Vampi'risque par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Continuation / Surnaturel / Shipp

4 Chapitre trois.

Catégorie: G , 3469 mots
1 commentaire(s)

C'était Nelson qui venait m'avertir qu'il allait partir.

Tant mieux, j'allais pouvoir enfin descendre manger un bout sans que l'on me dévisage même si ce coup ci, je ne suis plus en pyjama.

Je suis descendu en bas, les gars s'apparentaient à partir, je me suis contenté de les ignorer puis je suis parti me chercher un bol de céréales.


« Oh, déjà que naturel je la trouvais mignonne alors maquillé grr une vraie tigresse. » dit Damon en parlant de moi.


Ma réponse à sa remarque inutile lui valut mon jolie majeur levé vers le haut, ce qui fit assez rire Nelson et Andy. J'étais assez fière de moi, j'aime beaucoup amuser la galerie. J'ai continué alors à manger mes céréales.

Damon se contenta de sourire, ce qui avait le don de m’énerver. Il s’assied sur une chaise haute qui était placé derrière le plan de travail qui nous séparé.


« Une fille plein de caractère, j'adore ça. » ajoute Damon en souriant.


Il essayait de me pousser à bout je crois mais je gardais mon calme.


« Ça te dirais de venir camper avec nous ? Tu viendrais dormir dans ma tante, on se tiendra chaud. continue Damon avec un sourire insolant.

― Ça te dirait d'arrêter de me les casser deux minutes, j'ai pas de temps pour toi moi. lui répondis-je.

― Mais tu rêverais de passer du temps avec moi, avoue-le. me demande Damon.

― Damon lâche-la un peu, allez on décale. rapplique Nelson.

― On se reverra. me dit Damon.

― J'espère pas. » lui lancé-je.


Ils s'en allèrent, enfin seule ! Comment un mec peut être aussi chiant, bon oui il est beau à tomber mais en joue de trop, il se croit un peu trop irrésistible à mon goût et j'aime pas ce genre de mecs qui pense pouvoir avoir toute les filles qui veulent juste en plaçant des phrases qui en ferait tomber plus d'une, avec moi ça ne marche pas et ce que j'aime faire pardessus tout avec ce genre de mecs c'est de les faire redescendre.

J'ai passé le reste du weekend avec mon père et Carly qui me fient un peu découvrir la région. Ça me plaisait beaucoup ici, j'avais même découvert un petit café très sympathique pas loin de la maison, il était dans le style rustique et à l'étage se trouvait une bibliothèque où régné le silence et la tranquillité.

On était dimanche soir, le weekend touché à sa fin, demain allait être un grand jour, la rentrée. J'étais un petit peu perturbée car c'était nouveau pour moi puis j'avais aucun repère et surtout je ne connaissais personne. Après tout, je ne suis pas venu ici pour me faire des amies mais c'est vrai que la solitude c'est lassant au bout d'un moment.

Carly m'appela afin que je descende manger. Je mis à table suivi de Nelson qui était rentré de son weekend.


« Alors Enayla, pas trop stressé ? me lance mon père.

― Non ça va. lui dis-je en lui mentant.

― De toute façon, Nelson te fera visiter. lance Carly en souriant.

― Ouais t'inquiète. dit Nelson.

― Si tu veux mais sans ton pote lourd s'il te plait. lui répondis-je en rigolant.

― Qui donc ? répond mon père.

― Damon, je crois qu'il est resté bloqué sur Enayla. dit Nelson à mon père en rigolant.

― Surveille le, sinon c'est moi qui vais le mater, on touche pas à ma petite fille chérie. répond mon père à Nelson.

― Papa... lui répondis-je exaspéré du fait qu'il me traite comme une petite fille.

― Bien quoi, t'es ma petite fille chérie. » répond mon père exprès après avoir vue que cela me faisais rougir.


Ce qui faisait bien rire Nelson.

Une fois le repas terminé, j'ai dis bonne nuit à tout le monde, je suis parti me coucher.

