Une Vie Entre Deux Océans par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Univers Parallèle / Romance / Action

2 Revenants

Catégorie: G , 1768 mots
0 commentaire(s)

ERIK POV


30 juin 1984


Je sentais le souffle régulier d'Alicia sur mon torse, une de ses mains entourant mon cou et l'autre était sur son oreiller, je sentais ses jambes sur les miennes et la peau tendue de son ventre serrée contre moi. Mes bras entouraient sa taille et mes doigts traçaient des dessins fictifs sur son dos. Elle ouvrit les yeux et murmura à mon oreille:

- Bonjour.

- Bonjour, ça va?

- Il ne manque qu'une chose...

Elle m'embrassa et dit :

- Voilà, c'est mieux.

Je souris et déposai un baiser sur le haut de sa tête. Elle resserra son emprise autour de moi et dit :

- Je n'ai pas envie de me lever, je suis bien ici.

- Moi aussi. Mais il va bien falloir se lever à un moment ou à un autre.

Elle poussa un léger grognement et enfoui sa tête dans mon épaule. Je me dégageais doucement, l'embrassais et me levais pour m'habiller. Je lui lançai ses vêtements et elle les mit lentement. Je finis de mettre mes vêtements et ouvris la porte : je crois bien que je n'ai jamais eu aussi peur de ma vie car lorsque je fis un pas dehors, une tornade bleue me rentra dedans et je me retrouvai par terre incapable de me relever :

- ERIK!!! Tu m'as manqué! s'écria la silhouette bleue.

- Raven?!

- Bah oui, tu croyais que tu allais partir sans dire au revoir?

- Je ne sais pas mais je ne pensais pas te revoir de sitôt. dis-je en me relevant. Je me retournais et alors qu'Alicia me rejoignait, je vis un homme, caché dans l'ombre :

- Bonjour Erik. me dit-il.

- Bonjour mon ami. Tu n'es pas en fauteuil roulant. remarquai-je.

- Non, Hank a développé une nouvelle formule me permettant de retrouver mes jambes tout en gardant mon pouvoir. m'expliqua t-il,

Encore. répliquai-je

Charles se tourna alors vers Alicia et la salua.

- Bonjour, je suis Charles et voici Raven, ma soeur.

- Alicia, enchantée. répondit t-elle.

- Moi de même. dit Charles à son tour.

Je regardai Alicia pendant qu'elle parlait, elle ne semblait pas dérangée par le fait que des personnes se soit introduits chez elle, à vrai dire, elle semblait plutôt curieuse et voulait en apprendre plus sur mes amis. Je pris la parole et dis :

- Charles, pourrais-tu nous expliquer pourquoi vous avez débarqué dans son appartement sans prévenir?

Raven coupa son frère alors qu'il allait prendre la parole :

- Ce n'est pas ton appartement?

- Non Raven, ce n'est pas le sien et pour répondre à ta question Erik, on est là parce que Raven ne veut pas te laisser partir comme ça.

- Je suis parti il y a un an et vous venez au moment où... C'est pas grave. abandonnai-je.

- Au moment où quoi? demanda Raven.

- Rien. répondis-je sèchement.

- Vous venez de vous mettre ensemble? C'est ça?

- Oui.

Raven sourit doucement et demanda :

- Depuis quand?

- Tu as décidé de m'énerver ou quoi?

- Depuis hier? C'était votre première fois?

- OUI RAVEN! Allez lâche-moi.

Alicia rigola doucement et je me tournai vers elle en levant un sourcil, elle expliqua :

- Je n'ai jamais réussi a t'énerver et Raven est là depuis seulement 5 minutes et tu as déjà crié.

Charles demanda :

- Tu ne l'as jamais énervé?

- Il m'aime trop pour ça.

Erik secoua la tête et dit :

- Il faut qu'on y aille, on va être en retard Alicia.

- Où allez-vous? demanda Raven.

- Au boulot. Et si on est en retard, ça ne va pas le faire. On peut se retrouver ce midi si vous voulez. répondis-je.

- Vous pouvez rester ici si vous voulez mais je vous conseille de ne pas sortir car mon appartement est sûrement sous surveillance. proposa Alicia.

- Je pense qu'on va visiter en vous attendant. répondit Raven.

Alicia acquiesça, ouvrit un placard et me lança un paquet de gâteaux et deux pommes :

- On va manger sur le trajet.

Je pris ma veste sur une chaise et attrapai mes clés de voiture :

- On se retrouve devant la Säkerhetspolisen. dis-je à Charles. A tout à l'heure.

Alicia prit son manteau à son tour et me suivit. Elle laissa un double des clés à Charles et nous descendîmes rapidement pour rejoindre ma voiture. Alors que nous y montions, je dis à Alicia :

- Je suis désolé.

- Pourquoi? me demanda t-elle.

- Pour le débarquement de Raven et de Charles chez toi, surtout après cette nuit.

- Je m'en remettrai. me dit-elle en souriant. Et en parlant de cette nuit, c'était vraiment super.

Je lui pris la main et dis en l'embrassant :

- Je suis sûr que ce sera encore mieux la prochaine fois.

Je tournai la clé dans le contact et nous partîmes au travail.


