Etrangère par

5 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Romance / Aventure

15 Tensions

Catégorie: T , 3853 mots
0 commentaire(s)

-Ben ?


Le garçon qui m'avait sauvé en s'enfuyant coursé par des titans. Celui que je pensais mort pendant tout ce temps, imaginant quelles souffrances il avait pu enduré. Il se tenait bien face à moi, il était vivant. Je sortis de mes songes quand il se fit soudainement pousser en arrière par Livaï.


-T'es qui toi ? lui demanda t-il.


Ben fronça légèrement les sourcils. Livaï était maintenant devant moi et mon ancien colocataire ne pouvait plus me voir. Il s'approcha alors dangereusement de Livaï qui me cachait, avec détermination. Ben était un peu plus grand que lui et lorsqu'il se plaça pile poil devant son visage, celui de mon Caporal se déforma. Il osait le défier du regard, et ça devant tout le monde. Je devais impérativement intervenir si je ne voulais pas que Ben finisse en pâté pour chat. M'interposant entre les deux, je les poussais légèrement pour qu'ils se détachent. Je soupirai, croyant naïvement que c'était terminé. Malheureusement, Livaï me décala à nouveau du côté. La bataille de regard reprenait et Ben ne montrait aucun signe d'abandon.


-Si tu oses refaire ce petit manège avec moi à un autre moment de ta vie, sache que j'y mettrai volontiers un terme, le menaça Livaï.


Sur ces paroles, il se retira. Je ne savais pas si c'était intentionnel ou non mais il me bouscula au passage. Il n'était pas non plus obligé de réagir comme ça. Je regardai Ben d'un air désolé, son regard à lui ne se détacha pas de Livaï.


-Qui c'était ? me demanda t-il.


-Le Caporal.


Il eût un petit silence avant qu'il ne reprenne son sourire habituel.


-Peu importe, je t'ai enfin retrouvé ! me dit-il en m'enlaçant une seconde fois.


Hésitante, j'enroulai mes bras autour de son cou avant de lui rendre son étreinte. M'élancer allait être une habitude pour lui maintenant. Je pouvais comprendre qu'il était heureux de me retrouver et c'était carrément réciproque mais ce geste me gênait tout de même. Par dessus son épaule, j'aperçus Livaï entrain de me dévisager. Il soutint mon regard quelques secondes avant de s'engouffrer dans un des bureaux du couloir. Je n'avais pas envie qu'il y ait des tensions entre eux deux-là. Ils étaient tout deux très importants pour moi.


-Tu dois tout m'expliquer depuis le moment où on s'est quitté, lui chuchotais-je.


Après ça, je le guidai jusqu'à la cafétéria où plusieurs personnes étaient déjà installées. Je ne voyais aucune connaissance alors nous nous installions à une des tables du fond. Il commença alors à me raconter son aventure. Lorsqu'il était poursuivit par ces deux titans, il avait rejoins un trou qu'il avait creusé pour un cas d'urgence comme celui-ci. Ce trou n'étant pas très grand et difficile pour un titan de s'y introduire, c'était son seul moyen de survivre. De plus, il devait certainement être à bout de souffle. Les titans avaient tout de même essayé de l'attraper. Il avait ensuite ressenti que le sol tremblait, comme si les titans étaient tombés. Sortant de sa cachette pour regagner la surface, les titans étaient allongés au sol avec la nuque coupée. Il avait à peine eu le temps de voir les deux soldats s'éloigner au loin qu'il était déjà à nouveau seul dans cette forêt. Il avait ensuite survécu en se construisant une arme, tuant chaque animal qu'il croisait pour se nourrir. L'eau était un peu plus compliquée à trouver mais il avait réussit à s'en procurer. En ce qui concernait la nuit, il dormait soit dans des tapis de feuilles qu'il fabriquait ou des arbres dans lesquels il pouvait grimper. C'est à la fin de son histoire que je réalisai à quel point Ben était un garçon admirable et courageux.


Une fois le repas terminé, nous partions à la rencontre d'Hanji qui nous trouva in extremis une chambre pour Ben. Apparemment c'était la dernière, je ne savais pas ce l'on aurait fait si il ne restait plus aucune chambre de libre. Il était déjà assez tard alors je conseillai à ma retrouvaille de se reposer car je n'avais aucune idée ce qui allait se passer pour lui demain. Il me salua avec l'un de ses plus beaux sourires avant de me faire un baiser sur la joue et de s'enfermer dans sa nouvelle chambre. Je crois qu'il ne comptait pas arrêter de me mettre mal à l'aise pour l'instant. J'étais sur le point de rejoindre ma chambre quand je remarquai Livaï au bout du couloir se diriger vers le balcon du toit. Je n'avais pas réellement eu l'occasion de lui parler depuis mon rétablissement, je décidai donc de le suivre discrètement.


