Leïla & Samuel - Un Amour Compliqué par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Continuation / Romance

40 Episode 40 - 388

Catégorie: G , 5456 mots
6 commentaire(s)

Durant une pause dans leur journée de travail intense à l'hôpital, Samuel et Leïla se retrouvèrent dans le bureau de ce dernier pour discuter du futur qu'ils les attendaient. Aucun des deux n'avait envisagé de discuter d'emménagement ni même d'un futur enfant lorsqu'ils s'étaient remis ensemble il y a quelques mois de cela ! Après tous les obstacles qu'ils avaient franchi, cette discussion n'était donc pas sujet à faire marche arrière que ce soit pour l'un ou l'autre.


LEÏLA : (s'installant dans le canapé du bureau) Tu as quelques minutes à me consacrer ?


SAMUEL : (se dirigeant vers le canapé sur le ton de la plaisanterie) Laisse-moi réfléchir mmh, ma prochaine patiente et dans un quart d'heure donc je pense pouvoir me consacrer à toi quelques minutes oui ! 


LEÏLA : (regardant Samuel s'asseoir à côté d'elle) Tu peux être sérieux pendant ces quelques minutes ou pas ? Sinon on en parlera plus tard !


SAMUEL : (posant sa main sur le genou de Leïla) Ok j'ai compris, qu'est-ce qui te tracasse ? C'est cette histoire d'argent ? on en a discuté, c'est que du papier rien d'autre ! 


LEÏLA : (posant sa main sur la main de Samuel) oui et non, ça se bouscule dans ma tête à propos de mon emménagement avec toi mais surtout dans le déroulement de la grossesse si ça se passe pas si bien que ça ?!


SAMUEL : (se redressant quelque peu inquiet) Pourquoi tu dis ça ? Tu penses qu'il y a quelque chose qui cloche ? 


LEÏLA : Je ne pense pas mais je n'ai plus 20 ans Samuel et tu es bien placé pour savoir tout ce qui pourrait se passer de mauvais ! Avec toute cette agitation je ne suis même pas encore suivi par un gynécologue, ça promet ! 


SAMUEL : Justement, comme tu dis je suis bien placé donc pourquoi je deviendrai pas ton gynécologue durant ta grossesse ?! 


LEÏLA : Ce n'est pas très éthique il me semble ?!


SAMUEL : Pourquoi ? De toute façon je ne supporterai pas que ce soit un autre qui s'en occupe !


LEÏLA : Samuel, s'il te plaît ne commences pas à devenir plus possessif que tu n'es déjà ! 


SAMUEL : C'est seulement que j'ai juste envie m'investir à fond. Tu veux vraiment pas alors ? Imagine ça sera comme la dernière fois qu'on a fait le premier écho, on était bien dans notre petite bulle sans personne autour de nous rien que nous trois ?!


LEÏLA : (repensant à ce moment afficha un large sourire) Oui c'est vrai ! 


SAMUEL : (tout sourire) Alors il n'y a plus à en discuter, je te suivrais jusqu'à l'accouchement ! Il faudra prendre rendez-vous avec moi d'ailleurs étant donné que tu es de 9 semaines passées il est temps de faire la première VRAIE écho ainsi que les analyses sanguines avec un peu de chance on sera si c'est une fille ou un garçon ! 


LEÏLA : Ok, Ok on va ralentir un peu là futur papa ! 


SAMUEL : (levant la tête suite à la fin de la phrase de Leïla avec un plus large sourire) Tu m'as appelé comment ? 


LEÏLA : (d'humeur joueuse) Je m'en rappelle plus désolé !


De ce simple mot qu'il n'aurait jamais imaginé qui le qualifierait un jour, Samuel ne pût s'empêcher d'aller embrasser Leïla tout en la faisant basculer au fond du canapé tellement il avait mis de la ferveur dans ce baiser par pur bonheur d'entendre pour la première fois le mot papa dans la bouche de l'infirmière ce mot qui lui était destiné car il fallait bien qu'il s'habitue à l'entendre étant donné qu'il est le père de cet enfant. 


