Le premier humain tombé par

34 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Drame / Action

11 Détermination

Catégorie: G , 2801 mots
9 commentaire(s)

Chara se mit debout. Quelle sensation étrange ! Il percevait l'incompréhension de l'enfant. Devant celui ci, un tableau apparut :

"Nommez l'humain tombé" y était inscrit blanc sur noir, ainsi qu'un clavier.

Chara écrivit son nom, et un message lui fut adressé : "le nom originel".

L'enfant se dirigea seul, suivant le chemin qui menait aux ruines. L'humain marchait naturellement lentement, ce qui exaspérait le fantôme. Si ça ne tenait qu'à lui, il serait arrivé à la maison de Toriel en un rien de temps. Cependant alors qu'il franchissait une deuxième pièce avec rien dedans, à part une fleur avec des yeux et une bouche. Elle arborait un grand sourire bien niais, bien gentillet. Dès qu'il s'approcha un peu plus, une musique retentit, porte, et lui explosa les tympans. Il se boucha les oreilles.

Asriel ?

"Howdy ! Moi c'est Flowey ! Flowey la fleur !"

Chara recula d'un pas. Il voulut appeler son meilleur ami, mais son cadavre n'était pas doué de la parole, alors il ne put rien dire, même s'il pouvait tout voir à travers ses yeux fermés.

"Oh, tu es nouveau dans l'Underground, n'est ce pas ?

— Non, pensa le fantôme. l'humain n'était pas du même avis. Il acquiesça.

— Oh, tu dois être si confus ! Quelqu'un doit é te montrer comment ça se passe par ici !

— Lâche moi. L'enfant tremblait. Il se sentait perdu, tous ses "sens" était en alerte.

-Bon, je suppose qu'une vieille branche comme moi fera l'affaire !

— Lâche moi.

— Tu es prêt ? C'est parti !"

Chara se mit à rire lorsque l'enfant commença à paniquer pour de bon. Une fleur parlante ? C'est gentil, les fleurs, mais normalement elles ne parlent pas.

Chara se retrouva plongé dans les pensées de l'humain, qui faisait littéralement un débat dans sa tête.

Si cette fleur était déjà là avant que j'arrive, alors elle m'attendait... Oh non ! Ce doit être une psychopathe ! Mais en même temps, je comprends rien... Si elle pouvait m'expliquer sans me tuer, ce serait déjà bien... Et si elle n'était pas psychopathe, ce serait encore mieux.

Toujours se méfier des inconnus, petit..., pensa Chara, un petit sourire narquois aux lèvres.

Il se retrouva dans le décor noir et blanc, mais sans les quatre options. Son âme de détermination était enfermée dans un petit carré, son nom était bien inscrit, LV1.

"Tu vois ce cœur ? C'est ton âme, la somme de tout ton être !"

L'humain fronça les sourcils, méfiant. Flowey lui offrit un clin d'œil et des petits pétales apparurent autour de lui.

"Pour l'instant, ton âme est faible, mais elle peut devenir forte en gagnant des LV, du LOVE ! Le LOVE s partage grâce à des pétales d'amitié !"

Chara en avait assez. Il avait pris une décision : il allait laisser l'humain se débrouiller seul. De cette façon, il pourra se rendre compte qui avait tort entre lui et Asriel. Il sortit du corps de l'enfant et toutes ses sensations disparurent d'un coup.

L'humain semblait méfiant. Il n'avait pas confiance en cette fleur parlante qui sortait de nulle part. Prudent, il recula devant les pétales de Flowey.

"Allez, attrape-en autant que possible !"

La fleur envoya les pétales sur l'âme de l'humain, qui s'écarta précipitamment. Chara s'étrangla de rire en voyant la tête de la fleur. Elle haussa les... sourcils ? Visiblement piqué, Flowey fit apparaitre d'autres pétales. La musique avait baissé d'un ton. Les choses devenaient vraiment louches.

"Hey gamin, tu les a manqués. On recommence !"

Il envoya de nouveau les pétales, et le gamin les esquiva. Chara commença à pleurer de rire lorsque Flowey s'énerva.

"Est-ce que tu te fiches de moi ? VA. DANS. LES. PÉTALES. D'amitié bien sûr ! ajoutat-il précipitamment. La musique changea encore.

Ça devenait vraiment ridicule. L'enfant et Chara avaient eu leur première pensée commune ; sortir de là. Alors que l'humain allait tenter de s'enfuir, la petite tête mignonne de Flowey devint monstrueuse : ses yeux s'étaient rétractés, son sourire était devenu machiavélique et il montrait les dents. La musique s'était arrêtée.

