Le premier humain tombé par

34 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Drame / Action

6 Chara Dreemurr

Catégorie: T , 2851 mots
1 commentaire(s)

Chara ouvrit les yeux. Il était allongé dans un lit confortable, mais il ne sentait plus rien. Toute la douleur qu'il avait ressentie de par ses entailles, maltraitance et autre, tout cela s'était évaporé. Lorsqu'il posa la main sur son front, il sentit un bandage autour de sa tête. Son cou également était bandé, et une de ses jambes aussi. Il avait quelques pansements çà et là, et la douleur ressurgit. Son esprit était encore embrumé, quand brusquement tous ses souvenirs lui revinrent en mémoire.

Il se rappela le harcèlement qu'on lui avait fait subir à l'école. Il se rappela sa douloureuse décision, sa funeste ascension vers le mont Ebott. Il se rappela le chagrin qu'avait eu sa petite soeur en le voyant aussi déprimé. Il se rappela d'une voix douce, qui disait s'appeler Asriel.

"As... Asriel ? Tu es... tu es là ?"

Un silence lui répondit, puis des bruits de pas... Le visage d'une... chèvre ? apparut au-dessus de lui. Une chèvre humanoïde avec de petites cornes et un sourire sincère.

"Oh, tu es réveillé mon enfant ? Comment te sens-tu ? Je me nomme Toriel."

Chara ne sut que répondre. La peur le saisit, et il se redressa immédiatement. Toriel s'avança vers lui, tendant une main pelucheuse.

"Calme-toi, petite chose. Tes blessures risquent de se rouvrir. Tu as demandé Asriel ? Je vais le chercher."

Elle le laissa vaquer à ses pensées, et Chara remua mille et une questions dans sa tête. Une chèvre humanoïde ? Qui parle ? Qui l'a soigné ? Il se croyait en plein rêve. C'était la première fois depuis plusieurs mois qu'on ne lui avait pas fait de mal. Il se rallongea, préférant se reposer tant qu'il le pouvait encore.

Une chèvre. Pourquoi une chèvre l'aurait-elle soigné ? Chara se le demandait encore lorsqu'une horrible pensée lui travers l'esprit.

Si ça se trouve, elle voulait le cuisiner. Et de la viande abîmée, ce n'était pas le top. Et Asriel, il devait y avoir pensé aussi. Chara s'imagina étendu par terre, blessé, son tee-shirt déchiré, les yeux clos et incapable de bouger, pareil à un cadavre. Il devait être une proie alléchante, facile à avoir.

Des pas pressants se rapprochaient de lui, et Chara pensa avoir atteint l'au-delà lorsqu'il vit une autre tête de chèvre, plus enfantine et sans cornes au-dessus de sa tête.

"Hé tu es réveillé ! Maman m'a dit que tu m'avais appelé. Tu te sens comment ?

— Je... Qui, es-tu ? bégaya Chara, ne sachant quoi dire.

— Je suis Asriel Dreemurr, fit le petit, étonné. Mon papa c'est le roi des monstres..."

Le roi des monstres...

Chara se souvint de sa mère, qui un jour lui avait raconté une histoire. Une histoire dans laquelle les humains et des monstres étaient entrés en guerre. Les monstres avaient perdu, et avaient été scellés sous terre à l'aide d'une barrière magique créée par les humains.

Cette légende était réelle, et s'accordait avec celle du mont Ebott, Chara ne pouvait le nier. Il esquissa un sourire. Peut-être n'allait-il pas finir en barbecue, qui sait...

"Ça va, Chara ? dit Asriel. Tu as l'air inquiet. T'inquiète, on est pas des méchants.

— En es-tu sûr ?

— Quoi ? Tu te sens bien ?

— Non, juste, je... J'ai cru que vous alliez me manger...

— Punaise, t'as dû avoir un sacré choc pour penser ça ! Mais t'inquiète, on va t'aider.

— Attends... Vous n'allez pas... Me demander de partir ?"

Chara était abasourdi. Il n'avait pas pensé une seule seconde rester avec des monstres pour le restant de sa vie.

"Tu plaisantes ou quoi ? Regarde-toi un peu, on va pas te laisser comme ça."

Le garçon voulut se mettre debout. Trop vite. Le sang lui monta à la tête, un puissant vertige le saisit et une douleur atroce survint dans ses jambes. Il chancela et faillit tomber quand Asriel le rattrapa de justesse.

"Tu tiens pas debout. Allez, retourne dans ton lit.

