L'automne d'une vie par

6 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Side Story / Romance / Drame

25 XXIV- Vingt-quatrième

Catégorie: G , 1499 mots
0 commentaire(s)

L'eau coulant lentement sur sa peau détendait ses muscles et la relaxait.

Quelqu'un toqua prudemment à la porte et la fit sursauter.

-Oui ?

-Ah, Aki ? Levi va bien ? C'est rare qu'il dorme si longtemps.

-Erwin ? Oui, je crois simplement qu'il a une bonne gueule de bois.

-Ce qui n'est pas étonnant vu tout l'alcool qu'il a bu hier.

-Exactement.

-Merci d'avoir pris soin de lui, en tout cas.

-Oh, je n'ai pas vraiment fait grand-chose...

-La bassine, le linge mouillé, ce n'est pas toi ?

-Si, mais...

-C'est déjà bien. Il n'a pas été... bizarre, hier ?

La blonde rougit violemment en se souvenant de ses étranges actions et encore plus perturbants mots.

-Euhhhh...

-Ca constitue une réponse en soi.

Elle pouvait presque voir le grand blond esquisser un sourire derrière la porte.

-Qu'est-ce qu'il t'a fait ?

-Hum... Rien de grave ?

-J'espère bien.

Un long silence suivit ses mots.

-Si tu ne veux pas me le dire, c'est bon.

-D'accord. Merci.

-Je te laisse, Hanji doit commencer à s'impatienter. Rejoins-nous dès que tu as fini. On est la chambre juste à côté.

-D'accord.

Elle entendit des bruits de pas, puis la porte claquer.

Elle soupira. Elle serait bien restée un millier d'années sous cette douche, mais elle n'en avait pas vraiment le possibilité.

Elle sortit à grand regret et s'habilla rapidement, passant un tee-shirt, un jean bleu et un sweat pourpre. Elle noua ses longs cheveux en une tresse et regarda son reflet dans le miroir. Elle avait des cernes.

Oh, et puis tant pis. Personne ne le lui dirait, si ?

Elle ouvrit prudemment la porte et tenta de faire le moins de bruit possible.

Elle passa lentement devant le lit double où le brun était enfoui sous les couvertures.

Elle posa sa main sur la poignée et-

-Gamine.

Sursautant, elle se retourna vers Levi.

Il était à peine redressé dans le lit, se frottant les yeux et les cheveux en bataille.

Il était adorable. Oh, bon Dieu, Aki aurait aimé s'allonger à ses côtés et ne plus jamais s'en enlever.

-O-oui ?

-Pourquoi tu te casses ?

-Je dois aller voir Erwin et Hanji…

-Oh putain, qu'ils aillent se faire voir. Ramène ton cul.

Vu ce qu'il s'était passé hier soir, c'était mauvais présage.

Elle s'assit prudemment -en prenant soin de mettre le plus de distance possible entre eux.

-Oui ?

-J'ai bu combien de putains de verres hier ?

-Beaucoup trop.

Une moue de douleur passa furtivement sur le visage du brun tandis qu'il s'asseyait contre le bois du lit.

-Ouais j'crois que j'avais remarqué.

-Qu'est-ce qui vous a pris ?

-C'est ce con d'Erwin, il est venu me parler, et…

La jeune fille attendit patiemment une suite qui ne vint pas.

-Vous parler ? De quoi ?

-C'est pas tes affaires morveuse.

Le regard qu'il lui lança la cloua sur place. Lui qui était d'habitude si inexpressif, ses yeux affichaient un millier d'émotions et Aki sentit son coeur se serrer. De la haine, de la douleur, de la tristesse, de l'affection… Que tentait-il de lui exprimer ? Qu'est-ce qui comptait tant à ses yeux pour qu'il tente de le lui faire passer ? La blonde était incapable de le deviner.

-Quand je suis bourré, je maîtrise plus ce que je dis ou fais. Quoique j'ai pu foutre hier, c'était pas conscient.

La blonde se tenait si près de lui que c'en était douloureux. Elle était assez proche pour qu'il l'atteigne rien qu'en tendant la main, et pourtant elle paraissait à un millier d'années de son corps.

Il ne pensait pas un mot des deux phrases qui venaient de sortir de ses lèvres, mais il ne pouvait pas dire à une de ses recrues qu'il avait une envie folle de l'embrasser, de la tenir dans ses bras, de sentir son agréable chaleur et-

Il arrêta ses pensées avant qu'elles ne dégénèrent.

Il ne put s'empêcher de voir une pointe de déception dans son expression.

Elle mordit sa lèvre inférieure.

Levi détourna les yeux, réalisant qu'il fixait la blonde depuis plusieurs minutes.

-Tu devrais y aller.

Au lieu de l'écouter, la blonde fixa son attention sur un point un peu en dessous de sa clavicule.

-Caporal, vous avez une cicatrice.