SAMUEL : (toujours collé aux lèvres de Leïla) Menteuse ! 


LEÏLA : (interrogative) Ça ne t'effraie pas que je l'ai dit ?!


SAMUEL : (se rassoyant à côté de Leïla) Non, en tout cas pas quand tu l'as dit mais je ne peux pas te dire que c'est complètement vrai car ça me fait peur. Je n'ai jamais eu une vraie relation avec mon père ni même une vraie famille donc je suis sûr que je ne serai pas trop comment agir ni même ma réaction à certaines choses.


LEÏLA : (posant sa main sur la joue de Samuel pour le rassurer) Moi je serais là ! On affrontera tout ça ensemble mais je suis sûr que tu seras un super Papa !


SAMUEL : (retrouvant son sourire) Je n'en sais rien mais en tout cas j'ai vraiment envie d'en être un ! Après a voir si mon caractère de merde ne viendra pas tout gâcher ça je ne te le garantis pas ! 


LEÏLA : (tout en s'approchant pour l'embrasser) J'ai confiance en toi ! 


SAMUEL : (embrassant Leïla) Tu penses que tu viendras vivre avec moi quand ? J'en ai marre d'être seul dans cette grande maison vide, j'ai envie de m'endormir et me réveiller avec toi à mes côtés tous les jours moi !


LEÏLA : (mettant ses deux mains de chaque côté du visage de Samuel) Je ne sais pas ! Je voudrai pas trop bousculer Noor.


SAMUEL : Elle avait l'air partante pourtant ? Tu crois pas qu'il faudrait battre le fer pendant qu'il est encore chaud. Je veux dire par là que tant qu'elle est ouverte à l'idée, vous pourriez je sais pas aller voir pour les meubles qu'elle veut ce soir par exemple (sortant son portefeuille de sa poche arrière de jean) Je te donne ma carte.


LEÏLA : (arrêtant l'élan de la main de Samuel pour sortir sa carte bleue) Samuel, je n'en veux pas de ta carte.


SAMUEL : (tenant sa carte dans les mains) Tu veux vraiment que je la donne à Noor plutôt ? Car tu sais que j'en suis capable ! 


LEÏLA : Tu veux te retrouver avec plus un centime en poche c'est une bonne idée de donner une carte bleue à une ado ! 


SAMUEL : (lui tendant la carte) Alors prends là, je t'aurai bien dit que je ne vienne avec vous mais je préfère que vous passés un bon moment entre vous plutôt qu'il y est de la tension due à ma présence ! 


LEÏLA : (prenant la carte bleue à contre cœur) Ok, je la prends mais ne t'attends pas à ce que je m'en serve.


SAMUEL : Leïla un marché et un marché d'accord donc tu t'en serviras pour Noor et si tu vois quelque chose qui te plaît et bien fais-toi plaisir! Ne pense pas au montant tant que ça te plaît. Promets-le-moi ?! 


LEÏLA : (soupirant) Promis même si je trouve toujours cette idée mauvaise.


SAMUEL : Ce n'est pas grave tant que ça fait plaisir à Noor et que tu viennes plus vite t'installer avec moi ça me va ! 


Samuel regarda sa montre pour vérifier l'heure, Leïla et lui avaient discuté tellement de temps sans s'en rendre compte que le quart d'heure de pause touché déjà à sa fin. 


SAMUEL : (se levant) Et merde, ma patiente doit être déjà dans le couloir ! 


LEÏLA : Pourquoi ? Il est quelle heure ? Je vais me faire tuer par ton père si je dépasse mon temps de pause moi ! 


SAMUEL : Eh bien, ton quart d'heure de pause vient de toucher à sa fin si tu veux savoir et si mon père te dit quelque chose tu lui dis qu'il aille se faire foutre de ma part, je suis sûr qu'il déroge à la règle de temps en temps comme tout le monde ! 


LEÏLA : (se levant du canapé) Tu rigoles depuis que je travaille avec lui, je ne l'ai jamais vu en retard ! À part quand il a une urgence imprévue !


SAMUEL : (sur le ton de l'ironie) Oé une urgence ! 


LEÏLA : Samuel ! 