Chara regarda la pièce autour de lui. Les couleurs des murs et des meubles étaient chaudes. Il y avait une armoire, une lampe, un coffre à jouets, une commode et un tapis.

"C'est ma chambre, dit Asriel, l'air satisfait. Maman aurait voulu avoir un autre enfant, alors il y a une maison plus loin, près de la barrière. On allait y déménager.

— Je... Je peux rester avec vous ?

— Bien sûr !"

Toriel fit irruption dans la chambre, accompagnée d'un homme chèvre avec de la barbe blonde, une couronne sur la tête et des cornes immenses.

"Le voilà, Asgore, dit Toriel, un sourire sur le visage.

Le dénommé Asgore s'approcha de Chara, qui voulut reculer.

"C'est bien toi, Chara ?

— Heu... Oui... Monsieur ?"

Asgore éclata de rire. Son regard s'illumina tandis qu'il prononçait ces mots.

"Tu n'as pas besoin de m'appeler monsieur comme tu n'as pas besoin d'appeler ma femme madame. Je suis heureux de voir un humain, tu sais."

Chara semblait peu confiant. Il ne connaissait ces gens que depuis quelques secondes et il devait les traiter comme sa famille ? C'était la meilleure !

Finalement, il se laissa aller autant qu'il put dans les bras accueillants de Toriel, qui avait la chaleur d'une mère. Asgore lui ébouriffa les cheveux d'une main chaleureuse et Asriel offrit à l'enfant un sourire radieux.

Chara commençait à se sentir vraiment heureux. Cependant, la raison pour laquelle il avait grimpé le mont Ebott hantait son esprit. Il se sentait lâche de succomber aussi facilement au bonheur auprès d'inconnus alors que quelques heures auparavant il avait failli mourir. Il songea à ce qu'il voulait faire et son coeur se serra.

Le dîner se passa relativement normalement. Chara ne dit pratiquement rien de la soirée malgré les tentatives d'interaction d'Asriel. Ses parents n'essayèrent même pas : Asgore pensait que Chara avait besoin de calme après sa chute et Toriel songeait qu'il avait dû traverser bien des choses avant cela.

Chara dormit dans la chambre d'Asriel sur un matelas avec un oreiller et une couette épaisse, mais il ne trouva pas le sommeil. Il avait l'impression de faire un dernier rêve avant l'au-delà, une sorte de transition vers le paradis. Il se tournait et retournait dans son lit improvisé, remuant mille et une questions dans sa tête. Il s'était juré de mettre un terme à sa vie et il avait la gorge serrée en songeant qu'il se défilait. Il ne voulait pas passer pour un faible. Il avait toujours tenu ses promesses et il ne voulait pas abandonner celle-là. Sinon sa fierté serait compromise. Il devrait pour toujours vivre avec des inconnus, renoncer pour toute sa vie à revoir un humain. Cette pensée le déchirait intérieurement.

Le lendemain lorsqu'il voulut prendre un petit-déjeuner, il vit qu'Asriel était déjà en train de manger dans son pyjama vert et jaune, tandis qu'Asgore lisait un livre tout en mâchouillant.

"Heu... Je peux avoir quelque chose à manger ?"

Chara n'avait aucune idée de s'il était en sécurité ou pas. Asgore leva la tête vers lu et offrit un grand sourire.

"Il y a la tarte de Tori, elle est excellente !

— Et... Quel parfum ?

— Cannelle-caramel !"

Chara fronça le nez. Quelle idée de mélanger un produit sucré et une épice dans une même tarte ? Cependant, il se ravisa de dire quoi que ce soit et s'assit sur une grande chaise trop grande pour lui. Au centre de la table trônait une tarte déjà entamée, et ce fut à ce moment-là qu'Asriel leva la tête.

"Salut Chara, ça va ? T'en fais une tête ! Tu sais, c'est toi qui manges la tarte, pas la tarte qui te mange !"

Chara esquissa un sourire et se servit une part, peu confiant. Il songeait à demander des céréales, mais ce ne serait pas très poli. Finalement, il croqua à pleines dents, s'apprêtant à ressentir un goût bizarre et insensé, mas à sa grande surprise, c'était excellent.

Asriel se mit à rire en voyant la tête de l'humain, la part entamée dans sa main, en train de mâcher lentement avec les yeux grands ouverts.

Durant la matinée, Chara et Asriel restèrent dans la chambre de ce dernier et dessinaient, quand Asriel demanda à Chara :

"Pourquoi t'es allé au mont Ebott ?"