La matinée avait été plutôt dure : premièrement, en arrivant, nous avions été harcelé par l'agent Hansson et sa stagiaire Lena Svensson. Ils voulaient tout savoir sur le type d'alimentation électrique dont était équipé le bâtiment. Nous n'en savions rien alors ils abandonnèrent très vite. Ensuite, quand nous nous sommes enfin débarrassés des deux agents, nous avons été rattrapé par le directeur qui voulait le rapport de notre dernière mission. Nous lui avons donné et nous nous sommes enfin posé dans mon bureau. Nous avons ensuite travaillé sur un dossier concernant une attaque dans le centre-ville. Les douze coups de midi venaient de sonner quand la porte s'ouvrit sur un homme. Alicia demanda :

- Que faites-vous là?

L'homme sortit un pistolet et je le vis juste à temps pour dévier la balle qui arrivait droit sur la tête d'Alicia. Elle fut aussi vive que moi et se leva pour plaquer l'homme au sol. Elle allait le menotter quand une explosion retentit. Elle se tourna vers moi, surprise, et l'homme en profita pour lui décocher un uppercut dans le ventre. Elle s'écroula en poussant un gémissement de douleur. Je frappai l'homme qui s'écroula sans connaissance et allai voir si Alicia n'avait rien. Elle me dit qu'elle allait s'occuper de l'intrus et suggéra que j'aille voir ce qui avait provoqué l'explosion. J'ouvris donc la porte et ce que je découvris me laissa sans voix. Des corps étaient étendus partout, une énorme tâche noir s'étalait sur le mur : sûrement la trace que la bombe avait laissé. J'appelai Alicia et nous sortîmes ensemble. Nous nous dirigeâmes vers le bureau du directeur et nous le découvrîmes étendu sur le sol, une balle logée entre les deux yeux. Alicia lâcha un petit gémissement et je lui pris la main. Elle avait dû voir des cadavres dans sa vie, mais peut-être pas des gens qu'elle connaissait vraiment, elle n'avait pas forcément d'affection pour le directeur mais elle passait près d'une heure avec lui chaque jour. Nous avançâmes jusqu'à son bureau en silence quand nous entendîmes des voix qui se rapprochaient. Alicia ouvrit une porte et nous nous cachâmes. C'était un placard étroit mais il y avait une petite fenêtre encastrée dans la porte ce qui nous permettrait de voir les assaillants lorsqu'ils seraient plus proches. Je sentais le souffle régulier d'Alicia sur ma poitrine, elle n'avait pas peur. Nous étions collés l'un à l'autre car il n'y avait pas assez de place pour nous deux et nous nous enlacions. Je lui dis d'attraper mon arme dans ma ceinture : elle lui serait plus utile qu'à moi car je pouvais compter sur mon pouvoir à tout moment. Les voix se rapprochèrent et nous les entendîmes clairement :

- J'ai tué le directeur tout à l'heure, il ne m'a rien dit à part qu'on irait en enfer. dit une voix d'homme.

Les autres laissèrent échapper un petit ricanement. Nous entendîmes alors une voix féminine qui me rappela vaguement quelque chose :

- Il faut qu'on trouve Lehnsherr. En entendant mon nom, je tressaillis. On ne doit pas le laisser s'échapper, il est très dangereux.

- On sait McTaggart! dit un homme d'une voix fatiguée. Lorsqu'il prononça ce nom, je manquai de tomber. Lâche-nous les basques avec lui, on est aussi là pour la fille. Ils vont sûrement être ensemble après la nuit qu'ils ont passés. C'était trop mignon. reprit-il en riant.

- Ouais, j'avoue qu'il est plutôt sexy, dommage que la fenêtre ait caché presque tout. répondit une autre femme. On ne voyait que son torse.

Alors qu'un homme allait prendre la parole, Moïra McTaggart le coupa :

- Vous avez fini? On n'a pas le temps de parler, il faut qu'on les trouve.

- Elle a raison, allez, on se concentre les gars. approuva la voix d'un des hommes.

Au même moment, n'y tenant plus, j'ouvris la porte dans un grand fracas et mis les tous compagnons de Moïra à terre. Je me tournai ensuite vers elle et lui décochai un grand coup dans la mâchoire. Alors que j'allais continuer, Alicia m'attrapa le bras et me tira vers elle :

- Erik, calme toi.

Je mis un moment à reprendre mes esprits et lâchai Moïra.

- Je vais dire à Charles de venir. Menotte là parce que si je le fais, je vais la frapper.

Je me tournai et appelai Charles mentalement, il répondit rapidement et me dit qu'ils étaient déjà en route. Moïra me demanda ensuite :

- Alors Charles est aussi ici?

- Si tu nous as surveillés, tu devrais le savoir non?

Elle haussa les épaules et répondit :

- On ne vous a pas surveillé toute la nuit.

- Je n'arrive pas à y croire. C'est plus que du voyeurisme là! s'exclama Alicia.

Je lui souris et l'embrassai sur le front. Charles et Raven arrivèrent au même moment et Raven dit :

- Moïra! Qu'est-ce que tu fais là?

- C'est elle qui a commandité l'attaque contre l'agence, et pourquoi? Pour avoir le plaisir de m'arrêter.

- Ce n'est pas fini! s'écria t-elle.

A ce moment-là une autre explosion nous souffla tous et je me pris un mur en pleine face en essayant de protéger Alicia. Ensuite, et bien, c'est le trou noir.

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?