Incassable Saison 1 par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Continuation / Fantastique / Policier

1 Episode 1

Catégorie: T , 2029 mots
1 commentaire(s)

EXT.NUIT.PHILADELPHIE.UNE RUE RESIDENTIELLE


2h du matin. Une maison avec toutes les lumières allumées. Un homme vêtu d'un poncho de pluie portant l'inscription Security dans le dos observe cette dernière avant d'y pénétrer. 


INT.NUIT.PHILADELPHIE.MAISON


L'homme s'avance dans la maison et découvre un grand désordre. L'intérieur est saccagé. Des vases renversé, des vêtements, des sacs, une corde, des bibelots... Tout un tas d'objets traînent sur le sol. Il observe autour de lui et entend un bruit à l'étage. Il monte les escaliers. En entrant dans la première chambre il trouve un homme et une femme allongés sur le lit, les mains attachées. Il s'approche d'eux et découvre qu'ils sont inconscients. Puis il entend un autre bruit dans la pièce d'à coté. Il se dirige vers la source du bruit. A l'intérieur de cette seconde chambre il trouve une jeune fille assise par terre la tête entre les jambes et tremblant de peur. En commençant à s'approcher d'elle il entend soudain la porte derrière lui se fermer violemment. Il se retourne, il est soudain projeté en arrière et tombe sur le sol. Au dessus de lui se dresse un homme qui le soulève par le col et le plaque contre le mur. L'homme arme son poing et frappe celui au poncho. En poussant un cri de douleur il lâche prise et se tiens le poignet. Un bruit d'os s'est fait entendre au moment du coup de poing. L'homme au poncho n'a pas bougé sous le coup de son assaillant. Il attrape son agresseur et le jette à travers la pièce. Celui ci s'écrase contre le mur opposé et s'effondre au sol. Il le saisit à nouveau et le jette de l'autre coté de la pièce.


EXT.JOUR.PHILADELPHIE.MAISON


Des cordons de sécurité entourent la maison. Des policiers et des journalistes s'attroupent autour des cordons. Une voiture arrive sur les lieux et le lieutenant Sean Davis en sort. Il s'approche des cordons de sécurité et se glisse en dessous en passant à coté des agents qui protègent l'entrée.


AGENT HIGGINS

Salut Sean.


SEAN

Salut Higgins.


AGENT HIGGINS

Fais gaffe Morty à son humeur des mauvais jour.


SEAN

(en s'éloignant en direction de la maison)

Comme si il avait déjà eu un bon jour.



INT.JOUR.PHILADELPHIE.MAISON


Sean entre dans la maison et découvre à l'entrée le corps d'un homme pendu à la rambarde des escaliers.


SEAN

Nom de dieu.


CAPITAINE MORTY

(en arrivant derrière Sean)

Harry Grive


SEAN

(en se retournant)

Pardon Capitaine ?


CAPITAINE MORTY

C'est le nom de notre pendu. Il venait de sortir il y a un mois de prison. Agression sexuelle. Et hier soir il a replonger. Jusqu'à ce que votre idole au poncho s'en occupe.


SEAN

Ce n'est pas mon idole capitaine. Et comment vous savez que c'est son oeuvre ?


CAPITAINE MORTY

La famille qui vit ici, ils l'ont vu. Depuis son apparition la ville se sépare en deux groupe bien distinct lieutenant Davis. Il y a ceux qui le condamnent et qui ne veulent pas d'un justicier se croyant tout permis. Et il y a ceux qui comme vous sont fascinés par lui attendant presque impatiemment chacune de ses interventions. Si on vous laisse faire on aura bientôt des peluches et des t-shirt à son effigie.


SEAN

Reconnaissez au moins qu'il est efficace.


CAPITAINE MORTY

Bien plus que vous ça je vous l'accorde.


SEAN

Soyez pas vache Capitaine. Comment vouliez vous qu'on sache que ce Grive allait agresser cette famille à leur domicile? Comment ils vont d'ailleurs?


CAPITAINE MORTY

Bien. Ils ont été emmenés à l'hôpital Jefferson mais il n'ont que quelques légères blessures. Et ne cherchez pas d'excuse Davis. Cherchez plutôt à savoir comment votre ami au poncho, lui, savait que Grive serait ici la nuit dernière. Comment il fait pour savoir où intervenir à chaque fois d'ailleurs?


SEAN

J'aimerais le savoir. C'est la cinquième fois qu'il joue les sauveteurs et on a aucune piste. Rien du tout. Les témoins n'ont vu qu'un homme vêtu d'un poncho. Comment retrouver sa trace ?


