Un personnage, une histoire par

5 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Aventure / Famille

12 Forrest : Révélation

Catégorie: G , 2851 mots
1 commentaire(s)

Petite note : Mention de Leo X Nyx

*****************************************************************************************************************************************

Le pauvre soleil se lève et illumine de sa pale lumière ma chambre. Je m’étire un peu, et me lève immédiatement. Aujourd’hui est un grand jour !

Oui, car aujourd’hui, ma tante Elise vient me rendre visite ! Et mes parents viennent demain en plus !

Mais oui vous savez ? A cause de la guerre entre Nohr et Hoshido, mes parents m’ont amenés ici pour me protéger. Et en plus, comme je suis un enfant royal… Si on devant s’attaquer à quelqu’un, se serait moi…

Je m’appelle Forrest, fils de Leo, le second prince de Nohr. Et je reste dans les Terres Oubliés pour être protégé. Même si le fais que mes parent ne soient jamais là me chagrines un peu…

Mais heureusement, ma tante Elise vient très souvent me voir ! Et comme ça, je me sens moins seul !

Bien que j’ai des gardiens, aucun n’est vraiment heureux de s’occuper de moi… Ils sont plus la car ils sont payés, ou n’importe quoi de ce genre… Et ils n’y a personne de mon âge…

Mais bref ! C’est pas le moment de déprimer, puisque aujourd’hui est un grand jour !

Je me dirige vers la penderie, remplie de vêtements sombres et masculins. Ce sont les seuls vêtements d’ici. Je suis obligé de les porter. Mais si je le pouvais, je préfèrerais d’autres vêtements…

Je prends les premier qui viennent, et sort. Je sais que ma tante Elise aime venir très tôt pour me voir. Je cours dans le bâtiment pour la rejoindre.

Je la vois en bas. Je vais vers elle, et je la vois en train de parler à un de mes gardiens. Elle sourit encore plus que d’habitude, et elle tend quelque chose vers lui.

Je décide de regarder avant de venir la voir. Je suis curieux, et je sais qu’elle s’arrêtera dès qu’elle me verra.

Je me cache derrière un mur et les écoutes.

-J’aimerais vous remercier de tout ce que vous faites pour mon neveu !

-Dame Elise, enfin, c’est tout…

-Tenez ! Je vous l’offre ! J’ai appris que vous aviez une petite fille !

Je penche la tête pour la voir. Elle tient… Une petite robe rose ?

Oui ! Une petite robe rose pâle à volant. Avec de la dentelle sur les longues manches ouvertes. Un devant style corset, avec un énorme ruban rose.

Quand je la vois, je la trouve vraiment spéciale… Elle est pâle, clair, et étrangement jolie. C’est la première fois que je vois un vêtement pareil.

Je sens mes yeux briller et s’écarquiller. J’ai tellement envie d’essayer cette robe ! Ce vêtement contraste tellement avec tous ces vêtements ternes et monotones que je porte d’habitude !

-Tiens ! Forrest ! Elle souffre

-Oh ! Je m’écris

Je me cache derrière le mur une nouvelle fois. Pas bouger pas bouger pas bouger…

-Coucou !

J’ouvre les yeux, et sursaute. Tante Elise est juste devant moi.  Me souriant joyeusement. Elle n’a plus la robe en main.

-Comment vas-tu mon petit neveu préféré ? Elle demande

Elle me serre dans ses bras et je la serre en retour. Bien qu’elle m’ait fait un peu peur, elle est tout de même ma tante. Et elle vient encore plus souvent que mon père !

Et je suis encore plus heureux de la voir.

-Je suis tellement heureux de vous voir ma tante ! J’affirme

-Moi aussi Forrest !

Elle se desserre et me sourit de nouveau.

-Tu viens ? On va jouer ! Elle fait

-Ouais ! Je m’écrire

Elle me prend par la main et m’entraine vers le jardin de la propriété. J’ouvre les yeux plus grands… Et je repense à la petite robe rose de tout à l’heure.

