L'automne d'une vie par

6 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Side Story / Romance / Drame

24 Vingt-troisième

Catégorie: G , 1265 mots
0 commentaire(s)

Une fois le brun endormi, elle ferma à double tour la porte de leur chambre et descendit les grands escaliers.

Il était tard, presque trois heures, mais la blonde ne semblait plus ressentir la fatigue. Elle avait simplement envie de s'éloigner le plus possible de ses peurs, de Levi, d'oublier à quel point elle était idiote, fragile, peureuse…

Elle ne devrait pas espérer. Le brun ne s'intéressait pas à elle, comment aurait-il pû ? Si frêle qu'elle était, si pleurnicharde.

Combien de fois avait-elle pleuré devant lui ? Elle tenta de compter mais abandonna. Ça ne servait à rien de chercher la douleur encore et encore, comme si elle n'en avait pas assez.

En passant dans le hall, elle constata que plusieurs personnes étaient encore en train de danser. À son grand soulagement, personne ne fit attention à elle. Du moins elle ne le remarqua pas.

Plongée dans un état second, elle ouvrit la grande porte menant au-dehors et respira la douce odeur de la nuit. Pieds nuds, les brins d'herbe chatouillant la plante de ses pieds, elle avait froid.

Enfin, son corps avait froid.

Mais elle ne s'était jamais sentie aussi vivante. Rien de mieux que d'aller se frigorifier dehors en plein hiver. Quelques flocons vinrent se poser sur son visage. Elle ne connaissait pas cette sensation, ce sentiment qui l'envahissait et qui lui hurlait qu'elle pouvait s'enfuir le plus loin possible de tout, qu'elle pouvait en finir une bonne fois pour toute, qu'à la fin,sa vie lui appartenait.

Elle avait envie de rire, elle avait envie de pleurer.

Elle avait mal. Et à la fois, qu'est-ce qu'elle se sentait bien.

En songeant à ce qu'elle était en train de faire, Aki esquissa un sourire. Oh, elle devait avoir l'air d'une sacrée dérangée. Mais qu'est-ce qu'elle s'en fichait.

-Aki !

Elle en voulut à cette voix de l'interrompre dans son petit moment bien à elle.

-Mais qu'est-ce qui te prends ? Tu vas attraper froid !

Elle se retourna et vit Eren, paniqué, tripotant la clé autour de son cou.

Comme elle ne décrochait pas un mot, il posa ses mains sur ses épaules et…

-Ne me touche pas !

Elle recula de plusieurs pas, les poings serrés. Ses ongles s'enfonçant dans sa peau lui laisseraient de jolies cicatrices. Le visage déformé par la peur, elle déglutit lentement avant d'adresser un sourire hésitant au châtain.

-Excuse-moi. C'est un réflexe…

-Sacré réflexe !

Le brunet ne semblait pas vexé pour un sou. Il avait l'air d'en avoir vécu, des choses, et pas des belles. Il avait l'air de comprendre. Il n'y avait pas d'interrogation dans son regard. Il exprimait simplement sa compréhension, il ne cherchait pas d'explications et c'était un comportement qu'Aki appréciait beaucoup.

-On devrait rentrer, tu ne crois pas ? Tu vas attraper froid.

-Et toi aussi.

-J'ai bien plus sur le dos que toi.

-Je crois que j'avais remarqué…

Eren avait l'air de sentir qu'elle était particulièrement mal à aise avec le fait d'exposer tant sa peau.

Il se dirigea lentement vers la grande porte, tout en vérifiant que la jeune fille le suivait.

-On est mieux dedans, quand même !

Le brunet s'étira, l'air fatigué.

-Je crois que je devrais aller pioncer.

Sa phrase fut suivie d'un énorme baîllement.

La blonde esquissa un sourire. Il lui rappelait son grand frère. La même façon d'être, si nonchalante et à la fois tellement attachante.

-Ok. Bonne nuit, Eren.