CAPITAINE MORTY

C'est pour ça que le contribuable vous paye Davis alors faites votre boulot. Retrouvez le et arrêtez le.


SEAN

(interloqué et insistant)

Capitaine ??!!


CAPITAINE MORTY

Ne discutez pas lieutenant. Je sais que vous le voyez comme un super héros et je dois avouer qu'il nous a permis d'arrêter de belles ordures mais il faut l'arrêter. Ca ne dépend ni de moi et encore moins de vous. Les ordres sont les ordres et là haut ils veulent des résultats.


SEAN

Ouais... C'est surtout que ça entache leur image. Un justicier qui sauve la ville. Ils ne récoltent aucuns lauriers.


CAPITAINE MORTY

L'image de la police de Philadelphie est aussi la votre Davis. N'oubliez pas que vous portez son insigne.


SEAN

Ma mère porte une croix autour du cou, c'est pas pour ça qu'elle est en accord avec tout les actes de son Dieu.


CAPITAINE MORTY

(agacé)

Mettez vous au boulot Davis.



INT.JOUR.PHILADELPHIE.MAISON DE LA FAMILLE DUNN


David arrive dans la cuisine où sa femme Audrey prépare le petit déjeuner et son fils Joseph assis à table regarde la télé. Il embrasse son fils sur le front et enlace sa femme avant de s'asseoir.


AUDREY

(en se tournant vers David)

Tu veux du café ?


DAVID

Oui s'il te plait


AUDREY

(en donnant le bol à son fils)

Tiens. Mange tes céréales et après tu files te préparer, c'est moi qui te dépose à l'école ce matin.


JOSEPH

Oui maman. C'est papa qui viendra me chercher ?


DAVID

J'essaierai. En attendant ne sois pas en retard


Chacun prends son petit déjeuner avec la télévision en bruit de fond : "... est une nouvelle fois venu au secours des habitants de Philadelphie. La famille Hemmerson a été agressé à leur domicile par Harry Grive. Il venait de sortir de prison il y a un mois. Il avait purger une peine 10 ans pour agression sexuelle. Celui que certains qualifies de héros, l'homme au poncho, a secouru les membres de la famille Hemmerson et aurait apparemment tué Grive. Ce nouvel acte soulève une fois de plus la question de savoir si Philadelphie à besoin ou non de ce héros et surtout qui est..."

Joseph se retourne alors vers son père l'air inquiet mais lui le regarde en souriant. Il lui rends son sourire.


AUDREY

Je ne sais pas quoi penser de cette homme ?


JOSEPH

C'est un héros. Il sauve tellement de gens.


AUDREY

Oui mais c'est le travail de la police ça mon coeur, pas d'un homme en tenue de pluie. Et tu vas être en retard. File t'habiller.


Joseph monte se préparer et Audrey se tourne vers David.


AUDREY

Je suis curieuse. Tu ne m'a jamais donner ton avis sur cette histoire. Tu n'en parle jamais. Même quand ils en parlent aux infos tu ne dis rien.


DAVID

Je suis comme toi,je ne sais pas quoi en penser.



INT.JOUR.PHILADELPHIE.COMMISSARIAT DU 9ème DISTRICT


Sean est à son bureau un pile de dossier devant lui. Il travaille sur les affaires de l'homme au poncho. Ed Willon, un collègue, s'installe au bureau en face de lui.


ED

A ce rythme là ta pile de dossiers n'est pas prête de rétrécir. 


SEAN

J'y comprends rien. Je ne vois aucun lien entre ces affaires. Deux familles dans leur maison, une petite fille séquestrée, la saisie de drogue sur le port et un braquage arrêter juste avant qu'il n'est commencé. Toutes ces affaires n'ont rien en commun.


ED

A part lui.


SEAN

Oui. A chaque fois il était là.


ED

Ecoute c'est pas en potassant ces dossiers pour la vingtième fois que les réponses apparaîtront. Il faut que tu penses à autre chose pour le moment. Et ça tombe bien je sors du bureau de Morty. Il veux que je prenne quelqu'un avec moi pour m'aider sur mon affaire.


SEAN

Encore un noyé ?


ED

Une femme. Découverte il y a moins de 30 minutes. Je vais sur place et j'aimerais que tu m'accompagne.


SEAN

J'ai déjà beaucoup trop...


ED

(coupant la parole)

Tu as déjà regardé ces dossiers tellement de fois que je suis certain que tu les connais presque par coeur. 


SEAN

(avec un léger sourire)

Oui...J'allais te dire que j'avais déjà beaucoup trop regarder ces dossiers justement. Ca me fera du bien de réfléchir à autre chose.


