Is it love ? Sebastian Jones par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Univers Parallèle / Fantastique / Surnaturel

18 Vraie nature!

Catégorie: G , 3062 mots
3 commentaire(s)

Je me dirige en courant vers la forêt. Les larmes perlent sur mes joues. Pourquoi Drogo me fait-il cela? Pourquoi fait-il cela à Sebastian ? N’ai-je pas le droit d’être heureuse pour une fois ? La vie ne m’a-t-elle pas assez brisé? Et Jones pourquoi n’a t-il pas réagi ? Toutes ces questions commencent à me donner littéralement la migraine. Tout en me dirigeant vers la densité de ce lieu si calme et paisible, quelques sanglots continuent d’éclater. Sans m’en rendre compte je me retrouve au bord d’un petit lac, bordé de rochers et de buissons . Je ne savais pas que quelque chose d’aussi beau se trouvait ici! Qui penserait à découvrir ce magnifique paysage dans une forêt aussi arborée ? L’eau est d’une clarté à couper le souffle, à tel point que le fond y est visible , aucun remous, un calme plat. Ça donne envie de s’y baigner.

Le bruit d’une branche qui craque me sort de ma contemplation. Je me retourne hâtivement en direction de celui-ci, et y découvre Sebastian autant inquiet que soulager de m’avoir retrouvé. Il s’approche doucement et s’arrête à quelques centimètres de moi. Il me regarde avec une telle intensité, c’en est troublant. Je sens alors une multitude de sensations se déployer dans mon corps. Il me fait un de ces effets, que ma température corporelle monte en flèche, tandis qu’une douce chaleur s’insinue dans mon bas ventre. Sebastian que m’as tu fais? Il me prend la main et me rapproche de lui afin de réduire le peu de distance qui nous sépare. Il me colle contre son torse, pose sa tête sur la mienne , et m’entoure de ses bras puissants et musclés. Nous restons ainsi un petit moment avant que je ne brise ce silence apaisant. 


-" Pourquoi ne t’es tu pas défendu face à Drogo?


- Parce que je le connais assez pour te dire que cela n’aurait rien changé ! Même si j’avais tenté de dire ou faire quoi que se soit, Drogo n’en aurait fait qu’à sa tête!


- Alors c’est ça ? Tu te résignes ? "


Mes yeux s’embuent de nouveau. A chaque fois que je le vois mes sentiments grandissent de jour en jour. Je sais, il est mon professeur et c’est interdit. Mais je ne peut empêcher ce traître de cœur de prendre le dessus sur ma raison. Je ne sais pas si , après notre baiser de tout à l’heure, j’arriverai à me passer de lui et de ses lèvres sur les miennes.

Il prend mon visage entre son pouce et son index et le relève. Je scrute ses deux magnifiques iris jaunes d’or , et crois distinguer une lueur d’espoir.


-"Non! Je ne me résigne pas. Mais il va falloir être plus que discret quand à notre relation."


[ Relation ? J’ai bien entendu ? Il a dit relation ?] 


Sans que je ne me rende compte, un sourire s’est étendue sur mon visage, ce qu’il ne manque pas de remarquer et il me sourit à son tour. Enfin, sur un ton plein de défi lui lance.


-" Alors mon cher Mr Jones , comme ça nous parlons donc de relation? "


Il rigole et me répond sur le même ton. 


-" En effet Mademoiselle TOSELLO, à moins que cela ne vous pose problème. Il est bien question d’un début de relation"


Je fonds. Que répondre à cela ? Le très séduisant Dr Sebastian Jones épris de... Moi... simple et plus que banale étudiante. Je ne sais, d’ailleurs, pas ce qu’il peut bien me trouver. Je le contemple tel une œuvre d’art, quand mes yeux passent des siens à ses lèvres charnues et diaboliquement appétissantes. Cette bouche est un véritable appel au péché. Je me rapproche avec une lenteur calculée de son visage et joins mes lèvres aux siennes avec douceur et tendresse. Il resserre son étreinte autour de ma taille et répond à ce baiser avec plus d’intensité. Sa langue essaie de passer la barrière de ma bouche, et finalement vient à la rencontre de la mienne. Commencent alors une danse endiablée. Nos respirations se font plus rapides et saccadées. La température, quand à elle, monte de quelques degrés. Après quelques minutes d’embrassades fiévreuses, Sebastian se détache de moi en reculant, et commence à se déchausser. Puis enlève son pull et déboutonne sa chemise. Le rouge me monte aux joues en admirant le spectacle qui m’est offert. Cependant je ne comprends pas ce qu’il est sur le point de faire. Comme s’il se rendait compte de mon trouble il prend la parole.