Il était là. Accoudé au muret, perdant son regard dans l'obscurité que nous offrait la nuit. Je m'avançai discrètement à ses côtés. Il m'avait très bien remarqué, ce n'était pas pour autant qu'il daigna me lancer un regard. Je pris alors l'initiative de couper ce silence qui n'avait pas lieu d'être.


-Vous êtes partis bien vite tout à l'heure.


-Je n'avais pas envie d'assister à ça.


-À quoi ? demandais-je confuse.


-Vos retrouvailles.


Je ne m'attendais pas à une telle réponse. Il ne lui avait rien fait pour qu'il le haïsse ainsi, enfin mise à part le provoquer. Mais là j'étais aussi impliquée, n'était-il pas content pour moi ?


-Pour quelle raison ?


-Peu importe, soupira t-il, parlons d'autre chose.


Je râlai mentalement. Pourquoi il évitait le sujet ? Il n'avait clairement plus envie de parler de ça en tout cas. Ne voulant supporter un nouveau silence, je me creusai la tête à la recherche d'un autre sujet de conversation. En réalité, j'avais une question à lui poser. Une question qui me hantait depuis le jour où il avait arrêté de faire attention à moi.


-Pourquoi vous aviez décidé tout à coup de m'ignorer ?


Ses lèvres restèrent scellées, aucune réponse de sa part. J'avais été stupide de croire qu'il pourrait pour une fois s'ouvrir un petit peu à moi. Je soupirai devant lui, commençant déjà à m'éloigner vers la sortie. Je me stoppai net quand des mots sortirent de sa bouche.


-Je me préparais à ta mort.


Je me raidis sur place, ne comprenant pas vraiment le sens de sa phrase. Ses mots me donnèrent même des frissons. Qu'est ce qu'il voulait dire par là ? 


-C'est à dire ? demandais-je en me retournant.


-Merde, râla t-il, t'es toujours aussi bête ou quoi ?


Je boudai intérieurement, il n'était pas non plus obligé de m'insulter. Montrant clairement ma colère, je croisai les bras sur poitrine tout en fronçant les sourcils. Il était toujours aussi évasif et n'allait jamais droit au bout. Je ne pouvais pas tout deviner, il pouvait y avoir pleins de sens à sa maudite phrase.


-Retiens seulement que je suis content que tu sois en vie.


Étonnée, j'entrouvris légèrement la bouche. Je ne m'attendais pas à ce qu'il soit aussi direct pour une fois. Livaï était l'homme le moins expressif du monde et je pensais même qu'au début il me détestait. Il était toujours là à me rabaisser et à se jouer de moi. Au final, il avait peut être fini par s'attacher.


-Je suis contente de vous retrouver aussi, lui souris-je.


Il me sourit en retour, un sourire sincère. Il posa alors délicatement sa main sur ma tête puis commença à me la caresser. J'essayai de cacher du mieux que je pouvais mes joues rosettes. En vain, car il se moquait déjà de moi. Il me surprenait de jour en jour et j'apprenais petit à petit à enfin voir ses vrais sentiments.


Le lendemain je me réveillai assez tôt. J'étais sensée rejoindre Hanji l'après midi dans le bureau d'Erwin. Je supposais qu'il voulait en apprendre plus sur mon pouvoir de titan, ça me rendait tout de même très nerveuse. Ouvrant la porte soupirante, plusieurs personnes me sautèrent dessus. Maladroitement, je tombai en arrière à cause de l'énorme poids qui avait sauté sur moi. Je clignai plusieurs fois des yeux, plusieurs petites têtes étaient suspendues au dessus de la mienne.


-Hana tu es vivante ! s'exclama Armin avachit sur moi.


-Alors comme ça tu es un titan comme moi ? cria Eren. Trop cool ! 


-J'ai cru que je n'allais jamais plus pouvoir piquer ton pain Hana ! pleura à moitié Sasha.


Ma seule réaction était de les prendre tous les trois dans mes bras. J'étais contente de les revoir. M'aidant ensuite à me relever, je remarquai derrière eux Mikasa et Jean me sourire. La brune m'accueillit avec soulagement dans ses bras tandis que Jean se contentait de me tapoter dans le dos. Il y avait une chose que je n'avais pas prévu. D'après les dires d'Eren, ils étaient déjà au courant.