Je fus réveillé en sursaut par mon réveil qui sonnait ultra fort, il était déjà l'heure de se lever, je n'avais presque pas dormi dû au stresse et à l’excitation de rentrer dans une nouvelle école.

Je me suis levé et je suis parti dans la salle de bain afin de prendre une douche et de me préparer. Je me suis vêtu d'un jeans slim taille haute et d'un débardeur noir, j'ai pris ma veste en cuir et j'ai enfilé mes creepers. J'ai pris mon sac à main et je suis descendu. Mon père et Carly n'étaient pas encore levé.

J'ai déjeuné vite fait puis je suis parti me brosser les dents et je suis sortis de la maison direction l'université.

J'ai commencé à marcher quand une voiture s'arrêta à côté de moi, j'ai tourné la tête, la vitre se baissa, j'ai vu Nelson qui me souriait.


« Je te dépose ? me demande Nelson gentiment.

― Non merci, marcher me convient puis prendre la voiture pour si peu de trajet c'est vraiment ridicule. lui répondis-je.

― Comme tu veux, ça t'aurait permis de faire ton entré aux côtés des populaires de l'école, un bon moyen de te faire des amies. lance Nelson.

― Je m'en fiche d'avoir des amies où pas puis je m'en fiche aussi d'être populaire, j'ai pas besoin de ça pour vivre. lui répondis-je.

― M'ouais, remarque, avec ta belle bouille t'auras même pas besoin d'être vue avec des gens populaire, tu te feras vite remarquer ! Allez à tout à l'heure sœurette ! » me lance Nelson en riant et en s’éloignant avec sa voiture.


J'avoue que j'ai un peu menti, pas sur le fait que je ne voulais pas être du clan des populaires non ça je m'en contre fiche, je ne l'étais déjà pas dans mon lycée et c'est pas pour autant que je me laissais faire par les pétasses populaire du lycée. J'ai menti sur le fait d'en n'avoir rien à foutre de ne pas avoir d'amies, je ne tiens pas à me retrouver seule toute l'année, je finirais par faire une dépression de solitude.

J'étais tellement perdu dans mes pensées que je ne m'étais même pas rendu compte que j'étais déjà arrivée sur le parking qui se situait devant les grilles de l'université. Allez pas d’angoisse Enayla, tu n'es pas la seule à être nouvelle. J'ai continué mon chemin, certains se salua en se prenant dans les bras d'autres en se tapant la main, certains semblaient heureux d'être là puis d'autres un peu moins. J'ai pris le chemin qui menait jusqu'à la porte d'entré de l'école. Enfin j'y étais, sur un grand tableau à droite était indiqué les répartitions des classes selon nos spécialités. J'étais en médecine, ne me demandez pas pourquoi mais depuis petite, sauvez la vie des gens m'a toujours passionné. Je devais me rendre en salle E43 qui se trouvait au premier étage, je me rendis à l'étage où se trouvait cette fameuse salle et je vu qu'il y avait déjà du monde dans la salle mais à priori, je n'étais pas la dernière. Je suis entré à l’intérieur, les gens étant déjà présent dans la salle leva la tête ainsi que le professeur debout sur l'estrade qui me salua et me dit d'allez m'asseoir où mon prénom était indiqué sur l'une des tables dans la salle. Je me mis à chercher ma place puis je finis finalement par trouver mon prénom inscrit sur une table installée quasiment en plein milieu de la pièce, génial !

Le temps passait, la salle se remplissait nous devions tous êtes là à présent. Le professeur se présenta, il nous fit part du règlement puis chacun notre tour, nous nous présentions. Nous étions constitué d'une vingtaines d'élèves environs mais j'avais retenu aucun prénom mis à part celui de James, un garçon assez mignon assis à ma droite qui n'arrêtait pas de me taper des sourires du style colgate.

La mâtiné passa à une vitesse, c'était déjà l'heure de la pause d'une midi. Je mis mes affaires dans mon sac puis je me leva en direction la sortie. Je déambulais dans le couloir tant bien que mal, quand l'on me tapa sur l'épaule. Je me suis retourné, James.