"Tu sais ce qui se passe ici, n'est-ce pas ? Tu voulais juste me voir souffrir !"

L'humain croisa les bras. Chara se rappela de l'âme de la patience qui était tombée avant, elle avait essayé de raisonner Flowey avec de belles paroles, et avait même été jusqu'à tenter de lui faire un câlin ; la fleur s'était immédiatement enfuie et la fillette ne l'avait plus jamais revu. Chara en était resté bouche bée.

Flowey encercla alors l'âme de l'humain, qui se mordit la lèvre inférieure. Là, ça allait être moins drôle.Chara hésitait à lui venir en aide, mais que pourrait-il faire en tant que fantôme à part compliquer la situation ? Et puis, il devait trouver une réponse à ses questions. Les autres humains tombés avaient vite croisé Asgore, et leur vie s'était arrêtée là. ils n'avaient pas vraiment eu le temps de comprendre ce qui leur arrivait, et Chara espérait vraiment que son cadavre animé allait survivre plus longtemps, lui donner une route à suivre.

L'humain était encerclé. Bien que le fantôme ne soit pus dans sa tête, il percevait nettement la peur.

Oh, c'est pas vrai ! Je voulais pas être méchant, moi ! Il m'arrive vraiment des (censuré), et ça fait que commencer ! On dirait mon prof de techno !

Chara fronça les sourcils. La personnalité de l'enfant avait vraiment de quoi être déroutante, mais ce qui le surprenait encore plus, c'était qu'il se souvenait de son prof de technologie et de la fameuse légende à l'internat.

"MEURS"

L'humain bailla un peu, et alors que Flowey allait lui envoyer les pétales dessus, il demanda sans pression :

"Je peux faire un truc stylé avant de mourir s'il te plait ?

— Heu... OK ?!"

L'humain baissa la tête, et alors que Chara commençait à s'ennuyer, il fit un moonwalk impressionnant, que même Mickel Jackson n'aurait pas réussi à surpasser. Il termina sur une pose parfaite, alors que Flowey le regardait hébété. Il reprit alors ses esprits.

"Bon, je peux te tuer, là ?

— Oui oui vas-y."

L'humain s'accroupit tranquillement. Chara n'en revenait pas. Il avait l'impression de voir son côté sarcastique devant lui à cet instant. Les pétales se rapprochaient de plus en plus de l'âme, et Chara s'attendait à voir un Game Over lorsqu'une boule de vue surgit et fit fuir Flowey. Le coeur du fantôme fit un bond : il reconnaissait ce genre d'attaque.

"Quelle misérable créature, torturer ainsi un pauvre enfant innocent..."

L'enfant en question semblait tout sauf innocent... plutôt étonné de ce qui se passait autour de lui.

"N'aie pas peur, mon enfant. Je suis Toriel, la gardienne des Ruines.

— Vous allez me faire un TU-TORIEL ?" demanda l'enfant de sa voix la plus neutre possible.

La chèvre perdit son sourire amical. Son expression changea totalement, et elle prit l'enfant par les aisselles.

"Hé !

— Tu es un enfant extraordinaire," déclara Toriel, des étoiles dans les yeux.

Chara se demandait si la scène qui se déroulait devant lui était vraiment réelle. Il sentait que l'aventure de... comment s'appelait-il déjà ? Le fantôme fouilla dans l'esprit de l'humain pour le savoir. Frisk. Pourquoi ne s'était-il pas appelé ainsi ?

Toriel et Frisk traversèrent ensemble les Ruines, Chara les suivent derrière. Chaque fois que l'humain entrait en combat avec un monstre, il commençait par faire un pas de danse et regardait le bouton FIGHT avec répulsion, pour faire ACT. La chèvre semblait vraiment fière de lui ; elle le couvait d'un regard affectueux. Cependant, ce n'était pas le même que celui qu'elle avait posé sur Chara ou Asriel. Des étoiles brillaient dans ses yeux, et un réel amour maternel se dégageait de son être.

Malheureusement pour l'humain, il était probable qu'elle ne repose plus jamais ce regard sur qui que ce soit.

Ils rencontrèrent Napstablook. Chara le connaissait bien, car c'était un des seuls fantômes qui pouvaient le voir.

"Oooh... Je suis désolé..."

