Le Corbeau. Saison 1 par

8 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 1 chapitre(s), moyenne=0/10
Side Story / Suspense / Action

28 XIV Vautours Vs Anges

Catégorie: M
0 commentaire(s)

CHAPITRE XIV : VAUTOURS VS ANGES

 

Toute l’école était en ébullition. Les supporters des deux équipes se battaient à coups de chansons et de slogans à la gloire de leurs joueurs. Des batailles de bombabouses éclataient dans les couloirs et il était devenu habituel de découvrir des élèves atteints par des sortilèges de chatouillis ou de gigotage. Ces joutes joyeuses durèrent jusque dans les gradins du stade.

            Cette fois-ci, Pierrick accompagna Chun pour y assister. Avant de d’entrer dans l’escalier, il aperçut Maximilien Harris en conversation avec Pierre Hargus. Il était trop loin pour écouter ce qu’ils se disaient mais Harris avait l’air de reprocher quelque chose à Hargus. Ce dernier restait d’un calme presque glacial. Il dit un dernier mot et laissa là le gardien des Dragons dont les yeux exprimaient plus de la peur que de la colère.

            Pierrick n’en parla pas à Chun. La jeune femme était impatiente de voir le match commencer. Le présentateur claironna un discours d’introduction :

« Bonjour à tous et bienvenu au match le plus attendu du championnat académique de Quidditch ! Ce match est retransmis exceptionnellement en direct sur Radio France Magique. L’enjeu de ce match est le titre de champion académique. Les deux équipes ne sont qu’à deux cents points l’une de l’autre. Mais sans plus attendre, voici la première équipe qui pénètre sur le terrain, tout de rouge vêtu : Jérôme Durand, Hector Jirdain, Gaël Sifardin, François Bérier, Jeanne Salius, Thomas Guerrini et Sophie Fasa ! »

Les supporters des Vautours acclamèrent leur équipe, des banderoles de déclaration d’amour à la poursuiveuse fleurirent un peu partout. Elle ne répondit que par un sourire et des gestes de la main.

« Sophie Fasa, la chouchoute des supporters des Vautours va rentrer dans l’équipe des Griffon de Bordeaux à la saison prochaine. Mais voici déjà l’autre équipe qui fait son apparition, arborant un noir profond : Yves Saridus, William Fujien, Victor Kaari, Albert Potier, Franck Justin, Rose Delacour et Frédéric Gono ! »

Des tambours et des cris ponctuèrent chaque nom. Frédéric Gono resta impassible devant le soulèvement d’allégresse que provoqua son entré sur le terrain.

« Frédéric Gono, la star incontesté du championnat joue aujourd’hui son dernier match avec les Anges des Ténèbres. La saison prochaine, il entame une carrière pro avec les Phénix de Paris. Certains disent même qu’il sera titularisé dés le premier match. Mais voici que l’arbitre arrive avec le coffre contenant les balles. »

            L’arbitre appela les deux capitaines pour leur donner les directives habituelles sur le respect des règles et du fair-play. Les capitaines se serrèrent la main sans animosité mais leurs yeux démontraient que la partie avait déjà commencé. L’arbitre donna un coup de pied dans le coffre, libérant les cognards et le vif d’or. Il se saisit du souaffle. Le stade entier retenait son souffle, une fois la  balle rouge lancée en l’air, le match commencerait.

            Le souaffle s’éleva en l’air et le ballet des joueurs débuta. Quatre des poursuiveurs se lancèrent en même temps sur la balle au risque de se percuter. Mais par miracle aucun choc ne fut à déplorer et la balle fut saisit par Sophie Fasa qui déjà fonçait vers les buts des Anges. Elle évita le poursuiveur en noir qui était resté en soutien en tournant sur elle-même comme une toupie. Et se retrouva seule face à Franck Justin, le gardien des Anges. Elle arma son tir. La balle fusa. Mais au lieu de passer à travers un des cercles, elle fut rattrapée par Hector Jirdain qui la déposa littéralement dans un des buts, au grand dam du gardien en noir. Les supporters en rouge explosèrent de joie. Le ton du match était lancé.

            Le gardien des Anges remit la balle en jeu en la passant à une jeune fille aussi blonde que sa tenue était noire. Rose Delacour évita allègrement un vautour et passa la balle à un de ses coéquipiers. Ce dernier ne parut pas s’inquiéter de voir Jérôme Durand foncer sur lui. Il fit une embarder pour l’éviter et lui donna un violent coup d’épaule qui faillit le désarçonner. Mais l’ange n’avait pas vu que Sophie Fasa était revenu en défense et, se mettant la tête en bas en passant au dessus de lui, lui vola la balle. Elle lança aussitôt le souaffle vers Hector Jirdain qui lui repassa dans la foulée une fois qu’elle eut dépassé Rose Delacour. Une fois en position de tir, elle lança la balle mais Franck Justin l’arrêta. Le gardien des Anges relança aussitôt le jeu en direction de Yves Saridus. Mais une silhouette en rouge intercepta la balle au vol et vint marquer un but. C’était Jérôme Durand qui était revenu à l’attaque.