SAMUEL : On ne va pas se disputer à cause de lui quand même ?


LEÏLA : (se dirigeant vers la porte tout en rigolant) Bien sûr que non de toute façon je n'ai plus le temps pour ça ! 


SAMUEL : (rattrapant Leïla) Attends tu as oublié quelque chose.


LEÏLA : (se retournant) Abon ? Je n'avais rien dans les mains pourtant quand je suis venue.


Samuel posa ses mains de part et d'autres des hanches de Leïla et s'approcha de son visage pour l'embrasser. Après un baiser tendre, Leïla recula pour que le baiser cesse étant déjà un peu en retard dans son retour du poste et connaissant Samuel avec lui chaque baiser pouvait basculer vers des choses plus passionnelles et intimes, elle préféra casser ce baiser la première pour ne pas être emporté dans cette spirale comme la plupart du temps. 


SAMUEL : Tu reviens après ta garde pour que l'on commence ton suivi ?


LEÏLA : Aujourd'hui ? Tu sais que personne n'est au courant dans l'hôpital à par ton père et Marianne . Et je m'aimerai que ça le reste encore un peu car tu connais les mauvaises langues.


SAMUEL : Oui aujourd'hui c'est toi qui m'as dit que tu étais en retard dans tout ça. Et puis les mauvaises langues, on s'en fout ! Mais si vraiment ça te gêne et bien je mettrai une fausse identité jusqu'à ce que tu sois prête ou non à affronter tes collègues ! 


LEÏLA : (ouvrant la porte du bureau tout en sortant) Que je sois prête ou non c'est-à-dire ? Tu vas le dire à tout le monde au moins ?


SAMUEL : (restant sur le seuil de son bureau) Non c'est juste que tu ne t'en rends pas compte pour le moment mais je te ferai dire que cela commence un peu à se voir si tu vois ce que je veux dire ! 


LEÏLA : (regardant son ventre paniqué pour ensuite se retourner vers Samuel) Tu dis n'importe quoi ! 


Victoire qui passait par hasard dans le couloir où se trouver le bureau de Samuel entendit la fin de conversation de Samuel et Leïla. Sa curiosité l'emporta comme souvent, elle ne pût s'empêcher de s'immiscer dans la conversation.


VICTOIRE : (s'approchant de Leïla) Qu'est-ce qui se voit ma belle ? 


LEÏLA : (surprise tournant la tête vers sa droite où se trouver Victoire) Rien du tout ! 


VICTOIRE : Tu as une tâche sur ta veste c'est ça ?


LEÏLA : Une tâche ? 


VICTOIRE : Ba tu as regardé ta veste quand Chardeau t'a dit que ça se voit donc j'en conclus que tu as une tâche sur ta veste, ce n'est pas ça ?

 

LEÏLA : Ah si ! Effectivement je me suis tâché mais bon une tâche ne m'a jamais empêché de bosser ! 


VICTOIRE : Ba heureusement car sinon on ne bosserait pas beaucoup entre les liquides corporels et autres on serait toujours en train de se changer ! 


Tout en s'amusant de la situation, Samuel appela sa patiente qui était assise sur l'une des chaises présente dans le couloir en même temps qu'il écoutait comment Leïla rattrapé le coup avec Victoire. Chacune des femmes retourna à leur occupation après ce bref échange. Victoire continua son chemin et Leïla alla reprendre son travail avec le Dr Dumaze tout en espérant qu'il n'est pas remarqué qu'elle avait pris quelques minutes de plus que d'habitude pour sa pause. 


*******************************

Leïla eût fini sa garde avec le Docteur Dumaze quand elle alla s'asseoir sur les chaises présentes près du bureau de Samuel après avoir été chercher ses affaires attendant que la dernière patiente de Samuel sorte. Samuel avait envie de s'occuper de Leïla comme sa patiente et bien Leïla avait elle aussi envie de jouer pleinement le rôle de patiente vis-à-vis de lui. La porte s'ouvrit laissant apparaître la patiente de Samuel avec un ventre bien présent qui suggéra qu'elle était plus proche du terme que du début. Leïla attendit de voir Samuel, ce dernier apparu à son tour et afficha un grand sourire quand il vit que Leïla était bien là mais ne se leva pas.