Chara devint tout rouge. Il se contenta de baisser la tête, gêné, mais Asriel insista.

"Je connais la légende, Chara... Me dis pas que c'était pour jouer les durs, ça marche pas avec moi !

— Tu... tu veux vraiment savoir..., pas vrai ?

— Heu... Oui ?"

Asriel commençait à devenir vraiment embarrassé, mais ce n'était rien à côté de Chara. La pâleur de ses joues laissaient peu à peu place à une rougeur incomparable, mettant mal à l'aise des extraterrestres qui venaient juste de recevoir des tweets envoyés par une humanité vouée à disparaitre après cet acte démoniaque.

"Je voulais mourir."

L'enfant chèvre ne répondit pas. Chara se renfrogna, et ne prononça pas un mot de toute la journée.

Lorsque vint la nuit, Chara ne trouva pas le sommeil. Il était persuadé qu'Asriel le prenait pour un fou et qu'il allait le raconter à tout le monde. Les gens allaient se moquer de lui, encore une fois. Il voulait à tout prix éviter cela. Il se sentait mal à l'aise sur ce matelas, dans cette chambre, dans cette maison qui n'était pas la sienne.

Chara se leva et se dirigea vers la cuisine, prenant garde à faire le moins de bruit possible. Où sont les couteaux, se répétait-il dans sa tête. Finalement, il trouva un couteau à pain et sortit de la maison. Il tremblait. Même s'il savait qu'il ne souffrirait plus jamais après cela, l'idée de se trancher la gorge le terrifiait. Il avait peur de rater son coup et de souffrir atrocement jusqu'à un bon résultat.

Il ferma les yeux, préférant ne pas regarder le sang qui se déverserait en dehors de ses veines. Il prit une profonde inspiration et pointa son couteau en direction de sa gorge lorsqu'un cri le fit sursauter. Surpris, Chara lâcha son arme. Derrière lui, Asriel tremblait, les yeux écarquillés et baignés de larmes. Toriel et Asgore accoururent, alertés par le cri de leur enfant, et virent Chara qui commençait à pleurer devant Asriel qui était tombé à genoux. Toriel se précipita vers son fils et Asgore arriva jusqu'à Chara, qui gardait la tête baissée. Le père ne dit rien et serra Chara contre lui, tremblant d'inquiétude. Il ne lui posa aucune question, se contentant de caresser la tête de l'humain.

Chara s'écarta légèrement au bout de quelques minutes. Asriel et Toriel les rejoignirent. Cette dernière prit Chara dans ses bras et l'allongea sur le matelas. Finalement, elle lui demanda :

"Chara, mon enfant, qu'allais-tu faire avec une arme ? Te rends-tu compte de ce que tu allais faire ?"

Chara ne répondit pas. Il peinait à retenir ses pleurs. Sa gorge était serrée, puis finalement il éclata en sanglots comme le simple enfant qu'il était. La maman chèvre le serra contre elle alors que Chara articulait péniblement :

"Je suis désolé ! Je suis désolé, maman ! Je ne le ferai plus, c'est promis !"

Toriel et Chara se figèrent lorsque ce dernier prononça "maman". Chara releva la tête. Toriel affichait un sourire radieux, et le garçon le lui rendit.

Finalement, tous retournèrent se coucher. La nuit avait été éprouvante.


Un an.

Cela faisait un an que Chara était arrivé parmi les monstres, et il était vraiment heureux. Petit à petit, il avait fini par se faire accepter. Lui et Asriel étaient devenus inséparables, comme des jumeaux. Le petit monstre n'avait pas beaucoup d'amis et pas de frère ni de soeur. Mais à présent, Chara était connu partout où il allait, malgré les premières semaines difficiles. Chara était considéré comme l'espoir de tous, l'espoir de voir la surface, l'espoir de vivre sans crainte.

Chara avait fait la connaissance de Gaster, le squelette scientifique royal d'Asgore qui étudiait les âmes. Il avait deux petits frères adorables, Sans et Papyrus. Sans était un tout jeune garçon et Papyrus était encore un bébé. Chara les trouvait très sympa, même si Sans semblait plutôt méfiant. Mais très vite, ce sentiment s'évapora. Chara rencontra également plusieurs petits monstres attachants.

Il était heureux dans l'Underground.

Il jouait avec Sans dans le laboratoire de Gaster quand Asriel fit irruption dans la pièce, les faisant sursauter.