ED

Parfait.



INT.JOUR.PHILADELPHIE.HOPITAL PSYCHIATRIQUE


David arrive à l'accueil de l'hôpital psychiatrique et s'adresse à l'infirmière en poste.


DAVID

Bonjour je viens voir un de vos patient.


INFIRMIÈRE

Son nom s'il vous plait ?


DAVID

Elijah. Elijah Price


INFIRMIÈRE

(en consultant son registre)

Vous êtes de la famille


DAVID

Disons plutôt un ami proche


INFIRMIÈRE

Votre nom monsieur.


DAVID

David Dunn


INFIRMIÈRE

(en remplissant son registre)

Je vais vous demander d'attendre un peu monsieur Dunn. Je vais vous appeler le docteur Tyler. Il vous conduira jusqu'à votre ami.


DAVID

Très bien, merci.


David s'installe sur une chaise dans l'espace d'attente. Après un court instant le docteur Tyler arrive.


DOCTEUR TYLER

(en allant serrer la main de David)

Monsieur Dunn, ravis de vous rencontrer.


DAVID

Egalement


DOCTEUR TYLER

Vous venez donc voir monsieur Price c'est ça ?


DAVID

Oui c'est ça.

(après une petite hésitation)

Il y a un problème ?


DOCTEUR TYLER

Non pas du tout. Comprenez que ce n'est pas un hôpital normal ici. Nous traitons des patients avec de forts troubles mentaux. Les visites sont donc très encadrées pour la sécurité de tous.


DAVID

Je comprends docteur


DOCTEUR TYLER

Suivez moi, je vais vous emmener jusqu'à monsieur Price.


David suis le docteur Tyler à travers l'hôpital. Ils arrivent jusqu'à une cellule aux murs capitonnés et aux mobiliers recouverts de mousse et à la place des barreaux une grande vitre de plexiglass. A l'intérieur Elijah Price est assis dos à ses visiteurs un journal à la main.


DOCTEUR TYLER

Monsieur Price ? Vous avez de la visite.


ELIJAH

Merci Docteur.


DOCTEUR TYLER

(à David)

Je vous laisse avec lui. Quand vous voudrez partir vous n'aurez vous dirigez vers la porte et sonner.


DAVID

Très bien, merci docteur.


Le docteur Tyler se dirige vers la sortie et David s'installe sur une chaise posée devant la cellule d'Elijah.


ELIJAH

(en se retournant)

Je vous attendais depuis un moment David. Je viens de voir vos nouveaux exploits. Certains ne vous porte pas vraiment dans leur coeur apparemment. Mais rassurez vous c'est le rôle de tout héros d'être autant aimé que détesté.


DAVID

Vous m'attendiez ? Comment saviez vous que je viendrais vous voir ?


ELIJAH

Que vous le vouliez ou non nous sommes liés David. Le bien et le mal. L'un ne peut exister sans l'autre. Et vous avez beaucoup de questions en vous qui sont encore sans réponses. Et vous savez que je peux vous les apporter. Et puis nous sommes amis.


DAVID

Ecoutez Elijah...Je...j'ai failli venir déjà plusieurs fois et j'avoue que je ne sais pas pourquoi j'ai ce...besoin. Mais j'ai effectivement beaucoup de questions.


ELIJAH

Et la première d'entre elles est "pourquoi ressentez vous cette peur en vous ?"


DAVID

(étonné)

Oui.


ELIJAH

C'est une sensation tout à fait normal. Du moins pour quelqu'un dans votre position. Vous avez trouver votre but, votre raison d'être. Et vous m'avez permis de trouver la mienne. Je suis là pour vous aider David. Et c'est cette sensation de peur qui vous à amenée jusqu'à moi aujourd'hui.


DAVID

Je...Je ne sais même pas de quoi j'ai peur.


ELIJAH

Votre nemesis.


DAVID

Pardon ?


ELIJAH

Tout les héros doivent affronter un jour leur plus grand ennemi. Et quoi que vous en pensiez ce n'est pas moi. Je ne suis pas votre ennemi. Le vôtre est quelque part dehors. Et il frappera votre point faible. C'est pour ça que vous avez peur David. Vous savez que bientôt vous devrez affronter votre nemesis et vaincre peur.



INT.JOUR.PHILADELPHIE.UN ENTREPOT DESAFFECTE


Un homme se tient debout dans un coin sombre et il remplit une ancienne fosse avec de l'eau. Derrière lui on distingue le corps d'une femme allongé sur le sol.



Fin de l'épisode ...


1 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?