Maintenant que je l’ai en tête, c’est impossible de me l’enlever. J’imagine ma tante Elise dedans. Tournant sur elle-même, faisant voltiger ses volants.

Maintenant que j’ai remarqué à quel point cette robe était belle… Je m’imagine dedans. Avec les cheveux longs coiffés différemment… Bon sang j’adore m’imaginé comme ça ! Je me sens… Différent…

-Bah alors ? Tu es distrait aujourd’hui !

Les paroles de ma tante me font sortir de mes rêveries.

-Oh ! Euh… Je souffle

-Bref, ce ne sont pas mes affaires ! Viens, on va dans la forêt ! Elle propose

-Ouais !

Je suis content qu’elle ne me pose pas plus de questions. Je n’ai pas envie de lui répondre que cette robe qu’elle a offerte à une petite fille m’intéresse… Qu’est-ce qu’elle penserait ?

Pendant toute la journée, j’ai pensé à cette robe magnifique. Si spéciale. Je suis complétement hypnotisé par cette image. Gravée dans ma tête de façon indélébile.

A la fin de la journée, je vois ma tante partir au loin sur son cheval pour rejoindre mon père. Et maintenant, je suis de nouveau seul.

Je me traine jusqu’à ma chambre sans grande motivation. Je n’ai plus qu’à attendre demain pour…

Je m’arrête devant la penderie. Ces vêtements noirs, sombres… C’est peut être une belle couleur, mais… J’ai besoin de changement.

Je tire mes vêtements. Veste en tissus sombre, pantalon comme une armure, noir lui aussi… Et mes cheveux sont identiques à ceux de mon père… Tout aussi court et pointus…

Je ne suis donc qu’une pâle copie de lui ? C’est vrai que maintenant que j’y pense… Je suis habillé comme lui. Le même noir, la même cape… Ces vêtements fais pour moi, et pourtant…

Je ne me sens pas bien dedans. Serré, oppressé, juste mal !

Je fronce les yeux. Je soupire, et hésite. Non, je prends une décision, et déchire les manches. De toutes manières, j’en ai plein d’autres, bêtement aussi sombres et ternes.

J’en ai marre de ça. En pleine œuvre de destruction, je m’arrête. Mon gardien… Je sais où il dort !

Sans hésiter, je m’élance en dehors de ma chambre. J’aurais cette robe ! Je le jure ! Et comme ça, je pourrais faire une surprise à mon père !

Je pars de la chambre et erre dans le couloir. Je ne sais plus à quel étage prévis habite ce gardien… Mais je me souviens de sa porte ! Ou du moins de la forme !

… C’est idiot. Une porte à une forme de porte. Non, je veux dire les motifs ou la couleur !

Je regarde partout sur le premier étage, l’étage de ma chambre. Je ne reconnais pas la porte. Je monte au deuxième, rien. Au troisième, rien non plus…

Et le quatrième ? Vous connaissez déjà la réponse. Non plus.

Je commence à me décourager. Il ne reste qu’un étage… Et s’il dormait au dernier étage, je m’en serais souvenu…

Je monte alors sans grande motivation apparente, sûr de ne pas le trouver.

J’avance dans le long couloir sombre, et regarde chaque porte…

Et non, il n’y a rien. Dépité, je baisse les bras et me redirige vers ma chambre. Je n’ai pas trouvé sa chambre… Je ne peux pas emprunter sa robe…

Soudain, j’entends des bruits de pas. Je panique, je ne suis pas censé être ici à cette heure !

Je me cache derrière un mur, et j’attends. Je regarde si la personne est partie. Je pousse un petit cri de surprise.

C’est mon gardien ! Celui qui a la robe ! Celui dont je cherche la chambre !

-Bon sang, il faut que je reste ici encore une nuit… Saleté de relève…

Il n’a pas l’air ravi… Mais ce n’est pas mon problème !

Il entre dans une chambre. La sienne sans doute ! Bon d’accord peut être que je me suis un peu trompé au sujet de sa porte…

Mais ça arrive à tout le monde ! Alors zut !

