Autour d'une flamme par

320 point(s) avec 1 review(s) sur 1 chapitre(s), moyenne=6.4/10
Deviation / Slash

14 Chez soi

Catégorie: M
2 commentaire(s)
8
Style/Orthographe
6
Scenario
6
Note globale

320 point(s)
Etant donné que cette fanfiction est terminée, je vais faire une review générale.

Cette fiction était intéressante à lire, agréable, malgré un style particulier assez déroutant. C'est une fiction à plusieurs voix, pourrait-on dire, ce qui est un exercice intéressant mais pas évident à maîtriser.

Les chapitres sont hélas un peu courts mais le découpage semble justifié par le changement de point de vue. Tant qu'on est dans la structure générale, la mise en page est trop condensée (en lecture directe sur le site, en tout cas), ce qui rend la lecture peu évidente et fatiguante. Comme il n'y a pas de paragraphes, les unités de sens sont parfois difficiles à établir. J'ai bien une hypothèse quand à ce formatage. Ce doit être dû au passage d'un copier-coller de Word au Bloc notes sans reformatage du texte.Il y a aussi des petits chiffres dans certains chapitres, surtout ceux du début, sont-ce des notes, des paragraphes?
C'est donc un point à travailler et puis ce n'est guère long que de reformater un texte. Il faut penser au confort du lecteur (et le lecteur aime son petit confort, n'est-ce pas?)

Le chapitre douze m'a surprise car il s'agit d'un poème. La structure récit perd de son unité à ce moment. Que vient faire ce poème? Est-il écrit pas quelqu'un, sont-ce des pensées? Attention à la cohérence interne, c'est à dire qu'il s'agit d'un récit et qu'il faut qu'il le reste.


Autre point, positif celui-là, est l'orthographe. Très peu de fautes dans la totalité des chapitres et c'est vraiment bien. Quelques coquilles, mais on pardonnera facilement. Quoique une petite relecture de plus... Bon, je ne vais pas chipoter.

Passons au style. C'est particulier. Déjà, cette fanfic est une succession de différents points de vue. C'est louable. Un peu déroutant toutefois, car il manque parfois des inférences et il m'est arrivé de me demander qui parlait au début. Etait-ce voulu? Attention à ne pas perdre le lecteur à force de vouloir lui faire deviner qui "parle". Ce genre d'écrits à la première personne ne plaît pas à tout le monde, mais on peut quand même apprécier cet exercice qui n'est pas facile. Ce n'est pas spécialement choquant, à condition de maîtriser ce style. Personnellement, j'ai déjà vu des écrits à plusieurs voix dont un album pour enfant particulièrement réussi. (Oui, chacun ses références).
Ce que je pourrais reprocher à ceci est une facilité pour expliciter les sentiments des personnages. Etant donné que différents points de vue se succèdent, on sait directement ce que chacun pense, il n'y a pas de travail comme pourrait demander un récit avec narrateur omniscient, on est dans le témoignage, les pensées brutes. Il n'y a pas de travail d'interprétation du lecteur pour essayer de s'immiscer dans le personnage, il a ses pensées toutes crues. C'est un petit reproche, mais c'est dû à la narration.


D'un point de vue stylistique, je trouve parfois cet écrit grossier. D'une part, on y trouve l'emploi de gros mots assez souvent, ce qui rend les personnages un peu trop bruts, manquant parfois de psychologie. D'autre part, la syntaxe est un peu trop "oralisée", c'est à dire que la structure des phrases ne convient pas à l'écrit. "Enfin, bon..." sont des expressions orales. L'emploi du système présent/passé simple avec de l'imparfait conforte cette idée de phrases orales simplement transcrites. Les personnages "parlent" dans la fiction. Il aurait fallu peut-être prendre un peu de recul, travailler ces phrases qui "sonnent" orales. Toutefois, il est à noter que ces maladresses s'atténuent au fur et à mesure de l'avancée de la fiction. Un bon point.
Concernant, cette grossièreté, est-elle volontaire? Est-elle nécessaire? Caractérise-t-elle vraiment les personnages?


