« Mais tu as appris à quel âge réellement ? ». Il est chiant d’insister celui la.

« 12 ans ? On fais bien de la mobylette à 14 ans !» Ils rirent tous.

« Et les courses de voiture ? » Pouvait ‘il encore plus insister.

« Euh, Charlie ne le sait pas donc ne lui dites pas ! À 12 ans aussi avec des calles en bois sous mes chaussures ! Mais c’était sur circuit au début avec Nicolas à mes coté ! » La ils riaient jaune. Ca me fit rire en voyant leur tète.

« La vache ! » Rosalie était sur le cul.

« Mais tu as conduis sur qu’elle voiture ? » Bon sang. J’étais piégée. Je fis une grimace en pensant à Nicolas.

« Une mustang GT, un V8 reconditionné pour les courses et avant une GTO ! » Ils sifflèrent tous.

« Ben oui mais après c’est ca les courses ! Et c’était la passion de Nicolas ! »

« Ok, je courrais jamais contre toi sur le circuit ! » souffla Edward. Je lui fis un petit sourire.

« Ben pourquoi ? » Alice ne devait pas du tout s’y connaitre en voiture.

« Tu te rends compte que ce sont des voitures qui font au minimum 400CV, ma Volvo en fait seulement 180 ! Bella fait de la course de compétition, moi je suis un promeneur à coté »

Il était nerveux le garçon !

« Euh, 450 CV pour la GT ! La Ferrari GTO, c’est plus, Un des collègues de Nicolas l’a reconditionnée parce qu’elle fait quand même prêt de 900kg. Nicolas l’a explosé en courses de côtes, je ne l’ai pas conduite souvent !»

Je les vis tous se décomposer avec des yeux écarquillés.

« Ben quoi, c’est pas de ma faute pour la GTO ! Moi j’ai juste explosé la Mustang ! »

Et ils sifflèrent de nouveau.

« Vous voyez ce que je disais ? Ca à l’air de vous déranger alors que pour moi, ca a été mon quotidien pendant 4 ans ! » Je ne comprenais pas leur réaction et ca m’énervait.

Je serrais doucement mes poings dans mes manches.

« Et c’est pas la peine d’être étonné j’ai vu la BMW MI, une 6 cylindres, elle fait 410cv et elle est plus légère que la mustang et pire, la Porsche 911 coupée, une GT3 qui fait 520cv pour 1T5, elle ne met que 3 secondes pour atteindre les 100kms/H! Donc c’est du pareil au même en courses ! Je dirais même que la 911 gagne à tous les coups !» Il me prenait pour une bille ? J’étais incollable en voitures ! Surtout formule 1 et voitures sportives.

« d »ailleurs, ne me prêtez jamais la Porsche ! Je pense que je ne reviendrais pas avec la voiture sinon ! » Il y eut des petits rires.

 

« Bella, on ne dit pas le contraire mais à 12 ans on joue à la console ou on fait des soirées pyjamas entre filles ! » Rosalie était tout autant perdue.

« Soirée… pyjamas ? » Dis-je doucement pour ne pas paraitre bête.

« On se fera ca un week-end prochain, si tu veux ! » Alice Jubilait en se frottant les mains.

« Ton oncle t’as appris quoi d’autres ? » Gggrrr, il ne perdait pas le fil celui la.

« Alors ! » Je soufflais en me grattant la tète.

 « Vous connaissez déjà le Wu Shu Gun avec les bâtons de défense, sinon on faisait des combats à mains nues, genre self défense ou du Kung Fu et autres arts martiaux dans le dojo ! Je crois que c’est tout ! Ah et le stand de tir ! » Ils étaient tous blancs.

« Tu as appris tout ça en 4 ans ? Tu te rends compte du boulot que tu as encaissé en plus du lycée ? » Me fit Jasper.