SAMUEL : (étonné) Tu ne viens pas ?


LEÏLA : (vérifiant qu'il n'y avait personne dans le couloir) Eh bien j'attends que l'on m'appelle, je suis ta patiente il me semble .! Et en tant que telle j'attends patiemment que mon médecin m'appelle. 


SAMUEL : Tu es d'humeur joueuse à ce que je vois !


LEÏLA : (se levant pour se diriger vers la porte tout en souriant) Pas du tout ! 


SAMUEL : (tout en se décalant pour laisser entrer Leïla) Et bien rentrez et installez-vous !


Samuel referma la porte derrière lui et se dirigea vers le fauteuil où était Leïla pour effectuer l'échographie. Leïla s'assit au bord tout en posant ses affaires sur l'une des chaises du bureau de Samuel. 


SAMUEL : Je ne savais pas que tu étais si bonne menteuse au fait. Il faudra que je m'en souvienne.


LEÏLA : (tout en s'asseyant sur le fauteuil) Comment ça ? 


SAMUEL : Eh bien tu as bien rattrapé le coup avec Victoire tout à l'heure et ton histoire de tâche.


LEÏLA : Je ne dirai pas que je suis une bonne menteuse, elle m'a simplement tendu la bonne idée au bon moment ! 


SAMUEL : (se penchant vers Leïla) C'est pour ça que ça m'a étonné car d'habitude tu ne sais pas cacher tes émotions ! 


LEÏLA : (reculant son buste pour pas que Samuel ne l'embrasse) Je vous permets pas ! Pour un médecin vous êtes bien entreprenant d'ailleurs! 


SAMUEL : (se redressant tout en rigolant) Tu veux vraiment que je sois professionnel avec toi ? Car contrairement à toi je peux être très distant quand je le décide !


LEÏLA : (voyant que Samuel était plus que sérieux dans ce qu'il disait, préféra arrêter de jouer de peur qu'il exécute ses dires) Non absolument pas ! 


SAMUEL : (allant s'asseoir sur le tabouret de l'autre côté du fauteuil en face de l'échographe) Bien! Eh bien on va faire ce pour quoi vous êtes là ! 


LEÏLA : (ne sachant pas si Samuel avait exécuté ses dires) S'il te plaît Samuel !


SAMUEL : (allumant le moniteur) Quoi ? 


LEÏLA : (déçue) Je veux pas que tu sois distant surtout pendant ce moment-là, je veux que tu sois plus que le médecin, je rigolais quand je t'ai dit de rester professionnel, je t'assure ! 


SAMUEL : (voyant la mine déçue de l'infirmière) Je le sais mais il faut bien que je reste un peu professionnel quand même car aux dernières nouvelles les pères ne sont pas autorisés à cafouiller à l'échographe. Je sais que je peux être un connard mais je m'amuserai pas à le faire là maintenant ! 


LEÏLA : (retrouvant son sourire tout en s'allongeant dans le fauteuil) J'ai vraiment cru que tu allais mettre de la distance entre nous !


SAMUEL : (s'approchant de Leïla pour commencer à déboutonner le chemisier de Leïla) Si je faisais ceci à mes patientes je crois que j'aurai des emmerdes avec l'ordre des médecins ! 


LEÏLA : (souriante) Effectivement ! 


Après avoir fini de déboutonner le chemisier de Leïla, Samuel ne résista pas à l'envie de caresser le ventre de sa compagne ainsi que déposer un baiser léger sur ce dernier ce qui fît frissonner la belle infirmière pour ensuite remonter ses baises vers les lèvres de cette dernière tout posant sa main sur le ventre déjà quelque peu arrondi de Leïla.


SAMUEL : (sur le ton de la plaisanterie) Et comme ça je ne suis pas trop distant ça va ?


LEÏLA : (posant sa main sur celle de Samuel) C'est parfait !


SAMUEL : Tu vois que ça commence à se voir.