-" L’eau à l'air bonne! Nous pourrions nous baigner un peu. Qu’en penses tu ?" 


Eh bien voilà que je m’empourpre de plus belle. Me baigner ? Mais je n’ai pas de maillot . Il n’espère tout de même pas qu’on se baigne en sous vêtements tout de même ? Ma tête doit être impayable, vu la façon dont il me regarde et le sourire en coin naissant sur son beau visage. 


-" Que se passe t-il, Alexandra ?


- Euh... Hm... Je n’ai pas de maillot sur moi. "


Il rit et reprend un air des plus sérieux.


-" Moi non plus. Mais nous avons nos sous vêtements." 


L’idée de voir Sebastian, avec que très peu de tissus sur son corps si bien sculpté, provoque une sensation de chaleur intense dans mon bas ventre et me fait frissonner plus que de raison. Une chose et sûr je le désire. L’effet qu’il a sur moi et tel, que ça en devient douloureux. Mais malgré ça, je ne suis pas encore prête à me livrer à corps perdu. Il est vrai qu’à mon âge, être encore vierge peut paraître honteux . Mais je tenais vraiment à réserver ce moment magique à celui qui ferait battre mon cœur et que je penserais être le bon. Après plusieurs minutes à cogiter, je me rends compte de la vue spectaculaire qui s'offre à moi . Sebastian se trouve en caleçon moulant parfaitement son corps d’athlète. 


[Mon dieu! Oh mon dieu ! Oh feu les pompiers !] 

 

Je ne parviens pas à le quitter des yeux, ceux-ci remplis d’un désire fou et scrutent le corps splendide de manière indécente de ce bel âtre qui se trouve face à moi, réduisant la distance entre nous. 

Sa voix sensuelle me sort de mon admiration. 


-" Alexandra ? Tout va bien ? Tu sembles ailleurs ? "


Ailleurs ? Oh oui , complètement ailleurs si je puis dire ! Des pensées plus friponnes les unes que les autres me traversent l’esprit. Je déglutis péniblement.


-" Hein ? Euh... Oui ! Oui ! Je suis là.


- Tu n’as pas envie de te baigner ? 


- Si, si ! Laisses moi juste le temps, je n'ai pas pour habitude de me retrouver en petite tenue devant quelqu’un.


- Je comprends, prends ton temps" 


Il se dirige vers la rive, et commence à s’immerger dans le lac. Je commence à me dévêtir, retirant d’abord mon pull pourpre , mes chaussures noire vernies ainsi que mes chaussettes blanches montantes jusqu’à mi cuisses. Je me déleste ,ensuite, de mon chemisier blanc et de ma courte jupe noire. Il faut dire qu’avec ma mésaventure de la journée, je n’ai pas eu l’occasion de me changer et suis toujours vêtue de mon uniforme. Une fois dévêtue ,je me retrouve en soutien gorge et shorty. Je m’apprête à rejoindre, mon beau mâle. Quand soudain, il émerge de l’eau, ses muscles saillants dégoulinante de ces gouttelettes translucides. Il passe sa main dans sa belle chevelure couleur de jais. Cette image de lui , me pousse à entretenir un tas de pensées lubriques. Cet homme est un dieu vivant. Alors que je rentre dans l’eau, il se rend compte de ma présence et vient me rejoindre. Je suis immergé jusqu’au nombril laissant ma poitrine généreuse recouverte de ce léger bout de tissus en dentelle à la vue de Sebastian. Ses iris flamboyantes se posent sur moi, me détaillant avec envie. 


-" Tu es magnifique ! "


Ces doux mots raisonnent dans ma tête. 


[Sebastian , LE Sebastian Jones me trouve ,moi, magnifique? Moi ? Que répondre à cela ? Merci ? Je croirais rêver.]