Nous discutions beaucoup de l'excursion et de leur nouvelle découverte à table. Eren était super enjoué de pouvoir passer encore plus de moments avec moi. Armin me félicita tandis que les autres n'avaient pas de réaction particulière. Je ne savais pas si j'allais poursuivre les mêmes tests qu'Eren mais tout ce que j'espérais était qu'il soit à mes côtés pour m'encourager un maximum. Au loin, Chrysta accompagné de son amie Ymir et de Connie se dirigeaient par ici. La petite blonde me prit dans ses bras tout en sanglotant. Son acolyte féminin me regardait par contre d'un mauvais œil. Elle passa son pouce sous sa gorge, essayant certainement de me faire comprendre qu'elle n'était pas contente qu'on s'enlace. Quelques minutes plus tard, notre table finit par être complète. Jean décida tout à coup de changer de sujet. 


-Sinon, elles étaient comment tes retrouvailles avec le Caporal ? me demanda t-il en montrant celui-ci du doigt derrière nous.


Il avait fais exprès de parler fort pour gagner son attention. Mes camarades rigolèrent à l'entente de la bêtise de Jean. Chacun attendait impatiemment ma réponse. Lorsque mon regard se posa sur Livaï, il me sourit étonnement. Cette harmonie et bonne humeur me faisaient pousser des ailes. Tout le monde était là autour de cette table et ils avaient tous l'air content d'être réunis. Quelques personnes manquaient malheureusement à l'appel, comme Marco et Annie.


-Excitantes, plaisantais-je avec eux.


-Tu nous caches des choses dis donc, enchérit Jean.


Nous continuions à rigoler ainsi. Je notai seulement que Armin était plutôt silencieux. Il s'amusait sans vraiment le faire, je ne savais pas ce qu'il avait. Je m'éloignai un peu de la conversation quand Ben fit son entrée dans la salle. Je me levai rapidement avant de lui faire signe de nous rejoindre. Il avait une mine sur son visage qui semblait se demander qui étaient tous ces gens. Une fois à notre hauteur, je me positionnai devant la table puis leur présentai le nouveau venu.


-Je vous présente Ben, la personne avec qui je vivais avant d'être amenée ici.


Étonnés, ils me regardèrent tous avec de yeux grands ouverts. Ils étaient tous enchantés de le rencontrer, sauf un peu moins Eren qui semblait distant avec lui. Nous ne restions pas longtemps avant que Ben ne me demande de le suivre hors de la salle. Je nettoyai rapidement mon plateau avant de le suivre aussitôt dans le couloir. Il voulait savoir si ce qu'il avait entendu à mon sujet était vrai, si j'étais réellement un titan. Je hochai timidement la tête, j'avais peur de sa réaction. À plus grand étonnement, il me confia qu'il ne voyait pas différemment. Il me rassura même en me disant que si en cas de besoin, je pouvais lui demander n'importe quel service. C'était vraiment très gentil de sa part. Notre conversation ne dura pas longtemps car un des soldats lui informa qu'il devait tout de suite rejoindre un entraineur. Le pauvre, il allait devoir traverser en aussi peu de temps tout ce que moi j'avais dû apprendre en plusieurs semaines. À mon tour appelée par Hanji, nous nous dirigions comme prévu vers le bureau d'Erwin.


Une fois arrivées, il nous pria de rentrer. Notre interminable après-midi allait enfin pouvoir débuter. Il me posait pour la plupart du temps des questions sur mes connaissances antérieures de mon pouvoir. Je répondais toujours que je n'étais au courant de rien, seulement les souvenirs de mon père avaient peut être quelque chose à avoir là dedans. Fermant les yeux, il semblait cogiter profondément. Il opta finalement pour l'idée que je commence à m'entraîner et à me transformer avec l'aide d'Hanji, et ça dès demain. Je demandai évidemment si Eren pouvait m'accompagner pendant ces pratiques ainsi que Livaï.


-Livaï ? demanda t-il en arqua un sourcil.


Je n'avais pas pensé à ce que ma demande puisse être aussi bizarre à ses yeux. Hanji à mes côtés était en trans à l'idée que je puisse évoquer le nom de mon Caporal. Il accepta tout de même avant de très vite changer de sujet. Concernant Ben, il avait été mis au courant de toute l'histoire. Il m'informa qu'il allait suivre le même entraînement quotidien qu'une simple recrue et choisira ensuite sa branche militaire. Notre conversation dériva un peu quand il aborda le sujet du titan femelle.


-Nous ne savons toujours pas qui se cache derrière ce titan ou même si il est encore vivant après s'être fait dévorer.