« Eh, tu cours où comme ça ? me demande James marchant à mes côtés.

― Fumer une clope et toi ? lui répondis-je.

― J'allez manger mais ton idée me semble pas mal. me lance James en rigolant.

― Suis moi alors. » lui dis-je en lui prenant la main afin qu'on ne se perde pas a cause de tout le monde qui se bousculait dans se foutu couloir.


Il avait les cheveux châtain et les yeux bleu qui tournait aux gris,il avait un petit air de ressemblance avec l'acteur Brandon Flynn, il avait une tête de vainqueur aussi, vous savez le mec qui rien qu'à son visage on sait qu'il est perturbateur et insolent, James était comme ça mais il se différencier des petits cons malgré tout, il avait l'air calme avec une pointe de mystère.

Une fois dehors, nous nous asseyons sur la pelouse de l'université, heureusement que nous avions pas trop tardé car la pelouse se remplissait super vite.


« Alors, dis moi Enayla c'est ça ? me demande James.

― Oui c'est ça, fais pas genre de pas savoir. lui répondis-je en rigolant.

― Non mais il est bizarre ton prénom, alors dis moi Enayla tu habites ici ? me demande James.

― Oui, depuis peu, avant j'habitais en France avec ma mère. lui répondis-je.

― Ah, voilà d'où vient l'accent super mignon. » me lance James en rigolant.


Nous rigolions lorsque l'on fut interrompu par une voix familière qui nous coupa.


« Oh, ça rigole bien ici à ce que je vois. »


Je me suis retourné, c'était Damon mais pas seulement, Damon suivit de Nelson, Andy et quatre autres fille blonde qui me dévisageaient chacune leurs tours.


« Qu'es-ce que ça peut te foutre ? lui répondis-je.

― Euh pardon mais pour qui elle se prend elle à parler comme ça à mon mec ? dit l'une des filles blonde.

― C'est clair ! répond une des autres filles.

― Les filles soyez gentilles, allez nous réserver une table au réfectoires, on vous rejoint après.» dit Damon aux quatre blondasses.


Les quatre pimbêches sont parties en direction du réfectoire tandis que Damon, Nelson et Andy restaient là, à nous observer.


« T'es qui toi ? interroge Damon à James en s’accroupissant vers lui.

― Euh, je m'appel James et je suis dans la même classe qu'Enayla. répond James semblant déstabilisé.

― Un conseil petit, n'essaye même pas de tenter quelques chose avec elle car je te promets que tu le regretteras. dit Damon à James.

― Damon laisses là, allez on va manger. dit Nelson à Damon.

― Pardon mais pour qui tu te prends au juste ? T'as crus tu pouvais débarquer comme ça et menacer tout les gens qui sont proches de moi où quoi ? T'es peut-être le pote à Nelson mais t'es pas le mien. Vas-y viens James, on bouge d'ici, certaines personne me foutent la nausée. » m'exclamé-je.


Je me suis levé suivis de rire énervant provenant de Damon qui semblait amusé de la situation, les gens me regardaient choqué suite à mon comportement envers Damon, je me suis dirigé vers le réfectoire avec James puis nous faisions la queue pour avoir notre repas. Il y avait un brouahaha puis d'un coup plus rien, les gens se décalaient sur la droite laissant passer Damon, Nelson et Andy avec de grands sourires, pourquoi avaient-ils droit à autant de respect? C'était comme-ci les gens les craignaient.

J'ai préféré tourner le regard, en aucun cas ce genre de scène méritait mon attention. Une fois servie, je parti m'installé sur une table suivie de James. Mon plateau n'était pas énormément remplit a vrai dire, je ne n'avais pas très faim puis la nourriture ne m'encourageait pas non plus, carottes vichy et poisson façon vapeur et pour désert un cake au fruit qui ressemblait pas du tout à un cake au fruit. Sur le coup, je me suis sentie seul à grimacer devant mon déjeuner car tout le monde autour de moi semblaient se régaler, y comprit James. J'ai préféré ne pas me plaindre pour autant, on me dirait d'allez me faire voir et de retourner en France manger mes plats gastronomique.