"Oh... désolé ! Chara, tu dois rentrer à la maison ! On y va ?

— J'arrive, Azzy ! À demain, Sans ! lança-t-il au petit squelette.

— À demain, humain !" fit Sans en levant la main.

Asriel saisit la main de Chara et l'entraina à travers Snowdin. Ils firent un léger détour pour voir une statue se tenant à Waterfall. Lorsqu'ils s'en allèrent après l'avoir longuement contemplée, la pluie se mit à tomber. Asriel prit vite un parapluie dans une boite à parapluie et le tendit à l'enfant. Celui-ci fit un sourire malicieux et posa le parapluie sur la statue.

"J'ai l'impression que tu te moques de la statue, Chara ! lança Asriel.

—Pas du tout ! rétorqua l'intéressé. Je veux jute la protéger de la pluie !"

Soudain, des notes parvinrent aux oreilles des deux garçons. Chara se retourna et se dirigea vers la statue.

"Azzy, chuchota-t-il. Viens voir."

Le monstre s'approcha de la statue, et une expression surprise apparut sur son visage.

"Ça vient de la statue..."

Il prit immédiatement la main de Chara, qui sourit. Ils rentrèrent finalement au château en appelant l'homme de la rivière. Alors qu'il étaient devant la maison, Asriel demanda à Chara de fermer les yeux : l'enfant s'exécuta, anxieux. Le petit prince le conduisit à l'intérieur et le fit asseoir sur une chaise. Chara rouvrit ses yeux.

"JOYEUX ANNIVERSAIRE !!!!"

Chara faillit tomber lorsque ce cri lui transperça les tympans. Devant lui sur la table trônait un magnifique gâteau au chocolat qui n'allait pas durer très longtemps, et trois cadeaux juste à côté. Asgore portait le pull que l'enfant lui avait offert et où il y avait écrit Mister Dad Guy blanc sur rose, Toriel tenait son livres de blagues manifestement prête à s'en servir et Asriel semblait très fier de son coup.

"Un an déjà que tu es avec nous ! s'exclama Toriel. Tu ne nous a jamais parlé de ta date d'anniversaire, alors on fait avec ce qu'on a !"

Chara n'en revenait pas. Il essuya ses yeux rouges humides et Asgore s'avança vers lui, un cadeau en main. Chara le déballa sans tarder et y découvrit une photo. Une photo avec Toriel, Asgore, Asriel et lui-même dessus. Tous souriaient, tous appartenaient à la même famille. Chara serra le cadre en murmurant plein de mercis.

Ce fut au tour de Toriel, et Chara fit un bond sur sa chaise. Elle lui avait fait un tee-shirt vert avec une rayure plus claire au milieu, sa couleur préférée. L'enfant lui fit un câlin, tout en se rappelant qu'il n'avait que quelques vêtements depuis un an.

Asriel arriva en dernier. Il avait une petite boite, que Chara s'empressa d'ouvrir. Les larmes lui montèrent de nouveau aux yeux tandis qu'il découvrait le cadeau de son frère adoptif.

Il y avait deux pendentifs en or à l'intérieur de la boite, avec chacun la même phrase.

"Amis pour la vie"

Chara sauta sur Asriel, qui pleurait lui aussi. Après une longue minute d'embrassade, le gâteau fut découpé avec soin par un couteau. Le même que celui que Chara avait tenté d'utiliser. Une vague de nostalgie le submergea.

Après la mort tragique du gâteau, quoique bénéfique pour la petite famille, Chara et Asriel retournèrent à l'ancien château, aujourd'hui déserté. Ils s'y amusèrent beaucoup dans la maison, mais Chara voulut voir un endroit en particulier : là où Asriel l'avait trouvé.

Il s'y précipita, ignorant les appels du petit prince, mais s'arrêta dès qu'il vit la clairière.

Car il y avait quelqu'un ici, qui peinait à se relever. Quelqu'un vêtu d'une chemise blanche terne, très ample et trouée. Manifestement, il était tombé il y avait peu de temps.

Ce quelqu'un se retourna, dévoilant son visage à l'humain.

"Laura..." murmura-t-il, laissant une larme couler sur sa joue.



YOLO!!!!!!!!

Ok, Ok, ok... Vous vous y attendiez pas à celle-là, hein ?

Putain c'est un chapitre super long donc j'ai mis du temps à le sortir... Non en vrai j'avais juste la flemme XD.

J'espère que ça vous a plu, et à plus quand j'aurai moins la flemme !






1 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?