Ne voyant pas où il voulait en venir, je le laissai continuer son monologue.


-Qui penses-tu être derrière tout ça ?


Sa question était beaucoup plus directe que je ne pensais. Cependant, je n'avais aucune idée de qui pouvait nous trahir ainsi. Je revoyais chaque visage de mes camarades. Je n'imaginais aucun d'eux avouer qu'il avait délibérément tué nos alliés et atteins aux missions de l'humanité.


-Je regrette, m'excusais-je, je n'en sais rien,


Il ferma alors les yeux quelques instants, m'informant que ce n'était pas grave. Les heures déroulèrent à la vitesse grand V, le soir nous rendait déjà visite. Une fois la conversation terminée et les sujets tous abordés, il m'incita à m'en aller et à rejoindre mes camarades. À priori il avait encore des choses à dire à Hanji car celle-ci resta dans son bureau.


Au final, je n'avais réellement rien fait de ma journée. N'ayant pas réellement faim, je décidai de rejoindre directement ma chambre pour penser à autre chose. Qui était réellement ce traitre ? Tandis que je montais encore les escaliers, je remarquai un attroupement devant ma chambre. La porte était grande ouverte. Sur celle-ci y était inscrit au feutre noir "Traitre". À la vue de ce mot, mon cœur loupa un battement. Mon état s'aggrava lorsque j'observai le carnage de la pièce. Il y avait des gribouillis partout sur les murs, m'insultant à chaque fois de traitre, d'ennemi ou d'étrangère. La chaise de mon bureau était complètement cassée, tout comme la plus part de mes fenêtres. Mes rideaux et mes coussins déchirés, mon matelas troué et la salle de bain n'y avait pas non plus échappé. Il y avait de l'eau partout dans la pièce et le miroir à mes pieds était en miettes. J'essayai de prendre sur moi et d'agir indifféremment à ce que je voyais. Mais des larmes commencèrent à couler quand je vis ma cape verte du bataillon d'exploration complètement déchirée, accrochée au mur. Entendant des pas venir dans ma direction, j'essuyai rapidement mes joues. En relevant la tête, j'aperçus le reflet de Livaï dans le miroir. Il était aussi perdu que moi. Lorsqu'il réalisa que je pleurais, il me retourna immédiatement vers lui. Je ne voulais pas qu'il me voit dans cet état, je tournai immédiatement la tête du côté. Malheureusement il la replaça bien droite en mettant sa main sur ma joue.


-Hé, ce n'est rien d'accord ? Tout ce qui est écrit ici c'est des conneries, essaya t-il de me rassurer.


Je l'écoutais attentivement tandis que lui essuyait mes larmes. Saisissant ma main, il m'emmena jusqu'à la sortie de ma chambre. Des dizaines de personnes étaient devant ma porte, dont quelques-uns de mes amis. Ils me regardaient tous avec peine, je ne voulais pas qu'on ait pitié de moi. Je n'étais pas faible. Je baissai alors la tête pour éviter que l'on remarque mes yeux bouffis. Soudain, Livaï s'arrêta. Il s'adressa froidement à quiconque pouvait l'entendre.


-Celui-là qui a fait ça, je le trouverai et je le tuerai.


Nul doute qu'il ne plaisantait pas vu le ton de voix qu'il avait pris. Me tenant toujours la main et devant tout le monde, mon cœur se réchauffa légèrement de savoir qu'il m'avait défendu. Il leur ordonna ensuite de tous dégager. Ne voulant avoir affaire à lui, ils s'exécutèrent aussitôt. La seule personne qui venait tout de même dans ma direction était Ben.


-Hana qu'est ce que tu..


Il s'arrêta en plein de milieu de sa phrase, regardant nos doigts entremêlés. Étant soudainement gênée, j'essayai de les lâcher mais Livaï serra encore plus son emprise.


-Tu vas dormir où ? me demanda t-il.


Je haussai les épaules, ne voulant pas utiliser ma voix qui devait maintenant être bien cassante.


-Tu veux venir avec..


-Non, le coupa Livaï.


Il me tira par la main, m'incitant à avancer. J'envoyai un petit regard à Ben, signe que j'étais désolée de le planter là. En silence, j'acceptai de suivre mon Caporal. Il ouvrit alors la porte, me faisant entrer en première dans sa chambre. Il la referma aussitôt avant de lâcher ma main.


-Je te propose de rester ici.


Je ne savais pas trop quoi répondre. Dormir dans la même pièce que lui n'allait pas le déranger plus qu'autre chose ?


-Et vous allez dormir où du coup ? demandais-je d'une voix à peine audible.


