Un éliatrope à Equestria par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Crossover / Aventure / Drame

1 La dimension Blanche

Catégorie: G , 764 mots
2 commentaire(s)

Prologue


« Tu as toujours été fou et seul, Qilby. » Voilà les derniers mots que Yugo aient prononcés à l’unique résident de la Dimension Blanche.


Emprisonné à nouveau et plus seul que jamais, Qilby regardait les rares pétales qu’il faisait danser par magie au creux de sa main droite. Mais ce n’est pas ce qui préoccupe l’éliatrope en ce moment. L’emprisonnement ? Qilby y avait déjà goûté et il en a été marqué à vie.

La perte de l’éliacube ? Certes on lui a volé son bien le plus précieux mais ce n’est pas la première fois que ça arrive.

Non, ce qui préoccupe Qilby, c’est Shinonomé, sa sœur dragonne. Elle qui a toujours été là pour le soutenir, elle qui l’a aidé à créer l’éliacube, elle qui comprenait sa malédiction mieux que personne car elle partage le même don de mémoire que lui… Elle était la seule personne à qui il pouvait se confier et à qui il avait placé toute sa confiance. Et pourtant elle l’a trahi.


Qilby était loin d’être innocent, il avait volé le coeur d’Orgonax, le Méchasme. Mais c’est Chibi, l’ancien patriarche des éliatropes qui avait donné la permission à Qilby de le modifier pour en faire le plus puissant catalyseur de Wakfu du Krosmoz. Et puis qui lui aurait pu lui en vouloir, le don de mémoire qu’il a reçu à sa première naissance y est pour beaucoup.


Imaginez, vous pouvez revenir à la vie inlassablement grâce à un Dofus et malgré tout ne rien oublier de vos vies passées. C’est la malédiction de Qilby : se souvenir inlassablement de chaque seconde, de chaque instant, de chacune de ses vies. Chaque souvenirs était gravé au fer rouge dans son esprit. Pour Qilby, l’histoire et la vie n’étaient qu’un seul et même cycle. La lassitude et la tristesse étaient devenus son quotidien. L’arrivé des Méchasmes sur leur planète d’origine fut un renouveau agréable. Mais il ne dura qu’un temps.


Et si le calvaire de l’éliatrope ne se résumait qu’à ça. Quand les membres du Conseil ont compris la trombine de Qilby, ils l’ont banni dans la Dimension Blanche. Un endroit où le temps n’existait pas, un lieu où tout est blanc et où les lois de la physique de base sont aléatoires.


Il en ressorti parce que Yugo lui a ouvert un passage accidentellement grâce à l’éliacube. Mais quand se dernier a compris son erreur, il le ramena dans son ancienne prison. Mais c’est la trahison de sa sœur qui l’a le plus affecté.

« Shinonomé, murmura-t-il dans un sanglot en regardant ses pétales voler dans sa main. Pourquoi m’as-tu trahi. Tu étais la seule chose qui avait de l’importance à mes yeux. Je ne voulais qu’une chose : retrouver notre peuple et retourner explorer le Krosmoz avec le Zinit. Pouvoir rendre à notre peuple sa gloire passée. »


Qilby se lassa de ses petits pétales. Il cessa de les faire voltiger pour les ranger dans sa poche. Il regarda son bras gauche. Le bras que lui avait arraché Phaéris le puissant et qui avait été remplacé pendant quelques semaines par l’éliacube. On pouvait clairement le confirmer car une minuscule partie de l’artefact éliatrope été restée logée en lui.


Qilby tenta de bouger son moigon gauche, il fit un petit moulinet et des étincelles de Wakfu en sorti. L’éliatrope n’en crût pas ses yeux. Il fut dans un premier temps extrêmement surpris, puis une lueur d’espoir commença à naître. Si il pouvait canaliser l’énergie de son bras gauche, vers son bras droit, il lui sera peut-être possible de s’échapper de sa dimension-prison. Le pari était de taille et il n’aurait droit qu’à un seul essai. A la moindre erreur, qui sait ce qu’il pourrait advenir de lui.


Mais comme l’a dit un certain homme : ‘qui ne tente rien n’a rien.’ Et alors commença la difficile opération du transfert.


***


Après ce qui lui a semblé une éternité, Qilby parvint enfin à former un petit zaap dimensionnel suffisamment dense pour qu’il puisse le traverser sans difficulté. Il prit son courage à deux mains (enfin une dans son cas) et quitta le silence et le vide de sa prison.


2 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?