« Oui, ca compensait ce que je faisais en gym et en danse avant ! Ca m’a canalisé par rapport à ma déficience ! »

 

« Et ta relation avec ta mère ? Tu ne devais pas beaucoup la voire ? »

La c’est moi qui blêmit. Je fis une petite grimace.

« Tu n’es pas obligé de répondre Bella ! » La voix d’Edward était une pure douceur.

Trop bizarre ce mec.

« Ce n’est pas comme si nous étions proche ! Plus jeune, elle travaillait beaucoup donc j’étais avec mon grand-père et ensuite elle a connu Phill et ils voyageaient très souvent, j’avais 8 ans à cette époque et de la je me suis débrouillée seule ! Mais ca ne m’a jamais dérangé, j’étais habituée et j’avais mon grand-père et Nicolas ! Je n’avais pas besoin de plus !»

« Ben merde ! » Alice était apparemment émue, ben pourquoi l’était-elle?

« Mais t’as eut le temps d’avoir des petits copains ? » me fit-elle. Bon sang !

« Un seul et c’est bien suffisant ! » Je me frottais le dos en y repensant et chassais le cauchemar de ma tète de l’autre main en frottant ma temps ! J’en frissonnais avec un léger haut le cœur que je gardais pour moi. Ils n’insistèrent pas. Merci mon dieu.

 

Je vis tout de même des visages soucieux, enfin je crois ! Je devais trouver une excuse.

« Ce n’est rien ! Juste, je ne sais pas ! En faite, il était plus proche de Nicolas que de moi ! Je pense qu’il a été tout autant affecté que moi de sa disparition, ca… nous a séparé au final !» Je ne savais pas quelle excuse donner. Il était or de question que j’en dise plus au sujet de James pour leur propre sécurité. Je ne voulais pas les mettre en danger.

 

« Tu crois qu’on n’a pas vu les marques et les cicatrices dans ton dos ? » Me fit Rose, je me figeais. Bon sang, Il fallait que je fasse diversion, que j’éloigne l’image de James.

« Tu crois tout savoir ? » je ne voulais pas intégrer James à cette discussion.

« Ben expliques-nous alors ! » bon sang ! Elle aussi avait un problème ! Elle ne lâcherait pas.

« Tu crois que les saltos sont venus tous seul sur une poutre ? » Je levais un sourcil essayant d’être la plus sur de moi. Elle blêmi. Ce qui m’arrangeait car je ne faisais plus vraiment de gym quand j’étais chez Nicolas, juste pour m’amuser mais ca, personne ne le savait !

Donc je continuais sur ma lancée pour faire disparaitre définitivement James de leur esprit.

« Tu crois que ca a été facile pour moi ? Je ne me suis jamais plain car c’était tout ce que j’avais ! Oui, j’ais fait de nombreux séjour à l’hôpital d’où ma phobie des hôpitaux ! Mais la gym était toute ma vie ! J’en faisait aussi chez Nicolas !»

« Tu croyais quoi ? » fis-je innocemment. Elle ne releva pas ! Et c’est ce que je voulais.

 

Le silence s’installa Je fermais les yeux un instant. Je voulais que cet interrogatoire s’arrête !

« Écoutez, je vais y aller ! J’ai du boulot qui m’attend si vous voulez danser sur une nouvelle chorée dans une semaine ! » Fis je doucement en me levant.

« Bien sur Bella ! Merci de nous avoir parlé ! On te comprends mieux !» me fit Alice avec un sourire.

 

Ils n’insistèrent pas et je rentrais chez Charlie. Je reprenais la nouvelle chorée pour samedi.

 

Charlie était rentré tard le dimanche soir, bien sur avec un trophée pour avoir péché un des plus gros saumon.

 

Apparemment, ils avaient bien rigolé et surtout bien bu avec Bill et Carlisle.

Quelque chose me dérangeait cependant en repensant au type au tatouage, il fallait que j’y réfléchisse à tète reposée.

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?