Mon regard percute le sien assombri par le désir. Je chancelle légèrement quand il m’attrape par l’avant bras afin de me ramener vers lui. Contre lui. La chaleur extérieur n’est en rien comparable à ma température corporelle, qui ne cesse d’augmenter au fur et à mesure que nos corps se frôlent, se touchent. Une douce chaleur s’insinue dans mon bas ventre tandis qu’un frisson me parcours le corps , ce qui ne manque pas d’échapper à mon beau professeur.


- " Tu as froid ?


- Euh... Non... Non... Ça va, je te remercie. 


- Je suis très heureux de passer un moment seul avec toi." 


Il me sert un peu plus fort contre lui, je peux sentir tout son corps réagir au contact du mien , ce qui n’en est que plus excitant. Nos regards passent sans gêne de nos Bouches à nos yeux provoquant le désir irrépressible de se happer, de se goûter comme si nos vies en dépendaient.

Nos lèvres se rapprochent et finissent par fondre l’une contre l’autre, se cajolant et se goûtant avec gourmandise. Sa langue force la barrière de ma bouche allant à la rencontre de la mienne, pour se livrer à une danse sensuelle. Ses larges mains caressant ma taille en remontant dans mon dos , font naître en moi un brasier incandescent. Tandis que les miennes s’accrochent à son cou de manière à accentuer notre étreinte. Je n’avais encore jamais goûté à quelque chose d’aussi exquis, tant par les sensations qu’il fait naître en moi, que par ses baisers délicats. Qui aurait imaginé, en voyant cette incarnation divine, que le professeur Jones puisse être aussi tendre et doux à la fois. Mon corps s’embrase à chacune de ses caresses. Ne laissant en moi qu’un volcan prêt à entrer en éruption. Je peux affirmer avec certitude que Sebastian me fait un effet délirant. Je ne suis pas prête à passer à l’étape suivante, malgré ce flot d’émotions qui m’envahit. Il est beaucoup trop tôt et nous ne nous connaissons pas vraiment. Sentant mon malaise , il met fin à nos embrassades exquises et encre son front au mien me détaillant avec une telle envie , c’en est troublant.


- " J’aimerais bien savoir ce qu’il se passe dans cette jolie tête. "


Un sourire en coin s’affiche sur son beau visage, tandis que gênée par cette question, je baisse les yeux. Mon regard percute alors ce bloc de muscles saillants qui se tient devant moi. MON DIEU qu’il est sexy. De voir ses pectoraux ruisselants , font surgir des images plus lubriques les unes que les autres. Le rouge me monte aux joues provoquant une surchauffe qui ne manque pas d’échapper à mon beau compagnon. 


- "Alex, je te sens ailleurs, ça ne va pas ? 


- Si, si ! Ne t’en fais pas. C’est juste que... 


- C’est juste que ? N’es pas peur de me parler, qu’il s’agisse de nous ou d’autre chose. Laisse moi être ton confident.


-C’est juste que... J’aimerais qu’on apprenne un peu plus à se connaître.


- Bien entendu, nous avons tout notre temps. Ne te soucis pas de cela pour le moment !"


Sa compréhension m’émeut au plus haut point, je resserre mon étreinte, enfouissant mon visage dans le creux de son cou. J’hume sa peau, son parfum est enivrant, rappelant une délicate note boisée. Hypnotisée par sa fragrance, je dépose un léger et subtil baisers sur sa nuque.

Sa peau frissonne à mon contact , ce qui ne manque pas d’étirer mes lèvres en un fin sourire. Savoir que je provoque cette réaction chez mon beau mâle me rempli d’une satisfaction plus que délectable. Je continue ma douce torture dans le creux de son cou. Ses doigts se crispent autour de ma taille tandis qu’il laisse s’échapper un râle rauque faisant naître en moi un sentiment de satisfaction. Ce flot de sensations, toutes plus délicieuses les unes que les autres, risquent de me faire lâcher prise d’une minutes à l’autre.


Nous continuons notre petit jeu sensuel, quand un frisson désagréable me parcours l’échine. Je sens Sebastian se tendre à l’extrême et pousse un léger grognement à peine audible. J'ai comme un mauvais pressentiment. Que va-t-il se passer encore? Nous étions pourtant si bien. Je me détache paresseusement de mon professeur, son visage est complètement fermé et l’air plus sévère que jamais. Il fixe un point derrière moi. Je me retourne afin de pouvoir comprendre ce qui peut bien tendre mon homme comme cela, quand mon yeux balaient autour de nous , je le remarque , il est là et nous observe.