LEÏLA : Tu dis ça car tu vois des femmes enceintes à longueur de journée c'est pour ça.


SAMUEL : (après l'avoir embrassé il se redressa pour prendre le gel) si tu le dis, tu es prête ?


LEÏLA : (souriante) Oui!


Samuel appliqua donc le gel avec délicatesse à l'endroit voulu pour y passer la sonde afin de voir apparaître sur l'écran du moniteur une image bien plus nette que la dernière fois d'un petit être plus développé que lors de leur première échographie il y a quelques semaines. 


SAMUEL : Tu veux que j'essaye de voir le sexe ?


LEÏLA : Je sais pas ! Tu veux savoir toi ?


SAMUEL : (enlevant la sonde du ventre de Leïla) Pas si tu ne veux pas le savoir ! En tant que ton médecin je peux garder ça pour moi si tu veux pas le savoir mais étant aussi le géniteur et bien je respecterai si tu veux pas qu'on le sache avant l'accouchement! 


LEÏLA : Ça m'étonnerait que tu arrives à le savoir maintenant de toute façon ! On attendra le bon moment pour être sur plutôt même si le sexe m'importe peu tant qu'il est en bonne santé que ce soit une fille ou un garçon ça mets égale tu sais !


SAMUEL : Et bien ne voulant pas être en minorité pour le reste de ma vie moi j'aimerais un petit gars mais sa santé est plus importante que le sexe c'est vrai ! On attendra encore un peu alors.


LEÏLA : Toi en minorité, avec ton caractère ? Tu me laisses rire un peu ou pas ?


SAMUEL : Ris tant que tu veux si ça te chante ! Mais voyant ton caractère et celui de Noor même si n'ai pas un caractère facile j'arriverai pas à vous surpasser vous deux réunis c'est un fait. 


LEÏLA : Si tu le dis ! On peut retourner où on en était sinon? 


SAMUEL : Oui, Madame ! Je vais prendre les mesures tout en évitant de regarder le tubercule comme décider.


Samuel remit sa casquette de gynécologue professionnel et pris soin de noter tout ce qu'il y avait à noter dans le dossier de sa patiente concernant cette première échographie officielle. 


LEÏLA : (angoissée de voir Samuel écrire sans rien dire) Tout est normal rassure-moi ?


SAMUEL : (levant la tête du moniteur pour regarder l'infirmière) Oui, je te rassure il n'y a rien qui cloche ! un bébé parfait ! Des mensurations dans les normes rien de spécifique a signalé ! Il y a plus qu'à faire une prise de sang et ça sera bon. 


LEÏLA : (rassurée) Tant mieux ! 


Samuel tendit un bout d'essuie tout pour que Leïla puisse essuyé le gel présent sur son ventre pendant que Samuel compléta le dossier de Leïla dont il avait mis un autre nom pour respecter leur secret encore quelque temps au sein de l'hôpital. 


LEÏLA : (voyant Samuel sourire tout seul en écrivant) Qu'est-ce qui te fait sourire comme ça ? Ne me dis pas que tu sais le sexe.


SAMUEL : Non pas du tout je n'ai rien vu ! C'est juste que ... je suis heureux qui l'aurait cru !


LEÏLA : (se levant du fauteuil tout en commençant à reboutonner son chemisier pour se diriger vers Samuel) Effectivement qui aurait cru que tu sois heureux d'avoir bientôt un enfant ! On en a fait du chemin ensemble.


SAMUEL : (attrapant les hanches de Leïla pour qu'elle s'assoit sur ses genoux) C'est vrai oui ! Un sacré chemin qui est loin d'être terminé! 


Leïla encercla le cou de Samuel de ses bras pour se coller au médecin, heureuse elle aussi du chemin qu'ils avaient fait ensemble mais aussi des embûches surmontaient malgré leurs caractères forts propre à chacun. Le couple resta comme cela quelques instants savourant le moment avant de faire la prise de sang de Leïla. 