Il rentre entièrement dans la chambre. Je sors de ma cachette et vais devant la poète. Je plaque mon oreille contre elle. Attendant le silence absolu avant d’entrer. 

Je l’entends marcher, puis plus rien. J’attends encore quelques instants, pour être sûr. Mais oui, aucun bruit ne s’échappe de la chambre.

Je pousse très doucement la porte, osant à peine entrer. Mais il fait tous noir, là-dedans…

Je regarde un peu où se trouve le lit du gardien. Mais je ne vois rien du tout… J’hésite, puis je rentre. Au point où j’en suis…

Je dois trouver la robe. Le problème, c’est que je ne vois rien du tout… Alors comment la trouver ?

Puis, j’ai une idée. Une robe a forcément une forme particulière. Alors si je trouve la penderie, que je l’ouvre, et que je cherche un peu…

Oui ! Ça pourrait marcher !

J’avance à tâtons dans le noir, cherchant la penderie. Je finis par tomber sur un grand meuble en bois. C’est sans doute ce que je cherche.

J’entends le gardien bouger. Je m’arrête immédiatement. N’osant plus respirer. Puis, il ne fait plus de bruit. Je saisis ma chance.

J’ouvre le meuble, et tâte. Je sens du tissu doux. Et d’une forme peu commune.

Je la prends et part en courant, me fichant complètement d’être silencieux. Je cours vers ma chambre et referme la porte. Je recommence à respirer.

J’ouvre les yeux, serrant le tissu entre mes bras. Je souris énormément.

-Te voilà ma belle !

La robe rose. La fameuse. La tenir entre mes mains me rend toute chose. C’est incroyable cette douceur, cette forme…

Elle est différente de tout ce que j’ai pu voir avant ! C’est incroyable !

Je sais ! Je vais la porter demain pour la visite de mon père ! Ca va lui faire plaisir j’en suis sûr ! Il sera tellement surpris !

Je la serre dans mes bras et n’ai qu’une envie, la mettre. Mais je patienterais jusqu’à demain ! Je la pose sur une chaise, et m’allonge sur le lit, impatient de m’endormir.

Et surtout impatient d’être le lendemain.

******************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************

Le soleil se lève de nouveau. Vite, je me lève et je fonce vers la chaise. Je vais enfin pouvoir mettre la robe !

J’en ai rêvé cette nuit ! J’ai rêvé être tellement beau dans cette robe ! Et elle change tellement de tout ce que j’ai pu porter ici précédemment !

Je mets rapidement la robe, et tournoie dedans. Elle est tellement confortable ! Tellement belle ! Je me sens unique.

Je défonce la porte de ma chambre en courant. Père va sans doute bientôt arriver ! Je suis impatient de voir sa réaction !

Je cours dans les couloirs, croisant des domestiques au passage. J’entends ce qu’ils pensent de ma robe :

« Où est ce qu’il a trouvé cette robe ?

-Elle lui va plutôt bien !

-C’est vraiment étrange…

-Mais… C’est un garçon non ?

-Oh qu’il est mignon ! » 

Les commentaires sont partagés… Mais je m’en fiche, je veux…

-Forrest ?

Je m’arrête et me retourne. Le gardien à la robe…

-Oh… Euh… Je souffle

-Alors c’est bien toi qui est venu dans ma chambre hier soir… Il affirme

-Je…

Il approche, d’un air menaçant. Je tremble un peu.

-Depuis quand le prince de Nohr s’habille comme une fille ? Il demande

Je baisse la tête.

« Je te prierais de me rendre cette robe immédiatement avant de te ridiculiser.

-Mais… Je commence

-Je peux savoir depuis quand tu oses me répondre ? Il coupe

-…

-Va tout de suite te changer ! Il ordonne »

Je commence à avancer, mais… Mais je me sens trop bien dans cette robe ! Je sais qu’elle est à lui, mais…

-Je peux la garder pour aujourd’hui ? Je demande

-Pardon ?

