C'est une nuit d'orage qui a bouleversé nos coeurs (JeanxMarco). par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Continuation / Slash / Romance

1 Ce qui est arrivé cette nuit ...

Catégorie: T , 1811 mots
1 commentaire(s)

 

- Alors, mettez-vous par deux !

Après avoir expliqué le but de l'entrainement d'aujourd'hui, l'instructeur avait dit ces mots [ ou plutôt hurlé ] afin de commencer l'exercice. Comme d'habitude Marco et Jean se mirent ensemble, mais la situation était différente, Jean n'avait pas écouté un seul mot de ce qui avait été dit. En faite, il ne pouvait s'empêcher de penser à ce qui était arrivé la veille.

                                                                                                                     FLASH BACK

Une fois le dîner terminé, tout le petit monde se dirigea vers leurs dortoirs respectifs pour obtenir un repos bien mérité. Jean et Marco ne firent pas exception à la règle et en plus le temps n'invitait même pas un chat à rester dehors. Quand soudain, un coup de tonnerre se fit entendre: 

- Aaah ! 

Jean se retourna et fut abasourdi par ce qu'il voyait : un Marco accroupit sur le sol avec les mains posées sur les oreilles et qui tremblaient de tout son être.  

- Marco ... ? 

Deuxième coup de tonnerre. 

- Ah !

- Ne me dis pas que ... tu as peur de l'orages ? 

Marco gêné releva les yeux vers lui ; Jean était déconcerté par ce qu'il voyait. Il comptait se moquer de celui qui rêvait de rejoindre les brigades spéciales et qui finalement avait une peur bleue des orages. Mais le regard au bord des larmes de Marco l'en dissuada et au contraire lui donnait envie de le protéger.

Troisième éclair.

- Ah !

- Marco, vite ! Rentrons !

Jean s'approcha de lui, le souleva pas le bras et l'entraîna jusqu'à leur abri. Une fois séché et que Jean s'était assuré que Marco allait mieux, ils décidèrent d'aller se coucher. Mais le ciel n'était pas de cet avis et continué de tonner comme bon lui semblait. Jean était tout de même sur le point de s'endormir quand il entendit Marco pleurer. Il se tourna pour le regarder. 

- Marco ? Ça va aller ?

Il ne fut répondu que par des sanglots, il se sentait un peu bête de ce qu'il venait de dire car cela était évident que ça n'allait pas. Alors, il se leva et alla s'asseoir sur le lit près du tremblant.

- Comment tu fais d'habitude pour te calmer ?

- J'utilise...un...un nounours.Marco rougissait à vue d'œil à cause de cette révélation et plongea la tête sous sa couverture. Jean se retint encore une fois de rire devant la réaction de ce-dernier. Mais il finit par lui demandait sérieusement.

- Et il est où ?

- Je ... l'ai laissé chez moi.

Jean resta silencieux, il pouvait très bien comprendre ce que Marco ressentait car c'était évident que lorsque l'on veut devenir soldat, il fallait vaincre ses peurs. Et puis c'est un homme et il a sa fierté, alors emmener un nounours au milieu d'autres hommes était plus qu'embarassant. Jean réfléchissait à un moyen pour le rassurer. En faite, il avait bien une petite idée mais il n'osait pas se l'avouer. Alors il se leva, pensant mieux réfléchir une fois debout, quand il fut arrêté par la main de Marco accroché à son poignet.

- S'il te plaît, tu pourrais rester près de moi ?

Jean resta figé face à la requête de Marco, ils se regardèrent un moment droit dans les yeux, jusqu'à ce que Jean détourne le regard, se rendant compte de la situation. Cependant il ne voyait effectivement pas d'autre moyen alors il accepta.

- Alors, pousse toi un peu ...

Marco se poussa légèrement de sorte à ce que Jean puisse rentrer dans le lit. Ils se retrouvèrent tous les deux dos à dos n'osant se parler tellement la situation était gênante. Il y avait énormément de chose dans la tête [ de cheval XD ] de Jean comme par exemple il ne comprenait pas pourquoi son cœur battait si vite alors qu'il dormait juste avec un ami, à qui il s'est attaché, afin de le rassurer. Finalement, tous les deux épuisés s'endormirent rapidement en plongeant dans les bras de Morphée. 