« Et encore un but pour les Vautours ! s’écria le présentateur. Il mène par 20 à 0 ! Quelle entame de match ! Mais je vois que Rose Delacour s’élance la balle dans les bras. Elle évite Jérôme Durand et Hector Jirdain avec une facilité déconcertante. On la sent à l’aise sur son balai. J’aimerai bien être à la place de ce morceau de bois. Oups ! Pardon. »

Le commentaire du présentateur arracha un rire au public. Voyant qu’elle ne comprenait pas pourquoi il avait dit ça, Pauline Tréveune se pencha vers elle.

« Cette Rose Delacour fait tourner la tête à tous les garçons et hommes qu’elle croise.

-C’est vrai qu’elle est très belle mais de la dire ça en plein match !

-Elle est à moitié vélane, c’est à cause de ça.

-Vélane ?

-Les Vélanes sont des créatures possédant un charme surnaturel. Elles peuvent faire tourner la tête à n’importe qui ou presque. La mère de Rose Delacour en est une. Elle a hérité d’une partie de ses pouvoirs. Mais attention, les Vélanes ont également un autre visage, moins angélique. Quand elles sont en colère, elle perde leur beauté au profit d’un visage pas très jolie à voir. Mais elles ne sont pas démoniaques pour autant. Disons juste que leur état d’esprit se voit plus facilement que nous. »

Chun se tourna vers Pierrick qui n’avait pas lâché le ballet des poursuiveurs des  yeux. Il restait impassible. La jeune asiatique se demanda s’il était sensible au charme de la demi-vélane ? Le chasseur était si introverti qu’il était impossible de savoir ce qu’il pensait ou ressentait. Chun l’imaginait mal être sous l’influence d’un quelconque charme magique.

            Durant les explications de Pauline Tréveune, le match s’était légèrement emballé. Les Vautours avaient marqué trois buts de plus et les Anges avait enfin réussi à passer la défense des joueurs en rouge par quatre fois. Le score était donc de 50 à 40 pour les Vautours.

            Sophie Fasa était en possession de la balle. Un poursuiveur en noir la percuta violement pour s’en emparer et repartir vers les buts des Vautours. Les deux autres poursuiveurs rouges se positionnèrent juste devant lui pour l’arrêter. Loin de se démonter, l’ange poussa encore plus son balai et vint percuter les deux vautours. Seulement, dans la violence du choc, il perdit la balle. Elle fut rattrapée par Rose Delacour qui marqua le but de l’égalisation.

« Comme toujours, William Fujien démontre sa puissance physique en n’hésitant pas à percuter ses adversaires, lança le présentateur. Le capitaine des Vautours Ecarlates, Gaël Sifardin, a demandé un temps mort pour réorganiser son équipe et permettre au médicomage de soigner Sophie Fasa. »

            Les Vautours s’étaient réunis autour de leur capitaine. Sophie Fasa se plaignait d’une douleur à l’épaule qui fut calmé en un coup de baguette par le médicomage. Les Vautours reprirent leur place dans les airs.

            L’arbitre siffla la reprise du match. Gaël Sifardin passa la balle à Sophie Fasa. La poursuiveuse évita avec grâce le brutal William Fujien puis fit de même avec Rose Delacour. Elle envoya le souaffle vers Hector Jirdain. Le vautour fut percuté par un cognard qui l’empêcha de se saisir de la balle au profit de Yves Saridus. L’ange passa à William Fujien. Ce dernier fonça vers les buts, écartant Jérôme Durand d’un coup de pied dans son balai au passage. Il tenta de forcer le passage en allant au contact du gardien des Vautours. Mais ce dernier tint le choc. L’ange parvint tout de même à passer la balle au dessus du vautour et le fit passer dans un des cercles.

            Le match fut un enchaînement de phases violentes et techniques. Les Vautours, plus souples, parvinrent à se détacher au score marquant plus de buts que leurs adversaires. Au bout de trois quarts d’heure de jeu, le score était de 230 à 160 en faveur de l’équipe en rouge. Tous savaient que ce n’était pas suffisant, il fallait gagner par plus de deux cents points de différence. Si Jeanne Salius, l’attrapeuse des Vautours parvenait à attraper le vif d’or maintenant ce serait gagner. Le problème s’était que Frédéric Gono était connu pour être le meilleur attrapeur vu à Beauxbâtons depuis un siècle selon les spécialistes. Un duel entre les deux attrapeurs n’avait que peu de chance de finir à l’avantage de la jeune fille. Il fallait donc avoir plus de deux cents points d’avance aux buts marqués.