-Tu iras dans mon lit.. et moi je dormirai sur le canapé.


Tournant mon regard du côté, je remarquai un canapé à côté de nous. Je devinai facilement qu'il n'était pas très confortable. Le fait que j'allais dormir dans son lit ne me déplaisait pas, bien au contraire. Ça me faisait tout de même de la peine de lui infliger ça.


-Tu préférés peut être aller dormir avec ton ami Ben ?


Je relevai la tête, soutenant son regard. Je comprenais aisément qu'il ne voulait pas que je réponde positivement à sa question. Dans mon état normal je me serais bien amusée à le taquiner mais là je n'avais pas du tout le moral. Je secouai alors la tête de droite à gauche. Il soupira finalement avant de défaire son lit. Ne sachant pas réellement quoi faire, je restai planter là au beau milieu de la pièce.


-Tu peux utiliser la salle de bain tu sais.


-Je n'ai pas d'affaires, lui rappelais-je timidement.


-Je vais aller te les chercher.


Je regardai toujours ailleurs, voulant éviter de croiser son regard. Mes mains étaient toutes les deux jointes, je tortillai mes doigts sous le stress. J'étais plus que gênée. Lorsqu'il se dirigea vers la porte; il passa à coté de moi puis se stoppa. Il commença alors à me scruter du regard. Qu'est ce qu'il attendait ?


-Aller ne fais pas cette tête, me déclara t-il en me caressant la tête.


Même étant triste, il arrivait à me mettre dans tous mes états. Tandis qu'il sortait, je rejoignais la salle de bain avant de passer sous la douche. Je restai longtemps, assez longtemps pour me poser un tas de questions. Qui et pourquoi ? À ce que j'en savais, tout le monde n'était pas sensé être au courant que je possédais les pouvoirs d'un titan. Je ne comprenais pas, je n'avais rien fait pourtant. Reprenant mes esprits, quelqu'un toqua à la porte. Je m'empressai d'éteindre le jet d'eau et de m'enrouler dans une serviette.


-Je n'ai trouvé aucun pyjama, me déclara t-il.


Ça n'allait pas m'aider, beaucoup de mes affaires avaient aussi été déchirées.


-Je peux te prêter un de mes pull si tu veux.


Je n'avais pas vraiment le choix tout de façon. J'acceptai alors sa proposition. Lorsqu'il en trouva enfin un, il ouvrit légèrement la porte puis le jeta dans la pièce. Ayant bien vérifié que la porte était fermée, j'enlevai ma serviette avant de mettre son habit sur moi. C'était un pull beige qui m'allait jusqu'à la moitié des cuisses. Heureusement qu'il avait pensé de m'envoyer des sous-vêtements en même temps. Timidement, j'ouvrai doucement la porte. Lorsque mon regard croisa celui de Livaï, je le remarquai entrain d'observer mes jambes. Voulant penser à autre chose et n'ayant pas eu ma taquinerie de la journée, je décidai de m'amuser. Frottant légèrement mes jambes, je lui montrai un visage des plus innocents tout en me cachant derrière une de mes manches.


-Vous avez oublié de me donner quelque chose.


Pour la première fois de ma vie, j'étais face à un Livaï désorienté. Bouche à peine entrouverte, j'aurais pu parier avoir vu de la gêne sur son visage. Me regardant toujours de haut en bas, j'optai finalement de mettre un terme à ma blague.


-Je plaisante, me moquais-je.


Furieux, il passa à côté de moi en me bousculant pour ensuite s'enfermer dans la salle de bain. Je jouais peut être un peu trop avec le feu.


Je dirais qu'une trentaine de minutes passèrent et il n'était toujours pas sortis. Qu'est ce qu'il mettait du temps à se laver. Étant assez fatiguée, je ne l'attendais pas pour me mettre dans son lit. Ses draps étaient chauds et confortables. Je reconnus tout de suite son odeur lorsque je posai la tête sur son coussin. Bizarrement, j'étais incroyablement bien dans son lit. Je fermai rapidement les yeux avant d'essayer de trouver le sommeil.


Un certain temps passa mais je n'étais toujours pas endormie. C'était seulement au bout de presque 1h que Livaï sortit enfin de la salle de bains. Je gardai les yeux fermés, faisant mine de dormir. Je le sentis alors s'assoir sur le matelas. Vu que j'étais du côté, il devait certainement se trouver devant moi, au niveau de mon ventre. Il replaça une de mes mèches de cheveux derrière mon oreille avant de soupirer. 


-T'es vraiment qu'une idiote.


0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?