Ils échangèrent un dernier sourire, puis le semi-titan se retourna.

La blonde fit de même et s'apprêta à retourner dehors continuer ce que le jeune homme avait interrompu, quand elle fut interpellée par celui-ci:

-Si je suis venu me les cailler pour venir te chercher, c'est pas pour que tu y retournes aussi sec…

Un sourire en coin s'étirait au coin de ses lèvres.

-Ben, désolée, je vais rester dedans.

-Oui. Et puis il est quand même trois heure du mat' passé, t'as beau avoir quinze ans mais c'est pas très raisonnable de ta part. Va faire un bon somme dès que tu peux, ok ? Ça enlèvera peut-être un peu les énormes cernes que tu as sous les yeux.

La laissant bouche bée -Hé ! Ses cernes n'étaient pas si voyantes que ça…-, il s'éloigna.

Et où est-ce qu'il voulait qu'elle dorme, au juste ? Avec son supérieur complètement soul dont elle était amoureuse mais avait une peur bleue ?

Mais quelle bonne idée.

Elle avait beau envisager les différentes possibilités, elle n'en avait que deux, et l'une des deux était complètement hors de ses capacités.

Il ne lui restait donc qu'à ne pas dormir. Assez simple sur le papier, mais la blonde avait quand même besoin de dormir un peu pour tenir, physiquement parlant.

Et elle savait que la nuit allait amener des peurs et des ténèbres que le jour tenait à distance.

Elle s'assit sur une des marches du grand escalier menant aux chambres. Certaines personnes passaient de temps à autre, mais aucune ne lui prêtait une quelconque attention. Trop bourrées pour, sûrement. Ou juste pas assez altruistes pour aider une jeune fille à l'air complètement paumée à trois heures du matin.

Aki laissa sa tête s'appuyer contre la rambarde de l'escalier, et tenta de faire le vide dans sa tête.

Elle ne devrait pas s'endormir, elle le savait, mais cette journée avait été tellement épuisante…

Un immense baîllement franchit la barrière de ses lèvres et sa vision se brouilla.

Elle ne devait pas s'endormir…

Dans un sursaut, la petite blonde se réveilla.

Malgré ses réticences, elle avait fini par tomber dans les bras de Morphée… Elle jeta un coup d'oeil à sa montre: six heures.

Elle avait largement le temps de remonter, aller s'habiller, avant qu'ils ne doivent s'en aller.

Elle se leva et s'étira du mieux qu'elle put avant de monter les marches pleine de réticence.

Si elle avait vraiment eu le choix, elle ne serait jamais rentrée dans cette chambre. Mais elle ne l'avait pas.

Le brun était exactement comme elle l'avait laissé, recroquevillé sur lui-même, une main délicatement posée sous sa tête et l'autre tenant la couverture.

La blonde remarqua son air étonnament relaxé. Il avait l'air paisible, et vulnérable. Il n'avait pas pour habitude de se montrer comme ça.

Le Levi devant Aki lui donna un élan d'affection, et elle se pencha pour écarter les mèches noir corbeau qui tombaient sur son front.

En esquissant un sourire, elle se recula, soupira longuement et observa plus en détail le brun.

Les lèvres légèrement entrouvertes, les paupières closes, sourcils habituellement toujours froncés relaxés. Il avait l'air bien plus jeune que d'habitude. Alors, c'était à ça qu'il ressemblait quand il se sentait bien ?

Elle aurait aimé le voir si destressé plus souvent. Et le jour où il le serait grâce à elle, elle ferait tout pour que ce moment dure le plus longtemps possible.

Petit message de l'auteure: j'ai perdu ma motivation pour cette fanfiction. Je ne sais plus où je vais, la qualité de mes chapitres empire, j'ai aussi très peu de retours ce qui n'aide pas. J'ai envie de tout laisser tomber mais je sais ce que ça fait de lire une fic non achevée... On verra bien ! J'espère que ça vous plait toujours quand même.

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?