Il fit apparaitre un chapeau avec ses larmes et attendit une réponse de Frisk, qui croisa les bras et leva un pouce en l'air, les yeux et la bouche fermée. Ensuite, ils se lancèrent tous les deux dans un numéro musical à couper le souffle, alors que Triel détournait les yeux, choquée de voir un humain aussi...

Finalement, ils arrivèrent à la maison de Toriel. Chara suivit Frisk, qui allait se coucher quand il se tourna vers le fantôme.

"Pourquoi tu me suis depuis tout à l'heure ?"

Chara était abasourdi. Il secoua la tête pour reprendre ses esprits.

"Tu veux dire que tu peux me voir ?

— Bah, je parle pas tout seul là. Donc, pourquoi tu me suis ?

— J'ai mes raisons. Tu es moi, je te signale.

— Je sais."

Ces deux mots résonnèrent dans la tête de Chara tel un écho.

"Fais pas cette tête, dit l'humain avec un sourire sincère. Je fais tout ça pour toi, en fait.

— Comment ça, pour moi ?

— Tu verras."

Chara ronchonna, puis les deux garçons entrèrent dans l'ancienne chambre d'Asriel. Chara repéra le dessin d'une fleur qu'il avait fait, accroché au mur près de la commode. Submergé par l'émotion, une larme perla au coin de son oeil, qu'il s'empressa d'essuyer. Frisk le regardait d'une figure compatissante.

"Ça va ?

— T'occupe pas de moi ! Fais comme si j'étais pas là, d'accord ?

— Pas envie.

— Mais..."

Frisk posa un doigt sur sa bouche et fit volte-face, se dirigeant vers le lit où il s'installa confortablement.

Je rêve ou je me fais remballer par mon cadavre qui a reçu une personnalité qui ressemble à la mienne !

N'empêche, Chara avait appris quelque chose de l'humain : il n'avait tué personne. Cependant, les Ruines n'étaient qu'une infime partie de l'Underground. Restait à savoir comment il allait réagir face à d'autres monstres alors qu'il serait seul.

Frisk s'installa dans le lit d'Asriel et s'endormit immédiatement. Chara était sur le point de voir Toriel, lisant un livre près de la cheminée quand celle-ci ouvrit la porte et déposa une tarte sur le sol. Cannelle-caramel, d'après le parfum, que Chara huma avec plaisir. Tant de souvenirs qui remontaient à la surface... Trop d'émotions pour lui. Il essuya une brève larme qui descendait sur sa joue, et Frisk se réveilla aussitôt.

"Tu sais que tu as dormi genre une minute ? demanda Chara d'une voix neutre.

-M'en fiche."

Frisk prit la tarte et la rangea dans son inventaire, avant de se diriger vers le salon ou Toriel se trouvait probablement.

"Qu'est-ce que tu fais ?

-Bah, j'aimerai bien retourner à la surface, moi.

-Non mais t'es pas bien dans ta tête ? s'énervera Chara. TU ES MOI ! Personne ne m'attend à la surface, et quand bien même tu reviendrais, les gens vont t'enterrer vivant, et ils n'auront pas tort !

-Il ne s'est pas écoulé énormément de temps, tu sais, depuis ta chute.

-Non, c'est vrai ? Juste trois générations ! Écoute, reste ici ! Tu seras heureux, comme moi auparavant !"

Frisk le toisa du regard.

-Tu t'es regardé ? Ça me plait pas de quitter Toriel, mais j'ai pas le choix. Tu as bien des descendants, non ? Tu ne crois pas qu'ils devraient connaître ton existence ?"

Chara soupira. Il avait toujours été entêté, et il savait qu'il en était de même pour Frisk.

Celui-ci alla voir Toriel, qui lisait bien un livre dans le salon. Lorsqu'elle vit l'humain approcher, elle le referma immédiatement.

"Tu es déjà réveillé, mon enfant ? Que veux-tu donc ?

-Sortir des Ruines, madame, répondit Frisk, ignorant les plaintes du fantôme juste derrière lui.

-Quoi ? Mais... Tu ne veux pas rester ici ?! s'étrangla Toriel.

-Comment sortir des Ruines, répéta l'humain , obstiné.

-Hem... Veux-tu que je te lise un fait passionnant sur les escargots ? demanda la chèvre, visiblement mal à l'aise.

-Maman..."

Ce n'était qu'un simple mot qui aurait fait sourire n'importe qui, mais il fut prononcé d'une voix si douce et pleine d'émotions que Toriel ne pouvait rien faire à part fuir la menace qui planait au-dessus d'elle. Elle se leva et sortit de la pièce.