************************

De peur que la bonne volonté de Noor ne s'envole et que ce soit son jour de repos ainsi que les vacances pour Noor, Leïla en profita pour voir si Noor était toujours partante pour faire du shopping pour sa future chambre dans la maison de Samuel pour que le couple puisse enfin emménager ensemble avant la venue du bébé. Profitant du petit déjeuner exceptionnellement calme en l'absence de Rémy étant donné qu'il était de garde durant ce weekend férié.


LEÏLA : (s'adressant à ses deux filles) Vous avez prévu quoi aujourd'hui, les filles ?


NOOR : Pas grand-chose, j'avais prévu de traîner avec Timothée.


SORAYA : Pourquoi tu demandes ça ? 


LEÏLA : (après avoir avalé une gorgée de son thé) Eh bien j'avais envie de passer du temps avec vous en faisant du shopping par exemple. Mais si vous avez des choses à faire on fera ça plus tard.


SORAYA : Non moi je suis partante ça fait un bail qu'on n'est pas sorti que toutes les trois ! On fera du shopping pour le bébé en même temps ?


LEÏLA : (quelque peu hésitante) Pourquoi pas ? Il faut bien commencer. Et puis si Noor est toujours partante on peut voir aussi pour des meubles.


NOOR : Il t'a donné sa carte bleue ?


LEÏLA : Noor ! 


NOOR : Ba quoi un deal et un deal ! Je veux bien faire des efforts mais s'il ne remplit pas sa part de marché. Je laisse tomber aussi ! 


LEÏLA : (reposant sa tasse de thé sur la table) Oui, il me l'a donné mais ça ne veut pas dire que je vais l'utiliser !


NOOR : Ba pourquoi ?! Il te l'a donné c'est pour que tu t'en serves ! Je suis sûr que c'est une carte gold en plus fait la voir.


LEÏLA : Non ce n'est pas une carte gold, c'est une carte normale. Noor ce n'est pas parce qu'il est médecin qu'il a un compte en banque de milliardaire ! 


NOOR : Peut-être mais ça gagne plus qu'une infirmière si je ne me trompe et il était d'accord alors pourquoi je peux pas en profiter un peu?


LEÏLA : On verra déjà si tu trouves quelque chose qui te plaît et on avisera à ce moment-là, d'accord ? 


NOOR : (levant ses yeux au ciel) Ok ! 


SORAYA : Et on déjeune dehors ce midi aussi ? De ce beau temps-là ça serait bête de ne pas profiter de la journée entière ! 


LEÏLA : Bonne idée ! 


Après avoir fini de prendre le petit déjeuner, les filles prirent leur douche et se préparèrent pour une sortie entre filles. Avec ses mois plus que difficile pour la famille, une journée comme le bon vieux temps n'était pas de refus... Le déjeuner en terrasse au spoon étant terminé, Leïla & ses filles se dirigèrent vers le centre commercial. Comme toutes filles qui se respectent, elles entrèrent en premier dans les boutiques de vêtements ainsi que de chaussures pour faire quelques emplettes avant de passer devant une boutique spécialisés dans les enfants en bas âge.


SORAYA : (s'arrêtant devant la façade du magasin) On va faire un tour dans cette boutique ?


LEÏLA : (regardant la vitrine) Vous voulez vraiment entrer ? C'est peut-être un peu trop tôt pour lui acheter des vêtements? On ne connaît pas encore le sexe.


SORAYA : Et alors on n'est pas obligé d'acheter et puis ils font maintenant de superbes choses mixtes ! 


LEÏLA : Ok, juste pour te faire plaisir alors ! Noor, tu rentres avec nous ?

 

NOOR : Euh je préfère aller à côté il y a des fringues cool en vitrine!


LEÏLA : (déçue) D'accord, on en a pas pour longtemps de toute façon.


Soraya & Leïla entrèrent dans la boutique pour enfants tandis que Noor se dirigea vers la boutique pour ados qui se trouva juste à côté. Elle savait bien que tout était trop beau pour que Noor accepte tout d'un bloc. Voyant sa mère dans ses pensées plutôt que de regarder les jolies choses toutes mignonnes que l'on fait pour les bébés, elle lui fît voir une jolie gigoteuse dans les tons neutres pour la faire arrêter de ruminer le refus de Noor d'entrer dans la boutique.