            Les Vautours Ecarlates étaient en possession du souaffle. Jérôme Durand fonçait par l’aile droite. Il évita in extremis une collision avec William Fujien qui arrivait en sens inverse et passa la balle vers l’axe du terrain. Le souaffle fut réceptionné par Sophie Fasa et aussitôt renvoyé sur l’aile gauche en direction de Hector Jirdain au grand dam de Yves Saridus. Jirdain se retrouva confronté à Rose Delacour. Il tenta de l’éviter en sautant au dessus d’elle tout en faisant passer son balai sous le sien mais la jeune fille fit un soleil pour venir percuter la balle d’un coup de pied et l’arracher des bras du vautour. Ce fut Saridus qui la récupéra et poussa son balai en direction des buts de Gaël Sifardin. Il tira vers l’anneau de gauche. Sifardin plongea et parvint à l’attraper d’une seule main.

            Il relança immédiatement au loin sur Hector Jirdain. Ce dernier se retrouva une nouvelle fois face à la belle blonde. Il essaya de passer par la droite mais la demi-vélane lui barra la route en tentant de s’emparer du souaffle. Le vautour passa en direction de Sophie Fasa. La jeune fille évita William Fujien aisément et se retrouva seule face aux buts gardés par Franck Justin. Elle feinta un tir à droite, le gardien tomba dans le piège. Sophie avait laissé la balle tombée derrière elle. Elle se laissa glissé de son balai tout en le prenant par le manche, et fit une vrille en l’air pour venir frapper la balle rouge en se servant de son balai comme d’une batte de base-ball. Le souaffle fusa vers l’anneau de gauche dégagé de la présence du gardien des Anges et passa au travers.

« 240 à 160 en faveur des Vautours ! hurla le présentateur en tentant de couvrir les cris de joies des supporters des joueurs écarlates. Sophie Fasa nous démontre une fois encore toute la richesse de son jeu acrobatique ! C’est toujours un régal de la voir jouer ! Surtout qu’elle n’est pas mal du tout. Mais je vois Jeanne Salius qui s’élance ! A-t-elle vu le vif d’or ? »

            La jeune fille frêle qui depuis le début du match scrutait de tous les côtés pour repérer la petite balle dorée avait plongé, passant à quelques centimètres de Rose Delacour qui se replaçait. Elle fonçait vers un point brillant voletant à mi-hauteur du stade derrière les buts des Vautours. Elle n’était plus qu’à quelques mètres de son objectif quand une silhouette drapée de noir la dépassa. Tout le stade retint son souffle quand la silhouette n’était plus qu’à quelques mètres du mur et qu’il était visiblement trop tard pour s’arrêter. Mais la silhouette noire redressa in extremis et s’éleva dans le ciel, tenant une petite boule d’or dans sa main. Les supporters des Anges des Ténèbres hurlèrent dés qu’ils comprirent.

« Frédéric Gono a attrapé le vif d’or ! s’écria le présentateur. Les Anges des Ténèbres l’emportent ! Les Anges des Ténèbres sont champion académique pour la onzième fois consécutive ! Score final : 310 à 240 pour les Anges des Ténèbres ! »

            Les Anges des Ténèbres firent un tour d’honneur autour du stade en saluant de la main leurs supporters qui hurlaient leur joie. Les Vautours Ecarlates s’étaient réuni au milieu du terrain. Leur capitaine, Jérôme Durand, leur disait qu’il avait été fière de leur prestation durant ce match. Les visages acquiesçaient mais la déception de la défaite coulait malgré tout de leurs yeux. Ils s’applaudirent quand même sous l’impulsion de leur capitaine. Menés par Gono, les Anges s’approchèrent des Vautours et vinrent leur serrer la main en les félicitant pour le beau match qu’ils avaient livré. Les Vautours répondaient en disant bravo aux champions. Les deux équipes firent un dernier tour d’honneur ensemble sous les applaudissements du stade en entier. Plus un spectateur n’était assis.

            Les Anges escortèrent les Vautours jusqu’à la tribune d’honneur où les attendaient déjà les membres de l’équipe des Dragons de Fer arborant leur médaille de bronze. Le directeur de l’académie, monsieur Tréveune, félicita les Vautours Ecarlates en leur remettant à chacun une médaille d’argent.

            Ce fut après au tour des Anges des Ténèbres. Le directeur leur remis une médaille d’or. Le dernier à la recevoir fut Frédéric Gono. Le directeur tendit alors une coupe en or représentant deux baguettes croisées, le symbole de Beauxbâtons, surmonté d’un joueur de Quidditch sur son balai tendant la main pour attraper le vif d’or. Frédéric Gono prit la coupe et la leva au dessus de sa tête. Un nouvel hurlement emplit le stade. La coupe passa de main en main, à chaque membre de l’équipe des Anges des Ténèbres. Ils avaient réussi l’exploit de gagner le championnat académique onze fois d’affilée, un record !

 

 

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?