 

Ses yeux s'ouvrirent brusquement, quelque chose ou plutôt quelqu'un était entrain de l'enlacer fortement. Puis Jean  se rappela qu'il était dans le lit de Marco et que c'était donc lui qui le tenait par la taille. Jean se sentit très mal à l'aise par cette proximité mais il ne pouvait rien faire sans risquer de réveiller le bel au bois dormant. Mais là où il sentit que cela devenait dangereux c'est quand Marco se serra d'avantage contre lui, en se frottant contre  son dos, et qu'il murmurait d'une voix faible mais profonde son nom. Jean eu des frissons qui lui parcoururent tout le corps, et il voyait qu'il commençait à réagir en-dessous du nombril. Il ne voulait pas admettre ce qu'il se passait, surtout sa réaction envers cette personne qu'il considérait comme un ami précieux. Il sursauta et devint encore plus rouge lorsqu'il sentit que Marco aussi devenait dur. Jean resta figé de stupeur quand il se rendit compte que maintenant Marco avait une voix qui tremblait et qui était extrêmement attirante, certes il ne prononçait plus son prénom, mais poussait des râles et des soupirs alléchants. D'ailleurs Jean Junior en profita pour redoubler de vigueur face à ces provocations. Jean n'arrivait pas à croire ce qui se passait et ne parvenait pas à se calmer. Beaucoup de choses pas très saines apparaissaient dans son esprit, Jean avait de plus en plus de mal à se maitriser. Et le fait que son ami soit tranquillement entrain de fantasmer tout en ne sachant rien de la situation, l'énervait profondément. Soudainement, Marco se détacha de lui et roula de l'autre côté du lit. Jean qui avait l'impression d'être dans le four des enfers, n'en pouvait plus et se leva le plus silencieusement mais rapidement possible. Il se dirigea vers les toilettes, toujours en silence, pour se soulager. Tout en jurant contre lui-même. Après avoir fini, il resta encore un long moment pour calmer son esprit tourmenté par tous ce qui s'était passé. Il ne pouvait vraiment pas croire ce qu'il s"était passé : il a dormi avec Marco pensant le rassurer de sa peur, celui-ci s'est entièrement lové conte lui et Jean Kirschtein avait eu une érection pour son meilleur ami ! Il n'en revenait pas et se demanda donc si il n'était pas amoureux de Marco. Mais alors comment cela se fait-il qu'il n'en se soit pas rendu compte plus tôt ? Ne trouvant pas de réponse pour le moment et épuisé par ces évènements, il décida d'aller se recoucher et tenter d'oublier ce qui venait de se passer. 

                                                                                                             FIN du FLASH BACK

- JEAN ???

L'appelé sursauta en entendant la voix de celui qui le préoccupait tant, hurler après lui.

- Qu'est-ce qu'y a ?

- Mais bon sang ! Ça fait au moins dix minutes que j'essaie de te parler ...

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour ou bonsoir et merci d'avoir lu jusqu'ici. Je m'excuse d'avance si j'ai fait beaucoup de fautes d'orthographes car je sais que ce n'est pas plaisant de lire un texte bourré de fautes, mais je ne suis pas encore à l'aise ; après tout c'est ma première fan fiction. (*^_^*) J'espère qu'elle vous plaira, et si vous avez une quelconque remarque, ou un conseil , je suis preneuse pour ainsi pouvoir m'améliorer. Il y aura sûrement du lemon dans les prochains chapitres mais pas dans le suivant précisément car je ne veux pas aller trop vite ( même si j'adore les lemons :P ) car je veux essayer pour ma première fiction de bien instaurer les sentiments des personnages et je souhaite y parvenir. XD Bref je vous laisse ici et en espérant   ( décidemment j'espère beaucoup X) ) vous revoir au prochain chapitre ! Bye bye, bou !                                                                                                                                  Nehell

1 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?