SORAYA : (montrant la gigoteuse à sa mère) Regarde cette gigoteuse elle est trop chou ! 


LEÏLA : (pas très emballée) Oui, elle est jolie.


SORAYA : Je sais que tu t'inquiètes pour Noor, mais ce n'est pas parce qu'elle n'a pas voulu venir avec nous qu'elle ne sera pas contente quand il ou elle sera là ! 


LEÏLA : J'en suis pas si sûr que toi, Soraya ! Tu sais comment est ta soeur.


SORAYA : Justement, elle fait sa rebelle mais au fond elle est contente quand même. Alors cette gigoteuse tu en penses quoi vraiment ?


LEÏLA : Je te l'ai dit elle est jolie.


SORAYA : Oe mais sans plus quoi.


LEÏLA : Eh bien on va dire que tes goûts et les miens sont différents c'est tout.


NOOR : (arrivant derrière sa mère) Non mais dis lui franchement que c'est moche son truc maman ! 


Surprise d'entendre la voix de Noor derrière son dos, Leïla se retourna.


SORAYA : Ba merci mais c'est à maman que je demandais pas à toi ! 


LEÏLA : Tu es déjà sorti de la boutique d'à côté ?


NOOR : (tout en regardant les doudous qui étaient ranger à côté d'elle) Oe, il n'y avait rien de cool en faite dedans ! 


LEÏLA :(contente de voir que Noor n'était pas resté en dehors de la boutique pour les attendre) Alors s'il n'y avait rien de cool. 


NOOR : (prenant dans ses mains un doudou en forme de lapin) Regarde, il est trop beau le doudou là avec ses petites oreilles trop mimi.


SORAYA : (tout en regardant les autres gigoteuses du rayon, sur le ton de l'ironie) A ba voilà, on a perdu officiellement Nounouche avec les peluches ! Prends-le, il te fera office de doudou pour t'endormir. 


NOOR : Haha trop marrante ta blague ce n'était pas pour moi et pis je le faisais voir à maman ! Il est mignon non? 


LEÏLA : (souriant de l'échange entre ses filles) Oui il est mignon. 


NOOR : On peut le prendre ?


LEÏLA : (décontenancée) Euh pour toi ? Tu as peut-être passé l'âge non ma chérie ?


NOOR : Mais non pas pour moi orh, j'ai vraiment une tête à dormir avec un doudou ?


SORAYA : (sur le ton de la plaisanterie) Franchement ? Un peu oui ! 


NOOR : ( tirant la langue à sa sœur) T'es nulle ! moi au moins j'ai des bons goûts par des goûts de vieux avec tes trucs des années 70 ! 


LEÏLA : C'est bon les filles, si tu veux vraiment le prendre Noor, prends-le ! 


NOOR : Cool ! Je vais prendre le lapin avec le nez vert comme ça que ce soit une fille ou un garçon et bien ça n'a pas d'importance vert c'est mixte non? 


SORAYA : Et moi tu veux bien que j'achète quelque chose aussi ? Bon j'ai bien compris qu'on n'a pas les mêmes goûts mais on trouvera bien quelque chose qu'on aime toutes les deux.


LEÏLA : Oui le vert est une couleur mixte mais vous n'êtes pas obligés d'acheter quelque chose vous savez.


SORAYA : Mais on a envie hein Noor ? Viens choisir avec moi.


NOOR : Ba oui et pis il est trop mignon ce lapin pour pas le prendre sérieux !


LEÏLA : (allant voir les gigoteuses avec Soraya) Une gigoteuse et un doudou c'est tout ok mais pas de vêtements d'accord ?


SORAYA : Ça marche ! Les vêtements on verra quand on sera le sexe et puis ça sera une excuse pour refaire une journée shopping comme aujourd'hui. 


Passant de long en large le rayon des gigoteuses, Leïla et Soraya arrivèrent à s'accorder sur un modèle mixte arborant un petit lapin rappelant le doudou que Noor avait choisi pour sa future petite sœur ou son futur petit frère. Après avoir passé à la caisse, elles sortirent de la boutique contente de leur achat. 