[ NON MAIS JE RÊVE. Mais que fait-il ici? Il nous a suivi ? Oh mon dieu et moi qui suis en sous vêtements.]


Me trouver dans cette tenue devant lui me gêne au plus haut point.


- "Alex il est tard, tu devrais rentrer maintenant. Et vous , Jones, devriez en faire autant! "


Mais pour qui se prend il?


- " Nicolae, tu nous as suivi ? Je peux savoir ce qui ne tourne pas rond chez vous à force ? Vous ne pouvez pas me laisser un peu tranquille tes frères et toi ? 



- Alexandra, Sebastian Jones n’est pas celui que tu imagines. Il est dangereux ! "


Je sens Sebastian se raidir comme un arc à l’entente de ses accusations grossières et injustifiées. Sebastian dangereux ? Nicolae à certainement oublié que depuis mon arrivée c’est son frère qui est un danger pour moi! J’allais répondre à mon interlocuteur quand mon homme me devance.


- " Tu ne penses pas que tu exagères Nicolae ? Et puis c’est gonflé venant de toi , que de dire que c’est moi qui suis dangereux pour elle. Drogo n’est pas étranger à cette altercation je présume? "


Une étrange impression me submerge, se connaîtraient-ils antérieurement à ce soir ?

 

- " Lui as tu dis qui tu étais vraiment ? Ta nature sauvage ? Et qu’une certaine période du mois tu es différent ? Lui as tu dévoilé ton petit secret ? Tu comptes avoir une quelconque relation avec elle sans le lui dire ?"


Mais enfin de quoi parle-t-il à la fin ? Qu’est-ce que cache Sebastian?

Je me tourne vers mon Amant un regard inquisiteur !  


- " Que veut il dire au juste ? Que me cachez vous tous les deux à la fin ? 


- Rien qui ne nécessite que je t'en parle en présence de tes hôtes. Rentre ! Nous en discuterons demain."


Vient il réellement de m’ordonner de rentrer au manoir ? Quel culot je n’en reviens pas ! Je me détache de lui sans lui faire profiter d’une quelconque marque d’affection. Me dirigeant vers la rive, Nicolae se tourne pour me laisser un peu d'intimité pour me revêtir. Une fois rhabillée. Je salut brièvement Sebastian, et Nicolae m’invite à avancer et qu’il me rejoint dans un petit moment. Je ne comprends pas ce qu’il se trame dans mon dos, mais j’ai la ferme intention de le découvrir ! 


Je fais semblant de prendre la direction du manoir pour donner le change, je bifurque dans un buisson assez éloigné pour être au plus près. Mais surtout, aussi discrète que possible. A mon grand désespoir je n’arrive pas distinguer ce qu’ils se disent .


Mais alors que je m’apprêtais à me relever pour retourner vers la demeure, une chose des plus incroyables et des plus inimaginables, arrive.


Je n’arrive pas à y croire ! Non ce n’est pas possible. Ça ne peut pas être lui ?  

Sebastian se transforme sous mes yeux. Prenant l’apparence d’un beau et grand loup. MON loup pour être exact. Je n’en crois pas mes yeux. Comment se peut il que Sebastian se soit changer en loup? 


L’arrêt de mes questionnements fût brusque lorsque j’aperçois Nicolae se jeter sur Jones à une vitesse quasi surnaturelle. 

Mais que m’arrive-t-il ? Le froid a dû laisser plus de séquelles que je ne le pensais. J’en viens à avoir des hallucinations de mon professeur étant un loup-garou et de Nicolae étant? D’ailleurs je ne sais même pas ce qu’il est en réalité ? Un cri d’effroi sort instinctivement de ma bouche quand mon homme se retrouve asséné de coups et mis à terre par son adversaire. 


Les deux hommes se tournent dans ma direction en un sursaut. Sans réfléchir je prends la fuite. Hors de question de retourner dans cette maison de fous. Je ne sais pas quoi faire, ni où aller ! 

Quand soudain une personne me vient à l’esprit : Sarah !  

3 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?