D'ordinaire, sa chemise était soigneusement boutonnée jusqu'en haut, ce qui cachait complètement ladite cicatrice.

-Quoi- Ah, ça, ouais.

Aki avança sa main, et sans plus réfléchir, la posa doucement sur la peau meurtrie du soldat.

Ses doigts étaient délicieusement brûlants et le coeur de Levi ne put s'empêcher de rater un battement.

Oh, putain, il fallait qu'elle s'éloigne de lui. Il avait tout sauf envie qu'elle s'en aille, mais il allait partir en couille si ça continuait. La blonde le déstabilisait et le laissait complètement perdu.

Incapable de se contrôler, il leva ses bras et amena la jeune fille contre lui dans une étreinte dont il rêvait depuis longtemps.

Surprise, Aki se figea. Son supérieur craignit qu'elle ne tente de se détacher de lui, mais à son grand étonnement, elle se blottit contre son torse et passa sa main derrière son dos pour aller caresser ses cheveux noir corbeau.

Et, putain, ça lui faisait un bien fou. Ça faisait une éternité qu'il n'avait pas senti la chaleur de quelqu'un d'aussi près, et c'était encore plus agréable parce que c'était Aki.

La petite blonde inspira à fond l'odeur de café du brun pour s'en imprégner le plus possible, tout en continuant à passer sa main dans ses cheveux soyeux.

Ils restèrent ainsi pendant plusieurs minutes, la blonde tentant de calmer son coeur qui s'emballait, le brun se contrôlant pour ne pas relever le menton de la blonde et l'embrasser de toutes ses forces.

Et qu'est-ce qu'ils se sentaient bien, enlacés, seuls, ensemble, silencieux.

Les mains du bruns remontèrent doucement le dos de la jeune fille, allant effleurer ses longs cheveux incroyablement fins.

Il agrippa l'élastique qui retenait ses cheveux en une tresse et l'enleva, les dénouant.

La main de la blonde dans ses cheveux descendit et se posa sur sa nuque. Elle releva la tête, ses yeux lagon s'amarrant dans ceux gris acier de Levi.

Ses lèvres semblaient irrémédiablement attirer celles de l'homme, comme si elles étaient faites pour se réunir.

Le souffle court, le brun tenta d'oublier ce détail et détourna les yeux. La blonde avait les joues rouges. Elle était adorable…

Lorsque la petite main alla s'échouer sur sa joue avec une douceur infinie, ses limites s'effondrèrent. Il posa ses lèvres sur son front, avide de sentir sa peau.

La blonde ne le repoussa pas, au contraire, ses mains sur sa nuque l'incitant à continuer.

Il l'embrassa sur la joue, sur l'oreille, sur le nez, avant d'arriver à ses -incroyablement tentantes- lèvres.

Il prit une grande inspiration, et regarda la blonde avant de continuer. Celle-ci avait le visage rouge vif, son coeur battant beaucoup plus vite que ce qu'elle aurait cru possible.

Ses yeux exprimaient à la voix de la détresse, de la peur, de l'affection, une tendresse infinie, du désir… Elle était complètement perdue dans ses sentiments, mais ce dont elle était sûre, c'était qu'elle ne voulait pas qu'il s'arrête.

Ils échangèrent un long regard. La blonde lui donnait l'autorisation, et plutôt deux fois qu'une.

Elle ferma les yeux et sa seconde main rejoignit celle posée sur la nuque de Levi.

Levi se pencha vers la blonde, hésitant une seconde aux conséquences de ce qu'il s'apprêtait à faire et-

-Salut vous deux !

Ses lèvres s'arrêtèrent à quelques millimètres de celles d'Aki. Les yeux de la petite recrue s'ouvrirent et détaillèrent le visage du brun.

Quelle excuse allaient-ils bien pouvoir trouver pour expliquer leur évidente proximité ?

-Oups, j'interromps quelque chose on dirait. Continuez à vous bécotter tranquillement~!

Sur ce, Hanji claqua la porte.

Les deux restèrent sans bouger quelques secondes avant que Levi ne se retire, à son grand regret, des bras de la blonde.

Sa chaleur lui manquait déjà.

Mais qu'est-ce qui lui avait pris ? Il s'était juré de plus nouer de liens avec quiconque, de ne plus ressentir d'affection pour quelqu'un. Et la blonde était arrivée, elle avait défoncé sa raison et sa limite à coup de marteau sans même s'en rendre compte.

-G-gamine, je dois y aller…

Levi bégaillant, les joues rosies, les cheveux désordonnés et l'air complètement déboussolé était une vue complètement inédite, mais extrêmement mignonne et tentante.

Il claqua la porte derrière lui et Aki se retrouva seule, regrettant le confort que lui apportait le brun. Elle avait réussi à aimer être dans les bras de quelqu'un, et qu'est-ce qu'elle avait hâte de s'y retrouver de nouveau !

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?