"Tu es content ?! explosa Chara, piqué au vif. Tu pouvais pas rester un peu plus longtemps ?"

Frisk ignora ce commentaire et descendit les escaliers, jusqu'à déboucher dans une sorte de cave immense. Au bout du chemin, ils virent Toriel, qui avançait vers une porte immense. Frisk et Chara la rejoignirent, et le fantôme ressentit un pincement au cœur. Sa maman pleurait, et lorsqu'elle se tourna vers l'humain, ses yeux étaient baignés de larmes, et ce fut avec une voix pleine de sanglots qu'elle s'exprima.

"Si tu quittes les Ruines, Asgore te tuera, et il prendra ton âme. Je dois détruire cette porte, qui mène au reste de l'Underground."

Chara n'avait qu'une envie, retourner à l'étage, mais cela ne faisait pas partie des plans de Frisk, qui s'assit en tailleur sur le sol et attendit.

Toriel se retourna vers la porte, puis vers l'humain. Une expression dédaigneuse apparut sur son visage.

"Tss... Tu es juste comme les autres, fit-elle. Mais si tu veux sortir, prouve moi... Prouve que tu es assez fort pour survivre à l'extérieur, seul et sans protection."

Frisk déglutit lorsque le décor noir et blanc apparut autour de lui. Heureusement, il commençait en premier. Il décida d'EPARGNER Toriel en boucle, ne sachant que faire d'autre. Derrière lui, Chaa retenait son souffle ; si l'humain tuait Toriel, alors il saurait définitivement qui avait tort entre lui et Asriel. Son cœur se serra en pensant à son meilleur ami, et il empoigna le col de son tee-shirt.

Frisk faisait de son mieux pour éviter les boules de feu. Voir la Gardienne être devenue son ennemie le répugnait. C'était décidé, il ne la tuerait pas. Et puis s'il le faisait, la réaction de Chara ne lui plairait pas vraiment. Cependant, il avait l'impression d'EPARGNER le monstre pour rien : elle ne disait rien, ne laissait transparaître aucune émotion, se contentant d'attaquer avec ses boules de feu. Puis, au bout d'un moment, une chose étrange se produisit.

Les boules de feu évitaient l'âme de l'humain. Ses actions en boule avaien donné un résultat satisfaisant, et Toriel faisait une tête qui aurait fait pleurer une pierre.

"Je sais que tu veux rentrer chez toi, mais... On peut avoir une belle vie ici."

. Frisk retenait ses larmes avec peine et Charma s'était complètement lâché puisque de toute façon personne ne pouvait le voir. Ses larmes ne s'écrasaient pas au sol, elles s'évaporaient avant, mais le fantôme s'en fichait. Il ne voulait pas quitter sa maman, celle qui l'avait soigné, nourri, aimé.

"S'il te plaît mon enfant, va à l'étage."

Frisk ne broncha pas et continua de l'EPARGNER.

Toriel esquissa un sourire voilé.

"Pathétique, n'est ce pas ? Je ne peux sauver ne serait ce qu'un simple enfant..."

A ces mots, Chara se précipita vers Toriel et la serra dans ses bras, la tirant de ses pensées. Elle caressa le dos du fantôme longuement, puis celui ci s'écarta.

"Non, je comprends. Tu ne serais pas heureux ici. Les Ruines sont vraiment petites quand tu les connais."

"Ma peur, ma solitude... Pour toi mon enfant, je les mettrai de côté," dit elle d'une voix emplie de compassion.

Le décor de combat disparut, et la chèvre se laissa tomber à genoux. Frisk se précipita à ses côtés et elle lui offrit un regard accueillant.

"Si tu veux vraiment quitter les Ruines, alors je ne t'en empêcherai pas. Mais, s'il te plait ne reviens pas ici. J'espère que tu comprends."

Elle serra l'humain dans ses bras si accueillants, se releva et partit, jetant un dernier regard par dessus son épaule.

Frisk et Chara hésitèrent avant de passer la porte, mais ils ne pouvaient plus reculer.


Hey !!!!

Bon, j'espère que cette ambiance va vous plaire... Moi je me suis bien éclater en écrivant.

Pour les prochains chapitres, je résumerai les aventures de Frisk et Chara et je développerai un maximum les combats des boss.

OMG 551 vues vous êtes des malades comment vous remercier ???















9 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?