LEÏLA : Toujours partante pour aller voir des meubles et de la déco pour ta chambre Noor?


NOOR : Ba je sais pas ! Tu n'es pas trop fatiguée après tous ces magasins ?


LEÏLA : Non ça va, j'ai l'habitude de faire des kilomètres à l'hôpital tu sais mais si tu veux pas y aller je ne vais pas te forcer non plus.


NOOR : Non ça me va si ça te va, il faut bien faire chauffer cette carte bleue de toute façon ! 


LEÏLA : Noor ne me fait pas me répéter s'il te plaît!


NOOR : Je rigole, je serais raisonnable promis. Il t'a donné son code au moins ?


SORAYA : (sidérée de la question de sa sœur) C'est une question sérieuse ça ? À ton avis ? Il ne lui aurait pas donné sa carte sans son code.


NOOR : (haussant les épaules) A ba je n'en sais rien moi ! 


LEÏLA : Bon on va mettre tout ça dans la voiture au lieu de débattre sur un sujet qui n'a pas lieu d'être ? 


Se dirigeant vers le parking où était garé la voiture de Leïla et après avoir mis leurs achats dans le coffre Leïla sorti du parking pour se diriger vers un célèbre magasin de meubles même si elle n'était toujours pas à l'aise à l'idée d'utiliser la carte bleue de Samuel juste pour faire plaisir à sa fille ni même de l'utiliser pour autre chose c'était l'argent que Samuel et non le sien. Elle savait qu'en emménageant avec lui cette question d'argent se poserait mais elle ne voulait pas que sous prétexte qu'il gagne mieux sa vie qu'elle, il devrait payer plus qu'elle. Sur cette réflexion qui devra être éclaircie avec Samuel, Leïla arriva sur le parking du magasin en question. 


NOOR : J'ai une question si je trouve mon bonheur dans des meubles on ne pourra pas les prendre ça rentrera jamais dans la voiture !


LEÏLA : T'inquiète pas pour ça, j'en ai discuté avec Samuel et il m'a dit de faire livrer ce que tu auras choisi chez lui directement. 


SORAYA : Ce n'est pas bête ça ! 


NOOR : Super ! Il n'est pas si bête en fait !


Après avoir fait le tour des différentes décorations présentes dans le magasin, Noor mis son dévolu sur l'une d'elles. 


NOOR : (s'arrêtant devant un ensemble de lits, commode, bureau) J'adore ! 


LEÏLA : (regardant le prix de l'ensemble en question) Étant donné le prix ça peut-être que beau ! 


SORAYA : (regardant également le prix, ravalant sa salive en le voyant) Effectivement ! Nounouche tu vois un peu gros là quand même, il ne faut pas non plus exagérer. Il a déjà été gentil de te proposer de choisir tes propres meubles.


NOOR : (regardant le prix à son tour) Bon ok, c'est vrai que ça fait cher pour un lit et une commode ainsi qu'un bureau j'avoue ! Mais bon il a dit qu'il s'en foutait du prix non ?


LEÏLA : (déterminée) Noor, n'insiste pas je ne t'achèterai pas ses meubles que ce soit avec sa carte ou la mienne d'ailleurs ! 


NOOR : (dégoûtée) C'est bon j'ai compris ! Je vais regarder ailleurs.


Quelques peu déçu que sa mère refuse de prendre les meubles qu'elle avait vraiment aimés du premier coup d’œil, Noor se rabattu sur un ensemble dans le même genre que le premier mais plus simple et moins travailler que le précédent d'où le prix moins exorbitant et acceptable pour Leïla. se décidant quand même a utiliser la carte bleue de Samuel sachant que si elle ne le faisait pas elle allait en entendre parler par le concerné dont il serait bien capable d'acheter quelque chose d’extrêmement cher pour elle ou Noor rien que pour lui prouver que l'argent n'avait pas d'importance pour lui. Et après avoir indiqué vouloir se faire livrer à l'adresse de Samuel, Leïla, Soraya et Noor quittèrent le magasin pour rentrer chez eux après cette journée éreintante de shopping.


A SUIVRE

6 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?