Il semble surpris, mais aussi furieux. Mais tant pis,  je veux beaucoup trop garder cette robe !

« Comment… Il commence

-Juste aujourd’hui s’il vous plait ! J’aimerais faire une surprise à mon père ! Je vous la rendrais ce soir ! J’affirme

-Mais enfin, ce n’est pas un habit pour toi.

-Même ! J’ai envie de la garder !

-Non, va l’enlever, c’est un ordre !

-Je ne veux pas ! »

Il s’énerve vraiment plus tout d’un coup… Il me fait un peu peur…

-Viens par la sale… Il commence

Il m’empoigne le bras violemment, me serrant fort. Je gémis. Puis, je me débats un peu.

-Arrête de bouger idiot ! Il m’ordonne

-Non ! Je crie

J’enlève brusquement le bras et m’enfuis en courant.

-Reviens ici sale nabot !

-Jamais !

Je cours le plus vite que je peux. Il ne me rattrapera pas ! Et je vais tous dire à mon père, pour qu’il empêche cet homme de me faire du mal !

Oui, j’ai un peu peur…

J’arrive finalement devant le bâtiment, et souffle enfin. Mon père doit déjà être arrivé ! Je suis tellement heureux de venir le voir que j’en oublie complètement l’incident précédent.

J’arrive vers la poète d’entrée. J’entends des bruits de sabots. C’est lui ! A coup sûr !

Je me cache derrière la porte pour lui faire une surprise.

-Messire Leo ! Quelle joie de vous voir !

J’entends un de mes gardiens l’accueillir !

-La joie est partagée. Ou est mon fils ? Demande père

-Messire, il se promène dans le palais, mais il ne devrait pas tarder. Affirme mon gardien. Dame Nyx n’est pas là ?

Nyx est ma mère. Elle vient bien moins souvent que mon père, mais j’aime beaucoup la voir aussi. C’est une grande mage, et je l’admire beaucoup.

Fermons la parenthèse.

-Non, elle doit rester avec ma sœur. Affirme mon père

-Je vois messire.

-Enfin ! Forrest ne devrait pas tarder ! 

Je ricane un peu.

-Je crois que je l’entends ! Souffle mon père

Je me coupe.

-Forrest ?

Je l’entends avancer vers moi. Je compte sur mes doigts. Trois… Deux… Un…

Maintenant !

Je sors de ma cachette en courant.

-Père ! Je suis là ! Je m’écrie

-Forrest ? Il souffle

Je fonce vers lui. Il semble surpris au début, puis il sourit en me voyant et ouvre les bras.

-Bonjour mon fils ! Il fait, heureux

Je lui fonce dans les bras et il me réceptionne pour me porter.

-Mais dit moi, tu es adorable dans cette nouvelle tenue ! Il affirme

-Vraiment ? Je souffle

-Mais oui !

Il me sourit et rit doucement avec moi. Moi, je sens mes yeux briller. Il m’a trouvé mignon dans cette robe !

-Bah alors ? Tu fais une de ces têtes ! C’est ma remarque ? Il demande

Je le serre dans mes bras en souriant.

-J’adore cette robe moi aussi ! J’affirme

-C’est vrai qu’elle te va très bien tu sais !

Je me sens rougir. Même mon père aime cette robe !

Je me sens extrêmement heureux. Je suis tellement mieux dans cette robe ! Et mon père accepte que je mette des vêtements normalement assignés aux filles !

Je le serre un peu plus fort, et il sourit. Je me sens tellement bien dans ce genre de vêtements ! Je n’ai plus aucune envie de remettre des vêtements Nohriens normaux… Je suis bien mieux en robe !

Même si le propriétaire original de cette robe n’aime pas ça… Je m’en fiche ! J’aime beaucoup trop être comme ça !

C’est décidé, je ne m’habillerais plus que comme je le veux ! C’est-à-dire avec des robes, des accessoires…

Je serais comme je suis vraiment. Et je me fiche de l’avis des autres.

1 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?