Merveilleuse transition pour parler de la caractérisation des personnages dans cette fiction. D'abord, je crois me rappeler que Kadaj disparaît à la fin ainsi que les deux autres clônes. Enfin, ce ne sont que des souvenirs, peut-être que ma mémoire me trompe. Mais bon, la présentation précise qu'en fait, Kadaj a miraculeusement survécu, je suppose qu'il en est de même pour ses compères. On est donc dans une fin alternative de l'histoire qui conduit à une suite. Bon, passons. Cependant qui dit "alternative universe" ne veut pas dire OOC (Out of Character).
On ne peut pas dire que les personnages originaux sont foncièrement respectés. Certes, on peut leur accorder leur vulgarité, mais ce sont Yazoo, Kadaj et Cloud qui me choquent le plus. Yazoo est l'élément le plus cynique du trio. Or, là, il perd tout son charisme avec ses questions sentimentales. Peut-être le fait qu'ils pleurent souvent me fait un peu frémir. J'ai peur du cliché fameux où les deux amants sont tous deux des pleureuses en puissance. Ce lieu commun de l'homosexuel hypersensible (parfois tellement qu'il n'est plus crédible) est vraiment éculé, vu et revu et c'est risible. Je pense que leur comportement ne doit pas être différent d'amants hétérosexuels. Enfin, il s'agit de considérations personnelles et je m'éloigne du sujet par un biais polémique glissant. Je soulignerais toutefois qu'il faut faire attention au caractère original du personnage et éviter de le transformer afin de faciliter l'évolution scénaristique. Loz qui fait des gâteaux pour consoler Yazoo, c'est difficile à imaginer. Cloud est supposé être hétérosexuel aussi. Le voir désirer Kadaj est vraiment étonnant de sa part. Attention, donc.


Passons au scénario. Il s'agit d'une quête personnelle sentimentale. Soit. Pas le meilleur scénario pour un jeu tel que Final Fantasy VII qui peut amener une réflexion plus philosophique ou plus active, mais c'est le choix de l'auteur. On peut reprocher quelques facilités scénaristiques, qui évitent les longueurs, mais qui sont un peu surfaites et sonnent faux comme le coup du jeu de boisson entre Kadaj et Loz. Il aurait fallu retravailler ce passage pour le rendre plus naturel. Ca m'a fait penser à "action/vérité" mille fois vu et revu dans des fics de piètre qualité et je pense que cette fiction ne mérite pas de se voir qualifiée de fiction médiocre. Une pause dans l'écriture à ce moment-là avec un peu de réflexion pour revoir ce passage aurait rendu la révélation Kadaj/Loz plus crédible et plus naturelle. Il ne faut pas hésiter des fois à retoucher son travail après une pause plus ou moins longue. Cela aide à prendre du recul vis-à-vis de son écrit et se dire que finalement, tel ou tel passage pourrait être à retravailler. Se faire relire par un tiers peut aider. D'ailleurs le forum de ce site peut être un lieu d'aide.

Il m'est arrivé de ne plus trop comprendre pourquoi Kadaj a voulu revoir Cloud après avoir concrétisé avec Yazoo, puis ensuite avoir des remords pour retourner avec lui. Etait-ce par volonté de caser absolument un slash Cloud/Kadaj? Etait-ce nécessaire? Ce passage aurait dû être plus étoffé, le lecteur reste perplexe ou sur sa faim. Que se passe-t-il dans la tête de Kadaj? Ce n'est guère explicite et cela semble précipité et un peu artificiel.

Ce sentiment de superflu est assez inhérent à l'ensemble de la fiction, les chapitres étant assez courts et se voulant chacun poser un point de vue différent, le lecteur a du mal à rentrer pleinement dans l'histoire. Il manque un petit truc, un peu d'ambiance, de profondeur. Le choix de la narration en "je" n'est pas innocente à ce sujet. C'est un peu expédié, on aurait voulu en savoir plus. Cela accentue l'impression que les personnages sont superflus et mal caractérisés. C'est un petit peu dommage.


Dernier point, les lemons. Je ne suis pas une fan du genre, même si j'apprécie le yaoi. Je me demande toujours si c'est vraiment utile de détailler ce genre de scène. A moins d'évenements vraiment indispensables durant l'acte, je pense que c'est le genre de scène à ne pas mettre. On peut faire de jolies ellipses pour signifier qu'ils l'ont fait. (J'aime prendre l'exemple de Flaubert dans iMadame Bovary/i: "Et elle s'abandonna". Magnifique, n'est-ce pas? Bon tout le monde n'est pas Flaubert, mais ce n'est pas trop compliqué de coller une allusion plutôt que des détails crus.)
Cependant, étant donné que ces scènes sont là, autant les commenter. Ce qui est bien, c'est que c'est pas trop mal amené et pas trop incohérent comme on peut le voir dans certaines fics yaoi avec lemon. Par exemple, enfin quelqu'un qui sait que le coït anal a besoin de lubrifiant pour ne pas être trop douloureux. Même si le choix du lubrifiant est discutable (du beurre? C'est assez spécial!), il y est. Et puis, l'auteur ne nous accable pas avec des détails trop insistants, c'est déjà ça.
Il faut voir après l'intérêt de cette genre de scène et leur apport à l'histoire. Je sais que cela attire le lecteur, mais bon, il n'empêche pas l'auteur de réfléchir à la question. Ah, ces lecteurs...


En résumé, un style intéressant à travailler encore pour vraiment le rendre personnel et original, une histoire un peu tirée par les cheveux qui aurait pu être encore plus étoffée pour satisfaire le lecteur exigent et avide. Attention à la caractérisation des personnages.

Une lecture distrayante et qui se détache par le ton et le style.