TWD : Au-delà de tout par

16 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Romance / Horreur

22 Plus loin de nous

Catégorie: T , 953 mots
0 commentaire(s)

Toute leur attention convergea vers le siège arrière du véhicule. Quelqu’un y était attaché avec un sac sur la tête.

 

Rick : C’est une longue histoire.

 

Hershel : C’est Randall. Il est blessé.

 

Shane : Une nouvelle Brooke ?

 

Rick sérieux à mort : Pas cette fois.

 

Glenn : Il faudrait le mettre quelque part pour la nuit.

 

Hershel : La remise. Elle est vide pour l’instant. Il vit qu’il lui manquait deux filles. Où sont Beth et Patricia ?

 

Maggie soucieuse : Beth ne va pas bien.

 

Hershel inquiet : Elle est blessée ?

 

Maggie : Elle est choquée. Ne parle plus, ne mange plus, ne boit plus.

 

Rick et Shane sortirent Randall du véhicule et le traînèrent vers la remise en question. Il gémissait et sa jambe pissait le sang.

 

Maggie : Tu devrais t’occuper de lui.

 

Hershel : Non, ta sœur avant.

 

Maggie renfrognée : Ça serait bête qu’il meurt d’exsanguination après vous avoir donné tant de mal pour le ramener.

 

Hershel : Tu m’en veux, je sais.

 

Maggie lui tournant le dos : Tu ne sais pas à quel point. Elle partit vers la maison.

 

Le vieil homme en fit autant et récupéra sa trousse. Il soigna ensuite la jambe du jeune homme puis se dirigea vers sa benjamine. Elle était déshydratée mais hors de danger maintenant. Il fit le nécessaire pour la remettre sur pied.

 

Ils allèrent tous se coucher mais la nuit fut des plus longues pour tout le monde. Toutefois, Shane monta la garde devant la maison et garda la remise bien en vue. T-Dog surveilla le périmètre depuis le toit du V.R. de Dale.

 

Au matin, pas de petit déjeuner tranquille.

 

Lori, Daryl, Carol, Dale, T-Dog, Hershel, Glenn, Maggie, Andrea, Rick et Shane étaient en pleine discussion au sujet du nouveau venu. Brooke tenait compagnie à Carl. Jimmy et Patricia veillaient toujours sur Beth qui prenait lentement du mieux.

 

Shane : Pourquoi l’avoir ramené ici ?

 

Rick : Il était blessé.

 

Hershel : C’était la chose la plus humaine à faire.

 

Lori estomaquée : Mais il était avec ceux qui vous ont tiré dessus.

 

Maggie : Je suis assez d’accord avec mon père.

 

Carol : Est-ce qu’il va rester avec nous ?

 

Andrea : J’espère bien que non.

 

Dale : Et s’ils revenaient le chercher ?

 

Glenn : J’pense pas. Ils sont partis en le laissant pour mort. Même pas un regard en arrière. Ils ont juste choisi d’ignorer ses cris.

 

Rick : Les Walkers étaient partout. Ils l’auraient dévoré vivant.

 

Glenn : Sur le coup, on ne savait pas quoi faire d’autre que de le ramener avec nous.

 

T-Dog : Et maintenant, on en fait quoi ?

 

Carol : Il peut pas rester. Je ne me sens pas en sécurité avec lui dans les environs.

 

Lori : Moi non plus.

 

Rick : J’aime pas plus l’idée mais on ne peut pas le tuer. Pas après l’avoir sauvé.

 

Hershel : Je vais aller voir Beth. Rick, je te laissa ça entre tes mains. C’est ton choix, ta décision.

 

Daryl qui s’était fait silencieux jusqu’à maintenant : Juste à le balancer en ville et on en parle plus.

 

Rick pendant que le vétérinaire entrait : La ville n’est pas assez loin d’ici.

 

Maggie : Il y a un endroit où il pourrait se cacher et continuer sa vie sans être menacé par ces choses ou risquer de revenir ici.

 

Shane : C’est possible s’il garde le sac sur la tête.

 

Rick : Montre-moi une carte. La jeune femme hocha la tête et entra dans sa maison. T, Daryl, installez-le dans ma voiture.

 

Lori alors que les deux hommes allèrent récupérer Randall : C’est pas vrai Rick ! Tu viens de revenir ! Laisse quelqu’un d’autre y aller avec Shane. Pourquoi toi ? Uh ? Pourquoi ?! D’une voix dédaigneuse. Pourquoi pas Daryl ?

 

Rick la prenant à l’écart : Arrête. J’y vais, point barre. Daryl est utile à la sécurité de tous. Je veux qu’il reste. C’est ma décision.

 

Maggie revint avec le plan et lui expliqua le chemin. T-Dog et Daryl parquèrent le blessé dans le coffre de l’automobile comme un sac de patates faisant fit de ses gémissements.

 

La carte en main, le Gentil Officier prit place au volant alors que le moins gentil des deux s’installait à ses côtés.

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?