J'ai pris une bouché du poisson, c'était fade alors j'ai goûté aux carottes qui elles étaient toute molle, fade aussi. J'ai abandonné l'idée de goûter au cake et j'ai poussé mon plateau suivi du regard intrigué de James, il me fit un sourire compatissent.


« Ça change des bons petits plats français n'est pas ? m'interroge James.

― C'est... oui. répondis-je.

― T'inquiète pas, tu as le droit de dire que ce n'est pas bon, moi-même je l'avoue mais j'ai faim alors je mange. me dit James en riant.

― Si tu veux mon plateau prend le. répondis-je à James.

― Non ça va allez je pense. » me dit James en souriant.


Pendant notre conversation sur ce délicieux repas, j'ai senti des regards insistant venant de ma gauche puis de ma droite puis j'ai réalisé que j'avais choisis la table placé en pleins milieu de réfectoire et que la moitié des gens présent ici, me regardaient. Sur le moment, j'ai eu le réflexe d'activé la caméra frontal de mon téléphone et de regarder si j'avais pas un truc sur le visage, sans résultat. James me regarda interrogé je lui fit comprendre qu'il n'y avait rien puis j'ai vu que l'heure tournait et que les cours allaient bientôt reprendre. Nous déposions nos plateaux puis nous nous rendions en cours.

L'après-midi défilait, divers manuels aussi puis la dernière sonnerie de la journée à retentis.

La salle de classe se vidait, nous marchions en direction de la sortie avec James. Dans les couloirs tous déambulaient pour rejoindre au plus vite le parking comme ci leurs vie en dépendait. Une fois une le parking, j'ai suivis James jusqu'à sa voiture qui me proposa de me raccompagner chez moi. Lui habitait à Covington.

Le trajet fut rapide vue que l'université n'était pas très loin de chez moi, une fois arrivée devant chez moi, je l'ai remercié et je l'ai salué.

La nuit était déjà tombé et l'air s'était clairement rafraîchie alors je me suis dépêché de rentrer.

Mon père était dans le sofa entrain de lire le journal, je l'ai salué puis je suis monté directement dans ma chambre. Cette journée m'avait épuisé, je pris mon MacBook et je suis allé consulter les réseau sociaux, des demandes d'amitiés figuraient dans mes suggestions, James y figurait mais les autres j'avais aucune idée de qui il s'agissait. J'ai accepté James puis j'ai éteint mon ordinateur. L'heure du dîner arriva, je suis descendu, autour de la table se trouvait mon père, Carly et bien-sûr Nelson. J'avais pas tellement envie d'être confronter à un jeu de regard avec Nelson alors j'ai decidé de l'ignorer.


« C'est bien calme ici, votre journée c'est bien passé ? demande mon père pour briser la glace.

― Oh oui, parfait. répondit Nelson en me regardant en souriant.

― Enayla ? Tu ne dis rien ? m'interroge mon père.

― Comme une rentrée. répondis-je.

― Il y a quelques chose qui ne va pas Enayla ? me demande Carly avec une voix compatissante.

― Bien, je suis juste un peu déçu, je pensais juste qu'à l'université, les gens allaient être plus mature qu'au lycée mais a priori ce n'est pas le cas. répondis-je.

― Ah bien ça, on ne peut pas y faire grand choses tu sais, certains évoluent puis d'autres il leurs faut un peu plus de temps. me dit Carly.

― Je vois ça. » répondis-je en regardant Nelson.


Nelson savait pertinemment à qui je faisais illusion, bien que Nelson soit pas comme Damon, je le met dans le même sac tout de même, ils sont du même clan.

Le repas se terminait puis la journée toucha à sa fin.


La semaine était passé à une vitesse phénoménale, je m'étais déjà beaucoup rapproché de James et nous avions une bonne complicité ensemble. Puis nous avions fait la connaissance de Lena et de Josh. Lena avait les cheveux long et roux et ses yeux étaient vert foncé, son visage était enfantin et sa peau pâle recouverte de tâches rousse. Lena était d'une beauté naturel, le genre de fille qui n'a pas besoin d'en faire des tonnes. Josh lui était brun à la peau matte, ses yeux était presque noir si je ne m'abuse, il s'était tout de suite entendu avec James lorsque tout les deux s’étaient retrouvé dans la même équipe de football en tant que nouveau recru parmi les deuxième année. Depuis, nous passions toutes nos pauses tous les quartes et ce n'était pas plus mal.

Nous étions vendredi midi et le vendredi après-midi, il n'y avait pas cours. Nous étions sur la pelouse de l'université avec James, Lena et Josh et nous profitions du soleil qui était au rendez-vous aujourd'hui. Nous bavardions de notre weekend et de nos activités prévus, au loin j’aperçus Damon et sa petite bande autour d'une table, Damon était debout contre la table et face à lui se tenait une fille qui colla contre lui et qui commença à embrasser, il me regardaient tout en l'embrassant, pourquoi étais-je entrain de regarder ça ? L'atmosphère était tellement sensuel que cela me mis vite mal à l'aise. Cela semblait amusé Damon qui remarqua mon regard fuyant. James, Lena et Josh riaient aux éclats, je ne savais même pas pourquoi à vrai dire, je n'avais pas suivis leurs conversation. Tout à coup, mon téléphone se mit à vibrer, message.


« Ne sois pas jalouse ma belle, tu pourrais être à la place de Rebecca si tu le voulais. » de Anonyme.


J'ai levé la tête, j'ai aperçu Damon me regarder avec un sourire sadique, une main flanqué sur les fesses de la fameuse Rebecca et dans l'autre son smartphone.

Nous partions déjeuner avec mon petit groupe puis nous passions l'après-midi dans la bibliothèque de l’université.

J'étais plongé dans un roman de science fiction quand mon téléphone se mit à m'avertir que la batterie était à dix pour-cent. Mon chargeur était dans mon cassier. J'avertis James que j'allais chercher mon chargeur. Je sortis de la pièce et je commençais à déambuler dans les couloirs. Mon cassier était au deuxième étage et je me trouvais au quatrième. J'ai descendu les marches et je me suis rendu au deuxièmes étages. Cet étage était désert par rapport aux autres. J'étais entrain de marcher lorsque je fus projeté contre les cassiers. Deux mains me tenaient fortement, j'ai relevé la tête et mes yeux entra en contact avec deux autres d'un bleu glacial, un seul et unique détenait ses yeux là, Damon. J'ai essayé de me débattre sans résultat, mes efforts ne servaient à rien, je m’épuisais dans le vide, j'avais alors espoirs qu'un Nelson viennent me défendre de son pote complètement jeté mais comme je l'avais dis, le couloir était désert, il n'y avait que nous deux, parmi les cassiers. Comment avait-il pu savoir que j'étais là à ce moment précis ? On aurait dit qu'il avait calculé son coups depuis des siècles afin d'attaquer au bon moment.


« Non ce coup ci, Nelson ne viendra pas à ton secours. Tu ne pourras pas m'échapper longtemps tu sais alors arrêtes de chercher à me fuir, tu vas finir par t'épuiser chaton » me dit Damon d'une voix douce suivie d'un sourire angélique.


C'est comme ci il lisait a travers moi comme dans un livre ouvert, j'étais tétanisé, ce mec avait plusieurs tempérament, il pouvait passé du type à l’allure psychopathe au mec presque adorable. Mais qu'est-ce que je raconte moi ? Il me tient retenue contre des cassiers en me laissant aucun échappatoire et moi je le trouve adorable. Qu'est-qu'il m'arrive ?


« J'aimerais juste apprendre à te connaître Enayla. m'annonça Damon d'un air sérieux.

― Mais... Pourquoi ? lui répondis-je.

― Tu m'obsèdes.» me dit Damon avec un sourire en coin.








1 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?